Ernest Lavisse et l’enseignement de l’Antiquité de la France

Archive: Image du mois de mars 2022

Bandeau ornant le Livre Premier de l’ouvrage d’E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1ère et 2ème années, Nouvelle édition, Armand Colin, 1947.

“Casque et bracelet1 gaulois entourés de gui” : ces trois éléments évoquent puissamment l’imaginaire gaulois, nourri des découvertes archéologiques au XIXe siècle d’éléments d’armement et d’orfèvrerie et de l’interprétation d’un passage de Pline l’ancien au sujet des druides et de la cueillette du gui (Histoire naturelle, Livre XVI, XCV).

Ce bandeau orne la tête du Livre Premier « Les Gaulois, les Romains, les Francs jusqu’au Xe siècle après Jésus-Christ » de l’ouvrage d’Ernest Lavisse Histoire de France. Cours moyen. 1ère et 2e années dans une nouvelle édition datée de 1947.

Ernest Lavisse (1842-1922), agrégé d’histoire en 1865, professeur à l’Ecole normale supérieure (ENS) puis à la Sorbonne en 1888, élu à l’Académie française en 1892, directeur de l’ENS de 1904 à 1919, rédige précisément 19 manuels d’histoire différents de 1876 à 1922.

Deux sont devenus immensément populaires sous les appellations communes de Petit Lavisse et Grand Lavisse. Ce dernier, destiné au Cours moyen (9-11 ans), publié pour la première fois en 1912, connaît de nombreuses rééditions, avec des révisions du vivant d’Ernest Lavisse (19 éditions à sa mort en 1922) et jusque dans les années 1950. L’ouvrage de 1947 indique sur sa couverture qu’il s’agit de la 49ème édition.

En 1867, Victor Duruy ajoute l’histoire et la géographie de la France à la liste des matières obligatoires de l’enseignement primaire. En 1881-1882, les lois Ferry rendent l’école obligatoire, gratuite et laïque. De nouveaux manuels scolaires sont alors indispensables. Dans le contexte de frustration nationale qui suit la défaite de Sedan que de nombreux intellectuels et hommes politiques imputent à un patriotisme insuffisant, les manuels scolaires ont pour mission première de révéler la grandeur de la France afin de réveiller la conscience nationale et raffermir le sens du devoir des élèves, futurs citoyens. L’histoire de France est ainsi présentée comme une longue évolution vers le progrès des origines jusqu’à la IIIe république naissante. Ernest Lavisse par ses manuels publiés chez Armand Colin a parfaitement incarné cette instrumentalisation de l’histoire.

L’histoire des origines de la France (mais aussi d’autres pays en Europe) est également une grande préoccupation du XIXe siècle. En 1871, l’Instruction relative à l’organisation pédagogique des écoles primaires publiques exige que les élèves étudient en 1ère année la Gaule. En 1882, les programmes renforcent encore la présence des Gaulois.

Dans ses textes accessibles à tous, répartis en des chapitres courts, illustrés de vignettes, et résumés en fin de chapitres, Ernest Lavisse forge l’image de Gaulois bagarreurs, vivant dans des huttes au milieu de forêts, braves, vaincus mais glorieux et conclut la fin du Livre Premier en affirmant :

« Les Gaulois sont nos ancêtres. »

La défaire de Vercingétorix est ainsi présentée :

« Ainsi Vercingétorix est mort pour avoir défendu son pays contre l’ennemi. Il a été vaincu; mais il a combattu tant qu’il a pu. Dans les guerres, on n’est jamais sûr d’être vainqueur; mais on peut sauver l’honneur en faisant son devoir de bon soldat. »

Et Vercingétorix est érigé comme premier héros national :

« Tous les enfants de la France doivent se souvenir de Vercingétorix et l’aimer »

Cet imaginaire gaulois dont certaines caractéristiques étaient déjà présentes dans l’oeuvre d’Amédée Thierry, Histoire des Gaulois, en 3 volumes, a été fortement entretenu tout au long du XXe siècle par la littérature enfantine et populaire, par la publicité. Le valeureux Astérix né sous la plume et le crayon de Goscinny et Uderzo en est un bel exemple. Cet imaginaire collectif est parfois encore aujourd’hui réactivé par certains hommes politiques.

Les recherches en anthropologie sociale et en archéologie de ces trente dernières années ont pourtant bouleversé les connaissances sur les Gaulois. Plusieurs ouvrages récents (Jean-Louis Brunaux, L’enquête gauloise; Dominique Garcia, Les Gaulois) tentent de diffuser auprès d’un large public un portrait nuancé et multiforme des Gaulois et de la société gauloise basé sur une nouvelle documentation réunie par l’archéologie et une relecture des sources littéraires.

Pour en savoir plus :

Étienne Bourdon, La forge gauloise de la nation. Ernest Lavisse et la fabrique des ancêtres, Paris, ENS Editions, 2017. Disponible en ligne : https://books.openedition.org/enseditions/7895 [consulté le 28/02/2022)

Pierre Nora, « Lavisse, instituteur national » dans Les Lieux de mémoire I : La République, Paris, Gallimard, 1984, p. 247-289

Pierre Nora, « L’Histoire de France de Lavisse » dans Les Lieux de mémoire II : La Nation, Paris, Gallimard, t. 1, 1986, p. 317-375

Explorez le Corpus Gallica “L’éducation et l’école en France” : les manuels scolaires de l’enseignement primaire du XIXe siècle constituent le cœur de cette nouvelle sélection.

Citer ce billet : Pauline Darleguy, "Ernest Lavisse et l’enseignement de l’Antiquité de la France", in L’Antiquité à la BnF, 01/04/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/14461, [consulté le 04/10/2022].
  1. Mais n’est-ce pas plutôt un torque ? []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.