Du taureau d’Europe au banquet d’Alexandre : l’Antiquité aux journées européennes du Patrimoine 2021 @BnF

Les 38e journées européennes du patrimoine ont lieu les 18 et 19 septembre 2021, autour du thème : « Patrimoine pour tous ». Au 58 rue de Richelieu, la Bibliothèque nationale de France expose entre autres des œuvres où l’Antiquité est au cœur d’un patrimoine hérité et partagé, du mythe d’Europe à la réception internationale de la figure d’Alexandre le Grand.

Le mythe d’Europe

Le département des Monnaies, médailles et antiques présentera trois objets antiques en lien avec le mythe de l’enlèvement d’Europe.

Fragment de pithos. L’enlèvement d’Europe

Fragment de pithos (grande jarre) découvert à Thèbes (Grèce, Béotie). Terre cuite, décor modelé, imprimé et gravé. Production : Cyclades (Groupe téniote-béotien), vers 675 av. J.-C. (BnF, MMA, DR166bis).

Les grands pithoi à reliefs cycladiques de la première moitié du VIIe siècle av. J.-C. se signalent par la richesse et la précocité de leur décor mythologique. Ce document fragmentaire offre la plus ancienne représentation de l’enlèvement de la princesse phénicienne Europe par Zeus, ayant pris la forme d’un taureau.

Fille du roi phénicien Agénor, la princesse Europe jouait avec ses compagnes sur la plage lorsqu’elles furent approchées par un taureau blanc, majestueux et paisible qui partit au galop vers le large dès que l’imprudente se fut assise sur son dos. De leur union en Crète sont nés Minos, Sarpédon et Rhadamante.

Notre vase constitue la première occurrence figurée du mythe dans l’art grec. Peut-être ce thème a-t-il été choisi en fonction du lieu d’usage du vase, puisque Cadmos, le frère d’Europe, est le fondateur de Thèbes. Le relief est ici façonné à main levé, rehaussé de motifs imprimés et gravés. Plusieurs détails de la scène méritent que l’on sy attarde : le mouvement vif du taureau (certifiant que l’on a affaire à un rapt) ; la richesse ornementale du costume de la princesse ; ainsi que son bracelet (un présent offert par Zeus ?).

Les pithoi cycladiques

Un pithos est une grande jarre (souvent proche de la taille humaine) destinée à la conservation des récoltes. Celui qui nous occupe affectait peu ou prou la forme d’une amphore (comparaison : ci-dessous) : de ce fait, on trouve également l’appellation d’ « amphore » ou de « pithamphore », quoique celle de « pithos » soit consacrée par l’usage. Ces contenants ont été découverts dans l’habitat (pour un usage domestique), mais aussi dans des sanctuaires (avec une fonction votive) et dans des nécropoles.

Pithos. H. 1,30 m. (Louvre, CA 795).

La série à laquelle appartient notre vase a pour centre artistique l’île de Ténos. On estime que l’atelier de Ténos a la priorité (sur les foyers continentaux) et l’on a proposé d’attribuer la production à des potiers téniotes itinérants : étant donné la taille des vases, la fabrication sur le lieu d’usage (notamment en Béotie) est en effet à envisager. Notre fragment est le plus ancien à avoir été découvert en Béotie.

Cette production est fameuse pour la richesse et la précocité de ses décors mythologiques (fin de l’époque géométrique et début de l’époque orientalisante). Souvent, le col offre un seul sujet (mythologique), comme ici, tandis que la panse est couverte de registres alternant motifs figurés et ornements linéaires.

Deux didrachmes de Gortyne : Zeus et Europe en Crète

Didrachme d’argent éginétique de Gortyne, Crète, vers 350-270 av. J.-C.  (BnF, MMA, Luynes 2343).
Didrachme d’argent éginétique de Gortyne, Crète, vers 350-270 av. J.-C.  (BnF, MMA, Luynes 2344).

Ces deux didrachmes d’argent frappés à Gortyne évoquent non pas le rapt d’Europe à proprement parler, mais la présence en Crète de Zeus (toujours sous les traits d’un taureau) et de la jeune fille. Si la représentation de l’animal ne pose aucune difficulté particulière, celle d’Europe peut surprendre : elle est installée au sommet d’un arbre. Cette iconographie fait référence à une légende rapportée par Théophraste (371-287 av. J.-C.) dans son ouvrage Recherches sur les plantes (Περὶ Φυτῶν Ιστορίας), Livre I, IX :

« En Crète, dans le territoire de Gortyne, on raconte qu’il existe près d’une fontaine un platane qui ne perd pas ses feuilles. C’est sous ce platane que, selon leurs légendes, Zeus s’unit à Europe ».

Ces représentations d’Europe perchée sur un platane figurent sur des monnaies de cités crétoises du Ve au IIIe siècle av. J.-C., mais jamais en dehors de l’île. Tandis que le mythe de l’enlèvement d’Europe est partagé par l’ensemble du monde grec (panhellénique), la représentation en Crète, et particulièrement à Gortyne, de cet arbre constitue une variante – ou plutôt un ajout – local du récit, comme indiqué par Théophraste lui-même. En revendiquant la présence sur son territoire du lieu précis de l’union de Zeus et Europe (qui engendrera notamment le roi Minos), la cité de Gortyne célèbre son hellénisme et revendique en même temps une part du prestige associé à cet épisode mythologique majeur. Cette légende est d’ailleurs toujours vivace, aujourd’hui encore il est possible de voir à Gortyne l’arbre réputé avoir abrité les amours de Zeus et Europe, en réalité un Platanus orientalis var.cretica, très rare variété endémique de platane justement remarquable en raison de son feuillage persistant.

Le Platanus orientalis var.cretica de Gortyne (Source @crete.decouverte)

Le Banquet d’Alexandre

La salle du département des Manuscrits présente une sélection de documents exceptionnels autour de la thématique du partage au cours des repas: l’assemblée des veneurs du Roy Modus et la royne Ratio (manuscrit BnF Français 1297), la scène illustrant « comment l’amant fu au disner sa dame » dans les poésies de Guillaume de Machaut (manuscrit BnF Français 1586) jusqu’aux danses des derviches au rythme de la flûte et du tambourin du manuscrit persan de la Séance des amants (manuscrit BnF Supplément persan 1150).

Banquet d’Alexandre, manuscrit Arménien 291, f. 51v sur Gallica

Le banquet d’Alexandre du manuscrit Arménien 291 montre de manière emblématique l’héritage partagé entre Orient et Occident que fut le Roman d’Alexandre du Pseudo-Callisthène composé vers le 2è s. après notre ère.

Les aventures du jeune général macédonien qui vécut au 4è s. avant n.è., élevé au rang de mythe de son vivant, ont essaimé dans le monde entier grâce à ce texte majeur, en particulier de l’Antiquité tardive jusqu’au 18è siècle.

Les épisodes furent intégrés à de nouvelles narrations et permirent de servir des traditions aussi diverses que des romans médiévaux français qu’éthiopiens, syriaques, coptes, persans, arabes, turcs, malais et bien d’autres encore. La version arménienne traduite au 5è s. est l’héritière directe de la recension grecque, avec l’ajout d’épisodes inédits et une iconographie christianisée, comme le banquet semblable à une Cène1.

Les Journées Européennes du Patrimoine 2021 à la BnF:

Citer ce billet : Antiquité BnF, "Du taureau d’Europe au banquet d’Alexandre : l’Antiquité aux journées européennes du Patrimoine 2021 @BnF", in L’Antiquité à la BnF, 16/09/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/13693, [consulté le 18/10/2021].
  1. pour en savoir plus, voir « Un roman d’Alexandre arménien » en ligne sur le carnet Manuscripta. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.