#Retour au Musée – La BnF hors les murs #5: IDOLES, L’Art des Cyclades et de l’Anatolie à l’Âge de bronze

La BnF est fermée jusqu’au 8 septembre au soir pour l’entretien annuel du bâtiment et des serveurs informatiques, mais ses collections restent en partie accessibles en ligne notamment sur Gallica, les catalogues, les sites pédagogiques (toutes les précisions ici) et grâce aux expositions hors les murs.

Le musée Fenaille de Rodez réunit jusqu’au 17 octobre de manière inédite en France, dans une approche comparée, les statuettes originaires des Cyclades et d’Anatolie produite à l’Âge du bronze (entre 2800 et 2300 avant notre ère), grâce à des prêts exceptionnels du Musée du Louvre. Le parcours souligne aussi l’art cycladique comme source d’inspiration majeure pour les artistes de la première moitié du XXe siècle tels Brancusi, Giacometti et Zadkine.

Idole cycladique, marbre de Paros, H. 39 x l. 10 x ép. 4,7 cm, BnF, Dpt des MMA, reg.A.3953

Des idoles cycladiques à la BnF

À la faveur du récolement de ses collections, le Département des Monnaies, médailles et antiques a pu redécouvrir sa collection d’idoles cycladiques et en publier l’étude1. Deux sont visibles à Rodez pour cette exposition.

La première (reg.A.3953), attribuée au sculpteur Goulandris, fut donnée en 1859 par François Lenormant , fils du conservateur au Cabinet des médailles Charles Lenormant. Elle figure dans le recueil dessiné par Jean-Baptiste Muret, dessinateur recruté par Désiré Raoul-Rochette, chargé de documenter les nouvelles acquisitions du Cabinet des Médailles2.

Idole cycladique marbre de Paros, H. 18,5 x l. 6,5 x cm, BnF, Dpt des MMA, Delepierre.ma.1

La seconde, attribuée au sculpteur de Dresde, fut donnée en 1966 par Marie Delepierre, veuve du collectionneur de monnaies grecques Jean Delepierre (1889-1963). Le couple acquiert dans les années 1930 des œuvres d’art grec « pour créer l’ambiance favorable à ses médailliers ».

Que représentent ces idoles?

Produites dans les Cyclades, îles au carrefour entre la Grèce continentale, l’Anatolie et la Crète, ces sculptures représentent une figure de femme nue, les bras croisés sur la taille protégeant le ventre.

Idole cycladique attribuée à Goulandris, marbre de Paros, H. 39 x l. 10 x ép. 4,7 cm, BnF, Dpt des MMA, reg.A.3953

Elles étaient probablement disposées couchées, les jambes un peu fléchies, la tête rejetée vers l’arrière comme regardant le ciel, probablement enceintes.  Les incisions parfois visibles au niveau du ventre pourraient correspondre à des plis qui indiqueraient le statut de jeune accouchée, comme sur la statue Delepierre.ma.1, détaillée ici de manière exceptionnelle:

Pour aller plus loin:

Les billets « La BnF hors les murs # »:

Citer ce billet : Antiquité BnF, "#Retour au Musée – La BnF hors les murs #5: IDOLES, L’Art des Cyclades et de l’Anatolie à l’Âge de bronze", in L’Antiquité à la BnF, 31/08/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/13544, [consulté le 22/09/2021].

  1. Voir l’article d’A. Caubet, P. Getz-Gentle et M. Pic, « Trois figures cycladiques en marbre du IIIe millénaire », Revue de la BNF 45, 2013, p. 67-73 en ligne. []
  2. Monuments antiques dessinés par J.-B. Muret, tome I, entre 1830 et 1866, pl. 134 sur Gallica. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.