Archéologie palatine et images

L’exposition d’« Alésia à Rome. L’aventure archéologique de Napoléon III », illustre l’apparition d’une nouvelle dynamique en archéologie en mettant à l’honneur les archives de fouilles. Elle montre une archéologie qui englobe, dès le milieu du XIXe siècle, un ensemble de pratiques scientifiques multiples parmi lesquelles les techniques de relevé qui occupent une place centrale dans les programmes scientifiques du Second Empire. On comprend mieux ainsi l’extrême richesse de cette période en matière de recherches archéologiques. Et pour cause, les deux décennies que couvrent le règne de Napoléon III sont marquées par un bouillonnement intellectuel en particulier en ce qui concerne les sciences de l’Antiquité ; non seulement les sites fouillés se multiplient, mais cette science qui n’en est pas encore véritablement une tend à s’institutionnaliser et à se donner des règles fondamentales fondées sur les travaux de pionniers, chacun dans leur domaine.

L’Empereur s’entoure d’éminents savants qui le conseillent dans ses différents projets. À cet égard, son Histoire de Jules César réunit les esprits les plus éclairés en histoire romaine, en épigraphie latine et en histoire de l’architecture et du génie militaire. L’acquisition des Jardins Farnèse en 1861 s’inscrit précisément dans ce même projet biographique à la gloire de l’Imperator, un projet qui devait comprendre un inventaire et une exploration exhaustive des sites fréquentés, traversés ou occupés par Jules César. Comme l’a montré Claude Nicolet1, le programme de prospection, de fouilles et de collation d’inscriptions envisagé par Napoléon III, ne devait pas s’arrêter au territoire national avec les fouilles d’Alise-Sainte-Reine, de Gergovie, du mont Beuvray, d’Uxellodunum, et de Mauchamp – mais s’étendre en Macédoine, en Roumanie, au Portugal, en Espagne, en Afrique du Nord, l’Italie jouant évidemment un rôle central dans cet immense dispositif. Cependant seule la fouille des Jardins Farnèse2 où fut mis au jour l’ensemble des palais impériaux bénéficia – et pour cause –  d’une couverture photographique régulière et significative. Celle-ci contribua à mettre en place petit à petit des protocoles techniques, encore appliqués aujourd’hui lors de la fouille, ainsi que dans le traitement du matériel et des données, afin de garantir la scientificité de la démarche archéologique.

1. Le prêt de la BnF

« Ces fouilles, je n’en doute pas, intéresseront l’Académie, car, après le Forum et le Capitole, la partie du Palatin dont il s’agit est le point le plus important de l’ancienne Rome ; c’est le berceau même de Rome, les jardins Farnese occupant, avec la villa Mills, l’emplacement exact de la Roma quadrata de Romulus. C’est là que se trouvaient l’Auguratorium, le temple de Jupiter Stator, celui des dieux pénates, celui de Minerve, les Mansiones Saliorum Palatinorum ; c’est là que s’élevèrent plus tard, sans parler d’autres temples dont la situation précise n’est pas connue, les palais d’Auguste, de Tibère et de Caligula. Ces fouilles d’ailleurs ont dépassé en importance tout ce qu’on pouvait espérer ; elles ont démontré que l’on ne savait presque rien sur la topographie de ce quartier de la Rome antique, et donné le démenti le plus complet à tout ce qui a été publié jusqu’ici sur ce sujet.3»

Cette intervention de Léon Renier à l’Institut de France, un an après le début de la fouille palatine, illustre parfaitement l’importance du site dans un imaginaire collectif nourri par la tradition littéraire qui entoure l’histoire de Rome antique. Site de la fondation de la cité par les figures légendaires de Romulus et Remus au milieu du VIIIe siècle av. J.-C., le Palatin a cependant connu une occupation antérieure. La tradition poétique au Ier siècle av. J.-C. en garde trace via la figure mythique du roi arcadien Évandre et de son fils Pallas, possiblement à l’origine du toponyme Palatin (Palatium). Pour Virgile, Properce et Ovide, le nom évoque de surcroît un « lien entre l’empereur et le sacré, les dieux et héros fondateurs, Jupiter et Apollon ». Enfin, la colline est attestée dès la fin du IIIe siècle av. J.-C. comme l’un des lieux de résidence favoris de l’aristocratie républicaine. On y trouve les maisons d’hommes politiques comme Scaurus, le tribun Clodius, le neveu du dictateur Sylla, le triumvir Marc-Antoine, ou le général d’Auguste, Marcus Vipsanius Agrippa, ou d’orateurs comme Cicéron ou Quintus Hortensius.

À partir de l’avènement d’Auguste à la fin du Ier siècle av. J.-C., le Palatin devient le séjour privilégié des Empereurs. Dès les années 40, le futur Auguste y rachète et exproprie plusieurs demeures comme celle d’Hortensius qu’il transforma pour en faire sa résidence. La situation archéologique est moins claire sous les règnes de Tibère et Caligula dont les domus occupent vraisemblablement l’espace des futurs Jardins Farnese. Ce secteur est réaménagé par Néron tout comme le reste de la colline, d’abord dans le cadre de la Domus Transitoria puis de la Domus Aurea qui englobe également la dépression du Colisée et les collines de l’Oppius et du Cælius. C’est sous la dynastie flavienne (69-96 apr. J.-C.) que la colline atteint  son apogée avec la construction, en son centre, d’un palais unitaire formé des Domus Flavia, Augustana et de la terrasse de la Vigna Barberini qui surplombe le site du Colisée. À partir du IIIe siècle, le Palatin cesse d’être la résidence régulière des empereurs mais les bâtiments liés à la représentation politique continuent d’être entretenus au moins durant les deux siècles suivants. Abandons et ruralisation commencent dès le VIe siècle par les marges de la colline selon un processus de destructuration du tissu urbain antique qu’on observe ailleurs dans la Ville.

Devenu partiellement propriété pontificale, le Palatin entre dans le domaine fortifié des grandes familles nobles puis se divise en Orti (jardins) et Vigne (domaines agricoles) aux mains de ces mêmes grandes familles. Les Jardins Farnèse, dans le secteur nord-ouest de la colline – à l’emplacement de ce qu’on considère comme la Domus Tiberiana (le palais de l’empereur Tibère) – sont conçus dès la fin du XVIe siècle comme un parc d’agrément orné de statues issues des premières découvertes. Dès le XVIIIe siècle y ont lieu des prospections et des fouilles, qui prennent l’allure de « chasses aux trésors ». Francesco Ier, duc de Parme et premier propriétaire des Jardins Farnèse, est à l’origine d’importantes explorations qui permettent, entre 1722 et 1729, la découverte d’une partie de la Domus Flavia, de la Domus Tiberiana et de la maison de Livie. En 1775, l’abbé Rancoureil explore une partie de la Domus Augustana dans la propriété voisine appartenant à la famille Spada. En 1845, l’Empereur de Russie entreprend également des recherches dans la vigne Nusiner située sur la pente ouest, au pied du Palatin. L’achat des Jardins Farnese par Napoléon III s’inscrit donc dans la continuité de cette tradition antiquaire et concurrence le projet formé par le pape Pie IX qui rachète dès 1846 toute une série de propriétés au sud-est et à l’ouest de la colline dans le but d’étudier l’ensemble du palais.

Doc.1. Le Mont Capitolin, l’une des Collines de Rome : cette vue est prise des Ruines du Palais des César aujourd’hui jardins Farnèse, on distingue les Antiquités du Forum Romanum : [estampe] / L.F. Cassas et Bance f. ; Piranesi, BnF, Arsenal, ARS EST-1460 (PL 20)

L’état du Palatin à la toute fin du XVIIIe siècle est documenté dans la collection de la BnF par trois vues illustrant les Jardins Farnese ainsi que par des aperçus sur la colline. Tous appartiennent à un « panorama » de Rome, créé par le dessinateur et voyageur Louis-François Cassas lors de son second séjour à Rome entre 1787 et 1792. La dizaine de grands dessins aquarellés fut ensuite gravée à l’eau-forte par l’auteur et Charles Bance et imprimée par la chalcographie des frères Piranèse à Paris en 18134. La Domus Tiberiana et la pente orientale du Palatin semblent alors encore envahies d’une végétation luxuriante d’où se détachent les ruines des édifices antiques suivant en cela une esthétique très prisée à l’époque. Ces documents figurent parmi les rares identifiés dans les archives françaises qui attestent de l’état du Palatin avant que celui-ci ne se transforme progressivement en parc archéologique avec l’intensification des fouilles à partir des années 1860.

2. Les fouilles princières

 

En tant que descendant de Bonaparte, chef de l’expédition de 1798 en Égypte, Napoléon III se devait de promouvoir les sciences de l’Antiquité. L’achat des Jardin Farnese par Napoléon III inscrit ce projet dans une dimension filiale. Rome au XIXe siècle est en effet investie d’une dimension politique, que reflètent en partie de grands chantiers urbains entrepris de façon quasi systématique. Napoléon Ier avait fait de Rome la « seconde capitale de l’Empire», développant dès 1809 projets urbanistiques et fouilles d’envergure. Le préfet Camille de Tournon conçoit alors une promenade monumentale, destinée à relier le Capitole au Colisée tout en englobant le Palatin, le Forum Boarium et le Forum romain. Dès 1809, est également créée la Consulta Straordinaria per gli Stati Romani (Commission extraordinaire pour les États romains), suivie en 1811 par la création de la commission aux embellissements de Rome et en 1829 par celle de l’Institut de correspondance archéologique, ancêtre des instituts archéologiques étrangers. Ces institutions, ainsi que l’organisation universitaire de l’archéologie et des beaux-arts, sous l’impulsion des autorités françaises, viennent structurer les fouilles du Forum qui seront suspendues en 1818, reprises en 1827 et arrêtées en 1849 à l’occasion de la proclamation de la République romaine. Celle-ci décide à son tour d’entreprendre le dégagement de l’ensemble de la place. Le pouvoir pontifical, restauré quelques mois plus tard, reprend à sa charge ces travaux qui s’interrompent finalement entre 1853 et 1870.

L’achat des Jardins Farnese s’inscrit dans la même dynamique, avec pour objectif d’organiser les premières fouilles d’envergure sur le site mythique de la fondation de Rome5. Au mois d’avril 1861, l’épigraphiste et archéologue Léon Renier est envoyé au nom du gouvernement français, pour faire l’acquisition de la collection Campana. Il se voit en outre confié la mission de négocier l’acquisition de la propriété de François II de Bourbon, roi de Naples et des deux Siciles, sur le Palatin. Dès novembre 1861, commence un chantier de fouilles qui dure neuf ans6. À sa tête est nommé Pietro Rosa, archéologue et topographe. Cette grande figure de l’archéologie italienne du Risorgimento s’est alors fait connaître pour avoir établi et édité une carte archéologique du Latium. Les travaux dont il a la charge sur le Palatin sont considérés comme les premières fouilles systématiques organisées à Rome au XIXe siècle. Tandis qu’il explore pour le compte de la France le secteur nord-est de la colline, correspondant à la Domus Tiberiana, la partie sud donnant sur le Grand Cirque, propriété du gouvernement pontifical, est fouillée entre 1865 et 1868 à l’initiative du pape. (Doc.1)

3. Le relevé photographique des fouilles : la collection Parker

Doc. 2. Carlo Baldassare Simelli ? Palatine, View of a portion of the tufa Wall of Romulus (?) against the Scarped Cliff, at north-west angle, with repairs in brick (4to. 105), Album 17, collection John Henry Parker, INHA

Les fouilles des Jardins Farnese bénéficient d’une couverture photographique quasiment dès le début des travaux. Le photographe Pietro Dovizzelli est ainsi chargé de réaliser des images afin d’illustrer les rapports de Rosa. Il s’agit pour l’essentiel de vues d’ensemble qui documentent, secteur par secteur, la progression du dégagement des structures. Le photographe inventorie également le matériel archéologique découvert et entreposé dans l’Antiquarium7, premier musée de site du Palatin créé en 1863 à la demande de Napoléon III. Le caractère répétitif et normalisé des images ne les rend pas moins précieuses pour l’étude de l’évolution topographique de la colline.

Doc.3. Charles Smeaton, Palatine, Cistern of Romulus (?), right-hand Specus, looking south, shewing the funnel-shaped well above descending into it (4to. 765), Album 17, collection John Henry Parker, INHA

Cela étant, d’un strict point de vue analytique, c’est sans conteste le corpus photographique réalisé à l’initiative de John Henry Parker (1806-1884) qui présente le plus d’intérêt scientifique. La figure de ce libraire anglais est particulièrement importante dans l’histoire de l’archéologie italienne8. Sa passion pour l’architecture romaine le conduit en effet à financer la publication du plus grand reportage photographique identifié à ce jour et consacré au patrimoine historique et archéologique de l’Italie du Risorgimento9. Co-fondateur de la British and American Archeological Society of Rome et directeur l’Ashmolean Museum à Oxford, Parker bénéficie d’un réseau important parmi les archéologues italiens, ce qui lui facilite l’accès aux fouilles locales. Le documentaire photographique qu’il fait réaliser comprend près de 4700 tirages, certains relatifs aux fouilles du Forum Romanum, du Palatin, des thermes de Caracalla, de Pompéi, ou encore au Tibre. Le corpus s’apparente à bien des égards à un relevé photographique moderne, le protocole de prise de vue adopté par les opérateurs intégrant certaines pratiques généralisées aujourd’hui sur le terrain comme la présence d’une mire dans le champ de l’image. Ce vaste projet s’inscrit dans un contexte de modernisation des techniques d’excavation, où l’utilisation de la photographie apparaît de plus en plus indispensable afin d’enregistrer ce qui est amené à disparaître au cours de la fouille. Parker mobilise pour ce programme documentaire des photographes qui œuvrent en son nom, chacun dans son domaine de prédilection. Pour la documentation des fouilles des Jardins Farnese, Carlo Baldassare Simelli et Charles Smeaton ont travaillé sur le chantier. Leurs photographies restituent ainsi visuellement différentes phases des travaux de Rosa. Les tirages (accompagnés de légendes commentées par Parker) montrent à quel point les sources latines continuent d’être, dans cette seconde moitié du XIXe siècle, la première référence des archéologues, au point de prendre les textes au pied de la lettre. Selon Rosa,

« tout ce qui est dit par Ovide […] devient complètement visible dans toute l’extension de ses mots… »10

L’un des premiers objectifs de Rosa consiste alors à retrouver la forme primitive de la colline, en tentant de fixer les limites de la Rome romuléenne. L’expression Roma Quadrata peut à la fois renvoyer à la cité primitive, carrée ou quadrangulaire, sur le Palatin mais aussi à un autel situé à proximité du temple d’Apollon Palatin et qui en conserverait le souvenir11. Pour ce faire, Rosa tente d’identifier la fortification qu’aurait construite Romulus au VIIIe siècle av. J.-C.. Fondant sa démonstration sur Tacite, il propose de limiter l’enceinte au secteur ouest du Palatin entre Forum, Vélabre et vallée Murcienne (la dépression du Colisée actuel)12.

On trouve ainsi dans l’album 17, conservé à l’INHA, une série de tirages consacrés au prétendu « mur de Romulus ». Les images illustrent la mise au jour dans le secteur nord-ouest de la colline de fragments de murs en tuf volcanique dont la technique et le matériau remonteraient à l’époque archaïque13. La photographie attesterait ainsi de la réalité de la Rome des origines. (Doc.2)

Doc. 4. Palatine, Opus Quadratum of Tufa on the south-east side of the Temple, called of Jupiter Victor, of the time of Romulus (4to. 2232), Album 17, collection John Henry Parker, INHA

Une autre série de clichés documente la découverte des Scalae Caci, une rampe liée à un épisode de la légende herculéenne antérieure à la fondation de Rome et qui reliait le pied du Cirque maxime aux cabanes primitives situées dans le voisinage de la maison d’Auguste. Le photographe Smeaton produit également deux clichés de la prétendue « citerne de Romulus » à proximité immédiate de la maison de Livie. L’usage d’une lampe au magnésium, selon un procédé breveté en 1862 par l’anglais Edward Sonstadt, permit une avancée significative dans la documentation des sites archéologiques souterrains14. (Doc.3)

On note enfin l’attention toute particulière portée aux techniques de constructions dans la documentation photographique. Parker comme Rosa sont architectes de formation. Tous deux estiment l’importance des types de matériaux en tant que marqueurs chronologiques susceptibles de dater l’implantation d’un site et de préciser la nature de son occupation. Un grand nombre de clichés illustrent ainsi en détail l’utilisation de l’opus latericium dans la Domus Flavia, celle de l’opus quadratum dans les prétendus murs de Romulus et temple de Jupiter Stator (en réalité le temple d’Apollon), ou encore de l’opus reticulatum dans la maison d’Auguste. (Doc.4)

Mais Parker va plus loin et compose des collages photographiques afin d’étudier l’archéologie du bâti, comparant les élévations des murs afin d’établir une chronologie comparée des édifices15. Dans l’album 17 de l’INHA, Parker confronte ainsi visuellement les élévations du Tullianum et des restes du « mur de Romulus » dégagé par Rosa, tous deux datés de l’époque archaïque. (Doc.5)

Doc. 5. Mamertine Prison, Part of the Mamertine Prison, rebuilt A.D. 22, in the Forum of Julius Caesar, at the foot of the Capitol (8vo. 777) ; Construction of Arcade of the Mamertine Prison, in the Forum of Julius Caesar, A.D. 22 (8vo. 778) / Charles Smeaton ; Construction of the supposed Wall of Romulus on the Palatine, B.C. 750 (?), Album 17, collection John Henry Parker, INHA

Toutefois c’est sans conteste le secteur de la maison de Livie qui bénéficie de la couverture documentaire la plus significative. La mise au jour en 1869 de cette domus de la fin de la République constitue en effet la plus grande découverte de Rosa, principalement en raison des fresques qui couvrent la quasi-totalité des murs « et qui constituent l’un des plus intéressants exemples du second style, dans une phase déjà avancée16».

Le peintre Fortuné Layraud, Grand Prix de Rome en 1863 et pensionnaire de la Villa Medicis entre 1864 et 1868, assiste à l’évènement et réalise une série de six toiles consacrées à l’édifice. Elle comprend une vue d’ensemble et cinq tableaux qui documentent chaque partie. Layraud ne procède à aucune reconstitution mais rend compte en détail de toutes les fissures et des lacunes, ce qui fait de ces peintures de fouilles des documents particulièrement intéressants pour l’étude de l’évolution structurelle de la domus17.

« Les peintures, qui s’étaient maintenues en excellent état aussi longtemps qu’elles étaient restées à l’abri de l’air commencèrent rapidement à se détériorer, et, aujourd’hui une grande partie de leur surface est irrémédiablement effacée […] pour bien les connaitre, il faut recourir aux publications contemporaines de la découverte18

Enfin, Parker édite un album, dédié à Napoléon III, qui propose une étude de la domus secteur par secteur de façon quasi-immersive19. À cette fin, Parker fait reproduire les toiles de Layraud et réaliser des reconstitutions graphiques20, qu’il fait ensuite photographier. Dans l’album, la maison est attribuée à Tiberius Claudius Nero, le père de Tibère et premier mari de Livie ce qui peut sembler contradictoire – mais pas impossible – avec la découverte d’une conduite de plomb au nom de IVLIAE AUG(USTAE) (Livia Iulia Augusta), l’épouse de l’Empereur Auguste21.

L’archéologie, science fondée sur une chaîne opératoire et des protocoles bien définis n’apparaît véritablement en tant que telle qu’à partir du milieu du XXe siècle, avec en particulier la systématisation de la « méthode wheeler ». Pour autant, les principes fondateurs de la discipline se mettent en place dès le milieu du XIXe siècle de façon progressive, dans le cadre d’une démarche générale et institutionnelle. La frontière entre les pratiques savantes et antiquaires est longtemps demeurée floue et poreuse, mais l’utilisation de plus en plus systématisée de nouvelles techniques, au premier rang desquelles la photographie, a contribué à structurer la discipline. En ce sens, la fouille des Jardins Farnese représente une étape importante, compte tenu de l’abondance et de l’hétérogénéité des sources iconographiques disponibles, en particulier photographiques.

Manuel Royo et Anissa Yelles

  1. Nicolet, Claude, « Napoléon III et l’histoire romaine », in Maria Antonietta Tomei, Scavi francesi sul Palatino, Rome, École française de Rome, Soprintendenza archeologica di Rome, 1999, p. IX-XXI. []
  2. Perrin, Yves, « La topographie historique du Palatin », Journal of Roman archeology, 18, 2005, p. 551-558 []
  3. Renier, Léon, « Fouilles du palais des Césars, faites aux frais de l’Empereur dans la villa des Jardins Farnese »,  in Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 6 année, 1862, p.153-155, citation p. 154. []
  4. Baumer, Lorenz E., Le panorama de Rome, in Annie Gilet, Sophie Join-Lambert (dir.), Voyages en Italie de Louis-François Cassas, 1756-1827, catalogue de l’exposition du musée de Tours, Milan, Silvana Editoriale, 2015, p. 257-275, plus particulièrement p. 257-259. []
  5. « Lorsque François II et sa femme Marie-Sophie se réfugièrent à Rome, après la prise de Gaëte, ils étaient dans une situation financière précaire. Pour se procurer des ressources, ils s’adressèrent à Pie IX afin que le pape les autorisât à vendre leurs biens de Rome. […] François II accepta les conditions proposées par le Saint-Père ; il obtenait la libre disposition de ses biens en accordant à l’Etat pontifical le droit exclusif de l’achat du palais [Farnese] C’est à cette époque que la Farnèsine fut vendue au duc de Ripalda et les jardins « farnésiens » du Palatin à Napoléon III pour la somme de 46,500 écus. », « À propos du Palais Farnese », Le Temps, 1909-12-30. []
  6. Sur l’histoire des fouilles voir l’ouvrage fondamental: Tomei, Maria Antonietta, Scavi francesi sul Palatino. Le indagini di Pietro Rosa per Napoleone III (1861-1870), Rome, École Française de Rome, Soprintendenza archeologica di Roma, 1999. []
  7. Ce musée, qui ressemble davantage à un dépôt lapidaire est installé dans le secteur de la Domus Tiberiana dans un palais de l’époque des Farnese. Cf. Maria Antonietta, Museo Palatino, Rome, Mondadori Electa, 2014. []
  8. Cavazzi, Lucia, Margiotta, Anita & Tozzi, Simonetta, Un Inglese à Roma, La collezione Parker nell’Archivio Fotografico Comunale, Rome, Artemide Editoriale, 1989. []
  9. The Archaeology of Rome publiée en treize volumes entre entre 1874 et 1883. []
  10. « tutto quello che viene detto da Ovidio […] diviene completamente visibile in tutta la sua estensione di quelle parole […] avendo io stimato quei due versi i più utili a servirmi da guida… » Lettera 20 marzo 1867, I, f. 248. Cf. Morganti, Giuseppe, Tomei Maria Antonietta. « Ancora sulla via Nova », Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 103, 2, 1991. p. 551-574, citation p. 573-574. []
  11. Festus 258 : « Quadrata Roma <locus> in Palatio ante templum Apollins dicitur, ubi reposita sunt, quae solent boni gratia in urbe condenda adhiberi, quia saxo m<u>nitus est in speciem quadratam. On appelle Roma quadrata un endroit sur le Palatin, devant le temple d’Apollon, là où ont été déposés ce qu’on a l’habitude d’employer dans la fondation d’une ville à titre d’heureux présage, parce qu’on y a installé au début un ouvrage de maçonnerie de forme carrée. » Cf. Torrisi, Valentina, « Le Palatin de Pietro Rosa à Paris », Revue archéologique, 68, 2019, p. 269-300, plus particulièrement p. 275 sq. []
  12. « La corrispondenza di questi due punti riferibili alle dette due porte, ritrovandosi appoggiati ambedue unicamente al Germalo, confermavano sempre più come la Roma primitiva romulea non si sarebbe dovuta riconoscere estesa sull’intiero Palatino, ma invece soltanto sopra la collina occidentale soprastante al Foro e al Velabro ed al principio della Valle Murcia. Ed infatti ad ognuno deve essere abbastanza cognito come il passo di Tacito (Annal. XII, 24) con il quale ci viene con tanti dettagli descritto il preciso giro di quelle mura della primitiva città, incontrava costantemente difficoltà nelle sue applicazioni. » Cf Morganti & Tomei, op. cit., 1991, p. 572. []
  13. « …the walls of Roma Quadrata are of the earliest character that is practicable with that material, the blocks of tufa are split off the beds with wedges, and not cut with any iron tool, consequently the surface is rough and the vertical joints are wide (wide-jointed masonry) ; but in the second period, though they are in all other respects the same, the surface has been smooth between the stones, and this makes what is called fine-jointed masonry. This corner of Roma Quadrata is therefore of fine jointed masonry and all the rest is wide but the Second Wall of Rome is all of fine jointed masonry. », Parker, John Henry, The archeology of Rome, Oxford, J. Parker and Co., Londres J. Murray, 1878, p. 18. (Plates). []
  14. Toujours sous la direction de Parker, Smeaton fut commissionné en 1866 pour réaliser l’un des premiers relevés photographiques des peintures murales des catacombes de Rome publié en 1876 dont la BnF possède un exemplaire. Selection of historical photographs illustrative of the catacombs of Rome : Taken with magnesian light, prepared under the direction of John Henry Parker, Edward Stanford (London), 1876. []
  15. « For example if we take a photograph of the walls of the villa of Hadrian at Tivoli of the date of which there can be no doubt where we find the same identical construction in the walls of some of the palaces of the Caesars on the Palatine Hill although these are so much mixed together that it is not easy to distinguish one from the other our photograph enables us to see at once which is of the time of Hadrian The same principle applies throughout nothing but a photograph or a photo engraving ever shews the thickness of the bricks in a wall or of the mortar between them and yet this is the most easy safe and obvious guide to see the century to which that wall belongs and therefore of the building of which it forms part In the early period the time of the Kings it is true that no exact dates can be recorded but the same principle of Comparison applies to the buildings of the period from 5oo to Iooo years before the Christian era which have a certain well marked character of their own … » , Parker, op. cit., 1878, p. 21 (Plates). []
  16. Coarelli, Filippo, Guide archéologique de Rome, Paris, Hachette, 1998, p. 97. []
  17. Roger, Daniel, « Les relevés de Fortuné Layraud », in Daniel Roger et al. (dir.), D’Alésia à Rome. L’aventure archéologique de Napoléon III, Paris, RMN éditions, 2020, p. 126. []
  18. Grimal, Pierre, L’Italie retrouvée, Paris, Presses Universitaires de France, 1979, p. 138. []
  19. Parker, John Henry, Fouilles sur le Palatin dans les jardins farnèse appartenant à s.m. l’empereur Napoléon III : plan et peintures de la maison paternelle de Tibère Cesar découverte dans le mois de mai 1869, [s.l. : s.n.]. []
  20. Ces dessins sont probablement réalisés par Filippo Cicconetti architecte dessinateur qui travaille à la demande de Parker sur le chantier de Rosa pour la réalisation de coupes stratigraphiques. []
  21. Torrisi, op. cit., 2019, p. 277 sq. ; Platner, Samuel Ball & Ashby, Thomas, A Topographical dictionary of Ancient Rome, Londres, Oxford University Press, 1929, p. 176 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.