Gros plan sur le camée.79 de la BnF : le bige de centaures

L’objet de notre attention (fig. 1) est un camée antique en sardoine à deux couches blanche et brune, probablement réalisé dans le dernier quart du Ier s. av. J.-C. et conservé au Département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF (inv. camée.79) depuis 17991.

Fig. 1 : camée « Bacchus et Ariane dans un bige de Centaures ». BnF, MMA, inv. camée.79

Les camées se distinguent de leurs voisines les intailles par la technique du décor qui est en relief (en creux pour les intailles), faisant plus appel à l’art de la sculpture qu’à celui de la gravure. Ce sont des objets en pierres semi-précieuses (généralement la sardoine ou l’onyx, dont les couches aux différents coloris permettent de faire ressortir le motif en relief), de petites dimensions, montés et portés en bijou (bagues, pendentifs de cou et d’oreilles) ou bien sur du mobilier2. Les camées peuvent avoir diverses fonctions : protectrice, apotropaïque, ornementale et même, pour les plus beaux spécimens, ostentatoire3.

Beaucoup d’intailles et de camées antiques sont parvenus jusqu’à nous, malheureusement la plupart du temps sans contexte archéologique de découverte, ce qui complique énormément leur étude. Certains de ces ouvrages n’ont même jamais été enfouis mais réutilisés dès la fin de l’Antiquité, principalement dans des contextes chrétiens où le décor fut totalement détourné de son sens premier4. Le camée présenté ici apparaît pour la première fois dans un ouvrage de Filippo Buonarroti à la toute fin du XVIIe siècle5 alors qu’il appartient au cardinal Gaspare Carpegna (fig. 2). Il semblerait que ce dernier ait fait don du bijou à Prospero Lorenzo Lambertini, futur pape Benoît XIV (élu en 1740), puisqu’il se trouve dans ses collections en 17416. En 1798, l’objet est saisi par Louis Alexandre Berthier dans le cadre de la conquête militaire bonapartiste de Rome, puis est déposé par son frère César au Cabinet des Médailles et Antiques de la BnF en 1799. La monture en or et perles fines a certainement été ajoutée par le célèbre orfèvre Luigi Valadier lorsque l’objet était encore à Rome7.

Fig. 2 : reproduction du camée dans Osservazioni istoriche… de F. Buonarrotti (1698), p. 430

Le décor

Le décor sculpté du camée se développe sur deux registres superposés. Le registre supérieur figure Dionysos/Bacchus sur un bige, porteur du thyrse rubané ; il est vêtu d’un himation qui couvre le bas du corps et l’avant-bras gauche, de bottes, et sa tête est ceinte d’une couronne végétale, probablement de vigne. Ariane prend place à sa droite, elle caresse le visage du dieu en le regardant tendrement. À sa suite, un Éros ailé clôt la marche et tient le voile de la jeune femme. Le bige triomphal est tiré par deux centaures (fig. 3), un mâle et une femelle – le détail des organes génitaux des deux êtres ne laissant aucun doute sur leur sexe. Le premier, un centaure aux cheveux longs et lisses, lève la main droite en l’air tandis que la gauche reste à hauteur du buste, supportant un tissu ou une dépouille animale – il est difficile d’identifier ici un instrument de musique. Sa compagne porte quant à elle une couronne de corymbes et joue d’une grande lyre, yeux fermés et bouche entrouverte, elle tourne la tête vers le centaure. À leur droite, un second Éros ailé guide le cortège, brandissant un flambeau allumé. Le groupe évolue vraisemblablement dans les cieux.

Fig. 3 : détail du camée représentant « Bacchus et Ariane dans un bige de centaures », dernier quart du Ier siècle av. J.-C., sardoine, Paris, BnF, MMA, inv. camée.79

Le registre inférieur est bien différent. Trois personnages sont représentés sur les flots symbolisés par des vagues délicates. On reconnaît dans l’homme barbu qui tient une corne d’abondance une divinité marine masculine, probablement Océan8. Autour de lui deux personnages féminins sont figurés, qu’on peut identifier comme des Nymphes marines, Néréides ou Océanides. Celle de gauche nage vers la droite en tenant un objet rond dans sa main droite ; celle de droite est assise aux côtés du personnage masculin. En considérant celui-ci comme Océan, alors la Nymphe de droite pourrait être Thétys, sa compagne.

La monture en or est composée de quinze arceaux crénelés disposés régulièrement autour d’un serti clos dentelé. Au bas et au centre de cette monture demeure un espace vide qui devait probablement servir à enchâsser l’objet dans une composition plus grande telle qu’on la voit sur un dessin du XVIIIe siècle (fig. 4)9.

Fig. 4 : reproduction de la monture du camée dans un ouvrage du XVIIIe siècle (extrait de Avisseau-Broustet 2016, p. 115, fig. 3a)

Un thème iconographique répandu : le triomphe de Dionysos et Ariane

Le sujet principal du camée est bien connu : il s’agit d’un triomphe figurant Bacchus et Ariane après que le dieu l’a découverte sur l’île de Naxos et fait d’elle son épouse. C’est ici que l’avait abandonnée Thésée, sur le chemin d’Athènes, malgré l’aide précieuse que lui avait apportée la jeune princesse dans le combat contre le Minotaure et sa promesse de l’épouser. Ce thème des noces bacchiques est bien connu de l’iconographie antique, notamment sur des camées depuis l’époque hellénistique tardive et par la suite durant l’époque impériale, mais aussi des sarcophages sculptés à partir du IIe siècle10. Ce thème iconographique figure généralement le char divin tiré par des êtres anthropomorphes, des fauves ou des centaures (dans une très grande majorité des cas deux mâles)11. Sur les sarcophages – qui offrent aux artistes un plus grand espace de représentation – ce noyau principal est enrichi des acteurs du thiase : satyres, ménades, érotes, Silène, Pan(s).

Un personnage peu commun : la centauresse

Si les centaures sont connus depuis les premiers temps de l’art grec, la centauresse demeure beaucoup plus discrète. Elle est absente des mythes12 et ne connaît une forme iconographique bien établie qu’à partir du Ier siècle av. J.-C. en contexte romain13.

Toutefois la première représentation connue d’un centaure féminin date du Ve siècle av. J.-C. : elle apparaît sur un panneau peint par le célèbre Zeuxis, que nous connaissons grâce à une description de Lucien de Samosate14. Selon le témoignage de cet auteur, Zeuxis aurait été véritablement l’inventeur du centaure féminin et par la même occasion l’inventeur d’une famille de centaures15, concept original à une époque où les centaures – dans les mythes et l’art figuré – endossaient le rôle de l’ennemi monstrueux de l’homme grec civilisé16. Nous devons mentionner un autre témoignage de l’époque classique, conservé à la BnF, représentant une centauresse. Il s’agit d’une très belle intaille en cristal de roche (fig. 5) figurant l’être mythique de profil et qui présente la particularité de la montrer non pas sous la forme d’un corps entier de cheval surmonté d’un buste de femme comme c’est toujours le cas, mais d’un corps entier de femme derrière lequel est accolé celui d’un équidé. Ces deux œuvres, bien qu’importantes, ne nous permettent pas d’en apprendre davantage sur la considération de ce personnage au Ve siècle av. J.-C. car elles sont assez difficiles à étudier – l’original de la première ne sera jamais connu et nous manquons cruellement d’informations au sujet de la seconde – et très isolées.

Fig. 5 : intaille représentant une centauresse, 1ère moitié du IVe siècle av. J.-C., cristal de roche, Paris, BnF, MMA, inv.58.1689.

C’est à partir du Ier siècle av. J.-C que ce personnage acquiert une identité iconographique bien définie en intégrant le monde bacchique aux côtés de leurs homologues masculins qui l’avaient rejoint depuis le IVe siècle av. J.-C.17 Plusieurs exemples du début de l’époque impériale sont connus, notamment à Pompéi et ses alentours18, dont certains sont conservés au département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF. Je pense ici à la magnifique paire de skyphoi en argent figurant deux couples de centaures en contexte dionysiaque (fig. 6)19.

Fig. 6 : « skyphos aux centaures », vers 50 ap. J.-C., argent, Paris, BnF, MMA, inv. 56.7. (et version en 3D).

Un motif apprécié des graveurs de pierres

Malgré le caractère en apparence isolé de cet ouvrage de glyptique ainsi que du peu d’informations que nous avons sur son passé antique (lieu de production, commanditaire, possesseur(s), etc.), ce camée est tout de même riche en informations. Effectivement le motif iconographique du registre supérieur – celui représentant le triomphe de Bacchus – est en réalité loin d’être un hapax puisque nous connaissons au moins cinq autres camées comparables. Deux d’entre eux sont conservés au musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg20, un à Florence21 et un autre au musée archéologique de Naples (fig. 7)22. Tous présentent la même composition : Dionysos (parfois avec Ariane) sur un char tiré par un couple de centaures (mâle et femelle) dans l’éther. Si certains détails varient comme la présence d’Ariane ou encore l’activité des centaures (musiciens, échansons…), la proximité du motif est frappante, notamment dans la position du centaure, toujours au premier plan, bras droit levé et plié au-dessus de sa tête (sauf sur l’une des pierres de l’Ermitage où les deux centaures sont musiciens). Tous partagent également la particularité de montrer une centauresse, personnage auparavant quasi absent de l’iconographie.

Fig. 7 : camée représentant un couple de centaures, milieu du Ier siècle ap. J.-C., sardoine, Naples, musée archéologique (?), inv. 25846 (extrait de LIMC VIII, vol. 2, p. 496).

Un motif original créé au Ier siècle av. J.-C. ?

La proximité du décor de ces objets (tous datés du Ier siècle av. J.-C.) suppose l’existence sinon d’un modèle commun au moins d’une inspiration commune précise, et prouve la circulation de ce motif particulier dans plusieurs ateliers de gemmarii car il est très clair, au regard du traitement des éléments qui composent ce décor, que ces camées ne sont pas tous de la même main23. L’un de ces objets, l’exemplaire de Naples (fig. 7), bien qu’amputé d’importantes parties autour du groupe des centaures (notamment du char de Bacchus) conserve la signature de l’artiste qui a sculpté le motif dans la pierre. Il s’agit de Sostratos, identifié par deux lettres () présentes sous le sabot droit du centaure24. Selon M.-L. Vollenweider, ce sculpteur semble avoir été un maître de l’imagerie dionysiaque, son thème de prédilection, car nous connaissons de sa main plusieurs pierres gravées qui figurent des scènes inspirées de cette thématique25. La popularité de ce sujet en iconographie au Ier siècle av. J.-C. revient certainement en partie à Marc Antoine qui se revendiquait neos Dionysos, et au service duquel (ou de sa cour) Sostratos a pu être, à Alexandrie26. Nous ne pouvons pas attribuer tous les camées reprenant ce motif particulier à Sostratos, toutefois aurait-il pu en être l’inventeur ? En l’absence d’une datation plus précise ou d’un témoignage solide le démontrant, il serait imprudent de l’affirmer. Néanmoins il est fort possible que ce sculpteur de renom ait participé à sa popularité et à sa diffusion dans d’autres ateliers de sculpteurs.

Le camée de la BnF (fig. 1), bien qu’il ne présente aucun indice relatif à l’identité de son sculpteur, est remarquable par la composition de son décor, plus riche en personnages et plus complexe (deux registres superposés) que les autres exemplaires conservés. Ce travail est sans nul doute celui d’un grand maître27. Cette singulière somptuosité permet-elle de considérer l’œuvre comme le premier exemplaire de ce motif iconographique sur les pierres sculptées, que d’autres graveurs auraient copié ensuite, en réduisant le motif à l’essentiel ? C’est possible, malheureusement les datations relativement peu précises de tous les exemplaires connus ne nous permettent pas de l’affirmer. Par ailleurs il est fort possible que ces compositions tirent leur inspiration d’un autre support artistique, statuaire28 ou peinture29, et que cet original soit perdu.

Conclusion

Ce camée, extraordinaire par la richesse et la qualité de son décor antique, s’inscrit dans une série de pierres sculptées figurant le même motif : Dionysos triomphant sur un bige de centaures (un mâle et une femelle). L’originalité de ce motif est de faire apparaître un centaure féminin, personnage pourtant peu répandu auparavant. À partir du IIe siècle av. J.-C., le culte de Bacchus prend de plus en plus d’ampleur dans le monde romain, et cet engouement déteindra de facto dans l’iconographie, qu’elle se développe dans de grandes compositions30 ou au contraire des objets de très petite taille mais non moins importants comme les camées. Le personnage du centaure féminin, visiblement apprécié, connaît à cette époque et durant les siècles suivants une autre forme de représentation : allaitante, elle est couchée en pleine nature avec son enfant, bien loin de la frénésie du thiase de Bacchus31. Plusieurs décennies plus tard, aux IIe et IIIe siècles, le char dionysiaque tiré par un couple de centaures (sur le sol terrestre et sans Ariane, qui sera parfois présente ailleurs dans la composition) deviendra un motif récurrent sur les cuves de sarcophages, où l’on retrouvera même le motif de la centauresse allaitante (fig. 8)32.

Fig. 8 : sarcophage représentant le mythe de Dionysos et Ariane, 230-240 ap. J.-C., marbre, Paris, musée du Louvre, inv. Ma 1346.

Bibliographie

Avisseau-Broustet 2016 : M. Avisseau-Broustet, « Les camées et les pierres graves des collections du Vatican aujourd’hui au Cabinet des Médailles (Bibliothèque nationale de France, Paris) », dans Cornini G., Le Musée Profane au temps de Pie VI, Vatican, 2016, p. 113-124

Aires, Linant de Bellefonds, 2015-2017 : G. Aires, P. Linant de Bellefonds « objet 16416 », notice du LIMC en ligne, 2015-2017 ; [consulté le 11/02/2021].

Boardman, 2014 : Boardman J., The Triumph of Dionysos, Oxford, 2014.

Gourmelen, 2008 : Gourmelen L., « La Centauresse de Zeuxis. Du bon usage de l’insolite en peinture et en littérature », dans Écritures insolites : Cahier XXXIII, Rennes, 2016.

Grift (Van de), 1984 : Grift (Van de) J., « Tears and Revel : The Allegory of the Berthouville Centaur Scyphi », dans American Journal of Archaeology, 88-3, 1984, p. 377-388.

Guiraud, 1996 : Guiraud H., Intailles et camées romains, Paris, 1996.

Jeanmaire, 1991 : Jeanmaire H., Dionysos, histoire du culte de Bacchus, Paris, 1991.

Montbel, 2020 : Montbel E., « La centauresse, un exemple de remise en question de la frontière du genre à l’époque impériale », dans Frontière·s [En ligne], 2 | 2020, mis en ligne le 19 juin 2020, consulté le 11 février 2021.

Pigeaud, 2014 : Pigeaud J., « Lucien ou l’ekphrasis », dans S. Dubel (éd.), Lucien de Samosate. Portrait du sophiste en amateur d’art, Études de littérature ancienne 22, Paris, p. 177-210.

Vollenweider, 1966 : Vollenweider M.-L., Die Steinschneidekunst und ihre Künstler in spätrepublikanischer und augusteischer Zeit, Baden-Baden, 1966.

Citer ce billet : Eléonore Montbel, "Gros plan sur le camée.79 de la BnF : le bige de centaures", in L’Antiquité à la BnF, 26/02/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/12455, [consulté le 11/04/2021].
  1. Avisseau-Broustet 2016, p. 113. []
  2. Guiraud 1996, p. 10. []
  3. Les plus beaux ouvrages ont pu faire partie de collections particulières de pierres appelées dactyliothèques, notamment à partir du Ier siècle av. J.-C. À ce sujet voir Guiraud 1996, p. 9. []
  4. Guiraud 1996, p. 20-22. []
  5. Osservazioni istoriche sopra alcuni medaglioni antichi all’altezza serenissima di Cosimo III Granduca di Toscana, 1698, p. 430. []
  6. Avisseau-Broustet 2016, p. 113. []
  7. Avisseau-Broustet 2016, p. 115. []
  8. Aires et Linant de Bellefonds 2015-2017. []
  9. Avisseau-Broustet 2016, p. 115, fig. 3a. []
  10. Boardman 2014, p. 19. []
  11. Boardman 2014, p. 24-25. []
  12. Trois auteurs évoquent une centauresse : Ovide, Lucien de Samosate et Philostrate de Lemnos. À ce sujet voir Montbel 2020, 12-13. []
  13. Quelques images de centaures féminins sont connues très ponctuellement depuis le Ve siècle dans le monde grec et le monde étrusque, mais elles semblent isolées et n’être rattachées à aucun contexte précis. []
  14. Lucien, VI, « Zeuxis ou Antiochos », 3-7. []
  15. Gourmelen 2008, 5-7 ; Pigeaud 2014, p. 186. []
  16. Jeanmaire 1991, p. 281 ; Montbel 2020, 3. []
  17. Grift (Van de) 1984, p. 381 ; Montbel 2020, 7. []
  18. Par exemple deux statues-fontaines découvertes à Oplontis) ; Montbel 2020, 10. []
  19. Skyphoi en argent, milieu du Ier siècle, Paris, BnF, MMA, inv. 56.6 et 56.7. Une version en 3D de ce dernier est également visible sur Gallica []
  20. Numéros d’inv. ГР-12696 et ГР-12669 []
  21. Numéro d’inv. 14457. []
  22. Numéro d’inv. 25846. []
  23. M.-L. Vollenweider (Vollenweider 1966, p. 35) suppose l’attribution du camée ГР-12669 de l’Ermitage à l’atelier de Sostratos. []
  24. Vollenweider 1966, p. 33. []
  25. Ibid. []
  26. Vollenweider 1966, p. 32 []
  27. M. Avisseau-Broustet (Avisseau-Broustet 2016, p. 116) le rapproche par la composition d’un camée anciennement dans la collection de Laurent de Médicis et conservé aujourd’hui à Naples, daté d’entre 30 et 20 av. J.-C., qui a pour sujet Apollon. []
  28. Guiraud 1996, p. 97-103. []
  29. Un exemple frappant est celui de la Famille de centaures peint par Zeuxis au Ve siècle et qu’on retrouve simplifié – réduit au motif seul de la centauresse allaitante – sur des camées du IIe siècle. Bien que le motif ait évolué et très certainement connu des intermédiaires, son inventeur initial est bien Zeuxis, à l’époque classique. []
  30. Dans la décoration des maisons de riches citoyens à travers les éléments décoratifs des pièces (fresques, mosaïques, statues) et dans le mobilier usuel (vaisselle, porte-lampe, coffret, etc.). []
  31. Nous connaissons plusieurs exemples de ce motif appelé la theleia hippokentauros, par exemple un camée du British Museum, inv. 1867,0507.201. À ce sujet voir Pesce G. 1930, « La Theleia Hippokentauros in gemme e sarcofagi romani », dans Bulletino della Commissione Archeologica Comunale di Roma LVIII, p. 57‑104 et Schörner G. 2002, « H theleia hippokentauros des Zeuxis – Familiariseung des Fremden ? », dans Boreas 25, p. 97‑124. []
  32. Montbel 2020, 9. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.