Archive : image du mois de mars 2021. Le port de Carthage

Archive : image du mois de mars 2021. Le port de Carthage

[Les Troyens à Carthage : esquisse de décor : port d’une ville antique du Moyen-Orient / Charles Cambon], 1863, crayon, fusain rehauts de gouache sur papier, BnF, Bibliothèque-musée de l’opéra, BMO ESQ CAMBON-193

Les Troyens d’Hector Berlioz est un opéra en cinq actes créé le 4 novembre 1863 au Théâtre lyrique à Paris, sous le titre Les Troyens à Carthage. Une lettre du compositeur témoigne de la première1:

Succès magnifique ; émotion profonde du public, larmes, applaudissemens sans fin et un sifflet quand on a proclamé mon nom à la fin…

Le septuor et le duo d’amour ont bouleversé la salle, on a fait répéter le septuor. (…) Je suis tout étourdi de tant d’embrassades. (…)

Les Troyens à Carthage correspondent uniquement aux trois derniers actes de l’œuvre. Le livret dans son ensemble s’inspire des deuxième et quatrième livres de L’Énéide de Virgile, depuis la prise de Troie jusqu’au départ d’Énée du palais de Didon à Carthage pour fonder Rome.

[Les Troyens à Carthage : esquisse de décor de l’acte III : la flotte troyenne au port / Charles Cambon], 1863, fusain et rehauts de blanc sur papier, BnF, Bibliothèque-musée de l’opéra, BMO ESQ CAMBON-120
L’itinérance de la flotte troyenne est rendue par la récurrence du bord de mer dans les décors. Au dernier acte, le « port d’une ville antique du Moyen-Orient » esquissé par Charles-Antoine Cambon est celui du port de Carthage, annonciateur du dénouement tragique et du départ du héros vers sa destinée.

Détail de Carthage. Kilomètre 1 dressé par Ph. Caillat, 1877, BnF, Dpt des Cartes et plans, GE C-9276

La cité phénicienne puis punique de Carthage (actuelle Tunisie) est une thalassocratie forte d’un commerce maritime puissant tourné vers le bassin occidental de la Méditerranée et ancré dans le bassin oriental. La source antique principale sur les ports carthaginois provient de la description de l’historien grec Appien durant le 2e s. de n.è. Il s’appuie sur le texte disparu de Polybe, témoin de la chute de la cité en 146 av. n.è.

Esquisse de la restauration de la ville de Carthage d’après la topographie de Carthage de Mr. Dureau de la Malle, la carte de Mr Falbe et des dessins inédits des 16e, 17e et 18e siècles, par P. A. Dedreux, architecte, Paris, 1837, BnF, Dpt des Cartes et plans, GE DL 1837-20 (A) et B)

Après des explorations scientifiques durant tout le 19e s. du site, dont celle d’Adolphe Dureau de la Malle, l’archéologie s’intéresse à la question des ports à partir des années 1970, sous l’égide de l’Unesco. Les travaux confirment l’emplacement et l’existence de deux lagunes dès la période punique, datées du 2e s. av. n.è. Ces dernières, que la tradition a longtemps cru identifiées par Chateaubriand au 19e s.2, restaient l’objet d’un fort débat historiographique3.

Seule la fouille apporta la réponse définitive aux interrogations et éclaira le texte d’Appien.

Pour en savoir plus

Ennabli Abdemajid, « La campagne internationale de sauvegarde de Carthage. Fouilles et recherches archéologiques 1973-1987. Premiers bilans », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 131ᵉ année, n. 2, 1987, p. 407-438, sur Persée.

Nicolas Carayon, Pascal Arnaud, Núria Garcia Casacuberta et Simon J. Keay, « Kothon, cothon et ports creusés », Mélanges de l’École française de Rome – Antiquité, 129-1, 2017, sur openedition.

Adolphe Dureau de La Malle, Recherches sur la topographie de Carthage, Paris, 1835, sur Gallica.

Valerio Vittorini, « Le port de Carthage dans l’Itinéraire de Chateaubriand et dans le Ragguaglio de Caronni », Loxias 34, 2011, en ligne.

Le cycle de conférences 2021 « De la fouille à l’écriture de l’Histoire» de la Bibliothèque nationale de France s’intéresse à l’archéologie des ports. Un événement à suivre en ligne en streaming dès le 10 mars. Voir le programme et la bibliographie sur ce carnet.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Archive : image du mois de mars 2021. Le port de Carthage", in L’Antiquité à la BnF, 01/03/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/12477, [consulté le 22/06/2021].
  1. Lettre d’Hector Berlioz à Humbert Ferrand, [Paris], jeudi 5 nov[embre 1863], BnF, Dpt de la Musique, NLA-275 (57). []
  2. voir Valerio Vittorini, 2011. []
  3. sur le contexte, déroulement des fouilles et rappel de l’histoire des enjeux, voir notamment, Ennabli Abdemajid, 1987, p. 407-438. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.