La collection numismatique de l’association Bible et Terre Sainte ou l’histoire antique du Levant

L’abbé Jean Starcky (1909 – 1988) fut aumônier militaire pendant la Seconde Guerre mondiale, compagnon de la Libération puis enseignant à l’Institut catholique de Paris. Chercheur au CNRS pendant près de 30 ans, directeur adjoint de l’Institut Français d’Archéologie de Beyrouth de 1968 à 1971, il fut membre à partir de 1952 de l’équipe internationale chargée de déchiffrer les manuscrits de la Mer Morte (ou manuscrits de Qumrân). L’abbé Starcky était surtout un spécialiste de l’araméen, langue parlée notamment dans la Syrie antique et consacra l’essentiel de ses travaux à la cité de Palmyre, aux manuscrits de Qumrân et aux Nabatéens. Il fonda le musée Bible et Terre Sainte en 1957 avec, entre autres, le chanoine René Leconte. Il participa également très tôt à la revue éponyme1. Tous deux possédaient une importante collection d’objets provenant du Levant (monnaies, papyrus, tablettes d’argile, lampes à huile…) qu’ils donnèrent au musée nouvellement créé.

Jean Starcky à Pétra (Gawlikowski 1990).

Le projet de rénovation du musée de l’association Bible et Terre Sainte, installé depuis 1969 dans les locaux de l’Institut Catholique de Paris, a conduit à l’établissement d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France dans le but de cataloguer la collection numismatique puis de faire des recommandations pour exposer les monnaies les plus remarquables. En 2020, contact fut pris avec Frédérique Duyrat et Julien Olivier, respectivement Directeur et chargé de la collection des monnaies grecques au département des Monnaies, médailles et antiques. En accord avec le bureau de l’association Bible et Terre Sainte, ils me proposèrent de procéder à l’identification et au classement des monnaies dans le cadre d’un stage rémunéré2. La collection, forte de 3219 monnaies, fut déposée à la BnF pour expertise dans la foulée ; le stage se déroula de septembre à novembre 2020 puis de janvier à mars 2021.

Ce billet est l’occasion de présenter à la fois le travail accompli et un fonds numismatique centré sur les monnayages levantins de l’Antiquité aussi riche que méconnu.

Le site de l’association Bible et Terre Sainte

La constitution du fonds

Le fonds numismatique de l’association Bible et Terre Sainte se compose de trois ensembles. Le lot principal comprend 2896 monnaies : la collection donnée par l’abbé Starcky à l’occasion de la fondation de l’association3. Le second, composé de 311 pièces a également appartenu à Jean Starcky, qui le confia à son neveu, Emmanuel Starcky. Ce dernier en fit don à l’association en janvier 2021. Les conditions de la  constitution de cette collection ne sont pas connues dans le détail mais il semblerait qu’elle soit principalement issue de séjours de Jean Starcky au Proche-Orient. Cette constitution s’inscrit dans un mouvement d’étude auquel l’érudit s’affilie, « le Renouveau biblique », dont l’objectif est de renforcer la proximité des fidèles avec l’univers de la Bible. Le fonds numismatique de Bible et Terre Sainte n’est pourtant pas intégralement constitué de monnaies données par l’abbé Starcky. Il a ensuite été ponctuellement augmenté, par exemple d’une centaine d’exemplaires donnés par le chanoine Leconte, ou encore de l’unique monnaie d’or du fonds, un solidus de Théodose II (408-450 ap. JC), donnée en 2003. Au total, la collection compte 3127 monnaies de bronze, 92 d’argent et 1 d’or.

Le travail d’identification et de classement

En amont du dépôt, Claire et François Koegler, membres de l’association Bible et Terre Sainte ont réalisé un premier inventaire sommaire (en indiquant les masses et diamètres) ainsi qu’une couverture photographique intégrale de la collection selon les conseils d’Eric Prignac, recommandé par Julien Olivier. Ce travail s’est appuyé sur environ un millier de notes, étiquettes et autres références de la main même de Jean Starcky4.

Bronze de Marc Aurèle et Lucius Verus, Gaza, 161-169 ap. J.-C. (BTS 2021.1.1.99). Identifié à partir du site RPC online : https://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/4/6451

La principale difficulté de cette étude est venue de l’état de conservation souvent médiocre des monnaies. La collection est composée majoritairement de petites pièces de bronze destinées à un usage local et quotidien, et qui présentent par nature de fortes traces d’usures. Certains exemplaires (environ une vingtaine) ne sont plus que des flans lisses. Néanmoins, au fur et à mesure de l’étude, les yeux se sont habitués à reconnaître les visages des empereurs ou des rois, les attributs des divinités et le déchiffrement des légendes se fit plus aisément. Ce travail me permit de « me faire l’œil ».

Composition de la collection

Répartition des exemplaires par grandes zones géographiques.

Jean Starcky a eu de nombreuses fois l’occasion de visiter le Proche-Orient. Les monnaies qu’il a acquises sur place, ont pour la majorité été émises dans cette région. En effet, environ deux tiers (67 %) de la collection est originaire des différentes régions antiques qui composaient le Levant : la Séleucide et Piérie, la Coélé-Syrie, la Trachonitide, la Décapole, la Phénicie, la Galilée, la Samarie et enfin la Judée. En termes d’importance, l’Arabie vient en second (9 %), ce qui peut s’expliquer d’abord par la présence d’un lot de monnaies nabatéennes puis par la position géographique de Bostra, la capitale de la province romaine d’Arabie, non loin à l’est de la Décapole. En plus faible quantité (1 %), la collection compte également des monnaies émises en Mésopotamie par les Séleucides puis les Romains. Enfin, les monnaies émises dans les capitales des principaux états qui ont contrôlé le Levant ou y ont du moins exercé une influence sont le plus souvent représentées. Ainsi, les monnaies d’Alexandrie, capitale du royaume hellénistique des Ptolémées,  de Pétra, pour les Nabatéens, de Rome puis de Constantinople se distinguent au sein des séries extra-levantines. Les monnaies issues d’Occident sont résiduelles.

Répartition des exemplaires par fonds.

Il convient de noter la forte prépondérance (55 %, soit 1 748 pièces) des monnaies provinciales romaines. Presque toujours en bronze, il s’agit de pièces frappées principalement dans les provinces orientales de l’Empire, destinées à un usage local5. À l’intérieur de ce groupe, environ 84 % (1 463 pièces) sont identifiées avec précision (empereur émetteur et atelier connus). Presque toutes proviennent d’ateliers levantins.

Bronze de Vespasien à l’effigie de Titus, Césarée Maritime, 69-79 ap. J.-C. (BTS, 2020.0.1.2856).

Loin derrière ce premier groupe viennent les monnaies séleucides (18 % soit 561 pièces) qui régnèrent sur la région de la fin du IVe siècle au début du Ier siècle av. J.-C. Outre quelques tétradrachmes de belle facture, les séries de bronzes conséquentes fournissent un matériau pour étude prometteur.

Tétradrachme de Cléopâtre Théa et d’Antiochos VIII, Antioche, 122-121 av. J.-C. (BTS, 2021.1.1.128).

Viennent ensuite les monnaies émises par les cités grecques hellénistiques autonomes telles Arados ou Marathos (7 % soit 208 pièces) et les monnaies du royaume des Nabatéens (5 % soit 150 pièces). Calqué sur le modèle grec, ce monnayage est composé de monnaies de bronze et de drachmes en argent. Bien que d’une ampleur apparemment modeste, cet ensemble figure parmi les plus conséquents conservés hors du Proche-Orient et mérite sans doute une attention toute particulière. À titre de comparaison, la BnF ne conserve que 88 monnaies nabatéennes, soit moitié moins que Bible et Terre Sainte.

Bronze de Rabbel II, Pétra, 88-106 ap. J.-C. (BTS, 2021.1.1.145).

Enfin, les ensembles les plus faibles ne dépassent pas les cent exemplaires. Nous y trouvons des monnaies hasmonéennes, impériales romaines, hérodiennes, lagides, des révoltes juives, argéades, byzantines et arabes. Citons également les quelques monnaies romaines républicaines, parthes et sassanides.

L’observation des monnaies, de leur état autant que des séries représentées permettent de se faire une idée un peu plus précise de la manière dont elles ont été recueillies. La plupart des pièces sont des petits ou moyens bronzes, souvent dans des états assez médiocres. Il est probable que la plupart aient été collectées à l’occasion de ramassages de surface avant d’être proposées à Jean Starcky, dont l’intérêt pour les monnaies était notoirement connu. Il apparaît également que certains ensembles s’apparentent à des trésors ou à des portions de trésors. Les quatre deniers républicains présentent les mêmes dépôts de couleur noire et ont la même patine. Ils appartiennent très vraisemblablement à un unique dépôt.

En résumé, la collection des monnaies de l’association Bible et Terre Sainte offre un panorama assez fidèle des monnaies antiques courantes qui ont circulé au Levant durant l’Antiquité. L’importance relative des différents monnayages reflète fidèlement ce que l’on sait par ailleurs de la circulation monétaire dans la région. Cela fait de cet ensemble conséquent et homogène une source documentaire de premier ordre qui mérite d’être étudiée.

Focus : les monnaies ptolémaïques de la collection

Répartition des monnaies ptolémaïques par règne

La monnaie constitue un indicateur des politiques menées par les différentes autorités émettrices qui ont dominé ou exercé une influence sur le Levant. L’abbé Starcky a, de façon involontaire semble-t-il, constitué une collection à portée archéologique dans la mesure où il n’a pas sélectionné les pièces qu’il a acquises. Cette collection est un état de ce que devait être et de ce que l’on sait de la circulation monétaire dans la région. Les monnaies lagides illustrent en tous points ce constat. Un rappel historique s’impose. Après la mort d’Alexandre le Grand, ses généraux, les Diadoques se disputent son empire. Ptolémée Ier, devenu roi d’Égypte vers 305 av. J.-C., met la main de manière définitive sur la Syrie-Phénicie à partir de 294 av. J.-C. La région fait l’objet de conflits avec le royaume séleucide voisin qui cherche à s’étendre vers le sud. Au sein de la collection de Bible et Terre Sainte, les trois premiers Ptolémée (294-222 av. J.-C.) sont très bien représentés avec respectivement huit, douze et dix-sept monnaies (dont dix-huit émises à Tyr). Lors de la Cinquième Guerre de Syrie (202-198 av. J.-C.), le roi séleucide Antiochos III conquiert la province aux dépens de Ptolémée V.

Didrachme de Ptolémée VI, atelier incertain, 150-149 av. J.-C. (BTS, 2021.1.1.133).

Son fils Ptolémée VI tenta la reconquête de la province perdue d’abord en soutenant financièrement les ennemis des Séleucides, à savoir l’usurpateur Alexandre Balas et les Hasmonéens qui s’établissent en Judée. Pour cela, Ptolémée VI fit frapper des didrachmes d’argent afin d’assurer une politique de reconquête de la région qui n’eut finalement pas le succès escompté6. Trois exemplaires de ces didrachmes sont présents dans la collection. Les souverains lagides postérieurs sont assez logiquement absents7 hormis la célèbre Cléopâtre VII, dernière représentante de la dynastie. La reine d’Égypte est représentée sur une rare monnaie de bronze émise en 36-35 av. J.-C. à Orthosie en Phénicie, région que lui a concédé Marc-Antoine en 37 av. J.-C. et qu’elle put conserver jusqu’à la défaite du triumvir à Actium en 31 av. J.-C.8.

Bronze de Cléopâtre VII, Orthosie, 36-35 av. J.-C. (BTS, 2020.0.1.1977).

Conclusion

La collection Starcky est un témoignage à part entière de l’histoire du Levant. Elle offre de belles perspectives d’expositions pour le musée Bible et Terre Sainte. La collection reflète bien la multitude des cités, royaumes et empires qui ont exercé leur autorité sur ce territoire depuis les Perses achéménides jusqu’aux Byzantins. Par sa nature, cet ensemble présente aussi l’intérêt de montrer les monnaies qui étaient accessibles à une large part des populations antiques, paradoxalement moins bien représentées dans les principales collections publiques qui bien souvent ont fait la part belle aux monnaies d’or et d‘argent, réservées aux usages de prestige et à vocation bien souvent militaire. C’est pourquoi la collection de monnaies de l’association Bible et Terre Sainte mérite d’être à la disposition de la communauté scientifique. À titre d’exemple, le volume en préparation du Roman Provincial Coinage consacré à la période sévérienne aurait peut-être bénéfice à exploiter cette collection pour les séries levantines. Il en va indubitablement de même pour les monnaies des Nabatéens. Il ne tient plus qu’à l’association Bible et Terre Sainte en collaboration avec la communauté scientifique de se pencher sur les monnaies collectées inlassablement par Jean Starcky.

Augustin Roche-Lévêque

Bibliographie

Citer ce billet : Augustin Roche-Lévêque, "La collection numismatique de l’association Bible et Terre Sainte ou l’histoire antique du Levant", in L’Antiquité à la BnF, 29/04/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/12685, [consulté le 20/10/2021].
  1. La revue changea de nom en 1977 pour devenir Le Monde de la Bible. []
  2. Julien Olivier, avec Arnaud Suspène, est l’un de mes co-directeurs de recherche dans le cadre de mon mémoire de Master : « La naissance du monnayage d’or lagide », Université d’Orléans. []
  3. En 1967, Jean Starcky donna également à la BnF un ensemble de 12 monnaies séleucides acquises à Jérusalem (BnF, MMA, 1967.106-117). []
  4. Jean Starcky était particulièrement versé en numismatique. Proche de l’archéologue et numismate Henri Seyrig, il publia avec Augustus Spijkerman un article au sujet d’un trésor de monnaies provinciales romaines de Palestine : « Un nouveau lot de monnaies palestiniennes », Revue Biblique, vol. 65, n° 4, 1958, p. 568–584. []
  5. Pour une présentation, voir : https://rpc.ashmus.ox.ac.uk/introduction/whatisrpc. []
  6. Voir J. Olivier, « Coinage as a Tool of Ptolemy VI Philometor’s Policies : Ptolemaic Coins in Coele Syria and Phoenicia in the Middle of the Second Century BCE », Israel Numismatic Research, nᵒ 13, 2018, p. 35-54. []
  7. À l’exclusion d’un bronze indéterminé daté entre les règnes de Ptolémée IX et XII. []
  8. Voir J. Olivier et H. Aumaître, « Antoine, Cléopâtre et le Levant. Le témoignage des monnaies », in Bricault L. et alii, Rome et les provinces, monnayage et histoire. Mélanges offerts à Michel Amandry, 2017, p. 105‑122. []
  9. Je remercie chaleureusement Emmanuel Starcky et François Koegler pour m’avoir transmis leurs précieux écrits. []

3 réflexions sur « La collection numismatique de l’association Bible et Terre Sainte ou l’histoire antique du Levant »

  1. Merci Augustin pour cet article. Sa lecture m’a propulsée quelques années en arrière…Outre l’aspect « recherche » ,formidablement intéressant et rondement mené, c’est bien la raisonnance poétique qui me touche singulièrement …Que de mots curieux pour le néophyte ! Ils me parlent encore…, presque trente ans après …Je te souhaite tous les bonheurs du monde . Très sincèrement. Fabienne

  2. Cher Augustin bonjour ou bonsoir . C’est avec émotion que nous avons consulté ton article sur la coll. numismatique . C’est un travail remarquable ….. Nous sommes un peu dépassés pour pouvoir apprécier à son juste niveau. Nous espérons que tous les éléments serons réunis pour que tu puisses continuer comme tu le souhaites. Reste comme tu es : souriant et modeste. Nous vous embrassons. J. et P. RIAUTE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.