Le mythe d’Hellé sur le monnayage de Lampsaque, cité grecque des Détroits

Archives : image du mois de février 2022

Statère de Lampsaque, Mysie, Ca. 394-350 av. J.-C., Or, 8,43g (BnF, MMA, Luynes.2486).

Au droit, une représentation de la jeune Hellé vêtue d’un long manteau, chevauche le bélier Chrysomallos. Ce statère arrive probablement tôt parmi les émissions du premier IVe siècle av. J.-C., notamment car le revers présente un protomé de Pégase à gauche1. La cité grecque de Lampsaque débute la frappe de l’or après 394 av. J.-C., année marquée par sa libération du joug spartiate grâce à la victoire de l’Athénien Conon à Cnide2. Les émissions de statères d’or produites vers 394-350 av. J.-C. se caractérisent par une iconographie très variée, la monnaie constituant un vecteur privilégié du récit civique tel que l’ont conçu les lampsacéniens.

Le type d’Hellé, relativement rare, renvoie à un épisode mythologique se déroulant dans la région du détroit des Dardanelles, au cœur de laquelle Lampsaque se situe. Le récit du mythe, dans sa version la plus développée, nous est proposé par Ovide3. Ino, la seconde femme du roi Athamas de Béotie, réussit par divers stratagèmes, mêlant sabotage des récoltes et corruption de la Pythie, à pousser son mari au sacrifice de Phrixos et Hellé, enfants qu’il a eu d’une première union avec Néphélé. Leur mère parvient à les sauver in extremis grâce au bélier à la toison d’or, Chrysomallos. Capable de voler, l’animal permet aux enfants de s’enfuir. Alors qu’ils se dirigeaient vers la Colchide, Hellé probablement mal accrochée au bélier tomba dans la mer et lui donna son nom : Hellespont, ainsi été nommée la mer reliant le Pont-Euxin à l’Égée. Après sa chute, Hellé s’unit à Poséidon et, selon Hygin4, donna naissance à Péan5.

Par le choix de ce type sur une monnaie d’or, Lampsaque cherche à affirmer son ancrage territorial dans la zone des Détroits et simultanément son attachement au personnage mythique d’Hellé. Hérodote6 nous indique que son tombeau serait situé dans la région, sur la rive opposée, entre Agora et Kallipolis, en Chersonèse de Thrace. Cet épisode mythologique grec témoigne de l’importance pour Lampsaque de faire référence à son caractère hellénique alors que la cité vient de repasser sous domination perse. Cela répond à une logique de double intégration : à l’échelon local, celui des cités de la région des Détroits ; au sein de l’oikouménè, celui du monde grec global.

Monnaie de Lampsaque, Mysie, Ca. 222-235, Bronze, 9,21g, (American Numismatic society, 1944.100.43031).

Près de cinq siècles plus tard, le mythe d’Hellé est à nouveau représenté à Lampsaque sur une monnaie frappée sous Alexandre Sévère (222-235 ap. J.-C.), figuré au droit. Cette monnaie provinciale romaine, marquée par le contexte de la seconde sophistique, reprend des thèmes mythologiques grecs afin d’ancrer l’histoire de la cité dans le prestigieux passé hellène. Toutefois, sur ce bronze, Hellé n’est plus représentée sur Chrysomallos. Ici, Phrixos est sur le bélier, tandis que sa sœur, elle, tombe dans la mer. Ce mythe apparait donc deux fois sur les monnaies de la cité, à cinq siècles d’écart, attestant de l’importance d’Hellé, et par extension de la mer qui porte son nom, pour les habitants lampsacéniens.

La cité frappe fréquemment des monnaies renvoyant à un ancrage plus local. Sur le revers du statère d’or figure un Pégase, les deux ailes caractéristiques du Pégase lampsacénien sont présentes. Cette divinité, associée au commerce maritime, manifeste la considération que les habitants accordaient à l’Hellespont les bordant. De même, à partir du début du IIe siècle av. J.-C., Priape apparait pour la première fois (au droit ci-dessous). Divinité qu’Ovide caractérise de « dieu de l’Hellespont », Priape serait le fils de Dionysos et d’Aphrodite, né dans la région, à Lampsaque même selon certains auteurs. Par la suite, Lampsaque fait figurer Priape sur la plupart de ses monnaies : le dieu devient alors le symbole de la cité. Sur ce tétradrachme, l’association de Priape au droit et d’Apollon citharède au revers, reproduit l’affiche couplé d’une identité à la fois locale et hellénique.

Tétradrachme de Lampsaque, Mysie, Ca. 190 av. J.-C., Argent, 15,23g (BnF, MMA, Fonds général 769)

Les documents numismatiques de Lampsaque permettent ainsi de comprendre à quels groupes la cité souhaite se rattacher : à la fois, à l’espace réduit des Détroits avec Hellé ou Priape ; mais aussi à l’ensemble du monde grec avec la représentation de neuf des douze olympiens sur son monnayage. L’analyse de ce processus complexe, rattachable à la construction identitaire de la cité, permet d’appréhender l’histoire de la cité intégrée à toutes les échelles de son environnement.

Citer ce billet : RUET Donovan, "Le mythe d’Hellé sur le monnayage de Lampsaque, cité grecque des Détroits", in L’Antiquité à la BnF, 01/03/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/14227, [consulté le 30/09/2022].
  1. Seul le statère d’Héraclès étranglant deux serpents présente un protomé de Pégase à gauche (BnF, MMA, Fonds général.724), ce type figure dans de nombreuses cités grecques après la libération de 394 av. J.-C. []
  2. Lefèvre François, Histoire du monde grec antique, Paris, Librairie générale française, 2007, p. 284. []
  3. Ovide, Les Fastes, III, 23, v. 853-875. []
  4. Hygin, L’astronomie, II, 20, 1. []
  5. Parfois, lui est prêté comme second enfant Édoxos. []
  6. Hérodote, Histoire, VII, 58. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.