Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIE-XIXe siècles) III

La Rome antique et le Risorgimento

Cet article est la conclusion du cycle consacré à la relecture de l’Antiquité durant le processus de construction nationale italienne dont les deux premiers articles ont respectivement abordé les sujets suivants :

Nous évoquerons ici trois aspects du mythe de la Rome antique dans la vie politique de la période pré-unitaire qui s’achève en 1870 avec la prise de Rome qui devient, alors, la capitale du nouveau royaume d’Italie :

  1. La Terza Roma et le récit national de l’italianité
  2. La République de 1849 entre droit romain et poésie patriotique
  3. Rome et le Mare nostrum

À l’aube du XIXe siècle, les frontières de la Péninsule sont celles qu’ont tracées les vainqueurs de Napoléon. De petites entités géopolitiques voisinent avec des États plus importants, tous soumis cependant, quoique à des degrés différents, à l’influence autrichienne. Dans cette mosaïque, que Camillo Benso conte di Cavour qualifiera « de construction politique dépourvue de tout fondement moral »1, les voix d’intellectuels appelant au « réveil national » se font de plus en plus nombreuses à partir de la fin des années 1820. Malgré la diversité de leurs positions, tous fondent le récit national sur la même référence historique : la Rome antique, évoquée tantôt dans sa période républicaine tantôt dans sa période impériale.

L. Vivien, Carte politique et itinéraire d’Italie : indiquant la division de tous ses États d’après les derniers traités et sur laquelle sont tracées les routes de toutes les classes avec les distances sur chacune d’elles en lieues de 2000 Toises. BnF, département Cartes et plans, GE DL 1840-350 (A)

1. La Terza Roma et le récit national de l’italianité

Le génois Giuseppe Mazzini, un des idéologues majeurs du Risorgimento, incarne toute une génération d’hommes pour qui, l’ensemble des idéaux d’une Italie unifiée et moralement revivifiée, se fond et s’unit dans Rome et son glorieux passé.

Gaetano Salvemini, Mazzini, Catania : Francesco Battiato, 1915. 8-G-9774 (2)

Cependant, dans les années 1820, G. Mazzini écrivait encore que « la patrie d’un Italien n’est ni Rome, ni Florence ou Milan, mais l’Italie entière » et sa conception de la République restait quelque peu vague2. Ce n’est qu’après l’échec des soulèvements des années 1820-1830, considéré comme la faillite d’une génération de révolutionnaires inspirée par l’esprit de la Carboneria, que la pensée du Génois affirme la nécessité, pour l’Italie du futur, de s’incarner dans une Troisième Rome, celle-ci étant la somme de la première, l’Antique, et de la seconde, la ville des Papes, la ville chrétienne.

« Chapitre XIV. La missione dell’Italia – La terza Roma » in Gaetano Salvemini, Mazzini, Catania : Francesco Battiato, 1915. 8-G-9774 (2)

Ainsi, trouvons-nous les premières réflexions écrites autour de la nécessité d’un centre agrégateur dans l’article « L’Italie, l’Autriche et le Pape » paru en septembre 1845 dans La Revue indépendante dirigée par George Sand et Pierre Leroux.

Le Génois, après avoir opportunément rappelé à ses lecteurs que Rome a unifié deux fois l’humanité, d’abord grâce à la clairvoyance des empereurs puis par l’action des papes (quand ils « n’avaient pas encore trahi leurs missions ») se désole ainsi :

« Nous n’avons pas de centre commun, pas de pacte commun, pas de marché commun. Nous sommes démembrés en huit États. […] Un de ces États, comprenant à peu près le quart de la péninsule, appartient à l’Autriche ; les autres, quelques-uns par des liens de famille, tous par le sentiment de faiblesse, en subissent aveuglément l’influence »3.

Et en effet, la « paix autrichienne », imposée par le Prince de Metternich, avait des répercussions jusque dans les territoires en principe hors de son contrôle : à Turin où les troupes autrichiennes interviennent en 1820 et 1821 ; dans le grand-duché de Toscane, possédé et administré par les Habsbourg-Lorraine ; dans le duché de Modène, Reggio et Mirandole appartenant à la maison d’Autriche-Este qui annexe Guastalla en 1844 ; dans le duché de Parme-Plaisance gouverné par l’empereur autrichien, puis par sa fille, Marie-Louise, l’ex-impératrice des Français ; dans le royaume de Naples dans la mesure où les souverains y acceptaient passivement les volontés de la famille des Habsbourg dans le domaine diplomatique et militaire.

Dans ce contexte, le sentiment de révolte des patriotes italiens contre l’étranger s’enhardit, alimenté par le souffle du « printemps des peuples » et par une vive nostalgie de la grandeur antique abondamment nourrie, depuis le XVIIIe siècle, par des phénomènes culturels très marquants tels que le regard extasié des voyageurs du Grand Tour et la redécouverte des Antiquités qui donnèrent naissance à l’archéologie4.

Même le héros des deux mondes, Giuseppe Garibaldi pourtant connu pour son cosmopolitisme, proclame, dès son jeune âge, son attachement à la Ville éternelle, synonyme de beauté et magnificence, dans des termes enflammés5.

« Rome ! Qu’est-ce pour moi, fervent adepte de l’Antiquité, sinon la capitale du monde ? Reine détrônée ! Mais ses ruines, immenses, gigantesques, desquelles sort, spectre lumineux, la mémoire de tout ce qui fut grand […] et civilisateur. Loin de s’amoindrir, mon amour pour Rome s’est accru par l’éloignement et par l’exil. Souvent, bien souvent, de l’autre côté des mers, à trois mille lieux d’elle, je demandais au Tout Puissant de la revoir. Enfin, Rome était pour moi l’Italie, parce que je ne vois l’Italie que dans la réunion de ses membres épars, et que Rome est pour moi le seul et unique symbole de l’unité italienne »6.

Depuis l’échec des soulèvements carbonari, G. Mazzini ne cesse de revenir sur le mythe de Rome capitale et de sa mission universelle. Ainsi, pouvons-nous lire dans ses échanges épistolaires avec George Sand :

« Le but que je poursuis est, comme vous le savez, l’Unité italienne, la Pensée italienne se concentrant dans la Rome du Peuple, et rayonnant de là sur l’Europe comme elle l’a fait de la Rome des Empereurs, et de la Rome des Papes »7.

Seule Rome, en tant que centre historique et spirituel de l’Europe entière pouvait unifier et assurer à la future nation italienne une place importante dans le concert des puissances européennes.

Dans un de ses plus célèbres écrits de 1848, G. Mazzini évoque, non sans une fierté émue, la vocation universelle et fédératrice qui caractérise la Ville éternelle car, pour le Génois, le but ultime, ne l’oublions pas, reste l’unité et la paix entre les peuples :

« Approchez-vous. Rejoignez-moi où commencent les vastes plaines qui virent, il y a bien treize siècles, le rassemblement des races humaines car c’est ici que bat le cœur de l’Italie. Ici se succédèrent les Goths, les Ostrogoths, les Hérules, les Lombards et bien d’autres peuplades barbares ou presque qui, une fois ici, furent civilisées, avant de se disperser à nouveau dans l’Europe toute entière. […] Dans l’immensité s’imposera à votre regard, comme un phare dans l’océan, un rêve de grandeur d’antan. Pliez le genou et adorez car ici est le cœur de l’Italie. Ici gît, solennelle et éternelle, Rome. Et sur ce col qui s’élève, est le Capitole du Monde chrétien.  Et à quelques pas se trouve le Capitole du monde païen. Et ces deux mondes gisants en attendent un troisième, plus vaste et sublime, qui est en train d’émerger des puissantes ruines. Et c’est là la Trinité de l’Histoire dont le verbe est déposé dans Rome. […] Et comme à la Rome des Césars, qui unifia une grande partie de l’Europe par l’action, succéda la Rome des Papes, qui unifia l’Europe et l’Amérique par la pensée, ainsi la Rome du Peuple viendra après elles et unifiera L’Europe, l’Amérique et les autres parties du monde terrestre par la foi dans la Pensée et dans l’Action »8.

À partir de ce moment, les deux axes sémantiques sur lesquels s’appuie le concept d’unité se recoupent constamment : l’unité patriotique et territoriale d’une grande Italie dont les frontières iraient des Alpes maritimes à l’Istrie et engloberaient la Corse, et l’unité morale née d’une conception interclassiste de la société que définit il popolo (le peuple), trouvent leur point de rencontre symbolique dans la future capitale de l’Italie. Rome devient le mythe qui efface soudainement  l’arriération économique, sociale et administrative du pays car il vivifie et rassemble les masses autour d’un glorieux passé abondamment réactualisé.

Un autre important idéologue du Risorgimento, le prêtre turinois Vincenzo Gioberti avait également identifié dans la gloire de Rome antique les racines du « primat moral et civil des Italiens », qui fera le titre de son célèbre ouvrage publié en 1843 à Bruxelles.

Vincenzo Gioberti, Del primato morale et civile degli Italiani, 2e édition revue et augmentée, Bruxelles, 1845. K-11580

Ainsi le Turinois écrit-il dans l’avant-propos :

« Italiens, fils de l’antique Rome, qui associa au glaive le noble contrepoids de la loi et de la parole, et qui doit à ses deux forces sa vaste et durable domination, essai imparfait et, en quelque sorte, d’ expérimentation humaine de l’empire divin et spirituel du Christianisme. Et le site merveilleux sur lequel surgit la ville de Romulus, joint aux bons conseils du ciel, suffit à démontrer qu’elle seule a vocation à devenir le nombril du monde. […] [Le primat] présuppose 1°, qu’elle ait civilisé les autres nations ; 2° qu’elle en conserve intacte les fondements et les forces vitales ; 3° qu’elle ait la capacité, lorsque la civilisation est corrompue, de l’assainir ; et lorsqu’elle est affaiblie, de la renouveler. Or, ces trois propriétés sont présentes dans notre Italie, nation la plus autonome et dotée d’autorité parce qu’elle a apporté à toutes les nations de l’époque moderne les germes de leur civilisation alors que ceux-ci étaient altérés, voire corrompus. C’est donc d’elle seule que le genre humain peut recevoir pleinement les bienfaits de la culture. Ce qui revient à dire que l’Italie, créatrice, conservatrice et rédemptrice de la civilisation européenne destinée à s’étendre au monde entier et à devenir universelle, peut en toute justice être saluée du titre de nation mère du genre humain. En cela réside le primat moral et culturel dont l’a dotée la Providence et que je me propose de justifier par le présent discours »9.

Mais, dans l’esprit du prêtre et philosophe turinois, il s’agissait de la Rome papale, et l’unité de l’Italie était envisagée sous forme de confédération, c’est-à-dire d’une ligue d’États, conservant leurs propres pouvoirs et institutions, dirigée par le pape. Gioberti réanimait le débat, sous-jacent mais toujours présent, entre les tenants du centralisme et ceux du fédéralisme, perçu comme plus respectueux des diversités territoriales10.

Alors que l’administration piémontaise s’était décidée à prendre pour modèle la France jacobine, plusieurs parlementaires tels que Giuseppe Ferrari, grand ami de Pierre-Joseph Proudhon, militant d’une culture anti-urbaine et d’une solution fédérale, refusait farouchement le modèle parisien de capitale forte et proposait de réduire Rome au statut de chef-lieu de sa région :

« On a répété mille fois que nous ne voulons pas un Paris italien, nous ne voulons pas une Londres italienne ; personne n’a jamais imaginé fonder une nouvelle Babylone sur le Tibre, personne n’en a rêvé »11.

Les républicains et, en particulier, G. Mazzini, ne pouvaient que réfuter les théories néo-guelfes de V. Gioberti et celles des autres fédéralistes prônant le régionalisme, voire la désunion, que ce soit sur le plan italien ou européen12.

Monument à Cavour, Stefano Galletti, Rome, 1895. Autour du socle sont visibles les allégories de la Rome victorieuse, avec la louve et de l’Italie unifiée avec couronne murale et guilde des licteurs. Les deux arborent une croix de Savoie © Sovrintendenza Capitolina

Ce sera le grand vainqueur du Risorgimento, Cavour, qui relancera, en 1861, le récit national de l’italianité de Rome et de la romanité de l’Italie pour défendre le choix de la Ville Éternelle comme seule capitale possible et achever ainsi le processus d’unification. En effet, Cavour voyait en la Rome antique la seule ville italienne épargnée par le provincialisme, puisque jadis capitale d’un vaste empire, et il agira en ce sens jusqu’à sa mort :

« Sans Rome capitale, l’Italie ne peut se constituer […] Toute l’histoire de Rome du temps des Césars jusqu’au jour d’aujourd’hui est l’histoire d’une ville dont l’importance s’étend infiniment au-delà de son territoire, d’une ville pour ainsi dire destinée à être la capitale d’un grand État. […] La question de la capitale ne se résout pas, Messieurs, à des raisons de climat, ni de topographie, ni pour des raisons stratégiques ; si ces raisons avaient dû influencer le choix de la capitale, certainement Londres ne serait pas capitale de la Grande Bretagne, et peut-être Paris ne serait pas non plus capitale de la France. Le choix de la capitale est déterminé par de grandes raisons morales. C’est le sentiment des peuples qui décide des questions qui lui sont relatives. Aujourd’hui, Messieurs, c’est à Rome que concourent toutes les circonstances historiques, intellectuelles et morales qui doivent déterminer les conditions de la capitale d’un grand État »13.

À l’instar de G. Mazzini et de V. Gioberti, Cavour avait compris qu’à long terme, Rome enracinerait la revendication d’un État italien dans une lignée glorieuse et, que sur le moyen terme, Rome adoucirait, voire dissimulerait la « piémontisation » de l’Italie. Rome devenait, grâce à sa beauté et à son histoire, le meilleur compromis possible entre le Risorgimento démocratique et le Risorgimento monarchique. Rome représentait également un habile compromis géopolitique pouvant apaiser les nombreuses tensions territoriales entre le Nord et le Sud, ce dernier insistant sur le rayonnement de son ancienne capitale royale, Naples14.

2. La République de 1849 entre droit romain et poésie patriotique

En janvier 1849, dans une capitale désertée par le pape, les démocrates avaient organisé des élections au suffrage universel pour l’Assemblée constituante qui, dès le 9 du mois, allait promulguer son « décret fondamental » mettant fin au pouvoir temporel du saint pontife. La toute nouvelle république allait prendre pour symbole l’aigle romain aux ailes déployées, tenant dans ses serres des faisceaux consulaires et entouré d’une corona civilis symbolisant la vertu civique.

Monnaie frappée sur un décret de l’Assemblée Constituante du 6 mars 1849. Autour de l’aigle, la devise de Mazzini : « Dio e Popolo » ©Wikimedia Commons

L’Assemblée confia le gouvernement de la jeune république à un triumvirat (une énième imitation de la romanité) ainsi composé : Giuseppe Mazzini, Aurelio Saffi, Carlo Armellini.

Les travaux de la Constituante se déroulèrent à un rythme soutenu, sous les canonnades des troupes françaises accourues au secours du Pape. La Constitution, proclamée au Capitole le 3 juillet 1849, s’inspirait bien plus des principes de la Constitution française de 1848 que des textes anciens. Toutefois, comme certains historiens l’ont souligné, la nouvelle Constitution est le résultat d’un dialogue fructueux, à la fois conceptuel et sentimental, avec le droit et les institutions de l’antique république romaine. Comme le souligne l’historien André Vauchez, « pour la première fois dans l’histoire de l’Europe moderne, on prit modèle sur les institutions romaines non pour en tirer une vague ressemblance […] mais pour s’approprier, avec les modifications indispensables et les ajustements voulus, les caractéristiques fondamentales du système »15.

D’après les textes qui nous sont parvenus : versions préliminaires, amendements, témoignages…16, une grande partie du débat tourna autour de trois institutions typiquement romaines : le consulat, le tribunat, la dictature.

Page d’accueil du site La Repubblica Romana del 1849

Nous rappellerons pour les besoins de cet article que :

  • le nombre des consuls dans la Rome antique était limité à deux pour éviter que leurs décisions soient prises à la majorité ;
  • le tribunat était un collège composé de douze tribuns, élus par les citoyens libres, chargé de garantir les lois fondamentales de la République. Le déclin de cette institution, la plus puissante à l’époque des Gracques, était perçue comme la cause principale de la fin de la République ;
  • la dictature, sous la surveillance du tribunat, était proclamée en cas de péril pour la République.

Même si, au final, le choix des constituants se dirigea vers une Constitution plus consensuelle (trois consuls, renoncement au tribunat et à la dictature), il est intéressant d’observer que pendant les étapes de sa rédaction, la référence à la Rome antique était présente au travers d’une réflexion sur le droit public romain qui était pris comme modèle. Par ailleurs, aux figures emblématiques de Brutus, meurtrier de César, et idole déjà de la Révolution française

L.J. Brutus : [carte de Brave de Pique d’un jeu au portrait de Paris révolutionnaire dit du type SVB II]. BnF, département Estampes et photographie, RESERVE FOL-QB-201 (136)

ou des Gracques, repris également par les patriotes de 1840, viendraient s’en associer d’autres, en l’occurrence le général Publius Cornelius Scipio, dit l’Africain, grand-père des deux frères romains.

Eugène Guillaume, Les Gracques, double buste en bronze, (1848-1853) ©photo musée d’Orsay / rmn

Ainsi le jeune patriote ligure Goffredo Mamèli accourut-il défendre, aux côtés de Garibaldi, la jeune et frêle république romaine. Jeune étudiant en lettres classiques, G. Mamèli compose, en 1847, une ode à Rome qui sera vite suivie de l’hymne Fratelli d’Italia (ou Chant des Italiens) mis en musique par le piémontais Michele Novaro17.

Dès ses premières strophes, l’hymne évoque les faits d’armes de Scipion l’Africain, vainqueur du plus redoutable des envahisseurs, Hannibal, et ayant rendu Rome « invincible » :

Fratelli d’Italia / Frères d’Italie
L’Italia s’è desta / L’Italie s’est levée

Dell’elmo di Scipio / Avec le heaume de Scipion
S’è cinta la testa. / Se couvre la tête.
Dov’è la vittoria ? / Où est la victoire ?
Le porga la chioma, / Que sa crinière s’incline
Ché schiava di Roma / Car esclave de Rome
Iddio la creò.  / Dieu la créa.

Il est intéressant, pour notre propos, de souligner que Mamèli, formé aux études gréco-latines, préfère évoquer Scipion l’Africain, le vainqueur de Carthage, qui permit à Rome d’établir sa domination totale sur la Méditerranée, faisant véritablement de celle-ci le Mare Nostrum. Et évoquer Scipion plutôt que Brutus ou les Gracques revenait à confirmer le lien avec la tradition classique de la Renaissance qui avait élevé le général romain au titre de plus grand des condottieri.  

Scipion, bas-relief en marbre, Italie Toscane Florence, vers 1475. Musée du Louvre, Département des Sculptures du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes, RF 1347. © 2014 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Tony Querrec

Plus globalement, la dramatique succession d’événements qui marquera la chute de la jeune république romaine (et ensuite celle de Venise) engendrera une production littéraire apologétique très importante qui sera par la suite recueillie et publiée dans Documenti della Guerra Santa d’Italia, (Capolago, Tipografia elvetica, a cura di Carlo Cattaneo, de 1849 à 1851, en 28 fascicules.).

Documenti della Guerra Santa d’Italia, Capolago, 1849-1851. K-10987 à K-11005

C’est, en effet, à la littérature et, plus précisément à la poésie, souvent écrite sur des feuilles volantes, que revient la tâche d’apaiser les divisions internes, les défaites, de répandre l’esprit patriotique et donner forme aux aspirations populaires, comme G. Mazzini l’avait d’ailleurs toujours souhaité.

Rappelons encore quelques autres poètes patriotes tels que Filippo Meucci. Celui-ci exercera des tâches importantes au sein de la Direction générale de la Sécurité publique de la jeune république et comme directeur de la revue La Pallade. Pendant la brève période qui s’écoule entre l’élection de Pie IX (16 juin 1846) et la proclamation de la République (9 février 1849), F. Meucci écrit un Hymne populaire dédié à Pie IX perçu, au début de son mandat, comme un pape réformateur. L’hymne, mis en musique par le maestro Gaetano Magazzari18 s’appuie sur des références classiques et établit un parallèle entre la gloire de la Rome antique et celle de la Rome moderne :

Del nuov’anno già l’alba primiera / Aux toutes premières heures de cette année nouvelle
Di Quirino la stirpe ridesta / La lignée des Quirinus se redresse
E l’invita alla santa bandiera/ Et se met au service du sacre étendard
Che il Vicario di Cristo innalzo’ / Que le Vicaire de Christ a déjà érigé

Le poète et dramaturge Teobaldo Ciconi réactualise l’histoire de la république romaine et magnifie le présent en imaginant la contre-attaque de la ville dans une dimension nationale :

Teobaldo Ciconi, Hymne républicain : récité aux jardins Farnèse par Teobaldo Ciconi. Biblioteca di Storia Moderna e Contemporanea / Fondo Spada, Rome. © 2011 Ministero per i Beni e le Attività Culturali

Dite un Osanna a Cristo / Chantez un Osanna au Christ
perché dischiusa è agli uomini / maintenant que Rome,
l’Arca del Santo acquisto / ville sacrée et de Saint-Pierre, est libérée
or che la nuova Italia / maintenant que la nouvelle Italie
davanti al Colosseo / recueillie devant le Colisée
segna la tomba a Cesare / indique la tombe de César
col sangue di Pompeo / tachée du sang de Pompée19.

Et comme c’est à la poésie que revient aussi la noble tâche de conserver une mémoire héroïque et de préparer la revanche, le poète Francesco Dall’ Ongaro, protagoniste des combats à Rome (puis à Venise), consigne dans son Almanacco di Giano, écrit en 1850, l’espoir dans un changement prochain : 

Francesco Dall’Ongaro, « Almanacco di Giano », 1850, Widener Library – Harvard University

« Le présent almanach contient un résumé succinct des faits advenus en Italie pendant l’année 1849, qui est en train de s’achever, et, dans le même temps, vous offre la possibilité de vous faire une opinion sur l’année 1850 qui s’annonce. Vous comprendrez donc aisément, sans que j’aie besoin de m’attarder en explications, pourquoi cet almanach porte le nom de Janus. À l’instar du roi latin, il regarde simultanément vers le futur et vers le passé »20.

 

3. Rome et le Mare nostrum

Fresque dans la maison des Vettii à Pompei (Ier s. ap. J.-C.) représentant une bataille navale. Museo archeologico nazionale di Napoli. © 2021 Zanichelli editore Spa

L’Italie unifiée avait aussi besoin de Rome pour retrouver son centre dans ce qui avait fait sa force et sa fortune : la Méditerranée21. Pour avoir voix au chapitre, la Péninsule devait s’affranchir de la domination étrangère, en l’occurrence française, qui continuait à envoyer des navires de guerre à Civitavecchia au moindre signe de soulèvement des Garibaldiens. Au début du XIXe siècle, le napolitain Vincenzo Cuoco, dont nous avons largement parlé dans le deuxième article de la série avait déjà avancé l’idée que l’affranchissement de l’Italie devait forcément passer par la réappropriation économique de la Méditerranée22. Le lien entre réveil économique et maritime et Risorgimento politique fut aisément établi par le juriste et homme politique salernitain (naturalisé français), Matteo Galdi, fervent admirateur de la Révolution française, des idéaux républicains et auteur d’un Discours sur les rapports politiques-économiques de l’Italie libre avec la France et les autres États de l’Europe rédigé en 1798-1799.

Discours sur les rapports politiques-économiques de l’Italie libre avec la France et les autres États de l’Europe, Paris, 1798. LB42-1771

Tout en militant pour l’établissement d’une « Diplomatie des Nations libres » – dirigée contre la domination britannique – qui engendrerait la plus grande prospérité pour la France et l’Italie, il rappelle que

« les barbares du Nord ne purent plus nuire depuis que l’Empire romain fut établi ; et les légions des vétérans n’opposèrent plus des forces aussi puissantes que celles dont les Romains pouvaient disposer lorsqu’ils vivaient en République. Le Rhin et le Danube leur opposèrent en vain des barrières, et il [le territoire des Barbares du Nord] fut aussi tôt détruit qu’envahi »23.

Sous la Restauration, le thème méditerranéen prend une consonance autrement patriotique. V. Gioberti fait de l’identité méditerranéenne le trait d’union entre le passé romain, substrat de toute latinité, et l’avenir de la péninsule qui est, par sa position, « le centre du monde civil » :

« Il est certain que l’Europe doit son importance à la place qu’elle occupe par rapport au reste du globe. Elle est la plus centrale de toutes les contrées, si par centre on entend […] le site le mieux disposé à communiquer par mer et par terre avec toutes les parties du monde et en proportion de leur importance dans l’ordre actuel de la civilisation. Or, l’Italie a avec les autres régions d’Europe les mêmes rapports que l’Europe avec le reste des pays habités. Bien que située sur son bord méridional, elle est toutefois, politiquement parlant, la plus centrale des provinces d’Europe […]. Les Français ont l’habitude d’assigner ce privilège à leur patrie, mais la vérité est que la France ne participe à la centralité de civilisation de l’Europe que par la Provence ; parce que la Méditerranée […] est le vrai milieu, et pour ainsi dire la place des peuples civilisés. Et voilà que le point central de la Méditerranée est occupé par l’Italie. […] Et qu’ils prêtent attention les Français, si l’Italien (lire : Corse) Bonaparte s’essaie de faire de la Méditerranée un lac gaulois et de Rome une extension de Paris »24.

Le Mare Nostrum à l’époque de la plus grande expansion de l’Empire romain (empire de Trajan, 98- 117 ap. J.-C.) ©Wikimedia Commons

À la vision de V. Gioberti qui, de façon très insolite, valorise les régions de l’Italie méridionale, fait écho celle de Mazzini qui insiste sur le déploiement méditerranéen de la « Troisième Rome », reprise, à son tour, par l’idéologie fasciste irrédentiste anti-française lorsqu’elle revendiquera Nice et la Corse :

« Comme le Maroc revient à la péninsule Ibérique et l’Algérie à la France, Tunis, clef de la partie centrale de la Méditerranée […] revient visiblement à l’Italie. Tunis, Tripoli et la Cyrénaïque forment une partie […] de cette région d’Afrique qui appartient vraiment, jusqu’à l’Atlas, au système européen. Et le drapeau de Rome flotta au vent sur les cimes de l’Atlas, lorsque Carthage ayant été renversée, la Méditerranée prit le nom de Mare Nostrum. Nous fûmes maîtres, jusqu’au Ve s., de toute cette région. Aujourd’hui les Français la lorgnent du coin de l’œil et l’auront sous peu si nous ne l’avons pas, nous »25.

L’heure de Scipion était donc venue et sa figure sera présente en filigrane de l’Unité jusqu’à la fin du XIXe siècle, période pendant laquelle des ouvrages tels que Del primato italiano sul Mediterraneo, du comte Luigi Campo Fregoso, voient le jour.

Luigi Campo Fregoso, Del primato italiano sul Mediterraneo, Ermanno Loescher, 1872. Biblioteca Nazionale Centrale, Florence, Italie.

Mises à part les réflexions sur la décadence de la péninsule après les Romains, le livre est intéressant pour son appel aux élites du tout nouvel État pour qu’elles capitalisent et développent davantage les connaissances maritimes, commerciales, scientifiques cumulées au travers des siècles sur l’espace méditerranéen pour assoir à nouveau son autorité sur l’espace maritime où elle fut reine jadis :

« Pour jeter les bases d’une œuvre complète du Primat Italien sur la Méditerranée, et commencer ainsi une nouvelle période de puissance […], il me semble fort nécessaire d’entreprendre une série de voyages et d’études approfondies sur toutes les parties du grand bassin méditerranéen. […] Notre marine militaire trouverait là une occasion de se consoler des défaites militaires dans les domaines de la science ; […] Seuls les Italiens ont le droit [lire : capacité] d’entreprendre une œuvre de si grande civilisation ; c’est même un devoir d’accomplir une œuvre de civilisation si majestueus, de grande envergure et vraiment digne d’un peuple qui se redresse »26.

Relief romain du IIe s. ap. J.-C. représentant un combat naval avec des corps flottant dans la mer (Museo archeologico nazionale di Venezia). Photo : DEA / Scala, Firenze 

Toutefois, cette appropriation n’aurait pas été possible sans une conscience et une volonté politique des élites piémontaises. Rappelons qu’après la guerre de Crimée, le Congrès de Paris de 1856 autorise un engagement économique et commercial du Piémont en Méditerranée et lui reconnaît un rôle, d’ancienne date, dans l’Empire ottoman. Le développement de la marine et des ports de Gênes et de La Spezia a été considéré comme prioritaire par l’administration piémontaise. C’est Cavour lui-même qui décide de la création d’un ministère autonome de la Marine – dont il était le ministre – dans le premier gouvernement du Royaume d’Italie en mars 1861. Comme l’historien Federico Chabod l’a magistralement démontré, la revendication de Rome capitale marque l’orientation méditerranéenne du gouvernement piémontais, au grand damnum de villes comme Venise qui défendait une politique « adriatique » du jeune royaume italien, ou Naples, ville autrefois royale et plus « méditerranéenne » que Rome. Toutefois, après le rattachement du sud à l’Italie, Cavour peut faire jouer le mythe victorieux de Rome à plusieurs niveaux : celui de la continuité de la civilisation, celui de l’hégémonie géopolitique à restaurer et celui de l’ouverture au monde et aux autres continents27.

Quelques décennies plus tard, la prédiction attribuée, par Cicéron, à Pompée Le Grand :

« Qui mare teneat, eum necesse esse rerum potiri »28

résonnera dans les paroles de B. Mussolini lors d’un de ses discours de 1925, au Capitole, mais également dans une leçon inaugurale à l’université pour les étrangers de Pérouse, en 1926, significativement intitulée Roma antica sul mare :

Alors que l’Allemagne devenait le IIIe Reich et revendiquait « l’espace vital », la « Terza Roma » connaissait un tout autre destin que celui imaginé par G. Mazzini et se transformait, peu à peu, en une thalassocratie de la Méditerranée.

La Troisième Rome s’agrandira sur de hauts sommets et le long du fleuve sacré et jusqu’aux rivages de la mer Tyrrhénienne /La Terza Roma si dilaterà sopra altri colli lungo le rive del fiume sacro sino alle spiagge del Tirreno. (Le fleuve sacré est, bien sûr, le Tibre et la mer tyrrhénienne doit être entendue dans son acception ancienne c’est-à-dire incluant les rivages de la Méditerranée occidentale). Palazzo degli Uffici, EUR, Rome, palais bâti en 1938 sur un projet de l’architecte Gaetano Minnucci.

Monnaie frappée dans le sud-est de l’Italie entre 210 et 211 av. J.-C.  Au droit : Janus bifrons (« à deux visages »). Au revers : Proue de navire. BnF, département des Monnaies, Médailles et antiques. REP-4316 < 17-25-42  > 

L’illustration en tête du billet est un buste du dieu Janus bifrons (« à deux visages ») conservé aux Musées du Vatican. Janus, ancienne divinité latine de la guerre, avait un regard tourné vers le passé et l’autre vers le futur. Janus était également le dieu des passages. Les portes de son temple, situé sur le Forum, devaient rester ouvertes en temps de guerre et fermées en temps de paix.

Citer ce billet : Emanuela Prosdotti, "Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIE-XIXe siècles) III", in L’Antiquité à la BnF, 01/06/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/12652, [consulté le 21/09/2021].
  1. Camillo Benso conte di Cavour, Tutti gli scritti, a cura di Carlo Pischedda e Giuseppe Talamo, Torino, 1976-1978. Une sélection de ses écrits est consultable en ligne sur Gallica.fr []
  2. Sur cet aspect de la pensée de G. Mazzini, cf. Daniela Preda, Umberto Morelli, L’ Italia e l’unità europea. Dal Risorgimento a oggi, Padova, Cedam, 2015, 694 p. []
  3. La Revue indépendante, Septembre 1845, p. 152. []
  4. Très nombreux sont les travaux sur ce sujet. Nous nous limitons à citer l’article de Maria Pia Donato, « Cultura dell’antico e cultura dei Lumi nel Settecento : la politicizzazione dello scambio culturale durante il Pontificato di Pio VI » et l’ouvrage dirigé par Philippe Foro, L’Italie et l’Antiquité du Siècle des Lumières à la chute du fascisme, Presses universitaires du Midi, 2017. []
  5. Il est utile de rappeler que la célèbre phrase « Rome ou la mort ! » ne sera prononcée que le 19 juillet 1862, après la IIe guerre d’indépendance. Garibaldi souhaitait ainsi annoncer le départ de ses chemises rouges vers Rome afin de la libérer du pouvoir papal et de la rattacher au tout jeune Royaume d’Italie []
  6. Mémoires de Garibaldi par Alexandre Dumas, Paris Ed. Inventaire, 1994, p. 25-26 Cf. également Mémoires de Garibaldi par Alexandre Dumas précédés d’un discours de Victor Hugo et une introduction de George Sand. []
  7. G. Mazzini, « Lettres à George Sand du 16 février 1848 » dans Scritti editi ed inediti, sous la direction de P. Galeati, Imola, 1921, volume XXXIII, p. 342 -343. []
  8. « Venite meco. Seguitemi dove comincia la vasta campagna che fu, or son tredici secoli, il convegno delle razze umane, perch’io vi ricordi dove batte il core d’Italia. Là scesero Goti, Ostrogoti, Eruli, e altri infiniti barbari o quasi, a ricevere inconsci la consecrazione dell’Italica civiltà, prima di riporsi in viaggio per le diverse contrade d’Europa […]  Di mezzo all’immenso, vi sorgerà davanti allo sguardo, come faro in oceano, un punto isolato, un segno di lontana grandezza. Piegate il ginocchio e adorate : là batte il core d’Italia, là posa, eternamente solenne, Roma. E quel punto saliente è il Campidoglio del Mondo Cristiano. E a pochi passi sta il Campidoglio del Mondo Pagano. E quei due mondi giacenti aspettano un terzo Mondo, più vasto e sublime dei due, che s’elabora fra le potenti rovine.  Ed è la Trinità della Storia, il cui Verbo è in Roma. […] E come alla Roma dei Cesari, che unifico’ con l’Azione gran parte d’Europa, sottentro’ la Roma dei Papi, che unifico’ col Pensiero l’Europa e l’America, cosi’ la Roma del Popolo, che sottentrerà all’altre due, unificherà della fede del Pensiero e dell’Azione congiunti l’Europa ».  G. Salvemini, Mazzini, Battiato editore, 1915, p. 87 et suivantes. []
  9. « Italiani figli dell’antica Roma, che al ferro aggiunse il nobile temperamento della legge e della parola, e fu debitrice ad entrambe del suo ampio e durevole principato, riusci’ come un saggio imperfetto, e quasi un esperimento umano, dell’imperio divino e spirituale del Cristianesimo. E basto’ a mostrare che la città di Romolo, pel sito meraviglioso che occupa e pei providi consigli del cielo è sola atta a devenire umbelico della terra ». […] La qual prerogativa [le primat] presuppone 1° ch’essa abbia creata la civiltà delle altre nazioni ; 2° che ne conservi intatte le basi e i semi vitali ; 3° che abbia virtu di purgarla, quando sia corrotta, di rinnovarla quando dismessa. Ora queste tre proprietà si verificano nella nostra Italia, la quale é la nazione autonoma ed autorevole per eccellenza perché diede a tutte le nazioni culte dell’età moderna i germi del loro incivilimento, dove che essi sono guasti più o meno alterati presso tutte le altre genti : onde da lei sola il genere umano puo’ ricevere a compimento i benefizi civili. Il che torna a dire che l’Italia, essendo creatrice, conservatrice e redentrice della civiltà europea, destinata ad occupare tutto il mondo e a diventare universale, si puo’ meritatamente salutare col titolo di nazione madre del genere umano. Nel che risiede quel primato morale e civile che la Provvidenza le ha assegnato, e ch’io mi propongo di giustificare col presente discorso. » Vincenzo Gioberti, Del primato morale e civile degli Italiani, Bruxelles, 2e éd. 1845, p. 12-16. []
  10. Même après la victoire des centralisateurs par les décrets de B. Ricasoli d’octobre 1861 et la loi d’unification administrative de mars 1865 qui généralisent à l’ensemble du royaume les institutions sardes, la controverse sur le choix administratif reste un thème brûlant. Sur ce sujet, cf. également le paragraphe 2 du deuxième article du cycle. []
  11. Mille volte fu ripetuto che non vogliamo una Parigi italiana, non vogliamo una Londra italiana ; nessuno ha mai immaginato di fondare una nuova Babilonia sul Tevere, nessuno lo ha sognato. Camera dei Deputati – Séance parlementaire du 10.11.1864, p. 6540. []
  12. Bien que sa Giovine Europa, fondée en 1834, n’ait pas abouti à un projet institutionnel concret, G. Mazzini défendait une Europe des nations qui trouvait sa légitimité dans une culture largement partagée et une unité morale des peuples. Elle devait se doter d’une direction commune pour atteindre la paix des peuples. Il est significatif que ce volet incontournable de la pensée mazzinienne ait été totalement escamoté par la culture nationaliste de la fin du XIXe et du début du XXe. []
  13. « […] Senza Roma capitale, l’Italia non puo’ costituirsi. Tutta la storia di Roma dal tempo dei Cesari al giorno d’oggi è la storia di una città la cui importanza si estende infinitamente al di là del loro territorio, di una città, cioé, destinata ad essere la capitale di un grande Stato » […] La questione della capitale non si sceglie, o Signori, per ragioni né di clima, né di topografia, neanche per ragioni strategiche ; se queste ragioni avessero dovuto influire sulla scelta della capitale, certamente Londra non sarebbe capitale della Gran Bretagna, e forse nemmanco Parigi lo sarebbe della Francia. La scelta della capitale è determinata da grandi ragioni morali. E il sentimento dei popoli quello che decide le questioni ad essa relative. Ora, o Signori, in Roma concorrono tutte le circonstanze storiche, intelletuali, morali che devono determinare le condizioni della capitale di un grande Stato ». Pietro Scoppola, I discorsi di Cavour, N.16, p.40-43 ; discours du 25 mars 1861. Une traduction partielle, en français, des discours parlementaires de Cavour, par I. Artom et A. Blanc, datée de 1862, est disponible en ligne sur Gallica.fr. Également sur le site du Sénat italien, on trouve une série des discours parlementaires de Cavour. Des historiens ont cependant remarqué que Cavour hésite avant d’opter définitivement pour la centralisation administrative, hésitation perceptible dans sa correspondance. Cf. F. Della Peruta, Conservatori, liberali e democratici nel Risorgimento, Milano, 1989, 375 p. []
  14. Cf. l’article de Géraldine Djament-Tran, « Le débat sur Rome capitale (1861-1871) : choix de localisation et achèvement de la construction nationale italienne », Revue historique, CCCXI/1. []
  15. A. Giardina, A. Vauchez, Rome, l’idée et le mythe, Fayard, 2000, p. 136-137. []
  16. Un bon nombre de ces documents sont maintenant consultables sur le site La Repubblica romana del 1849. Cf. également les quinze volumes de Le Assemblee del Risorgimento, Roma, Camera dei Deputati, 1911 – en cours d’acquisition []
  17. Pour le texte intégral de l’hymne, cf. http://presidenza.governo.it/ufficio_cerimoniale/cerimoniale/inno.html []
  18. Plusieurs versions musicales de l’hymne sont consultables sur You Tube. Nous proposons celle exécutée au château Cavour en 2008 par le choeur Michele Novaro. []
  19. Rappelons que, selon la légende, Jules César aurait été tué aux pieds d’une statue érigée en honneur de Pompée le Grand, son ancien ami et puis son rival. César, avec Pompée et Marcus L. Crassus avaient formé le premier triumvirat de la République, en 70-60 avant J.C. []
  20. « L’almanacco presente vi darà la serie succinta dei fatti avvenuti in Italia nell’anno 1849 che sta per finire, e nel medesimo tempo vi porrà in grado di trarre le vostre induzioni per l’anno 1850 che sta per sorgere. Ora voi capite, senza ch’io vi spieghi altrimenti, perché questo nuovo almanacco si chiami col nome di Giano. Anch’esso come quel re tiene un occhio al futuro e uno al passato » Almanacco di Giano, p. 4. []
  21. Depuis l’Antiquité, Rome avait une vocation maritime très prononcée. Pendant l’époque impériale, une ample zone portuaire existait entre Ostie et Fiumicino, sans compter le port de Civitavecchia, voulu par Trajan. Auparavant, en 42 après J.C., l’empereur Claude avait déjà décidé de développer le commerce et la flotte militaire pour affirmer la domination de Rome sur la Méditerranée. Il fit construire un important port maritime, achevé par Néron, en 64 après J.C. Ce nouveau port devait consolider le port fluvial d’Ostie et le port maritime de Pouzzoles. []
  22. cf. Alessandro Tuccillo, « La frontière de la civilisation. Royaume de Naples et Méditerranée dans les écrits des illuministi méridionaux » Rives méditerranéennes, 4, 2014. []
  23. Cf. Discours sur les rapports politiques économiques de l’Italie libre avec la France et les autres États de l’Europe, Paris, Baudoin, 15 Pluviôse, An VI, p. 17 et suivantes. Dans sa réflexion, M. Galdi développe également l’idée d’une zone d’arbitrage internationale franco-italienne, idéalement située en Corse, pour prévenir tout éventuel contentieux entre les deux « républiques libres ». op. cit., p. 10 et suivantes. []
  24. « E’ indubbio che l’Europa dee la sua maggioranza al luogo che occupa in ordine al resto del globo ; […] Ella è la più centrale di tutte le contrade, se per centro s’intende, non già la postura materiale rispetto all’equatore e alla linea meridiana dei due emisferi continentali, ma il sito più acconcio a comunicare per mare e per terra con tutte le parti del mondo in proporzione alla loro importanza verso gli ordini attuali dell’incivilimento. Ora l’Italia ha colle altre regioni di Europa le medesime attinenze di questa col rimanente dei paesi abitati ; laonde, benché campata sull’orlo meridionale, essa è tuttavia, politicamente parlando, la più centrale delle sue province. I Francesi sogliono assegnare questo privilegio alla loro patria, e hanno tanto ragione quanto i Cinesi, che chiamano il loro reame l’Imperio del mezzo, forse perché il Pacifico rasenta la loro costiera orientale […] Il vero si è che [la Francia] partecipa alla centralità civile dell’Europa solo per via della Provenza ; perché il Mediterraneo lambendo i margini dell’Africa e dell’Asia (…] è per cosi’ dire la piazza dei popoli civili. Ora il punto centrale del Mediterraneo è occupato dall’ Italia. […] E veggano dunque i Francesi, se l’italiano Bonaparte si apponeva a voler fare del Mediterraneo un lago gallico, e di Roma una succursale di Parigi », Del Primato morale e civile degli Italiani, op. cit. p. 14-16. []
  25. Cf. Federico Chabod, Storia della politica estera italiana,1870-1896, Rome, Laterza, éd. 1990, p.194; mais également Storia politica del Mediterraneo, Brescia, Morcelliana, 2014. []
  26. « A gittare le basi di un’opera veramente completa sul Primato Italiano sul Mediterraneo ed inizire il nuovo period di Potenza che ci sta aperto su questo mare, parmi sarebbe necessario intraprendere una serie di viaggi e di severi studi su tutte le parti del gran bacino mediterraneo. La nostra marineria militare troverebbe cosi’ una propizia occasione per consolarsi sui campi della scienza dei dolori patiti su quelli della guerra; […] Gli Italiani soli hanno il diritto di intraprendere una cosi’ magnifica impresa di civiltà, dessa anzi diventa un dovere, è l’opera più sublime, vasta, utile la più grande e veramente degna di un popolo che risorge ». Luigi Campo Fregoso, Del primato italiano, op.cit., pages 398-399. Le livre, publié chez Loescher, en 1872 est consultable en ligne. []
  27. Federico Chabod, Storia della politica estera italiana– et également, Federico Barbieri, Dante Visconti, Il problema del Mediterraneo nel Risorgimento, Milano, Vallardi, 1948. []
  28. « Qui est maître de la mer est maître de tout » []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.