#RETOURAUMUSÉE – LA BNF HORS LES MURS #6 : Paris-Athènes 1675-1919

La grande exposition de rentrée du musée du Louvre, ParisAthènes 1675-1919,  explore plus de 200 ans de relations culturelles, artistiques et diplomatiques entre la France et la Grèce, en croisant l’histoire de l’archéologie, l’histoire du développement de l’État grec et celle des arts modernes. De nombreuses cartes jalonnent ces deux siècles et soutiennent  le parcours chronologique parmi les plus de deux cents pièces et œuvres d’art présentées.  

Fig. 1 : Plan d’Athènes, d’après les plans et levés de Louis-François-Sébastien Fauvel, par Jean-Denis Barbié Du Bocage, vers 1791, détail, BnF, Dpt CPL, Ge D-17297

Qu’elles soient géohistoriques (sur les panneaux didactiques informant époque par époque l’étendue des limites politiques de la Grèce) ou anciennes (cartes manuscrites, imprimées ou en relief), les représentations cartographiques nous accompagnent tout au long de ce voyage dans l’Attique depuis Paris.  

Plusieurs proviennent des collections de la BnF, qui contribue à l’exposition par le prêt d’une vingtaine de pièces (photographies, esquisses, volumes, etc.) issues de plusieurs de ses départements de collections.   

Les cartes, pour la plupart conservées au département des Cartes et plans de la BnF, sont particulièrement présentes dans les trois premières des sept sections de l’exposition. La première, sur la Grèce révélée (1675-1821), met notamment en lumière une partie de l’œuvre cartographique de l’archéologue et peintre Louis-François-Sébastien Fauvel (1753-1838). Fauvel découvre la Grèce en 1780 lors de son implication en tant que dessinateur dans l’entreprise du Voyage pittoresque de la Grèce, au service du comte de Choiseul-Gouffier (1752-1817), dont un volume et plusieurs dessins au crayon,  conservés au département des Estampes et de la photographie, sont présentés.  

Il cumule par la suite fonctions diplomatiques (comme vice-consul de France à Athènes à partir de 1803) et activités scientifiques en Grèce. Parallèlement à son activité de peintre et « d’antiquaire », il se forme aux techniques de levés topographiques via une correspondance avec l’ingénieur Jacques Foucherot (1746-1813) de 1780 à 18021. Cela aboutit à la réalisation d’une large campagne de levés dans Athènes et les territoires grecs, ce qui permit à la fois la localisation de plusieurs sites antiques et une importante production de cartes régionales (Salamine, Péloponnèse, …) et de plans des cités visitées.

Fig. 2 : Deuxième carte de l’Attique, par LFS Fauvel, 1803-1820, détail, BnF, Dpt CPL, Ge DD-6318 (23)

Des exemples de ce travail cartographique autodidacte sont visibles au Louvre : son plan d’Athènes dressé vers 1791 qui, par sa précision, son actualité et son attention à la représentation d’édifices antiques a servi de base à d’autres plans postérieurs, comme celui de Jean-Denis Barbié Du Bocage (1760-1825) (fig. 1) ; ou encore sa deuxième carte de l’Attique (fig. 2), dressée à partir de 1803 sur une grande feuille de 1,02m sur 1,11m, qui renseigne à la fois sur les contours de la région et sur le travail topographique continu de son auteur, qui y a apporté de multiples modifications et précisions durant vingt ans. Considérée par Fauvel comme la plus juste de ses cartes de l’Attique, elle servit de modèle à un de ses plans-reliefs de la région.   

Fig. 3 : Plan de l’Acropole, par LFS Fauvel, après 1830, BnF, Dpt CPL, Ge A-170

Hélas, ce plan-relief de la région, comme de nombreux autres, est détruit au moment de la guerre d’indépendance. Trois nous sont parvenus, dont cette maquette de l’Acropole (fig. 3) exposée après ces deux cartes. Outre les Propylées et de l’Erechtéion, le Parthénon y est figurée, avec seulement cinq des huit colonnes de sa façade, mais incluant la mosquée qu’il abrite alors (par la suite détruite en 1843).  Fauvel souhaite restituer l’état dans lequel se trouve les vestiges en 1830 plus que recomposer l’Acropole telle qu’elle était à la période antique2.

Fauvel, qui se considère alors « peintre » et « géographe » n’est pas réductible à cette dernière activité, tout comme la richesse de l’exposition ne se réduit pas à ces documents cartographiques ! Néanmoins, à la fin de sa vie en 1836, alors qu’il a quitté Athènes après la guerre d’indépendance (1821-1829), il laisse ces impressions sur l’évolution urbanistique de la ville qu’il a habitée durant cinquante ans :

«  […] Au dire des voyageurs d’aujourd’hui, les alignements de la moderne Athènes effaceront du plan une infinité de localités célèbres que l’Antiquaire aimait à saluer, en prenant pour cicerone Pausanias, Strabon et notre Anacharsis. Ce n’est donc que dans ma galerie que l’on retrouvera l’Athènes des Anciens, telle qu’elle était encore au commencement du dix-neuvième siècle […] »3.

Fig. 4 : Plan topographique d’Athènes et de ses environs : dressé au 20.000 ème, par Ferdinand Aldenhoven, 1837, BnF, Dpt CPL, Ge C-11152

Il évoque ainsi les plans-reliefs de sa « galerie » et ce jugement intuitif sur les transformations à venir peut être confronté à un ensemble de documents sur l’architecture et l’urbanisme, dans la section suivante de l’exposition, sur Athènes comme nouvelle capitale et ville néo-classique. Des plans plus techniques sont montrés, notamment ceux de Ferdinand Aldenhoven de 1837 (fig. 4).  

Parmi de nombreux autres thèmes tels le développement de la discipline archéologique, la couleur dans l’antiquité et la construction de l’identité grecque puis européenne aux XIXe et XXe siècles, cette évolution de la forme de la ville athénienne, mise en lumière par les documents, est à explorer, dans le Hall Napoléon du musée du Louvre jusqu’au 7 février 2022.  

Pour aller plus loin
Les billets « La BnF hors les murs # »
Citer ce billet : Ange Aniesa, "#RETOURAUMUSÉE – LA BNF HORS LES MURS #6 : Paris-Athènes 1675-1919", in L’Antiquité à la BnF, 21/10/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/13829, [consulté le 08/12/2021].
  1. A. Zambon, « Une leçon de topographie par correspondance. Les lettres de l’ingénieur J. Foucherot et les levés du peintre L. F. S. Fauvel en Grèce », Cartes et Géomatique, n°207, mars 2011, p. 107-124 []
  2. A. Zambon, Aux origines de l’archéologie en Grèce : Fauvel et sa méthode,  CTHS : INHA, 2014 []
  3. Citation extraite d’une lettre de Fauvel à Alexandre Lenoir de 1836, citée dans l’article d’A. Zambon, « La cartographie de l’Attique par Fauvel », Cartes et Géomatique, n°220, 2014, p. 26 []

Une réflexion sur « #RETOURAUMUSÉE – LA BNF HORS LES MURS #6 : Paris-Athènes 1675-1919 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.