L’éclat des vases du Cabinet des médailles -2- Dans la boîte! Le reconditionnement de la collection de fragments

Dans un peu moins d’un an, le musée de la BnF rouvrira enfin ses portes, après cinq années de fermeture au public. Pourtant, rien de plus actif que cette attente ! Sur les plans de la recherche, de la valorisation et de la diffusion, comme en témoigne ce carnet de recherche, mais également dans le domaine de la conservation. Car la BnF a consenti un effort sans précédent en faveur de la restauration des collections du département des Monnaies, médailles et antiques, en privilégiant deux ensembles : d’une part les objets exposés dans le futur musée qui le demandaient, et d’autre part ceux dont le transport vers le site Richelieu risquait d’aggraver l’état. Pour patienter avec nous jusqu’au jour J, nous vous proposons de découvrir quelques opérations récentes de conservation-restauration.

Vue de la future salle de Luynes. © Guicciardini e Magni Architetti

Dans la boîte! Le reconditionnement de la collection de fragments                                            (C. Cuyaubère et L. Détrez)

Le retour à Richelieu ?  Déjà demain !

En vue de son voyage depuis le site historique de Richelieu en 2016, puis de son stockage provisoire dans un magasin du site François Mitterrand, la collection de fragments de vases grecs a bénéficié d’un conditionnement soigné dans des contenants plastiques par des restaurateurs spécialisés en arts du feu sous la supervision de Cécile Colonna. Pour demain, à Richelieu, quelles seraient les conditions optimales dans lesquelles conserver ce fonds ? En 2019, le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF soutenu par le Projet Richelieu a entrepris le reconditionnement de son fonds de fragments de vases grecs, avec trois objectifs :

  • faciliter son déploiement dans la future réserve,
  • lui assurer des conditions de conservation optimales (pour le transport et le séjour dans de nouveaux meubles à plans),
  • et en simplifier la communication (c’est-à-dire le prélèvement, la présentation et la consultation).

Ce chantier, qui a bénéficié à la fois des savoir-faire propres à la BnF et de l’expertise d’une restauratrice indépendante, Claire Cuyaubère, s’est déroulé en trois temps.

Des « boîtes à chaussures » … à fenêtres

Une soixantaine de boîtes de carton neutre à couvercle amovible (de type « boîte à chaussure », dans notre jargon) équipé d’une « fenêtre » polyester ont été confectionnées par l’atelier de conditionnement de la BnF. Le nombre de boîtes et leurs dimensions avaient au préalable été calculés par Fanny Lefaure, coordonnatrice de programmation logistique-conductrice d’opérations au Projet Richelieu. Rangées par paires dans les tiroirs des futurs tessonniers, ces boîtes laisseront visible leur contenu tout en le protégeant de la poussière.

Des planches de carton neutre prédécoupées (en haut) ont été pliées pour former les boîtes
Boîte montée, avec son couvercle à fenêtre polyester

Logique, pratique et esthétique

Conçu et mis en œuvre par Claire Cuyaubère assistée d’Anne-Laure Delaplanche et en relation avec le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France, le chantier de reconditionnement de plus de 700 fragments s’est déroulé d’octobre à décembre 2019.

Strictement fidèle au classement préexistant, fruit de plus d’un siècle de travaux savants1, le nouveau mode de conditionnement maintient également les principes de la délimitation des ensembles cohérents et de la conservation à proximité immédiate des « archives » papier de la mise en ordre du fonds. Après plusieurs essais et dans le but d’éviter l’usage d’encre, ce sont des « frontières » formées de papier neutre coloré épinglées sur le fond de Plastazote®2 qui séparent désormais les fragments ou lots homogènes de fragments, identifiés par une étiquette, elle aussi épinglée. Quant aux notes associées, elles ont été mises sous pochettes de conservation numérotées et insérées dans la rainure périphérique. Tout au long du chantier, un tableau de suivi fin et des prises de vues systématiques ont permis un pilotage aisé et parfaitement documenté du renouvellement des conditionnements.

Boîte de conservation contenant plusieurs groupes de fragments, dont le rapprochement est matérialisé par les bandelettes de papier neutre coloré
La documentation papier relative aux groupes de fragments est conservée dans des enveloppes de papier neutres, glissées dans la rainure périphérique

Dans un souci à la fois logique et esthétique, tous les fragments d’un même ensemble sont disposés sur la même face, et selon leur localisation originelle supposée, en « éclaté ».

Une présentation en « éclaté » (dans la limite des dimensions de la boîte) favorise la lisibilité des fragments attribués à un même objet

Dans ce même esprit, Manon Daran, coordonnatrice des préparatifs de la réouverture du musée pour les collections du département des MMA, a depuis réalisé le conditionnement des coupes fragmentaires De Ridder.583+ et 585+, à leur retour de l’exposition « Terre ! ».

La suggestion du périmètre de la coupe fragmentaire De Ridder.583+ à l’aide de bandelettes de papier neutre coloré en favorise la lecture

Inséré dans une découpe sur mesure garnie d’un intissé de conservation (Tyvek®), chaque fragment repose également sur une languette de même matière, grâce à laquelle il peut être extrait sans risque.

La languette insérée sous chaque fragment permet de l’extraire aisément de son écrin de mousse
Au fond de chaque cavité, un garnissage d’intissé polyéthylène Tyvek® évite tout risque d’abrasion

Des bandelettes transversales épinglées de part et d’autre de chaque tesson et une feuille de mousse Plastazote® en couverture préviennent au contraire tout risque de déplacement en cours de transport.

L’ajout de bandelettes de Tyvek® épinglées maintient les fragments dans leurs écrins, évitant le risque de déplacement lors des manipulations et des transports

Bilan sanitaire, interventions curatives et de restauration : études de cas

Au cours du chantier, des défauts d’assemblage et des désordres liés à la présence de sels solubles ont été repérés par Claire Cuyaubère : une sélection a pu être traitée par ses soins, par ordre de priorité à l’été 2020.

Restauration

Quelques fragments jointifs ont été recollés, des assemblages défaillants ont été démontés, refaits et le cas échéant soutenus par un comblement. Tel est par exemple le cas du couvercle de lékanis fragmentaire De Ridder.210

Groupe de fragments d’un couvercle de lékanis De Ridder.210 avant intervention de conservation-restauration (extérieur et intérieur)

Dans cet ensemble de dix fragments, deux lots jointifs (composés respectivement de trois et quatre tessons) avaient en réalité été connectés anciennement par un collage, rompu depuis. La campagne de reconditionnement ayant permis de retrouver cette connexion, un examen détaillé des fragments a montré que les autres collages étaient peu satisfaisants : ils présentaient des décalages, les adhésifs présents avaient vieilli, jauni, et étaient devenus cassants.

Un nettoyage de surface, à l’eau déminéralisée sur un coton-tige, a permis de retirer dépôts terreux et encrassement, tout en conservant et documentant des inscriptions au crayon à papier et à l’encre, témoins de pratiques anciennes lors de l’étude des fragments par des chercheurs.

Des compresses d’eau déminéralisée ont ensuite permis de faire gonfler ou de solubiliser les colles anciennes et ainsi de décoller les fragments ; les résidus d’adhésifs ont ensuite été délicatement retirés à l’aide d’un scalpel, d’un pinceau doux et d’eau déminéralisée.

Les fragments ont ensuite été recollés à l’aide d’un adhésif acrylique de conservation, le Paraloïd® B-72, choisi pour sa compatibilité avec le matériau céramique, sa réversibilité et sa stabilité dans le temps. La connexion supplémentaire a également été collée.

Détail des sept fragments jointifs après dérestauration, nettoyage et collage

Afin de soutenir le nouveau collage, la lacune située au sein des sept fragments a été comblée à l’aide de plâtre de Paris, et retouchée à la couleur de la pâte céramique, sans reprise des décors (inconnus), afin de signaler la présence d’une zone de restauration. Le numéro d’inventaire a été marqué sur une tranche de chaque fragment ou groupe de fragments, dans une zone discrète et à l’aide de matériaux réversibles et stables.

Détail des sept fragments jointifs après comblement de la lacune (extérieur et intérieur)

Les fragments du couvercle de lékanis De Ridder.210 après réintégration colorée du comblement (extérieur et intérieur)

Conservation curative : dessalement

Sur d’autres fragments, des efflorescences blanches associées à une surface pulvérulente dénonçaient l’activité de sels solubles dans la pâte céramique. Des dessalements ont permis de supprimer la source de l’altération pour deux cols de loutrophores à figures rouges (De Ridder.384 et Froehner.1623).

Col de loutrophore De Ridder.384 avant intervention de conservation curative
Col de loutrophore Froehner.1623 avant intervention de conservation curative

 

 

 

 

 

 

 

 

Un prélèvement de ces efflorescences a été analysé à l’aide de bandelettes-tests et a montré la présence de nitrates.

La réaction colorée des bandelettes-tests indiquent la présence de nitrates (réactif rose sur la bandelette du haut) ; en revanche les bandelettes-tests pour les chlorures (brune) et les sulfates (orange) n’ont pas réagi.

La présence de sels solubles dans des céramiques poreuses peut générer des pertes de matière en cas de variations d’humidité relative, avec des efflorescences très importantes causant des soulèvements de surface. Ils peuvent être traités par dessalement quand leur état de surface le permet. Le dessalement consiste en l’immersion des objets dans de l’eau déminéralisée ; les sels solubles sortent de la céramique en cherchant à atteindre l’équilibre entre les deux milieux, et ce mouvement des sels est contrôlé par la mesure de la conductivité des bains de dessalement ; les bains sont renouvelés jusqu’à obtenir une mesure basse et stable.

Un examen poussé sous grossissement a déterminé que la surface des deux cols de loutrophore était suffisamment stable pour permettre leur dessalement. Ils ont donc été traités par immersion dans l’eau déminéralisée ; les bains ont été changés toutes les 24 heures et ont duré trois jours.

Les fragments ont ensuite été laissés à sécher très progressivement dans une atmosphère contrôlée. Puis l’état de surface des fragments a à nouveau été observé sous grossissement. Il a été déterminé que la surface était stable et ne nécessitait pas de consolidation.

Ce traitement de stabilisation (ou conservation curative) n’entraîne généralement pas de modification visuelle importante, mais permet de stopper une altération évolutive et de prévenir de potentielles pertes de matière.

Col de loutrophore De Ridder.384 après intervention de conservation curative
Col de loutrophore Froehner.1623 après intervention de conservation curative

 

 

 

 

 

 

 

 

Claire Cuyaubère et Louise Détrez

Remerciements

Julie Abbou, Anne-Laure Delaplanche, Manon Daran

Citer ce billet : Louise Détrez, "L’éclat des vases du Cabinet des médailles -2- Dans la boîte! Le reconditionnement de la collection de fragments", in L’Antiquité à la BnF, 22/09/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/13650, [consulté le 18/10/2021].

Bibliographie

Pour aller plus loin :

  1. Colonna et Bernard 2017, p. 134-135 et note 42. []
  2. Mousse de conservation en polyéthylène, neutre et inerte. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.