Cycle de conférences – L’Archéologie des ports: De la fouille à l’écriture de l’Histoire

Comment l’archéologie permet-elle d’écrire l’histoire ? En quoi les fouilles et l’étude des artefacts continuent-ils à renouveler la connaissance des historiens ? Le cycle de conférences 2021 « De la fouille à l’écriture de l’Histoire » de la Bibliothèque nationale de France s’intéresse à l’archéologie des ports. Un événement à suivre en ligne en streaming ou sur place quand le contexte sanitaire le permet.

Bibliographie et programme

télécharger la bibliographie

27 janvier 2021 ANNULÉ

Giulia Boetto et Pierre Poveda
Centre Camille Jullian – UMR 7299 (CNRS)

 Des bateaux pour les ports: la batellerie portuaire d’époque romaine à partir des épaves de Fiumicino, Naples, Marseille et Toulon

Restitution 3D de trois épaves d’époque romaine découvertes à Fiumicino. Crédits: P. Poveda, Centre Camille Jullian, CNRS, Aix Marseille Université / D. Peloso, Ipso Facto scoop, Marseille.

Depuis le début du siècle dernier, l’archéologie navale antique méditerranéenne a été marquée par la découverte de vestiges d’embarcations bien particulières en liaison avec le fonctionnement des ports. Cette batellerie très diversifiée n’était jusqu’alors pas représentée parmi les nombreux exemples d’épaves de voiliers de transport découverts par les archéologues sous-marins. C’est grâce aux nombreux chantiers d’archéologie préventive réalisés en milieu urbain, dans des anciens bassins portuaires enterrés que nous avons pu étudier un ensemble hétéroclite comprenant des allèges, de gabares, des remorqueurs, des annexes et autres barques de service. A partir des vestiges jusqu’aux restitutions des formes et des structures, nous ferons découvrir au public les caractéristiques d’une dizaine d’embarcations découvertes dans quatre ports du bassin occidental de la Méditerranée.

10 mars 2021 MAINTENU EN LIGNE

Jimmy Mouchard
Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire – UMR 6566 (CNRS)

Le port romain du quartier de Saint-Lupien à Rezé/Ratiatum (Loire-Atlantique)

Détail de la façade à pan de bois du caisson 9. Cliché Jimmy Mouchard, 2011.

Localisée au fond de l’estuaire de la Loire, l’agglomération romaine de Rezé/Ratiatum – située en province Aquitaine et en territoire picton – occupe un important carrefour de voies terrestres, fluviales et maritimes et se développe le long du fleuve sur environ 40 à 50 hectares à son apogée, au début du 2e siècle de notre ère. Les fouilles conduites depuis 2005 dans le quartier de Saint-Lupien, à l’extrémité orientale de la ville, ont permis de confirmer l’existence d’aménagements portuaires en étroite relation avec une série d’entrepôts déjà reconnus dans les années 1980. Relativement modestes dans un premier temps, ces aménagements de berge sont bien plus imposants à partir de la fin du 1er siècle, époque durant laquelle l’ensemble du quartier fait alors l’objet d’un vaste programme de restructuration. Les ouvrages identifiés à Rezé associent très souvent le bois et la pierre, respectant le principe de construction en caisson. Ces précieux témoignages renforcent l’idée d’un chantier fluvial quasi permanent durant le Haut Empire et qui a bénéficié de capacités de financement exceptionnelles.

31 mars 2021 ANNULÉ

David Djaoui
Archéologue territorial, Musée départemental Arles antique, chercheur associé au Centre Camille Jullian (CNRS)

Construire et déconstruire l’Histoire : le complexe portuaire du delta du Rhône dans l’Antiquité.

Cliché Teddy Seguin, O’Can-Ipso Facto, Mdaa/CD13

Les recherches menées par le DRASSM (Ministère de la Culture) au large des Saintes-Maries-de-la-Mer ont révélé une concentration exceptionnelle d’épaves romaines situées face à un ancien bras du Rhône. On recense ainsi plus d’une trentaine de bateaux renfermant uniquement des matières premières brutes ou semi-transformées. Etain, plomb, cuivre, fer, commercialisés sous forme de lingots ou de barres, ainsi que d’immenses blocs de marbre recèlent toutefois un inconnu de taille. Où sont passées les amphores ? Les fouilles du Rhône à Arles en comptent pourtant plusieurs millions ! Ce constat surprenant nous amènera à reconsidérer l’ensemble de l’organisation portuaire, non pas à l’échelle des Saintes-Maries-de-la-Mer mais à celle du delta du Rhône dans sa globalité.

7 avril 2021 MAINTENU EN LIGNE

Anna Cannavò
Histoire et Sources des Mondes antiques – UMR 5189 (CNRS)

Naviguer à Amathonte : archéologie d’une ville portuaire de Chypre

Modèle de bâteau, ca. 750BC-500BC, BM 1894, 1101.182 © Trustees of the British Museum

Amathonte est un site côtier de Chypre, habité entre le début du Ier millénaire av. J.-C. et la fin de l’époque tardo-antique (VIIe s.). Son réseau commercial, ses activités militaires, sa position elle-même impliquent une relation à la mer intense et variée. Les archéologues s’efforcent d’identifier et d’étudier les monuments et les espaces ayant servi à structurer cette relation, mais aussi le rôle joué par la mer et la navigation dans l’imaginaire artistique et religieux des habitants de la ville. Une mission française (sous l’égide de l’École française d’Athènes et du Ministère des Affaires étrangères, en collaboration avec le Département des Antiquités de Chypre), active depuis 1975, a fouillé un port construit, aujourd’hui submergé, mais a également étudié l’évolution de la ligne de rivage et les espaces de frontière entre la ville et la mer. Des petits bateaux en terre cuite, retrouvés en grand nombre dans des tombes et des sanctuaires, ajoutent une dimension symbolique à l’acte de la navigation. 

5 mai 2021 MAINTENU EN LIGNE

Marie-Françoise Boussac Université Paris Nanterre
et Mael Crépy
Archéorient – UMR 5133 (CNRS)

Le port lacustre de Taposiris Magna

Taposiris Magna au premier plan le port avec le pont romain et le chenal artificiel vus du sud-ouest. A l’arrière plan: le temple d’Osiris et la tour des Arabes, érigés sur la ténia. Crédit: Mission archéologique de Taposiris Magna et Plinthine (Égypte)

Taposiris Magna, ville attestée du IIIe siècle av. J.-C. au début du VIIIe siècle apr. J.-C., est située vers la pointe ouest de l’actuel lac Mariout, à l’ouest d’Alexandrie. Elle doit sa fortune à sa situation stratégique en Maréotide, région prospère dans l’Antiquité, et à son rôle de porte d’entrée de la Libye et de point de rupture de charge dans le complexe lacustre et portuaire de la chôra alexandrine. Remarquable par ses installations (canal navigable, levées et jetées, entrepôts), sa longévité et l’implication des autorités dans divers programmes d’aménagement, son port lacustre fait l’objet d’études pluridisciplinaires de la mission française soutenue par le MAE et conduite par M.-F. Boussac (1998-2017) puis B. Redon (2018-). Les travaux montrent un programme initié à l’époque romaine, faisant du site un terminal portuaire intégré à l’environnement au prix d’importants aménagements et transformations.

16 juin 2021 MAINTENU EN LIGNE

Jean-Philippe Goiran
Archéorient -UMR 5133 (CNRS)

Les ports perdus des étrusques

crédit : Loic Guinebault (CNRS UMR 5133)

Le long du littoral tyrrhénien, les sites portuaires romains ont pour la plupart bien été localisés. En revanche, aucune trace de structures portuaires d’époque étrusque n’a encore été découverte. Où se trouvaient les ports étrusques ? Pour répondre à cette question, les scientifiques ont décidé de concentrer leurs recherches sur le site archéologique de Pyrgi (Santa Severa) sur le littoral nord du Latium.

L’hypothèse de l’équipe franco-italienne repose sur l’idée du déplacement de la ligne de rivage (et donc des mouillages) au cours du temps. Ce déplacement est dû aux apports de sédiments par les cours d’eau. Autrement dit, l’ancienne ligne de rivage, et probablement ses ports, doivent être recherchés plus à l’intérieur des terres. On peut ainsi envisager que de vastes étendues lagunaires, aujourd’hui comblées, aient pu abriter les ports étrusques. 

Afin de valider cette hypothèse, les scientifiques développent une approche méthodologique pluridisciplinaire allant de la prospection aérienne par drone, et faisant appel aux dernières avancées des technologies en géophysique et en carottage.

Accès

Entrée libre

Lieu

En raison de la crise sanitaire et des mesures gouvernementales, les conférences de la BnF ne peuvent se tenir sur place et en public. Nos équipes mettent tout en œuvre pour diffuser en ligne cette programmation.

Les conférences qui font l’objet d’une diffusion vidéo au mois de janvier 2021 sont listées sous ce lien.

Entrée EST (face au MK2), salle 70 – site François-Mitterrand, avenue de France, 75013 Paris


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.