Archive : image du mois d’octobre 2021 : La Galerie de l’histoire du Travail

Charles Fichot, Exposition Universelle de 1867. Vue générale du Champ de mars prise à vol d’oiseau du côté de la porte Rapp, BnF département des Estampes et de la Photographie, RESERVE FT 4-QB-370 (162)

Au mois d’octobre où le Travail était à l’honneur aux Rendez-vous d’histoire de Blois (6-10 octobre), l’Image du mois revenait sur la Galerie de l’histoire du Travail de l’Exposition Universelle de Paris de 1867 qui a donné à voir à des millions de visiteurs des objets de la Gaule antique.

Inaugurée par l’empereur Napoléon III et l’impératrice Eugénie, l’Exposition Universelle de Paris se tient du 1er avril au 3 novembre 1867 entre le Champ de Mars (industrie et beaux-arts) et l’île de Boulogne-Billancourt (exposition agricole).

Sur le Champ de Mars, un majestueux parc aménagé par Adolphe Alphand accueillant une centaine de pavillons nationaux borde le Palais des Expositions inventé par Frédéric Le Play, ingénieur des Mines et Commissaire général de l’Exposition, conçu en élévation et réalisé sous la direction de Jean-Baptiste Krantz, ingénieur des Ponts et Chaussées, assisté de l’architecte Léopold Hardy.

De plain-pied, ce palais de 166 000 m2 s’organise, autour d’un jardin central, en six galeries thématiques concentriques, ponctuées de coupes transversales dédiées chacune à un pays, qui donnent à l’ensemble sa forme elliptique caractéristique.

“Plan du Palais avec les divisions par puissances, par rues transversales et par rues concentriques” dans L’Exposition universelle de 1867 illustrée du 29 septembre 1867, p. 205

L’une de ces galeries thématiques est le Musée de l’histoire du travail, ainsi nommé sur le plan.

Dans L’Exposition universelle illustrée du 12 septembre 1867, p. 199-121, Edmond Du Sommerard présente ce musée, également nommé “Galerie de l’histoire du Travail” ou bien encore “musée rétrospectif”, qui expose, pour la partie française, les ouvrages antérieurs à 1800 en 10 périodes distinctes réparties en 7 salles.

“L’étude de notre histoire nationale est devenue un besoin pour tous et les débris du passé ont acquis une valeur sans limites”

En confrontant les merveilles de l’industrie contemporaine aux productions du passé, ce musée devait permettre, entre autres, de mesurer le progrès accompli.

E. Du Sommerard précise que les collections exposées ne proviennent pas d’institutions publiques de l’État mais de collectionneurs privés, de musées municipaux et d’églises.

“Le concours des musées du Louvre, de ceux de l’hôtel de Cluny, […], du cabinet des médailles et antiques, des bibliothèques impériale et nationale eût considérablement simplifié les opérations […]; mais […] il y avait un puissant intérêt à conserver leur physionomie complète et intégrale […] au moment où l’Europe entière appelée à Paris par l’Exposition universelle de 1867, se trouvait conviée à les visiter.”

Louis Enault résume ainsi l’esprit du musée (L’Exposition universelle illustrée du 29 septembre 1867, p. 198 ) :

“Nous commençons avec des silex taillés par éclats […] et finissons avec la bonbonnière Louis XVI […].”

Pour la première fois, des vestiges préhistoriques sont ainsi présentés au grand public. À cette occasion, Gabriel de Mortillet rédige Promenades préhistoriques à l’Exposition Universelle.  En effet, la Galerie de l’histoire du Travail, comme l’a montré Charlotte Quiblier, a été une étape fondamentale dans la construction et l’institutionnalisation de cette jeune science qu’est alors l’archéologie préhistorique.

L’Antiquité est représentée dans deux divisions : La Gaule indépendante et La Gaule pendant la domination romaine où armes, ustensiles de bronze et de pierre, objets en terre cuite, monnaies, orfèvrerie, figurines en terre, céramiques sont exposés.

Musée rétrospectif – Plat gallo-romain dans L’Exposition Universelle de 1867 illustrée du 29 septembre 1867, p. 197

Enfin rappelons que lors de cette Exposition, l’Antiquité égyptienne est également mise en valeur dans le parc grâce au pavillon égyptien dont la partie historique a été conçue par Auguste Mariette. Un temple, inspiré du mammisi de Philae, précédé d’un dromos de dix sphinx, est ainsi érigé, servant d’abri à la collection d’objets envoyée du musée de Boulaq que Mariette a ouvert en 1863.

Citer ce billet : Pauline Darleguy, "Archive : image du mois d’octobre 2021 : La Galerie de l’histoire du Travail", in L’Antiquité à la BnF, 02/11/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/13758, [consulté le 08/12/2021].

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.