La drachme cisalpine à légende Segedū

Archive : image du mois de décembre 2021

Drachme des Celtes transalpins à légende SEGEDU (MMA, BN 2177)

Les monnaies celtiques d’Italie du Nord constituent un témoignage unique sur une civilisation qui a ensuite été absorbée par l’expansion romaine : c’est le cas pour celles des Lepontii, comme cette drachme à légende Segedū.

La BnF a joué, au fil des siècles, un rôle important dans le déchiffrement et la connaissance des écritures anciennes1. Elle conserve dans ses collections des objets – dont de nombreuses monnaies –, inscrits au moyen d’alphabets, de syllabaires, voire d’idéogrammes et pictogrammes divers, le plus souvent inconnus du grand public. C’est le cas de la pièce d’argent illustrée ici, provenant d’Italie du Nord, qui porte à son revers une légende dite lépontique. On nomme ainsi une écriture dérivée de l’alphabet étrusque, lequel fut emprunté à partir de la première moitié du VIe siècle av. J.-C. par des peuples celtiques. Son nom est liée au fait que la majorité de ces inscriptions ont été découvertes dans une zone d’une centaine de kilomètres autour de la ville de Lugano, aujourd’hui en Suisse (d’où l’appellation ancienne d’« alphabet de Lugano » donnée à ce système d’écriture), sur le territoire de l’antique peuple des Lepontii (Lépontiens).

Ces brefs textes notent une langue celtique continentale parlée par un peuple implanté dans le sud de l’arc alpin depuis l’âge du bronze, cette région ayant ensuite vu la présence des Celtes renforcée à partir du début du IVe s. av. J.-C. par l’arrivée de groupes venus de Gaule, dont les guerriers du célèbre Brennus qui descendront jusqu’à Rome en 390 av. J.-C. Ces peuples ont commencé à frapper des monnaies imitées des drachmes de Marseille dans la première moitié du IIIe siècle av. J.-C.

Drachme de Massalia, IIIe siècle av. J.-C. (MMA, BN 785)

Si la plupart reprennent à peu près fidèlement un revers commun de la cité phocéenne (un lion marchant à droite) accompagné de l’inscription MAΣΣA en grec, d’autres, dont le portrait provient pourtant des mêmes outils, offrent l’image beaucoup plus originale d’une chouette, accompagnée cette fois-ci d’une inscription en lépontique qui se transcrit seχeθu en grec et Segedū (ou Segetū il reste un doute à ce sujet) en alphabet latin (prononcer séguédou).

Il s’agit-là, a priori, du nom d’un personnage important (potentat civil ou chef militaire) dont il n’est pas indifférent de chercher le sens. En effet, si l’alphabet utilisé – des caractères étrusques adaptés pour la phonétique celtique – peut dérouter, la langue cachée sous cette écriture n’est autre qu’un dialecte continental fort peu différent de celui parlé au nord des Alpes. Deux pistes s’offrent alors. La première est de reconnaître dans ce nom une formation sur la racine bien connue sego– « victoire », « force » qui ferait de son porteur un être marqué par le succès guerrier (« le Victorieux »)2. La seconde, s’appuie sur une autre monnaie au nom de Segedū, une rarissime double drachme qui porte l’image majestueuse d’un cerf, en lieu et place du rapace nocturne. Il a donc été récemment proposé d’y voir le dérivé d’un des noms celtiques du cervidé3, servant ici de surnom (« le cervin »)  au commanditaire de l’émission monétaire.

Double drachme des Celtes transalpins à légende SEGEDU (collection privée)

Ultérieurement à ces émissions cantonnées au versant méridional des Alpes, des légendes lépontiques apparaîtront sur des séries en argent produites à partir du IIe s. av. J.-C. dans le sud-est de la Gaule le long de l’arc alpin (territoires des Allobroges et des Cavares)4. Les plus anciennes, frappées aux noms de iakoluesi et de kasios reprennent des modèles carthaginois frappés en Sicile5 qui portent eux-mêmes des inscriptions en alphabet punique. Cela démontre que les monnaies, autant instrument d’échange que vecteur d’images, demeurent des témoins privilégiés des mouvements ethniques indissociables d’ensembles linguistiques qui resteraient largement inconnus sans elles.

Dominique HOLLARD

Drachme allobroge au nom de iakoluesi (BnF, MMA, BnF 2537).

En 2022, en écho à l’exposition L’aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes, programmée à la BnF du 12 avril au 24 juillet, la nouvelle édition du cycle de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » s’intéresse à l’archéologie des écritures anciennes.

Citer ce billet : Dominique Hollard, "La drachme cisalpine à légende Segedū", in L’Antiquité à la BnF, 30/12/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/14000, [consulté le 06/12/2022].
  1. Voir par exemple les travaux de l’abbé Barthélemy, au XVIIIe siècle. []
  2. X. Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise. Une approche linguistique du vieux-celtique continental, 2e éd., Paris, 2003, Paris, p. 269. []
  3. V. Blažek, « Celtic “DEER” », Études celtiques, 2015, p. 121-127. []
  4. Sur les séries gauloises à légende lépontiques, voir le dossier rédigé par J.-C. Richard, G. Gentric, D. Briquel et L. Pernet, « Les monnaies à légendes lépontiques de la Gaule du Sud-Est », Cahiers numismatiques, 202, décembre 2014, p. 7-28. []
  5. Ici un tétradrachme d’Entella portant à son revers l’inscription mḥmbm « les maîtres du trésor » en caractères puniques. Voir par exemple BnF, MMA, Fonds général 2343. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.