Les monnaies britonniques de la BnF intègrent le portail Iron Age Coins in Britain (IACB)

134 monnaies britonniques (nom donné aux peuples et royaumes celtiques antiques de l’île de Bretagne) conservées dans les médailliers du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF, viennent d’intégrer le portail Iron Age Coins in Britain. Élaboré et hébergé par l’Université d’Oxford, ce site s’appuie sur le catalogue Ancient British Coins (ABC) qui a marqué une étape récente et importante dans la connaissance de ces monnayages insulaires. Cette initiative est l’occasion de mettre en lumière un numéraire par nature moins connu en France que les monnaies proprement gauloises qui peuvent, pour certaines d’entre elles, être mises en lien direct avec des protagonistes de la guerre des Gaules, tel Vercingétorix.

Iron Age Coins in Britain (IACB)

S’il peut paraître modeste, cet ensemble conservé à la BnF est pourtant l’un des plus significatifs dans une collection publique hors du Royaume-Uni1, cette rareté s’expliquant par le déséquilibre des relations entre l’île et le continent à la fin de l’âge du Fer. En effet, les espèces frappées ou coulées dans la Britannia n’ont que très peu irrigué les contrées gauloises, même si par exemple un bronze du roi des Trinovantes et des Catuvellauni : Cunobelinos – le Cymbeline de Shakespeare – a été découvert à Saintes (Charente-Maritine).

Monnaie d’argent de Cunobelinos, roi des Trinovantes, vers 10-40 ap. J.-C., ABC n° 2912 (BnF, MMA, BN 9563)

L’île de Bretagne fournissait avant tout des matières premières, tel l’étain des célèbres mines de Cornouailles, indispensable pour fabriquer du bronze. Dans l’autre sens en revanche, les monnaies venues de Gaule ont volontiers franchi le Channel en lien avec son trafic commercial intense ou lors de mouvements de populations, tel celui des Atrébates (région d’Arras) qui émigrèrent avec leur chef Commios après 52 av. J.-C. pour échapper à la vindicte des Romains suite à leur soutien au soulèvement de Vercingétorix.

Quinaire de Commios et Carsicios, chefs des Attrébates, vers 50-30 av. J.-C. (BnF, MMA, BN 8687)

Certains des exemplaires de la BnF proviennent assurément de trésors britanniques, telle la trouvaille de Whaddon Chase 18492 ou celle de Plymouth3, des monnaies qui ont ensuite intégré la collection de Félicien de Saulcy. Si le numéraire britonnique possède ses particularités de style ou de thématique, il peut être parfois étroitement apparenté à des modèles continentaux importés.  Ce monnayage constitue par ailleurs, au même titre que les autres séries celtiques, tant par son iconographie variée que par les inscriptions qu’il porte, une source précieuse pour l’onomastique.

Dominique Hollard

Les monnaies grecques et romaines de la BnF dans les portails thématiques en ligne

  1. Pour un aperçu de l’ampleur des fonds celtiques de la BnF, on se reportera à l’ouvrage – ancien, mais toujours utile – d’E. Muret et A. Chabouillet, Catalogue des monnaies gauloises de la Bibliothèque nationale, publié à Paris en 1889. Les monnaies britonniques sont regroupées aux numéros 9493 à 9598. []
  2. Notamment l’exemplaire BnF 9497. []
  3. Entre autres cette monnaie des Durotriges, BnF 9506. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.