Un papyrus grec comme reliure d’un manuscrit mérovingien: les tribulations du Suppl. gr. 1379

L’exposition qui se déroulait du 18 septembre au 26 octobre 2021 au Collège de France, « Le papyrus dans tous ses États, de Cléopâtre à Clovis », montre comment ce support d’écriture est devenu, à partir de l’époque hellénistique, indispensable à l’ensemble du monde méditerranéen. Jean-Luc Fournet, professeur titulaire de la chaire « Culture écrite de l’Antiquité tardive et papyrologie byzantine » et commissaire de l’exposition, a pour ambition de sortir le papyrus de son cadre égyptologique traditionnel lorsqu’il est orné de hiéroglyphes et nous conserve les chapitres du Livre des morts.

Décrivant dans un premier temps du parcours le cheminement de la plante au « papier », il met ensuite à l’honneur les différentes langues attestées sur ce matériau : grec, copte et latin bien sûr, mais aussi pehlevi, arabe, syriaque ou hébreu (Paris, BnF, Hébreu 1492). Cette richesse linguistique et la diversité des informations transmises par ces documents montrent la popularité de ce moyen de communication qui s’étend d’ailleurs au-delà du bassin méditerranéen puisque la trace de papyrus découverte le plus à l’est se trouvait en Afghanistan (Aï Khanoum, province de Kondoz), et le plus à l’ouest, en France (Mané Véchen, Bretagne).

Lettre de change sur papyrus, Égypte. Xe siècle, BnF, Département des Manuscrits, Hébreu 1492

Les bibliothèques et les archives ont également largement contribué à la transmission et à la redécouverte des papyrus après leur remplacement par le papier et le parchemin au cours du XIe siècle. Les Archives nationales conservent ainsi deux actes exceptionnels sur papyrus du roi Dagobert et de son fils Clovis II, sur lesquels il est possible d’observer leurs souscriptions ainsi que, sur le second, celle de saint Éloi. Ces documents comptent parmi les plus anciens témoins écrits de l’histoire de France.

Protocole d’enregistrement d’un instrumentum plenariae securitatis, Ravenne, 17 juillet 564, BnF, Département des Manuscrits, Latin 4568A

La riche collection de papyrus de la Bibliothèque nationale de France a également été mise à contribution pour cette exposition. Constituée dans les premières décennies du XIXe siècle, ce fonds de papyrus grecs, coptes et latins est l’un des plus anciens en France avec celui du département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre. Outre l’intérêt antérieur pour les papyrus de Ravenne (Paris, BnF, Latin 4568A), il faut attendre l’engouement renouvelé pour la vallée du Nil au tournant du XIXe siècle pour que les premiers papyrus provenant d’Égypte soient acquis par la Bibliothèque. Son histoire est ensuite liée au développement des études systématiques sur l’Antiquité et à l’essor de l’archéologie qui marque le XIXe et le début du XXe siècle.

Les fragments sur papyrus d’un sermon grec sur Joseph, fils de Jacob, attribués à saint Éphrem le Syrien et conservés à la Bibliothèque nationale de France, sont un exemple exceptionnel de papyrus littéraire grec présent en France avant les grandes découvertes archéologiques. Un folio est présenté dans l’exposition. Dans sa Paleographia graeca publiée en 1708, Bernard de Montfaucon consacre une page à ce papyrus dont il reproduit également en vis-à-vis quelques lignes dans une gravure : Montfaucon précise qu’il a pu voir le document quelques années auparavant lors d’une visite à l’abbaye Saint-Martin de Tours ; agglutiné au XVe siècle avec des fragments de parchemin contenant des documents comptables de l’époque mérovingienne relatifs à l’abbaye, le papyrus servait de couverture à un manuscrit du VIIIe siècle contenant le commentaire de Philippe le Prêtre sur le livre de Job.

À la Révolution, le papyrus et les fragments de parchemin entrent avec le manuscrit qu’ils entourent à la Bibliothèque de Tours d’où ils disparaissent toutefois dès le début du XIXe siècle. Quelques décennies plus tard, en 1832, la reliure et le manuscrit sont mis en vente séparément par un libraire parisien : le corps du manuscrit est acquis par le collectionneur néerlandais Van Westreenen et fait toujours partie aujourd’hui des collections du musée Meermanno-Westreenianum de La Haye, tandis que les éléments de l’ancienne reliure sont acquis par le célèbre bibliophile anglais Thomas Phillipps. De nouveau mis en vente avec d’autres pièces de la collection Phillips en 1967, ces derniers entrent dans les collections de la Bibliothèque nationale de France l’année suivante.

Julien Auber de Lapierre, Collège de France-BnF

Christian Förstel, BnF

Citer ce billet : auberdelapierre, "Un papyrus grec comme reliure d’un manuscrit mérovingien: les tribulations du Suppl. gr. 1379", in L’Antiquité à la BnF, 25/10/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/13824, [consulté le 08/12/2021].

Une réflexion sur « Un papyrus grec comme reliure d’un manuscrit mérovingien: les tribulations du Suppl. gr. 1379 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.