Une fausse lettre de Cléopâtre

Archive : image du mois de février 2021. Une fausse lettre de Cléopâtre Parmi les « chefs d’œuvre » du faussaire Denis Vrain-Lucas qui sévit dans les années 1860 se trouve une lettre de Cléopâtre, reine d’Egypte. Cléopâtre s’adresse ainsi en français (!) à Marc Antoine  :

« Cléopâtre royale à son très amé Marc Antoine Triumvir. Mon cher amé j’aprens que dever faire la guerre aux parthes et me prier vous aller voir en Cilicie. Je n’y veux faillir aussy le port en [ vait ?] le nous dire que de ce pay. Je fais donc ordre pour me préparer une barque convenable et digne d’amour. Et bientôt j’yray vous rejoindre là attendray. Je prins les dieux avoir nous en bone grâce. Le X may l’an de Rome VCCXV Cléopâtre ».

La lettre, rédigée sur du papier – et non du papyrus comme on s’y attendrait en Égypte ancienne – est un bon exemple des lacunes du vendeur, qui ne maîtrisait pas les langues anciennes ni les fondements de l’histoire des écritures. Dans une autre lettre, Cléopâtre écrit cette fois à Jules César dans le même style approximatif et pseudo-médiéval où apparaît une attention toute maternelle : elle lui donne des nouvelles de Césarion qu’elle veut envoyer à Marseille pour son instruction.

Cette lettre fait partie d’une collection d’autographes que le faussaire vendit à partir de 1861 au mathématicien Michel Chasles. Jusqu’à son arrestation en 1869, Vrain-Lucas rédigea près de 30 000 autographes et gagna ainsi des milliers de francs. Si la plupart des documents imitent des correspondances scientifiques, centre d’intérêt initial de Chasles, on trouve également des lettres de grands personnages historiques comme Alexandre le Grand, Vercingétorix, Charles Martel ou Charlemagne. Pour répondre aux premiers doutes de Chasles, Vrain-Lucas se justifia en expliquant qu’il s’agissait de traductions qu’il avait recopiées à partir des documents originaux. Mais le scandale éclata avec un procès retentissant : Chasles était tout de même membre de l’Académie des Sciences. Le faussaire écopa de deux ans de prison…tandis qu’une sélection de ses autographes rejoignit les collections de la BnF…cette fois pour la postérité.

Pour retrouver la véritable écriture de Cléopâtre, il est préférable de se tourner vers la papyrologie grecque, avec le P.Bingen 45 conservé à Berlin : ce décret en faveur d’un romain comporte en effet une formule finale qui est très certainement de la main de la reine et atteste de son rôle dans les affaires du pays.

On trouvera plus de détails sur l’affaire Vrain-Lucas dans une présentation en ligne faite par Olivier Wagner sur Les autographes Vrain-Lucas dans « La BnF dans mon salon ». Dans un autre registre, la BnF conserve des fausses monnaies, de l’époque moderne probablement, avec le portrait de  Cléopâtre et enfin, sur la légende de la momie de Cléopâtre à la BnF, voir l’article de Julien Olivier dans ce même carnet.

Citer ce billet : Hélène Virenque, "Une fausse lettre de Cléopâtre", in L’Antiquité à la BnF, 01/02/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/12334, [consulté le 20/10/2021].

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.