Auguste Mariette, l’archéologie égyptienne sur le devant de la scène

2021 est l’année de la célébration du bicentenaire de la naissance d’Auguste Mariette (1821-1881). L’égyptologue intrépide, premier directeur du Service des Antiquités de l’Égypte, créateur du musée égyptien à Boulaq (Le Caire), fondateur de l’archéologie égyptologique française, assura un rayonnement  international aux découvertes sensationnelles cependant que naissait la photographie. Des publications scientifiques aux expositions universelles, en passant par l’Opéra Aïda, il diffusa les œuvres pharaoniques nouvellement mises au jour, leur conférant un écho médiatique qui ne s’est jamais démenti depuis.

Boulogne-sur-Mer, sa ville natale, lui rend hommage au travers d’une exposition « Auguste Mariette, l’artiste dans l’ombre du scientifique » (3 juillet-19 septembre 2021) et accueille le colloque international « Mariette, deux siècles après » (8-10 septembre 2021).

La Bibliothèque nationale de France s’associe aux deux événements par le prêt de dessins et une présentation des archives Mariette conservées dans les collections du département des Manuscrits et du département des Monnaies, médailles et antiques. Dans ce billet, nous proposons de (re)découvrir la figure de l’égyptologue à travers une sélection de documents disponibles à la Bibliothèque, dont une partie en ligne sur Gallica, grâce aux numérisations de la BnF et de ses partenaires.

Des archives Mariette à la BnF

Le 18 janvier 1881, lorsque Mariette Pacha décède, l’impétueux a voué une vie nourrie au feu de la recherche et de l’exploration archéologique. Malgré les inquiétudes qu’il formule à plusieurs reprises quant au fait d’assurer un avenir à sa famille, il laisse de nombreuses dettes et quatre enfants sans héritage. Le 23 janvier, Gaston Maspero, dépêché au Caire en décembre 1880, est choisi par le gouvernement égyptien pour lui succéder1. Afin de doter les filles Mariette, il intervient pour que la France se porte acquéreuse de la bibliothèque et des papiers du savant. Les livres sont destinés à former le noyau de la bibliothèque de l’École du Caire tout juste fondée sur le modèle des Écoles archéologiques françaises d’Athènes et de Rome et ancêtre de l’actuel Institut français d’archéologie orientale (IFAO) tandis que les manuscrits doivent rejoindre la Bibliothèque nationale2.

Bordereau de la compagnie des messageries maritimes sur le transport des deux caisses de papiers de Mariette, Archives Nationales, F17 29881 accompagnant la pièce 81

Deux caisses de « papiers d’affaires » d’un poids de 87,4 kg sont envoyées au Ministère de l’Instruction publique le 6 juin 1881, tandis que dans un courrier du 6 septembre 1881, Maspero précise3 :

1° Les papiers comprennent,

Les documents, correspondances, manuscrits, journaux &c relatifs à la découverte du Sérapéum de Memphis, formant de 2000 à 3000 feuillets environ.

Les notes, dessins, plans destinés à l’ouvrage des Mastabas, formant environ 1000 ou 1200 feuillets.

Ces deux recueils de pièces ont été classés récemment par moi afin d’en préparer la publication : une partie est déjà dans les mains de l’imprimerie.

Les dessins, manuscrits, notes &c pour les ouvrages d’Abydos, de Dendérah et de Karnak : la plus grande partie de ces documents publiés par Mariette lui-même

Le manuscrit d’un mémoire inédit de 1847 sur la Table des Ancêtres

Le manuscrit d’une bibliographie copte inédite (1847-1849).

Le manuscrit d’une édition abrégée du grand ouvrage sur Dendérah (inédit).

Le manuscrit d’une sixième édition du Catalogue du Musée de Boulaq : ce manuscrit resté inachevé peut être considéré comme la dernière œuvre de Mariette.

Une quinzaine de carnets et cahiers de notes renfermant des copies et des notices en partie publiées, en partie inédites, sur Abydos, Edfou, Dendérah, Philae, &c.

Les archives personnelles de Mariette, sa correspondance avec les savants français et plusieurs reprises, le tout représentant, autant que je puis en juger, de 2000 à 3000 pièces. Une partie de ces archives est à Paris entre mes mains : le reste est à Boulaq dans mon cabinet et sera livré dès que j’aurai pu en extraire les pièces relatives au musée de Boulaq et appartenant aux archives de ce Musée. (…)

Maspero détaille les papiers et la correspondance dans un compte rendu du 10 janvier 1883 au Ministère4 :

2° La correspondance renferme environ 1000 à 1200 lettres écrites de 1847 à 1880, et dues à la plume des principaux savants européens, Lepsius, de Humboldt, de Rougé, Chabas, Dévéria, Charles et François Lenormant, Desjardins, Duc de Luynes, Egger, Miller, Pierret, Birch, Goodwin &c. Environ quatre-vingts de ces lettres avaient été oubliées dans un carton du Musée de Boulaq, et je les apporterai en France pendant cet été. 3° Les papiers d’affaires se composent de notes et factures acquittées, papiers de famille, consultations de médecin, &c. Un certain nombre de ces papiers n’appartiennent pas à la succession, mais à l’administration du Musée de Boulaq, (factures des armoires du Musée, reçus de sommes destinées aux fouilles, &c) et doivent en partie être rendus à cette administration.

Ces deux caisses réapparaissent dans une lettre du 9 février 18855 :

Il y a au dépôt depuis deux ans une caisse provenant du Caire et contenant des documents de la succession de M. Mariette Bey, prière de nous faire connaître ce que nous devons faire de cette caisse.

Elles correspondent sans doute aux « notes, manuscrits et documents divers » envoyés à Léopold Delisle, administrateur général, directeur de la Bibliothèque nationale, le 28 octobre 18856. Ils ont rejoint le département des manuscrits7 sous les numéros d’inventaires : NAF 10256 (Documents tirés des auteurs anciens, par A.-E. Mariette), 11691 (Dessins et copies de stèles, inscriptions et statues égyptiennes des musées de Berlin et de Turin, et notes sur les fouilles de Sân), 20172-20197(Papiers et correspondance de Mariette), 21167 (Inventaire des objets trouvés dans les fouilles de Sakarah, Abydos), 22948-22950 (Papiers de Mariette, relatifs au Sérapéum de Memphis et à Abydos), 24127 (Papiers divers de Mariette dont Plans et relevés de monuments égyptiens; Dossiers sur Edfou, Sân et Tânis; Dossiers historiques ; Mélanges) tandis qu’une autre partie des manuscrits est finalement restée au Caire, aujourd’hui conservée dans le service des archives de l’IFAO. Cette dernière est celle que Maspero annonce garder le temps de la publication8 :

Les papiers seront déposés à la Bibliothèque Nationale à côté des papiers de Champollion, de Desjardins, de Nestor Lhôte, de Prisse d’Avennes et de la plupart des Égyptologues français. Je demanderai seulement la permission de garder les papiers relatifs au Sérapéum et aux Mastabas jusqu’à l’achèvement des deux publications que j’ai entreprises de ces papiers.

D’autres archives relatives à Mariette sont conservées sous les cotes NAF 11669  (Lettres de l’égyptologue Auguste Mariette à Ernest Desjardins)9, 10435 (Papiers de Mariette 1848), 13079  (f. 54-56 Lettre d’A. Mariette), 14900 (f. 71-175 Lettres d’A. Mariette et dessins au f. 176-178), 24277 (f. 522 Lettre d’A. Mariette à Nadar). De nouvelles archives Mariette sont entrées à la BnF avec l’acquisition des papiers du duc de Luynes lors de la vente du 16 septembre 202010.


D’Auguste à Mariette Pacha

L’origine de l’attachement de Mariette à l’égyptologie est en général identifiée dans les travaux de classement des notes et dessins en Égypte de son parent, Nestor Lhôte, qui lui furent confiés au décès de ce dernier en 1842.

Dessin de Jean-Nicolas Huyot dans les Papiers de Nestor Lhote, temple de Ouadi es-Seboua, BnF, Dpt des Manuscrits, NAF 20402, f. 195

La fréquentation de ces archives réunies par ce compagnon de Jean-François Champollion afin de remplacer les dessins perdus et de préparer l’édition posthume des Monuments d’Égypte et de Nubie, aurait mis Auguste sur la voie du déchiffreur. Il n’aurait alors eu de cesse de se procurer ses écrits. Cela est notamment rappelé dans l’épisode où Auguste, plongé dans la lecture d’un ouvrage de Jean-François Champollion en oublie l’heure du repas11, jusqu’à l’apprentissage en autodidacte à partir de la Grammaire publiée à titre posthume en 183612 et ses essais de traduction d’un sarcophage ayant appartenu à Dominique-Vivant Denon, entré en 1837 au Musée de Boulogne13.

Les premières publications locales et l’envoi d’un mémoire à Charles Lenormant lui permettent de se faire connaître. Il obtient un contrat modeste au Louvre en 1849 qui le met sur la voie du voyage en Égypte (1850-1854) tant espéré. Il y redécouvre la localisation du Sérapeum, connu grâce aux écrits antiques mais dont l’emplacement n’avait pu être retrouvé. L’importance des résultats des fouilles lui vaut le poste de conservateur-adjoint au Musée du Louvre à son retour en 1855.

Barbotisse, Allée du tombeau des taureaux sacrés, le Serapeum, dégagée en 1850-1851 par Mariette, Papiers et correspondance. VII : inscriptions, estampes, dessins, plans, BnF, Dpt des Manuscrits, NAF 20178, f. 20

Il l n’a ensuite de cesse de repartir en Égypte. Il a l’idée que le pays doit se doter d’un service contrôlant l’exploitation archéologique et les exports à l’étranger, afin de garantir une certaine protection des Antiquités. Ce projet s’accompagne de la création d’un musée.

Saïd Pacha le nomme en 1858 premier directeur du Service des Antiquités égyptiennes. Tout au long de sa carrière de désormais fonctionnaire égyptien, Mariette fait ouvrir une trentaine de chantiers de fouilles dont Abydos, Tanis, Dendara… Il met en place en 1863 le premier musée ouvert au public à Boulaq.

Des découvertes relayées dans la presse et par la photographie

Au-delà du milieu académique et des publications spécialisées, les découvertes sont relayées dans la presse française. L’outil de mesure de fréquence de citation disponible sur Retronews, le site de presse de la BnF, fait apparaître que le nom d’Auguste Mariette revient dans les journaux contemporains de manière accrue à partir des années 1860, soit au moment où il s’installe en Égypte, nommé à la tête du Service des antiquités en 1858. Les pics correspondent aux articles publiés en:

  • 1860 où est reprise partout la citation d’une lettre à Ernest Desjardins sur la mise au jour d’un atelier de fondeur de métaux à Memphis;
  • 1861, Ernest Desjardins poursuit le récit des découvertes archéologiques publiées sous forme de feuilleton dans Le Moniteur qui sont à leur tour reprises et résumées dans d’autres organes;
  • 1863, année où est inauguré le Musée de Boulaq
  • 1873, il reçoit un prix de l’Institut, décerné à « l’infatigable et savant explorateur qui, après vingt années des plus pénibles recherches, dirigées par une sagacité vraiment singulière, s’est fait un si beau nom par la découverte de cette Égypte souterraine dont il s’occupe maintenant d’exhumer, d’ordonner et d’expliquer les monument nombreux et variés » (JO 26/10/1873);
  • 1876, une médaille d’or de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres couronne ses travaux à Karnak; en 1879, il est honoré du titre de pacha par le vice-roi d’Égypte pour ses actions en faveur de la protection du patrimoine égyptien.
  • Le nombre de mentions culmine dans les années 1881-1882, excédant la centaine de références, avec les articles qui lui sont consacrés à son décès.
E. de Rougé, Album photographique de la mission remplie en Égypte, Paris, 1865, BnF, Dpt des Estampes et de la Photographie, RES PHOTO VH-258-BOITE FOL, f. 36

La photographie naît officiellement en 1839 par une déclaration d’Arago14 et dès cette année, l’Égypte est photographiée15.

Mariette s’entoure rapidement de photographes dont le premier serait John Beasley Greene16. Greene serait donc le premier archéologue à utiliser la photographie en Égypte. Il a appris les hiéroglyphes avec Emmanuel de Rougé, est membre de la Société asiatique et entreprend des fouilles à Medinet Habou17. Il a déposé ses portefeuilles photographiques à l’Institut, accompagnés de tables manuscrites avec les identifications, tandis qu’il a fait don de ses négatifs à Deveria, aujourd’hui conservés dans le fonds Deveria du Musée d’Orsay.

À partir de 1859, Mariette se fait assister dans ses fouilles par Théodule Deveria, employé au Cabinet des Estampes, épigraphiste puis conservateur-adjoint au département des Antiquités égyptiennes du Louvre en 185518. La majorité des clichés restent inédits.

Les archives de Mariette témoignent du statut ambivalent de la photographie. Une annotation sur son manuscrit des Monuments d’Abydos indique: « la photographie ne figure ici juste à titre de renseignements » tandis qu’il entreprend de dessiner toutes ses trouvailles. Sans doute cela témoigne-t-il des coûts encore élevés de la publication des photographies, alors que par ailleurs, l’épigraphie recourt avant tout au dessin19.

Trois grandes publications photographiques liées aux travaux de Mariette voient cependant le jour :

Des lieux de diffusion à destination d’un plus grand public : les Expositions Universelles et l’Opéra

C. Maurand,  Exposition Universelle. – Leurs Majestés Impériales et le Vice-Roi d’Égypte visitent le temple d’Edfou sous la conduite de Mariette, parue dans le Monde illustré, BnF, Dpt des Estampes et de la Photographie, RESERVE FT 4-QB-370 (162)

L’archéologie égyptienne du temps de Mariette bénéficie de tribunes d’exception : les deux Expositions Universelles de Paris en 1867 et 187821 et l’inauguration du canal de Suez. L’archéologue est d’ailleurs sollicité pour la conception des pavillons égyptiens, dont la pièce maîtresse de 1867 est sans conteste le « Temple d’Athor », synthèse de divers sanctuaires ptolémaïques égyptiens, entre autres Dendara et Edfou. Il s’y expose des pièces majeures des dernières découvertes archéologiques comme la statue dite du Cheikh el beled ou les bijoux de la reine Iâhhotep.

Autour de la création de l’Opéra Aïda, commandé à Verdi sur un scénario rédigé par Mariette, initialement pour l’inauguration du canal de Suez et finalement créé au théâtre de l’Opéra du Caire le 24 décembre 1871, la BnF conserve plusieurs projets de costumes conçus par l’égyptologue ainsi que de la correspondance22.

Ces vingt-quatre projets furent donnés à la Bibliothèque par un des fils d’Auguste Mariette, Alfred Mariette, le 8 juillet 1925.

Annotation figurant sur la chemise contenant les vingt-quatre projets de costumes pour Aïda, 1871, BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, RES-861

Une seconde série de douze dessins témoignant des costumes lors de cette première représentation fut réalisée par Henry de Montaut, dessinateur à L’Illustration qui avait déjà séjourné en Égypte en 1861 et redécoré la salle des bijoux du Musée de Boulaq avec Mariette23. Ces dessins sont conservés sous la cote D-156 dont le premier folio porte l’indication « ces dessins sont conformes à ceux faits pour la 1re représentation d’Aïda au Caire par Henry de Montaut sous les yeux de Mariette Bey »24.

Autour de la personnalité énergique et débordante d’activité d’Auguste Mariette se trouve ainsi réunie une documentation foisonnante, qui n’est ici qu’esquissée partiellement. L’actualité archéologique continue de lui rendre hommage puisque le Musée du Louvre a repris depuis peu les fouilles du Sérapeum, qui devraient à leur tour apporter un éclairage sur les trouvailles de l’époque de Mariette25.

Ressources

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Auguste Mariette, l’archéologie égyptienne sur le devant de la scène", in L’Antiquité à la BnF, 06/08/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/13182, [consulté le 22/09/2021].
  1. Archives nationales, pièce n° 2 de la sous-série F17 29881. []
  2. Sur l’histoire de l’acquisition de la bibliothèque Mariette et le fonds Mariette dans les collections de la bibliothèque de l’IFAO, nous renvoyons à un article en cours de publication. Les Archives nationales conservent une liasse relative à cette affaire dans la première chemise intitulée « Mariette | Acquisition de papiers » dans le dossier au nom de Mariette dans la sous-série F17 29881 (dossiers personnels) qu’il convient de compléter avec la correspondance de Maspero conservée dans la sous-série F17 2930. []
  3. Pièce n° 4 de la sous-série F17 29881. []
  4. Pièce n° 10. []
  5. Pièces n° 26 et 27. []
  6. Pièce n° 30. []
  7. Pièce n° 31 []
  8. Rapport du 20 septembre 1881, Archives nationales, pièce n° 48 de la sous-série F17 2930. []
  9. récemment éditées en ligne par Thomas Lebée, voir références en fin d’article []
  10. Ce dossier conservé au département des Monnaies, médailles et antiques, en cours de cotation, ainsi qu’une présentation des archives Mariette conservées seront présentés de manière plus détaillée à l’occasion de notre communication au colloque de septembre 2021. []
  11. Premier extrait sonore mis en ligne par le Musée de Boulogne-sur-Mer. []
  12. Voir par exemple la copie manuscrite de passages de la Grammaire par Mariette, conservée à l’Association égyptologique Reine Élisabeth, Bruxelles citée notamment dans N. Cherpion, « Cherubini et la Grammaire de Champollion », Monuments Piot 89, 2010, p. 263 fig. 37 en ligne sur Persée.fr. []
  13. J.-L. Podvin, Auguste Mariette (1821-1881): Des berges de la Liane aux rives du Nil, 2020, p. 35-39. []
  14. Rapport de M. Arago sur le daguerréotype, lu à la séance de la Chambre des députés, le 3 juillet 1839, et à l’Académie des sciences, séance du 19 août, p. 26-30 numérisé sur Gallica. []
  15. On renvoie notamment aux travaux d’Anne Lacoste et de Sylvie Aubenas. Voir à ce sujet également, la sélection l’Orient des photographes avec des notices introductives sur le site Bibliothèques d’Orient ou encore la section consacrée à la photographie par Sylvie Aubenas dans l’exposition virtuelle « Voyage en Orient ». L’étude de Sylvie Aubenas, « Un fonds de photographies unique sur l’Égypte », Visions d’Égypte : Émile Prisse d’Avennes (1807-1879), BnF, 2011, p. 119-139, s’appuyant sur l’inventaire réalisé par Marie-Claire Saint-Germier, met en évidence l’importance de la collection Prisse d’Avennes, conservée au département des Manuscrits, pour l’étude de la photographie en Égypte entre 1846 et 1878. Ce fonds est entièrement numérisé sur Gallica. Pour les photographies, voir les cotes NAF 20434-20443. []
  16. Pour un portrait d’Auguste Mariette posant devant l’entrée déblayée lors des fouilles à la gauche du Sphinx conservé à la Bibliothèque de l’Institut de France, voir le site de la RMN. []
  17. S’il publie des grands albums dans la lignée des Grands Tours, Le Nil. Monuments. Paysages, Explorations photographiques, 1854, numérisé sur Gallica, les près de 250 photographies accompagnant ses fouilles, qu’il conserve à part de ses autres productions, n’ont pas été reproduites dans ses publications scientifiques, tel son rapport sur les fouilles de 1855 effectuées avec Théodule Deveria, Fouilles exécutées à Thèbes dans l’année 1855: textes hiéroglyphiques et documents inédits, 1855, disponible sur la Bibliothèque numérique de l’Université d’Heidelberg. Son œuvre et ses travaux restent peu connus, la première rétrospective qui lui fut consacrée eut lieu en 2020 au Art Institute Chicago. []
  18. Cf. Nicolas Le Guern, « Théodule Devéria, un photographe-égyptologue très discret », in L’Antiquité à la BnF, 15/10/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/4611. []
  19. Anne Lacoste dans « Un moyen de reproduction si exact ? la photographie dans les missions archéologiques en Orient (1860-1900) », Les nouvelles de l’archéologie 126, 2011, p. 50-55, disponible en ligne, explique que les évolutions techniques des années 1880 permettent désormais à l’archéologue d’être son propre photographe sur le terrain, tandis que la reproduction directe des images photographiques dans l’édition devient plus accessible. []
  20. Album photographique de la mission remplie en Égypte, [1865] reproduit 155 clichés, numérisés sur Gallica. []
  21. Voir notamment les articles de Marie Grillot, « L’Égypte à l’Exposition universelle de 1867 à Paris » sur le site de l’égyptophile et de Christiane Demeulenaere-Douyère, « L’Égypte, la modernité et les expositions universelles », Bulletin de la Sabix 54, 2014, p. 37-41 en ligne. []
  22. Dans les fonds NUITTER-1 et LAS VERDI (GiUSEPPE) conservés à la Bibliothèque-musée de l’Opéra. []
  23. E. David, Mariette Pacha 1821-1881, Paris, 1994, p. 139. []
  24. Pour en savoir plus sur Henry de Montaut et la Bibliothèque, voir notamment V. Desclaux, Fr. Payraudeau, « Dépôt du sarcophage égyptien de la Bibliothèque-musée de l’Opéra au Musée du Louvre« , L’Antiquité à la BnF, 2017. []
  25. Voir la présentation de Vincent Rondot, « La reprise des fouilles du Louvre au Serapeum de Saqqara« , sur la chaîne YouTube de l’IFAO. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.