Archive : image du mois d’août 2021: jeux d’orgues Clémançon du son et lumière des Pyramides du Caire, 1960

Le spectacle aux Pyramides du Caire fut inauguré le 12 avril 1961. Le texte de Gaston Bonheur fut mis en scène par Gaston Papeloux et en ondes par Jean Wilfrid Garrett, sur une musique de Georges Delrue. Il durait 45 minutes et était diffusé en quatre langues : allemand, anglais, arabe et français. Il y était question en 70 tableaux de la construction des pyramides, des cérémonies d’inauguration, du sacre et des funérailles du pharaon, d’un hymne au Nil « père de la civilisation égyptienne ».

Le Sphinx, devant lequel seront rangés les spectateurs, est le personnage central de l’immense scène de 2 kilomètres de large et 900 mètres de profondeur d’où surgissent de la nuit du désert les montagnes lumineuses de Cheops, de Chephren et de Mykerinos, ainsi que les pyramides des reines, les tombeaux des dignitaires, les temples…1

La création de ce spectacle par des Français constitue un signal diplomatique fort dans un contexte tendu suite à la nationalisation du Canal de Suez en 1956.

Les Son et Lumière ont fait leur apparition en 1952 au Château de Chambord2. La formule connaît un succès rapide puisqu’en huit ans, on en recense une soixantaine en France et une dizaine à l’étranger3.

Pour le spectacle du Caire, un procédé nouveau a permis de régler les effets lumineux à distance et de permuter les sources sonores afin de localiser les voix et la musique à partir d’un seul poste central : les jeux d’orgue. Ce dispositif fut d’abord élaboré au théâtre avant de connaître une automatisation progressive. On fit appel aux établissements Clémançon, fondés en 1892 sous le nom de « Compagnie générale de travaux d’éclairage et de force ». Cette dernière commença par équiper les théâtres en éclairage électrique, remplaçant les installations au gaz. Trois dons successifs de la compagnie entre 1963 et 1980 ont permis de faire entrer au Département des Arts du spectacles de la BnF environ 35 mètres linéaires d’archives (correspondances, dossiers administratifs, documentation plans, photographies…) des années 1900-1961.

Parmi ces archives, le fonds photographique de plaques de verre conserve des clichés des jeux d’orgue de ce Son et Lumière qui marqua tous les visiteurs qui prirent place devant le Sphinx et dont l’installation fut, paraît-il, pharaonique…

La commande des différents effets lumineux s’effectue, pour la première fois, à partir d’un poste central placé près du télécommande placés près de Chéops (distance : 600 mètres) et de Chéphren (distance : 900 mètres). Ce tour de force a pu être réalisé grâce à l’emploi des thyratrons. Le thyratron est un tube électrique à gaz possédant une grille de commande. II est susceptible de remplacer, dans un d’éclairage, l’autotransformateur habituel lourd et encombrant. L’installation comprend au total 850 projecteurs Philips de couleurs différentes, équipés de lampes à incandescence de 1000 watts. Il a été nécessaire de creuser 10 000 mètres de tranchées et de poser 29 000 mètres de câble. Pour juger des difficultés rencontrées, II faut savoir que tous les matériaux et appareils, ainsi que l’eau destinée à la fabrication du ciment, furent transportés jusqu’aux lieux d’utilisation à dos d’homme ou de chameau. Les câbles furent déplacés par des équipes d’ouvriers en file indienne, et tout cela par une température de l’ordre de 40-45° à l’ombre. Ces différents travaux ont occupé 100 ouvriers et techniciens pendant plus de six semaines4

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Archive : image du mois d’août 2021: jeux d’orgues Clémançon du son et lumière des Pyramides du Caire, 1960", in L’Antiquité à la BnF, 01/08/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/13371, [consulté le 22/09/2021].
  1. M. L., « Son et Lumière aux Pyramides », Le Monde, 15 mars 1961. []
  2. Éric Monin, « Les techniques pionnières des premiers spectacles son et lumière », Revue Sciences/Lettres 6 | 2019, disponible en ligne sur openedition. []
  3. P.-F. Garret, Les Premiers Son et Lumière (1952-1961), [DESS de l’ENSB], 1990, p. 39. []
  4. « Son et lumière… aux Pyramides », Revue automobile médicale du 25/04/1961, cité dans P.-F. Garret, Les Premiers Son et Lumière (1952-1961), [DESS de l’ENSB], 1990, p. 12. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.