La statue d’Athéna Ilias, ou la promotion de l’héritage troyen d’Ilion

Archive : Image du mois septembre 2021

Tétradrachme d’Ilion, Troade, vers 188-133 av. J.-C. Argent, 16,70 g, 36 mm, 12 h (BnF, MMA, Fonds général 680).

A plusieurs reprises la cité d’Ilion a choisi de faire figurer au revers de ses émissions monétaires la statue d’Athéna Ilias. Tandis qu’au droit de ce grand tétradrachme hellénistique du IIe siècle av. J.-C. figure une tête casquée et couronnée de la divinité, au revers se trouve une représentation de sa statue. Coiffée d’un polos et vêtue d’un chiton, Athéna est debout à droite. Elle brandit une lance de la main droite et tient un quenouille dans la main gauche. A ses pieds se tient une chouette, le rapace qui lui est généralement associé. Outre le nom d’un monétaire placé sous le type principal (AΠHMANTOY), l’inscription AΘHNAΣ ΙΛΙAΔΟΣ, qui encadre la statue, assure l’identification d’Athéna Ilias.

Divinité du principal sanctuaire de la cité, son aura dépasse largement le cadre civique. Le koinon d’Athéna Ilias, association religieuse de 9 à 12 cités des Détroits s’assemble autour de ce culte important dans toute la région1. Ce tétradrachme n’est pas isolé, et la BnF conserve d’autres monnaies d’époques différentes avec ce même type, par exemple celles frappées conjointement par Ilion, Abydos et Assos, confrontées aux aléas de la révolte du satrape perse d’Artabaze contre Artaxerxès III de 357  à 352 av. J.-C.2 Dans ce cas la nature de la représentation du revers – une statue – est plus encore reconnaissable à l’aspect figé de la divinité ainsi qu’au socle sur lequel elle se tient. Le polos, la lance brandie et la quenouille attestent quant à eux qu’il s’agit bien de la représentation de la même effigie d’Athéna Ilias.

Tétradrachme d’Assos, Troade, milieu des années 350 av. J.-C. Argent, 15,01 g, 23 mm, 12 h (BnF, MMA, Fonds général 468).

Les monnaies des cités grecques comportent le plus souvent une iconographie renvoyant à une ou plusieurs divinités poliades. Ces types évoquent les dieux auxquels sont rendus des cultes civiques soit à travers une représentation de la divinité elle-même, soit par le biais d’animaux, d’objets ou de mythes qui leur sont associés. En la matière, la combinaison classique par excellence demeure le monnayage d’argent athénien, avec une tête d’Athéna au droit et une chouette accostée d’une branche d’olivier au revers. Dans certaines cités, les autorités ont parfois choisi de faire représenter non pas la divinité, mais directement sa statue3. C’est ce que fit la cité d’Ilion, en Troade, revendiquant à la fois son hellénisme et l’héritage de la Troie d’Homère.

Fondée au VIIIe siècle av. J.-C. par des colons grecs, la cité est baptisée du nom de la cité de Priam, sur les ruines de laquelle elle est supposée se trouver. Le culte d’Athéna Ilias renvoie par ailleurs directement au récit de la guerre de Troie, autant au camp des Grecs, soutenus par la déesse, que des Troyens, qui vouaient un culte au Palladion – statue d’Athéna associée à la fondation de la cité par Ilos – au sein même du palais4. La captation de l’héritage homérique, particulièrement au travers du culte d’Athéna Ilias, s’inscrit ainsi dans une politique active d’auto-promotion de la cité. Située dans une région stratégique, aux confins des grands Empires de son temps, la cité célèbre son passé mythique afin d’attirer l’attention – et les faveurs – des puissances environnantes. C’est ainsi que de nombreux chefs d’armées comme Xerxès (480 av. J.-C.), Mindaros (411 av. J.-C.), Alexandre le Grand (334 av. J.-C.), Antiochos III (191 av. J.-C.) ou Caius Livius Salinator (190 av. J.-C.), traversant les Détroits dans un sens ou dans l’autre prirent le temps de s’arrêter à Ilion pour y sacrifier à Athéna, comme pour inscrire leurs pas dans dans ceux des héros homériques5. Alexandre, pétri du récit de l’Iliade,  érigea même la komè d’Ilion en véritable cité6.

La promotion du culte d’Athéna Ilias prit encore de l’ampleur à l’époque de la domination romaine, ces derniers revendiquant un ascendance troyenne à travers la figure mythique d’Énée. La cité d’Ilion choisit par exemple de faire représenter sur certaines de ses monnaies de bronze l’épisode de la fuite d’Énée – portant son père Anchise sur ses épaules, et entraînant par la main son fils Ascagne – lors de la chute de Troie. Le lien entre le culte d’Athéna Ilias et la Troie homérique est par ailleurs explicitement célébré sur d’autres émissions, par exemple sous le règne de Caracalla lorsque Ilion frappe un nouveau monnayage de bronze avec au revers une représentation d’Ilos, fondateur mythique de Troie, faisant une libation devant la fameuse statue.

Bronze, Ilion, Troade, règne de Caracalla (211-217 ap. J.-C.). Bronze, 8,77 g (BnF, MMA, Fonds général 784)

Cette proximité valut à la cité de faire l’objet d’une attention particulière de la part des Romains qui lui accordèrent la liberté dès 205 av. J.-C., ou encore l’exemptèrent d’impôt sous le règne de Claude7. En somme, la présence de la statue d’Athéna Ilias sur de nombreuses monnaies d’Ilion durant près de six siècles constitue un marqueur identitaire fort de la cité, mais aussi un argument de premier ordre pour inciter les puissances environnantes à la clémence, voire à la générosité.

Julien OLIVIER

Citer ce billet : Julien Olivier, "La statue d’Athéna Ilias, ou la promotion de l’héritage troyen d’Ilion", in L’Antiquité à la BnF, 01/10/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/13579, [consulté le 18/10/2021].
  1. Voir la carte qu’en proposent Fr. Lefèvre et W. Pillot dans « La Confédération d’Athéna Ilias : administration et pratiques financières« , REA, 2015, p. 3. []
  2. Concernant la révolte d’Artabaze, voir la section dédiée à cet épisode dans l’ouvrage de P. Debord, L’Asie Mineure au IVe siècle (412-323 av. J.-C.), Chapitre IX. Mausole et la guerre des alliés : La révolte d’Artabaze (357-352), Pessac, 1999. Au sujet de ce monnayage, voir A. Ellis-Evans, « Memnon and Mentor of Rhodes in the Troad« , NC 176, 2018, p. 51-58. []
  3. Sur les statues représentées sur les monnaies grecques, on se rapportera à l’ouvrage de L. Lacroix, Les reproductions de statues sur les monnaies grecques : La statuaire archaïque et classique, Liège, 1949. []
  4. Voir à ce sujet l’article de W. Pillot, « Ilion, Athéna Ilias et les Détroits, d’Alexandre le Grand à Antiochos III. Identité régionale d’une communauté politique et de son sanctuaire, au carrefour d’influences européennes et asiatiques », DHA, 2016, p. 158-159. []
  5. Voir la liste et les commentaires associés dans Pillot 2016, op. cit., p. 135 et suivantes. []
  6. Sur la visite d’Alexandre, voir également l’article de G. Courtieu, « La visite d’Alexandre le Grand à Ilion/Troie« , Gaia, 2004. []
  7. Voir à ce sujet les commentaires et les renvois bibliographiques de N. Deshours, L’été indien de la religion civique, Bordeaux, 2011, p. 242-243. []

2 réflexions sur « La statue d’Athéna Ilias, ou la promotion de l’héritage troyen d’Ilion »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.