Deux monnaies ptolémaiques en « faïence égyptienne » à la BnF

Le 2 février 1891, l’égyptologue Gaston Maspero faisait don au Cabinet des médailles de la BnF de deux objets étranges. Rentrés sous les numéros F 6047 et F 6048, il s’agit à première vue de deux monnaies ptolémaïques identiques à celles – assez communes – connues en bronze. Le terme de « porcelaine », employé dans le registre, est inexact car il renvoie à un procédé technique attesté en Chine seulement à partir du IIIe siècle après J.-C.1. Il apparaît que ces objets sont en réalité en « faïence égyptienne », terme également impropre qualifiant de la pâte siliceuse à glaçure, matériau bien connu en Égypte, très utilisé notamment pour produire des amulettes2.

Toujours dans le registre d’acquisition, il est précisé que le premier objet fut découvert à Karnak, dans « les ruines de la ville » au nord du grand temple ; le second est dit « sans provenance exacte », mais le signalement de ce don par Adrien Blanchet dans la Revue Numismatique de 1891 nous fait savoir qu’il provient également de Haute Égypte3.

Registre des dons du Cabinet des médailles F(2), 1890-1909. BnF, MMA, Ms. 86, p. 35.

On ne peut que noter la perplexité des conservateurs du Cabinet des médailles devant ces objets, qualifiés de « pièce » dans le registre d’acquisition. Adrien Blanchet émit l’hypothèse qu’il puisse s’agir de tessères ou de jetons de jeu, mais il se rangea finalement à l’avis de Gaston Maspero lui-même, qui penchait pour des monnaies de nécessité produites en temps de disette monétaire, par exemple à l’occasion d’une révolte4. En 1904, J.N. Svoronos intègra ces deux objets à son corpus des monnaies ptolémaïques : il les classa au règne de Ptolémée IV Philopator (222-204 av. J.-C.), au sein d’une section spécifique5. Là encore, l’embarras du savant est perceptible.

Depuis lors, ces objets n’ont à ma connaissance pas eu de parallèles connus dans la documentation6, ni même fait l’objet d’autres publications visant à interroger leur nature ou leur fonction. Le travail mené actuellement en collaboration avec Thomas Faucher et Héloïse Aumaître pour la publication prochaine d’un catalogue des monnaies ptolémaïques de la BnF7 est l’occasion d’interroger à nouveau ces deux exemplaires si étonnants.

Des « monnaies » factices ?

La pièce F 6047 présente au droit une tête d’Alexandre coiffée d’une dépouille d’éléphant. Au revers, on reconnaît les restes de la légende ΠΤΟΛΕΜΑΙΟ[Υ ΒΑΣIΛΕΩΣ] (soit, <monnaie> du roi Ptolémée) entourant un aigle à gauche debout sur un foudre, la tête retournée et portant une corne d’abondance sous l’aile. Le registre signale un Δ entre les pattes de l’aigle, il s’agit plutôt d’un Λ8.

Monnaie factice ptolémaïque, faïence égyptienne, 2,71 g, 25 mm , 12 h. BnF, MMA, F 6047.
Reproduction de F 6047 dans la Revue Numismatique 1891, p. 233.

La seconde pièce, plus petite, a été brisée et recollée avant d’être donnée, comme l’indique le registre. Au droit figure une tête de Zeus Ammon à droite tandis qu’au revers la légende ΠΤΟΛΕΜΑΙΟΥ ΒΑΣ[IΛΕΩΣ] entoure un aigle debout sur un foudre à droite, portant une corne d’abondance sous l’aile.

Monnaie factice ptolémaïque, faïence égyptienne, 1,84 g, 19 mm, 12 h. BnF, MMA, F 6048.

L’hypothèse de Gaston Maspero, qui voyait là des monnaies de nécessité, est liée au fait qu’il remarqua que ces pièces reproduisent à l’identique des monnaies ptolémaïques en bronze. L’état des connaissances de ces monnayages était alors assez lacunaire et Adrien Blanchet dut se contenter en 1891 de noter les similitudes iconographiques en proposant des attributions vagues (Ptolémée IX pour la première, « incertain » pour la seconde). Les progrès considérables réalisés en ce domaine depuis J.N. Svoronos jusqu’à ces dernières années permettent aujourd’hui de préciser la chronologie des modèles monétaires des deux objets en question.

La pièce F 6047 est indubitablement la reproduction des oboles de la série 4, produites à Alexandrie vers 240-220 av. J.-C. tandis que la F 6048 copie le module 4 de la série 5, dite « à la corne d’abondance », frappée vers 220-197, également dans capitale du royaume.

Obole de la série 4, vers 240-220 av. J.-C. (règnes de Ptolémée III et Ptolémée IV), bronze, 9,52 g, 25 mm, 12h9. BnF, MMA, Fonds général 707.
Module 4 de la série 5, vers 220-197 av. J.-C. (règnes de Ptolémée IV et Ptolémée V), bronze, 5,20 g, 18 mm, 12 h10. BNF, MMA, Luynes 3591.

Les premières monnaies moulées d’Égypte ?

L’observation de ces monnaies permet de préciser le mode de production des copies dites de « porcelaine » : il semble indiscutable qu’elles furent obtenues par moulage de monnaies originales et officielles. Ainsi les types sont-ils parfaitement reproduits, jusqu’aux marques de contrôles : le Λ entre les pattes de l’aigle de la pièce F 6047, la corne d’abondance et sans doute le monogramme toujours entre les pattes de l’aigle de l’exemplaire F 6048. Même les cavités centrales – ces dépressions au centre de chaque face des monnaies de bronze ptolémaïques à partir de la série 3, vers 261 av. J.-C. – sont bien présentes sur les deux pièces11. Enfin, le diamètre et même l’axe du droit par rapport au revers (calibré à 12 h) des pièces factices correspondent parfaitement à celui des monnaies originales.

Ces éléments prouvent que ces pièces sont des objets moulés à partir de monnaies originales. La pratique est bien attestée dans l’Antiquité en différents points du bassin méditerranéen, principalement en Gaule celtique et dans l’Empire romain. En Égypte, les monnaies ptolémaïques moulées apparaissent en grand nombre au IIe siècle av. J.-C. Elles sont le plus souvent faites d’un alliage cuivreux de mauvaise qualité : un bronze mêlé de grandes quantité de plomb12.

Monnaies ptolémaïques coulées provenant des fouilles du centre d’études alexandrines (CEAlex) à Alexandrie (extrait de Faucher 2013, p. 212, figures 150, 152 et 154).

L’essentiel du matériel archéologique égyptien qui permet de documenter cette pratique date de l’époque romaine, principalement à partir du IIIe siècle ap. J.-C. Il est probable que les techniques de l’époque hellénistique durent être très semblables, notamment le procédé de moulage à proprement parler, obtenu par une prise d’empreinte d’exemplaires originaux par pression contre des moules d’argile13.

Technique de prise d’empreinte d’une monnaie sur un moule d’argile14.

Les étapes suivantes du processus – consistant à aligner ces pastilles d’argile pour constituer un moule en forme de boudin dans lequel le métal est coulé pour finalement collecter les flans monétaires après destruction du moule – ne semblent pas pouvoir s’appliquer à nos fragiles pièces de « faïence égyptienne ».

Des sous-produits de l’artisanat égyptien ?15

La pâte siliceuse à glaçure est composée de sable (silice), d’un fondant et d’un colorant, en l’occurrence du cuivre.  C’est un mélange commun qui fut employé en Égypte pour fabriquer de petits objets comme des scarabées ou autres amulettes si caractéristiques de l’artisanat de la vallée du Nil16.

Amulette oudjat, faïence égyptienne, H. 4,8 cm, l. 5,4 cm, E. 0,6 cm. BnF, MMA, inv.53.1361  (Ex-collection Caylus).

Une fois mélangée, cette pâte souple qui se tournait avec difficulté était soit coulée dans un moule soit estampée. Les moules étaient façonnés en terre cuite ou en plâtre, ces derniers permettant d’éviter la rétractation de la préparation. Les dimensions de nos objets, parfaitement semblables à celles des modèles de bronze, semblent indiquer que les moules furent plutôt en plâtre. Les objets pouvaient être polis, voire ébarbés avant la cuisson.

Durant la cuisson, en atmosphère réductrice, la fonte de la silice s’opérait en même temps que l’oxydation du cuivre, dont la migration en surface de l’objet le teintait de bleu-vert. Cette couleur a largement disparu des objets qui nous occupent ici, seules les tranches font encore apparaître des zones d’oxydation vertes très prononcées.

Tranche de la monnaie factice ptolémaïque, faïence égyptienne (?), 2,71 g, 25 mm , 12 h. BnF, MMA, F 6047.

Des fac-similés de monnaies comme amulettes ?17

À ce stade, il convient de revenir sur les questions posées au début de ce billet, à savoir quelles sont la nature et la fonction de ces objets ? Le peu de documentation à disposition ainsi que le manque de données fiables quant aux contextes des découvertes incitent à la prudence. Néanmoins, la technique employée pour fabriquer ces pièces, mais aussi leur format réduit permet d’envisager une première hypothèse : tout comme beaucoup des petits objets produits en faïence égyptienne, ceux-ci peuvent avoir été conçus comme des amulettes à but rituel, votif ou funéraire.

Documentées depuis l’époque prédynastique, les amulettes égyptiennes accompagnent les anciens Égyptiens dans la vie puis dans la tombe afin de les protéger contre toutes sortes de tracas, petits et grands ; ils font également l’objet de dépôts votifs18. À partir de la Troisième période intermédiaire (1070-664 av. J.-C.) puis surtout durant la Basse Époque (664-332 av. J.-C.), apparurent une multitude de nouveaux types d’amulettes aux fonctions toujours plus diverses, notamment dans le domaine funéraire. L’absence de trou de percement indique que nos deux reproductions de monnaies n’étaient pas destinées à être portées. Il en va de même pour les amulettes égyptiennes, qui souvent n’étaient pas du tout percées ni destinées à être portées, mais simplement déposées en un lieu (dépôt de fondation, dans les bandelettes d’une momie, etc.).

Amulette « Ptah Patèque », faïence égyptienne, H. 7,6 cm. BnF, MMA, inv.52bis.1329.

Il convient par ailleurs d’ajouter que les Grecs connaissaient ces amulettes égyptiennes : elles figurent dans le mobilier funéraire de nombreuses tombes de l’espace égéen depuis le Xe siècle av. J.-C. (époque proto-géométrique)19. Aussi, il n’est pas impossible que nos monnaies de faïence aient été investies d’une fonction de protection – d’ordre économique ? – pour leur possesseur, Égyptien ou Grec de la chôra. De même peut-on envisager le dépôt d’un simulacre de monnaie, à l’exemple de la pratique attestée en Égypte dans les dépôts de fondation de placer des morceaux d’or ou des pierres semi-précieuses.

Néanmoins, le choix d’une monnaie, un objet purement grec autant dans sa nature que dans sa fabrication (iconographie et légendes grecques), constituerait un hapax au sein du corpus des amulettes égyptiennes.  Aussi, une explication alternative, qui placerait ces monnaies de faïence au sein de problématiques plus spécifiquement monétaires, peut également être avancée.

Des monnaies de nécessité ?

En Égypte, la production de monnaies d’imitation – frappées au marteau ou moulées – se développa véritablement à partir du IIe siècle avant J.-C.20. Un atelier de production clandestin de monnaies frappées daté de cette époque a d’ailleurs été découvert au sein  même du grand temple de Karnak, dans la chapelle d’Osiris Neb-Djefaou, située entre la salle hypostyle et le temple de Ptah21. L’ampleur de ces productions et la localisation même de cet atelier, situé au cœur de temple de Karnak, laisse supposer que les autorités ne méconnaissaient pas l’existence de ces centres de productions alternatifs. Aussi ne faut-il peut-être pas envisager une concurrence entre les monnaies officielles de l’atelier d’Alexandrie et celles d’imitation produites localement, mais plutôt un complément bienvenu au sein d’une société en manque chronique de petit numéraire22.

Plan détaillé de l’atelier monétaire ptolémaïque de la chapelle d’Achôris de Karnak (extrait de Faucher et alii 2011, p. 151, figure 7).

Les deux pièces qui nous intéressent ici semblent pourtant appartenir à une époque antérieure. Elles imitent des numéraires des séries 4 et 5, datées du dernier quart du IIIe siècle : période pour laquelle nous ne connaissons pas encore en Égypte de productions intensives de monnaies d’imitation. Les numéraires des séries 4 et 5 ont circulé dans le royaume jusqu’à ce que soit décidée, sans doute vers 207/6 av. J.-C. ou peu après, une vaste réforme du bronze monnayé, appelée aujourd’hui « grande mutation ». La modification profonde des numéraires et de leur système de valeur est allée de paire avec un rappel systématique des espèces circulantes antérieures23. Cette réforme ne put cependant pas être mise en œuvre immédiatement dans de nombreuses régions d’Égypte en raison des graves révoltes auxquelles était alors confronté le pouvoir royal : principalement dans le Delta oriental et en Haute Égypte, qui fit sécession entre 206 et 186 av. J.-C.24. Découvertes toutes les deux en Haute Égypte (plus précisément à Karnak pour la F 6047), les deux pièces en faïence égyptienne  sont antérieures ou contemporaines de ces éventements. Le terminus post quem est fourni par le modèle de la pièce F 6047, issu de la série 5, datée vers 220-197 av. J.-C. La « grande mutation »  – et donc le décri des monnaies des séries 4 et 5 – s’applique en Haute Égypte à l’issue de la révolte, soit à partir de 186 av. J.-C. : cette date peut être considérée comme le terminus ante quem.

À la lumière de ces éléments, nous serions tentés de valider l’hypothèse de Gaston Maspero transmise en 1891 par Adrien Blanchet : celle de « monnaies de nécessité fabriquées pendant quelques révoltes »25, ou simplement à l’occasion d’une pénurie de numéraires, situation chronique dans le royaume ptolémaïque comme l’atteste la documentation papyrologique. Privés de numéraires royaux de bronze réguliers, peut-être certains ont-ils imaginé de les substituer – temporairement dans leur esprits, à n’en pas douter – par des monnaies de faïence, tout comme les Athéniens le firent à la fin de la guerre du Péloponnèse, en remplaçant leurs bons tétradrachmes d’argent par des pièces équivalentes en bronze26.

Tétradrachme athénien fourré (âme en bronze recouverte d’une pellicule d’argent), fin du Ve siècle (?), 14,13 g. BnF, MMA, Y 28015.

On admettra que le choix du matériau – la faïence égyptienne – est ici surprenant, voire inédit. L’existence de structures artisanales existantes nombreuses dut peser dans ce choix. À l’inverse, la relative fragilité de ces objets peut expliquer que la production ne fut jamais de grande ampleur, ou tout du moins que peu d’entre eux parvinrent jusqu’à nous. On peut également suggérer que l’absence de travaux spécifiques dédiés à cette documentation ait relégué d’éventuelles trouvailles au rang de varia non identifiés. Si cette hypothèse devait être validée, ces monnaies de nécessité attesteraient d’un expédient monétaire original expérimenté au moins en Haute Égypte.

Conclusion

Quelle que soit l’hypothèse retenue – usage rituel, funéraire ou votif ou bien monnaie de nécessité -, ces objets sont le témoin des toutes premières monnaies à avoir été moulées selon un procédé qui fera école en Égypte dans les décennies et siècles suivants. Ils constituent par ailleurs une preuve supplémentaire de l’enracinement de l’usage du medium monétaire dans l’Égypte ptolémaïque, jusqu’en Haute Égypte, y compris peut-être en temps de trouble et d’éclipse de la puissance royale27.

Julien OLIVIER

Citer ce billet : jolivier, "Deux monnaies ptolémaiques en « faïence égyptienne » à la BnF", in L’Antiquité à la BnF, 30/12/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/11915, [consulté le 12/04/2021].

Pour aller plus loin au sujet des monnaies ptolémaïques de la BnF :

Bibliographie

Andrieux et alii. 2005 : Philippe Andrieux, Philippe Fluzin, Valérie Pichot, Mourad el-Amouri et Olvier Picard, « Études expérimentales et métallurgiques du moulage de monnaies en bronze de la fin de l’Empire romain », dans Frédérique Duyrat, Olivier Picard (éd.), L’exception égyptienne. Production et échanges monétaires en Égypte hellénistique et romaine (Études alexandrines 10), 2005, p. 225-252.

Barakat 2005 : F. Barakat, « Gußmünzen im römischen Ägypten », dans Frédérique Duyrat, Olivier Picard (éd.), L’exception égyptienne. Production et échanges monétaires en Égypte hellénistique et romaine (Études alexandrines 10), 2005, p. 213-223.

Barcat 2019 : Dominique Barcat, « Les amulettes de type égyptien en contexte funéraire en Grèce et en Egypte : étude comparative« ,  dans Archimède : archéologie et histoire ancienne, UMR7044 – Archimède, 2019, p. 222-238 (halshs-02927571).

Besques 1972 : Simone Besques,Catalogue raisonné des figurines et reliefs en terre cuite grecs, étrusques et romains, tome III, époques héllenistique et romaines, Grèce et Asie Mineure, Paris, 1972.

Blanchet 1891 : A. Blanchet, « Monnaies égyptiennes en porcelaine données par M. Maspero », Revue Numismatique 1891, p. 233.

Bouquillon et al. 2005 : A. Bouquillon, A. Caubert, A. Kaczmarczyk, G. Pierra-Bonnefois, « Introduction – Les matières vitreuses dans l’Antiquité », Faïences. Faïences de l’Antiquité. De l’Égypte à Iran, Paris, 2005.

Brongnart 1844 : Alexandre Brongnart, Traité des arts céramiques ou Des poteries considérées dans leur histoire, leur pratique et leur théorie, Paris, 1844.

Faucher 2013 : Th. Faucher, Frapper monnaie. La fabrication des monnaies de bronze à Alexandrie sous les Ptolémées (Études alexandrines 27), Alexandrie, 2013.

Faucher 2015 : Th. Faucher, « Des monnaies grecques en Thébaïde : Trouvailles monétaires dans Karnak ptolémaïque« , dans G. Gorre, A. Marangou (éds.), La présence grecque dans la vallée de Thèbes, Rennes, 2015, p. 141-146.

Faucher et alii 2011 : Th. Faucher, L. Coulon, E. Frangin, C. Giorgi, « Un atelier monétaire à Karnak au IIe s. av. J.-C.« , BIFAO 111, 2011, p. 143-165.

Guihard 2019 : P.-M. Guihard, « Contrefaire la monnaie dans la vallée du Nil au début du IVe siècle. Un nouvel examen des moules en terre cuite de Dionysias (Qasr-Qārūn, Égypte) dans le cadre d’une mission scientifique attribuée par l’IFAO (Institut français d’archéologie orientale, Le Caire)« , billet de blog Hypothèses Les échos du Craham, 25/03/2019 (consulté le 19/10/2020).

Kroll 1996 : « J. H. Kroll, « The Piraeus 1902 Hoard of Plated Drachms and Tetradrachms (IGCH 46)« , dans XAPAKTHP, Mélanges Mando Oeconomides, Athènes, 1996, p. 139-146.

Lorber 2018 : C.C. Lorber,  Coins of the Ptolemaic Empire. Part I: Ptolemy I through Ptolemy IV, New-York/Lancaster, 2018.

Müller-Winkler 1987 : Claudia Müller-Winkler, Die Ägyptischen Objekt-Amulette, Göttingen, 1987.

Nicholson 2009, Paul Nicholson, « Faience Technology« , dans Willecke Wendrich et alii (éds.),  UCLA Encyclopedia of Egyptology, 1(1), 5 mars 2009.

Olivier et alii., à paraître : J. Olivier, Th. Faucher et H. Aumaître, Catalogue des monnaies ptolémaïques de la Bibliothèque nationale de France, à paraître.

Picard, Faucher 2012 : O. Picard et Th. Faucher, « Les monnaies lagides », dans O. Picard et alii (éd.), Les monnaies de fouilles du Centre d’études Alexandrines. Les monnayages de bronze à Alexandrie de la conquête d’Alexandre à l’Égypte moderne (Études alexandrines 25), Alexandrie, 2012, p. 17-108.

Pinch 1993 : Geraldine Pinch, Votive offerings to Hathor, Oxford, 1993.

Pinch et Waraska 2009 : Geraldine Pinch et Elizabeth A. Waraska, « Votive Practices« , dans Willecke Wendrich et alii (éds.),  UCLA Encyclopedia of Egyptology, 1(1), 3 juin 2009.

Riccardelli 2017 :  Carolyn Riccardelli, Egyptian Faience: Technology and Production, Department of Egyptian Art, The Metropolitan Museum of Art, décembre 2017.

Stünkel 2019 : Isabel Stünkel, Ancient Egyptian Amulets, Department of Egyptian Art, The Metropolitan Museum of Art, février 2019.

Svoronos 1904 : Joannis N. Svoronos, Tα νομίσματα του κράτους των Πτολεμαίων, Athènes, 1904.

Veïsse 2004 : A.-E. Veïsse, Les « révoltes égyptiennes ». Recherches sur les troubles intérieurs en Égypte du règne de Ptolémée III à la conquête romaine (Studia Hellenistica 41), Leuven / Paris / Dudley MA, 2004.

  1. Alexandre Brongniart a alerté dès 1844 sur l’impropriété de l’appellation de « porcelaine égyptienne » : Brongnart 1844, p. 505-507. []
  2. Je remercie Louise Detrez, Sophie Descamps ainsi que Violaine Jeammet, qui ont bien voulu me faire part de leurs connaissances en la matière. La question du matériau sera abordée dans la section consacrée à la production de ces objets, infra : « Des sous-produits de l’artisanat égyptien ? » []
  3. Blanchet 1891, p. 233. []
  4. Ibid. []
  5. Svoronos 1904, p. 190, n° 1175 α et 1176 α. []
  6. Dans son Catalogue raisonné des figurines et reliefs en terre cuite grecs, étrusques et romains, tome III (Grèce et Asie Mineure), S. Besques liste dans sa section dédiée aux « Poids et jetons » plusieurs objets inspirés voire imprimés à partir de monnaies. Comme l’auteure le souligne elle-même, il est probable que ces objets dont la fonction nous échape presque complètement, aient plus à voir avec les tessères (tokens) en plomb contemporaines (Besques 1972, p. 257-264). Pour l’Égypte, je remercie Thomas Faucher qui me fait connaître un exemplaire, apparemment fait du même matériau, conservé au musée égyptien du Caire (SR6C.2, 1604) ainsi qu’un autre qui aurait été trouvé en 1935 par E. Peterson dans les fouilles de Kom Aushim, dans le Fayoum (JE 65684 SR 5/3429. Diam. 30 mm). Aucun de ces deux objets n’a pu être examiné. []
  7. Olivier et alii., à paraître. []
  8. Comme vu par Svoronos p. 190, n° 1175 α. []
  9. Voir Picard, Faucher 2012, p. 46, n° 295-297 ; Lorber 2018, n° B363 = Ptolemaic Coins Online n° B363. []
  10. Voir Picard, Faucher 2012, p. 53, n° 353-355 ; Lorber 2018, n° B399 = Ptolemaic Coins Online n° B399. []
  11. Ces cavités étaient sans doute pratiquées sur les bronzes pour aplanir la surface des flans afin de faciliter leur impression à la frappe. Sur les cavités centrales et leur usage, voir Faucher 2013, p. 242-257. []
  12. Picard, Faucher 2012, p. 77 ; Faucher 2013, p. 209-216. []
  13. Voir Faucher 2013, p. 209-216. La technique des monnaies moulées en Égypte romaine a suscité de nombreux travaux. Nous ne citerons que les deux articles dédiés à ce thème parus dans les actes du colloque L’exception égyptienne : Barakat 2005 et l’étude d’archéologie expérimentale Andrieux et alii. 2005. Voir également Guihard 2019. []
  14. extrait de Barakat 2005, p. 220. []
  15. Je remercie à nouveau Louise Detrez pour l’aide précieuse qu’elle m’a apportée à ce sujet. []
  16. On consultera la très utile introduction du catalogue de l’exposition du musée du Louvre Faïences : Bouquillon et al. 2005. Sur les techniques de fabrication des objets en faïence égyptienne voir Nicholson 2009 ou encore Riccardelli 2017. []
  17. Je remercie Vanessa Desclaux pour son aide et ses suggestions concernant les amulettes égyptiennes. []
  18. Pour une présentation générale des amulettes égyptiennes, voir l’essai très clair d’Isabel Stünkel sur le site web du Metropolitan Museum of Art de New York : Stünkel 2019. Pour aller plus loin : Müller-Winkler 1987. Concernant l’usage plus spécifiquement votif de ces amulettes, voir Pinch et Waraksa 2009 (pour un aperçu de la question) et surtout Pinch 1993. []
  19. Sur le sujet et pour une comparaison des amulettes de type égyptien en contexte funéraire en Grèce et en Égypte, voir Barcat 2019. []
  20. Picard, Faucher 2012, p. 77 ; Faucher 2013, p. 209-216. []
  21. Faucher et alii 2011. []
  22. Faucher et alii 2011, p. 162-163. []
  23. À l’exception de quelques dénominations spécialement contremarquées d’une corne d’abondance pour signifier leur maintien en circulation. Sur la « grande mutation », voir Picard, Faucher 2012, p. 60-71. []
  24. Sur ces « révoltes égyptiennes », voir Veïsse 2004, notamment p. 7-27. Il convient toutefois de noter la découverte entre 1970 et 1972 à Karnak d’un trésor de monnaies de bronze de la série 5 contremarquées (voir la note précédence), mais sans aucune pièce du nouveau monnayage (série 6). Voir Faucher 2015, p. 144. []
  25. Blanchet 1891, p. 233. []
  26. Kroll 1996. []
  27. Sur le sujet, voir Faucher 2015. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.