Archive : image du mois d’avril 2021. Ostie, complexe portuaire antique de Rome

Cette monnaie montre au droit une tête laurée de Néron (37-68 ap. J.-C.) à droite et au revers une vue synthétique mais très évocatrice de Portus. Le port maritime de Rome apparaît sous la forme d’un bassin encadré à gauche par une structure à colonnades de forme circulaire et à droite par une jetée sur piles. A l’entrée se tient une statue monumentale de Neptune avec son trident sur un piédestal. A l’intérieur mouillent onze embarcations de tailles et formes diverses. En-dessous, la statue d’une divinité nue accoudée sur un dauphin et tenant un gouvernail représente soit le dieu du Port, soit la personnification du Tibre.

Ce sesterce de Néron frappé à Rome en 64 ap. J.-C. commémore l’achèvement de la construction de Portus, commencée en 42 ap. J.-C. sous Claude (10-54 ap. J.-C.). Il appartient à une émission de sesterces frappés dans les deux principaux ateliers monétaires impériaux de l’époque, Rome et Lyon. Le département des Monnaies, médailles et antiques conserve plusieurs exemplaires qui témoignent de l’importance de l’événement : Rome, est enfin dotée d’un port commercial monumental. Situé au nord de l’embouchure du Tibre, sur le territoire d’Ostie, cette infrastructure connecte à présent la capitale de l’Empire au reste du monde méditerranéen, notamment pour mieux assurer son approvisionnement. Jusqu’alors Rome ne bénéficiait que du port d’Ostie, à 35 km à l’embouchure du Tibre ainsi que du port de Pouzzoles, à 235 km au sud.

D’après les textes antiques, Ostie (du latin ostium signifiant « embouchure ») a été fondée par le roi de Rome Ancus Marcius (646-616 av. J.-C. ) tandis que les premières traces archéologiques (castrum en gros blocs de tuf) remontent à la deuxième moitié du IVe siècle av. J.-C.1

La localisation du port d’embouchure d’Ostie a fait l’objet d’hypothèses vivement débattues. Au début du XXe siècle, les archéologues italiens proposent de localiser le port de l’Ostie des époques royale et républicaine au nord-ouest de la ville. Au XXIe siècle, des prospections géomagnétiques menées par des chercheurs allemands d’abord, des carottages menés par une équipe franco-italienne ensuite permettent de confirmer cette localisation et de proposer une chronologie plus fine. Entre le IVe et le IIe siècle av. J.-C. est attesté un bassin portuaire d’abord de 6 mètres de profondeur et pouvant donc accueillir de grands tonnages. Entre le IIe siècle av. J.-C et le premier quart du Ier siècle ap. J.-C, des traces d’opérations de colmatage ont été mises en évidence. Elles précèdent l’abandon du site au profit du nouveau complexe portuaire impérial, créé à 3 kilomètres au nord de la ville, à Portus.

Strabon2 pouvait ainsi écrire entre 20 av. J.-C. et 20 ap. J.-C. :

« Ostie n’a pas de port à cause des dépôts d’alluvions sans cesse croissants que provoque le Tibre gonflé de ses nombreux affluents. Les navires restent par conséquent au large et y mouillent en grande rade. Cette opération est périlleuse, il est vrai, mais l’appât du profit a raison des dangers et, en effet, les innombrables barques à rame qui déchargent les cargaisons et en apportent d’autres en échange permettent aux navires de repartir rapidement. Certains d’entre eux, aussi, s’allègent d’une partie de leur chargement et pénètrent ensuite dans l’embouchure du Tibre pour remonter jusqu’à Rome »

Dès la fin de la République, le port d’Ostie ne permet plus l’accès à des navires de gros tonnage, notamment ceux de l’annone. Par ailleurs, sa configuration oblige à de délicates manœuvres de transbordement dans une zone d’importants remous dus à la rencontre des eaux fluviales et maritimes. Enfin, en laissant s’engouffrer pleinement les vents du sud-ouest, le bassin ne constitue pas un refuge toujours sûr pour les embarcations. Le port de Pouzzoles est également sollicité mais son éloignement géographique implique des transits peu sûrs par voie terrestre et par cabotage le long de la côte jusqu’à Ostie.

L’exigence de concevoir un nouveau port à la fois sûr et plus près de Rome est évoquée déjà par Jules César sans être suivie d’effets. En 42 ap. J-C., confronté à une situation annonaire de plus en plus difficile, Claude se lance dans cette monumentale entreprise.

« Une grande famine étant survenue, Claude avisa aux moyens d’avoir, non seulement dans le présent, mais aussi toujours dans l’avenir, des vivres en abondance. Presque tout le blé, en effet, que consomment les Romains étant apporté du dehors, et le pays situé à l’embouchure du Tibre, n’offrant ni rades sûres ni ports convenables, rendait inutile aux Romains l’empire de la mer ; […] Claude, comprenant ces difficultés, entreprit de construire un port ».

Dion Cassius, Histoire romaine, LX, 11, Firmin-Didot, 1845-1870

D’importantes recherches ont été menées ces quinze dernières années sur le site de Portus, notamment par l’Université de Southampton et l’École française de Rome. L’agencement du port de Claude est aujourd’hui mieux connu. Un grand bassin d’environ 200 hectares était délimité par deux énormes môles en arc de cercle construits directement dans la mer et doté d’un gigantesque complexe de stockage d’environ 10 hectares. L’ensemble était orné d’une imposante colonnade courant le long des portiques des entrepôts.

Soumis à des vents forts, également menacés par l’ensablement, ces aménagements portuaires sont complétés sous Trajan (53-117 ap. J.-C.) par un nouveau bassin, au sud-est. Creusé entre 100 et 112 ap. J.-C., ce bassin hexagonal de 357, 77 mètres de côté et d’une superficie de 32 hectares était profond de 5 mètres. Situé à l’intérieur des terres, il assurait aux bateaux un havre sûr. Les môles entourant le plan d’eau étaient couverts d’un ensemble de quais derrière lesquels furent bâtis des entrepôts augmentant toujours davantage les capacités de stockage à destination de Rome. Le complexe portuaire a été encore complété par les autres empereurs antonins, puis entièrement réorganisé sous la dynastie sévérienne (193-235 ap. J.-C.) et maintenu en activité bien au-delà de l’époque impériale. A partir des Ve et VIe siècles, son activité se réduit fortement.

Etienne Du Pérac, plan cavalier des ports de Claude et trajan, 1575, BnF, dpt Cartes et plans, GE DD-2987 (5464 B)

La ville d’Ostie, à proximité du plus grand port du monde romain, connaît au cours du IIe siècle ap. J.-C, un important essor en termes démographiques et d’aménagements urbains. Hadrien (76-138 ap. J.-C.) fait notamment reconstruire le forum et fournit les marbres du nouveau capitole qui clôt la place au nord.

Henri Labrouste, dessins du Temple de Jupiter [Capitole] à Ostie, 1825, BnF, dpt Estampes et photographie, FOL-VZ-1030 (9)

A partir du IVe siècle ap. J.-C., la ville connaît une lente décadence.

Aujourd’hui, Ostie et Portus constituent un agréable parc archéologique bordé de pins parasols et ouvert à la visite.

Pour en savoir plus :

M.J. Cuyler, « Portus Augusti : The Claudian Harbour on Sestertii of Nero », in N.T. Elkins, S. Krmnicek éds., Art in the Round : New Approaches to Coin Iconography, Tübingen 2014, 121-134.

R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford 1973.

Le cycle de conférences 2021 « De la fouille à l’écriture de l’Histoire» de la Bibliothèque nationale de France s’intéresse à l’archéologie des ports. Un événement à suivre en ligne en streaming dès le 10 mars. Voir le programme et la bibliographie sur ce carnet.

  1. Sur cette discordance entre tradition littéraire et données archéologiques, cf. Ferréol Salomon. « Les origines d’Ostie : quelles interactions avec la dynamique d’embouchure ? (Delta du Tibre, Italie) ». []
  2. Géographie, V, 3, 5. Les Belles Lettres, 1967 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.