Amnéris, princesse d’une Égypte enchantée

Archive : images du mois de janvier 2022

Aïda : douze projets de costumes, par Henry de Montaut, [vers 1879-1880], BnF, BMO, D-156, f. 11

L’Opéra Aïda, de Giuseppe Verdi, créé le 24 décembre 1871 au Caire, est célèbre pour sa reconstitution de l’Égypte ancienne présente à travers les costumes, les bijoux et les décors. Cette fresque historique, dont le scénario a été rédigé par l’égyptologue Auguste Mariette, connaîtra ensuite un véritable succès dans toute l’Europe. La Bibliothèque-musée de l’Opéra de la BnF conserve plusieurs carnets préparatoires de ces costumes, notamment ceux de Mariette lui-même, légués par son fils.

Une autre série dessinée et annotée par l’artiste Henry de Montaut (1829-1889) a été offerte par un abonné de l’Opéra de Paris, Edmond Dollfus à Auguste Vaucorbeil, alors directeur de l’Opéra Garnier. Montaut était déjà intéressé par l’Égypte puisqu’il possédait un sarcophage, donné au Louvre en 1862.

Parmi ces esquisses, celle du costume de la princesse Amnéris est bien connue en raison de ses couleurs vives et de ses nombreuses remarques sur les détails des insignes et de la couronne notamment. Dans la légende d’un des dessins, Montaut indique « ces dessins sont conformes à ceux de la 1ere représentation d’Aïda au Caire par Henry de Montaut sous les yeux de Mariette-Bey ». En réalité, ces costumes sont bien postérieurs à la première de l’opéra : ils ont été dessinés en 1880, comme l’atteste la présence d’un cartouche au nom de Rosine Bloch, qui incarna le rôle d’Amnéris à Paris cette année-là. Différentes études ont montré que le dessinateur n’avait pas de lien particulier avec l’égyptologue, ni avec l’opéra de Paris, et que ce porte-folio était peut-être destiné à convaincre les metteurs en scène de le recruter, ce qui ne fut pas le cas, probablement parce qu’il s’éloignait trop de la vérité historique prônée par Mariette.

Ces considérations historiques dites, attardons-nous sur l’aspect artistique de la première des deux scènes de genre (f. 11 et 12) de ce recueil, dans lesquelles Montaut allie une palette aux couleurs vives et un goût pour l’anecdote qui le rapprochent des peintres orientalistes. Amnéris, maîtresse d’Aïda, comme observée dans son intimité à travers un oculus, est dépeinte dans un style éloigné des maquettes d’opéras habituelles : ces esquisses sont un bon exemple d’égyptomanie teintée d’une pointe de souci historique.

Dans la scène qui nous occupe, Montaut a placé la princesse dans ses appartements, où elle est à sa toilette, entourée de trois servantes. Par la fenêtre, on distingue des terrasses de maisons ainsi que la silhouette d’un pylône aux mâts ornés de drapeaux qui rappelle la façade d’un temple égyptien. La décoration intérieure mêle motifs égyptiens et égyptisants. La princesse est habillée d’une courte tunique, davantage pour mettre en avant ses formes de manière suggestive que par véracité historique. Elle s’apprête sans doute à revêtir une longue tunique au fin drapé posée sur sa table, qui rappelle les bas-reliefs égyptiens où les femmes portent ce type de vêtements en lin souvent transparents. La robe à bretelle de la servante derrière elle est proche d’un vêtement égyptien également, alors que ses cheveux tressés font sans doute écho aux coiffures de princesses du Nouvel Empire.

Plusieurs objets de la scène s’inspirent de véritables trouvailles archéologiques. Sur la table sont disposés vaisselle et objets de toilette qui évoquent le luxe d’un palais royal de l’Égypte ancienne. La princesse tient un miroir dont le manche est orné d’une tête de la déesse Hathor. A côté se trouve un petit coffre au couvercle bombé en bois peint ; à la droite de celui-ci, un pot orné d’un œil-oudjat contient un ustensile destiné à appliquer le khôl sur les yeux. Enfin, à l’arrière-plan est posée une vasque orné de têtes de caprinés. La princesse est assise sur un fauteuil bas à pattes de lion, contre lequel repose un éventail en plume d’autruche.

Pour son répertoire iconographique, Montaut a puisé aussi bien dans les publications de l’égyptologue Jean-François Champollion, que celles d’Emile Prisse d’Avennes, le tout avec une pincée d’érotisme qui l’éloigne clairement du cahier des charges attendu implicitement pour un opéra de cette envergure. Détail amusant, sur le côté du bassin ovale au premier plan, le dessinateur a écrit son nom phonétiquement en hiéroglyphe : on lit ainsi « A-N-R-Y MN-T-W (à la manière du dieu Montou) » suivi du déterminatif de l’homme assis, preuve que Montaut a su se renseigner sur les principes de l’écriture hiéroglyphique !

Pour en savoir plus

Catalogue de l’exposition, Egyptomania. L’Égypte dans l’art occidental, 1730-1930, par Jean-Marcel Humbert, Michael Pantazzi, Christiane Ziegler, Paris-Ottawa, 1994, p. 440.

Jean-Luc Chappaz, « Petites notes sur AIDA ou l’Égyptologie enchantée », Cercle Lyonnais d’Égyptologie Victor Loret, Bulletin 5, 1991, p. 4-24.

Nicole Wild,  Le Caire In : Décors et costumes du XIXe siècle. Tome II : Théâtre et décorateurs [en ligne]. Paris : Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 1993. Disponible en ligne sur : http://books.openedition.org/editionsbnf/853

Citer ce billet : Hélène Virenque, "Amnéris, princesse d’une Égypte enchantée", in L’Antiquité à la BnF, 01/02/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/14050, [consulté le 27/05/2022].

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.