L’aqueduc de Fréjus

Archive : Image du mois de novembre 2021

André Salles. Provence. Environs de Fréjus. Acqueduc romain du Reyran [arches d’Esquine ou de Bonhomme]. BnF, Société de Géographie – département des cartes et plans, SG XXBA-2279
Comme de nombreuses villes de l’Empire romain, Forum Iulii (aujourd’hui Fréjus), fondée ex nihilo par César entre 49 et 44 av. J.-C. avant de devenir colonie romaine à partir d’Auguste, était alimentée en eau par un aqueduc dont une partie est représentée sur cette photographie sur plaque de verre prise par André Salles le 15 juin 1890.

Cette image fait partie des 145 000 photographies sur papier ou plaque de verre prises entre 1850 et 1950, couvrant le monde entier et rassemblées par la Société de Géographie. Fondée en 1821, la Société a confié dès 1941 ses riches collections (photographies mais aussi manuscrits, récits de voyages, cartes, globes, atlas, livres et journaux) au département des Cartes et plans de la BnF.

Sur l’enveloppe qui contenait la plaque de verre est indiqué « Provence. Environs de Fréjus. Acqueduc romain du Reyran ». La photographie montre la section de l’aqueduc qui enjambe la vallée accidentée du Reyran et plus précisément, comme la notice le mentionne, les  arches d’Esquine ou Bonhomme.

Conçu probablement en deux temps, l’aqueduc conduisait par gravitation les eaux depuis les sources de l’arrière-pays varois, de la Siagnole (à Mons à 520 m d’altitude) et de la Foux (à Montauroux) jusqu’au point le plus haut de la ville antique de Fréjus (35 m au-dessus de la mer). Le parcours de 40 km environ était ponctué d’une trentaine de ponts-aqueducs dont ceux d’Esquine.  La largeur du canal, tantôt voûté, tantôt couvert de dalles, construit en maçonnerie de petits blocs, revêtu d’un béton de tuileau, variait entre 0.65 m et 0.70 m et la hauteur entre 1.10 m et 1.60 m.

Pendant longtemps, seuls les ponts-aqueducs des abords de la ville de Fréjus, majestueux arcs doublés de contreforts, sont demeurés la partie la plus célèbre de l’ouvrage, figurée dès le XVIIe siècle par Israël Silvestre1, devenant emblématique de la ville.

Antoine Meunier, Vüe d’une Partie des restes de l’aqueduc de frejus batie par les Romains, BnF département des Estampes, RESERVE VE-26 (S)-FOL

Encore aujourd’hui ce qui frappe et émerveille sont les vestiges monumentaux des aqueducs, série plus ou moins longue de hautes arcades (le Pont du Gard en est également un très bel exemple). Ceux-ci ne doivent pas faire oublier que la plus grande partie du parcours des aqueducs était, pour des raisons de salubrité et de sécurité, souterraine, avec des détours plus ou moins importants suivant les courbes de niveau et destinés à maintenir une pente régulière et suffisante. Les arcs ou ponts-aqueducs représentent la solution spectaculaire trouvée par les ingénieurs romains pour s’adapter aux accidents du terrain et franchir vallons et cours d’eau.

Les arcs d’Esquine ou Bonhomme, situés à une dizaine de kilomètres en amont de la ville de Fréjus, constituent un ouvrage de 8 arcades (dont 3 détruites) larges de 5,40 m, s’étendant sur une longueur de 100 m. La photographie ne permet pas bien de l’apprécier, mais ces arcs présentaient un dispositif de deux cuvettes cheminant côte à côte sur deux ponts-aqueducs accolés : trace semblant correspondre selon les archéologues à une réfection ponctuelle.

Ouvrages caractéristiques de la civilisation romaine2, les aqueducs représentaient un travail considérable : recherche et captation d’une source, tracé méticuleux de l’aqueduc évitant les paliers et pentes trop raides, construction de l’aqueduc (tunnels, arcs, châteaux d’eau), répartition et distribution de l’eau dans la ville desservie, enfin de façon continue la surveillance et l’entretien des conduites.

Classé Monument Historique en 1886, l’aqueduc de Fréjus fait l’objet de divers travaux de recherches depuis le milieu du XIXe siècle permettant aujourd’hui de connaître précisément son parcours hors de la ville et de mieux comprendre le fonctionnement de la distribution de l’eau dans Forum Iulii . Quant à sa date de construction, elle reste encore relative : l’aqueduc étant venu s’établir sur l’enceinte de la ville datée de 70 apr. J.-C., il ne peut être que postérieur à cette date. Les archéologues estiment qu’il pourrait avoir été réalisé entre la fin du Ier et le début du IIe siècle apr. J.-C.

La recherche sur les aqueducs, nécessairement pluridisciplinaire (archéologie, géographie, géologie, histoire, hydraulique, ingénierie, topographie …), au-delà de la compréhension historique et technique des ouvrages, aborde également leurs aspects sociaux, culturels, politiques et idéologiques.  Enfin, l’étude des aqueducs participe de l’analyse diachronique des paysages, fournit des données paléo-environnementales et peut également constituer un apport pour la reconstitution du climat antique.

Pour aller plus loin :

Citer ce billet : Pauline Darleguy, "L’aqueduc de Fréjus", in L’Antiquité à la BnF, 01/12/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/13879, [consulté le 25/05/2022].
  1. l’inventaire Faucheux fait état de deux estampes []
  2. Le livre VIII du De L’architecture de Vitruve, le livre XXXI de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien et le traité de Frontin, curateur des eaux en 94 apr. J.-C. sous Nerva, Les aqueducs de la Ville de Rome, sont les principales sources écrites qui permettent de comprendre les aqueducs romains. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.