L’éclat des vases du Cabinet des médailles -1- Victoire ! L’amphore panathénaïque DR.244

Dans un peu moins d’un an, le musée de la BnF rouvrira enfin ses portes, après cinq années de fermeture au public. Pourtant, rien de plus actif que cette attente ! Sur les plans de la recherche, de la valorisation et de la diffusion, comme en témoigne ce carnet, mais également dans le domaine de la conservation. Car la BnF a consenti un effort sans précédent en faveur de la restauration des collections du département des Monnaies, médailles et antiques, en privilégiant deux ensembles : d’une part les objets exposés dans le futur musée qui le demandaient, et d’autre part ceux dont le transport vers le site Richelieu risquait d’aggraver l’état. Pour patienter avec nous jusqu’au jour J, nous vous proposons de découvrir quelques opérations récentes de conservation-restauration.

Vue de la future salle de Luynes (© Guicciardini e Magni Architetti)

À l’heure où les Jeux olympiques battent leur plein, parlons sport dans ce premier billet ! De 2018 à 2021, les quatre amphores panathénaïques (c’est-à-dire les récompenses des vainqueurs des jeux sportifs d’Athènes) de la BnF ont bénéficié d’une restauration fondamentale : une dérestauration et un remontage minutieux leur ont rendu leur stabilité structurelle, un dessalement a éliminé pour certaines d’entre elles une contamination aux sels solubles, enfin, un traitement des lacunes à la fois esthétique et conforme à la déontologie en vigueur permet désormais leur exposition. Dans cet ensemble, l’amphore De Ridder.244, restaurée en 2018 par Caroline Mottais et Laure Chambert-Loir, sera présentée dans le futur musée.

L’amphore De Ridder.244 après restauration (© Serge Oboukhoff, BnF/CNRS/MSH-Mondes)

L’oeuvre

Proche du Peintre de Berlin 1833 (cercle du Peintre d’Eucharidès), amphore panathénaïque

  • Description : face A : Athéna promachos (qui s’avance au combat) entre deux colonnes surmontées de coqs ; face B : course hippique
  • Produite à Athènes vers 500-480 av. J.-C.
  • Découverte à Vulci (Italie), dans la nécropole de Cavalupo, en janvier 1829.
  • Terre cuite, figures noires. H. 67 cm ; D. 40,7 cm.
  • Acquise à la vente Canino de 1843

Un vase de prix

Chaque année, la cité d’Athènes célèbre lors des Panathénées sa déesse tutélaire, Athéna, à l’occasion de son anniversaire, le 28 du mois estival Hekatombaion. Mais depuis une réforme de 566 av. J.-C. parfois prêtée au tyran Pisistrate, de Grandes Panathénées sont, tous les quatre ans, le théâtre de festivités plus développées, et notamment de concours sportifs et musicaux renommés.

Si les vainqueurs des jeux de la periodos (le calendrier quadriennal des compétitions dans les sanctuaires panhelléniques – Olympie, Némée, Delphes et Corinthe) tirent de leur victoire une gloire considérable, elle est matérialisée par une simple couronne végétale. Les champions des jeux d’Athènes, en revanche, se voient remettre par dizaines des jarres de terre cuite remplies de l’huile des champs d’oliviers sacrés de la déesse, rejetons de l’arbre primordial de l’Acropole offert par Athéna, rivale de Poséidon pour la tutelle de l’Attique. C’est à cette catégorie qu’appartient l’amphore De Ridder.244.

Récompense officielle, le contenant obéit à certaines règles, auxquelles les officines gratifiées de cette importante commande publique se conforment couramment à partir de 540 av. J.-C. environ. De taille relativement constante (sa capacité avoisine les 35-40 litres), l’amphore dite panathénaïque est pansue, munie d’un petit pied évoquant les amphores de transport, d’un col étroit facilitant sa fermeture et de deux petites anses de préhension.

transcription de l’inscription placée verticalement le long de la colonne de gauche, face A (De Ridder 1901, p. 152)

Toujours décorée dans la technique bientôt anachronique de la figure noire, elle est frappée de l’inscription consacrée tôn Athenethen athlon (« des jeux d’Athènes ») et offre un programme iconographique invariable : Athéna s’avance au combat entre deux colonnes surmontées de coqs sur la face principale, tandis que le revers illustre la discipline du gagnant.

Face A, après restauration (© Caroline Mottais et Laure Chambert-Loir)

Il s’agit en l’occurrence de la course de cavaliers (keles), qui se disputait dans un hippodrome dont les vestiges n’ont pas encore été localisés. Aucun des deux jockeys, montant à cru et badine en main, ne remportera personnellement la victoire : dans le cas des épreuves équestres, c’est le propriétaire des montures qui concourt par procuration.

Face B : après restauration (© Caroline Mottais et Laure Chambert-Loir)

Découverte en 1829 dans la tombe d’un Étrusque sensible au prestige de la culture grecque, aux valeurs de l’athlétisme et à l’excellence de l’artisanat athénien, notre amphore a nécessairement été vendue par le sportif grec qui l’a remportée à Athènes. C’est en 1843, à l’occasion de l’une des ventes qui dispersent notamment le résultat des fouilles de Lucien Bonaparte (1775-1840), frère de Napoléon, sur ses terres de Canino, que le Cabinet des médailles a fait l’acquisition de ce vase.

La restauration : traitements et enseignements

Relativement peu lacunaire, l’amphore est néanmoins très fragmentée : les restauratrices Caroline Mottais et Laure Chambert-Loir, après avoir procédé au démontage du vase, se sont donc livré à un puzzle de quelque 150 pièces !

Après démontage (© Caroline Mottais et Laure Chambert-Loir)
Collage en cours (© Caroline Mottais et Laure Chambert-Loir)

La dérestauration, en révélant les tranches des fragments, met au jour une pratique d’un autre âge, pour ajuster un collage imparfait : le limage des tranches… Si leur abrasion a facilité un précédent assemblage, elle accroît au contraire aujourd’hui la difficulté d’un collage soigneux, ayant dégradé les plans de contact.

Tesson limé lors d’une précédente intervention (© Caroline Mottais et Laure Chambert-Loir)

Le vase du Cabinet des médailles est l’une des rares amphores panathénaïques connues à porter un graffite incisé sous le pied, sans doute une indication de capacité : l’allègement d’un dépôt de concrétions en améliore désormais la lecture. Deux autres amphores partagent avec lui non seulement cette singularité, mais également leur iconographie (la course équestre) et leur paternité1. Peut-être ont-elles été remportées par le même vainqueur à une même session des jeux d’Athènes, avant de connaître toutes trois l’exportation vers l’Étrurie, propose Alan Johnston.

© Langridge-Noti 2001, Abb.1.2, p. 79
Vue du dessous, en cours de démontage : graffite (© Caroline Mottais et Laure Chambert-Loir)

Après collage des fragments constitutifs, les lacunes sont comblées et réintégrées, avec un double objectif.

Après comblement, avant retouche (© Caroline Mottais et Laure Chambert-Loir)

D’une part, pour faciliter la lecture du décor et en l’absence d’incertitude majeure, les lignes structurantes du système ornemental sont prolongées, et les silhouettes des sujets figurés fermées. D’autre part, pour signaler l’intervention, l’intensité chromatique de la retouche est modérée, et son rendu moucheté.

Après restauration (© Caroline Mottais et Laure Chambert-Loir)

Louise Détrez

Citer ce billet : Louise Détrez, "L’éclat des vases du Cabinet des médailles -1- Victoire ! L’amphore panathénaïque DR.244", in L’Antiquité à la BnF, 18/08/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/13396, [consulté le 22/09/2021].

Sources

Pour aller plus loin :

  1. Toronto, Royal Ontario Museum 350 : Peintre d’Eucharidès ; Leyde, Rijksmuseum van Oudheden PC7 : proche du Peintre de Berlin 1833. Voir Johnston 1979, p. 223-224. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.