Le décadrachme d’Athènes de la BnF : un premier de cordée

Archive: image du mois d’octobre 2020

octobre 2020: Le décadrachme d’Athènes de la BnF : un premier de cordée

Décadrachme d’Athènes (Attique), vers 460 av. J.-C., argent, 43,01 g. BnF, MMA, Luynes n° 2037. Droit : tête d’Athéna casquée et couronnée de lauriers à droite. Revers : AΘE, chouette aux ailes éployées de face.

Principalement connu pour ses tétradrachmes, les fameuses « chouettes »1, le monnayage de la cité d’Athènes comprend également de lourdes et spectaculaires monnaies d’argent appelées décadrachmes, c’est-à-dire valant 10 drachmes et pesant plus de 43 g.

Probablement frappées durant les années 460 av. J.-C. au temps de la ligue de Délos – l’alliance militaire de cités de la mer Égée dirigée par Athènes – ces monnaies ont sans doute été émises dans le cadre du financement de l’effort de guerre contre les Perses Achéménides, notamment l’équipement d’une importante flotte de guerre.

La popularité des « chouettes » athéniennes (qui figurent encore aujourd’hui couramment dans nos manuels scolaires, et ont été reproduites au revers de la pièce de 1 euro grecque) est ici décuplée par la rareté de ces décadrachmes : connus aujourd’hui à seulement une quarantaine d’exemplaires. De fait très recherchées, ces monnaies ont été souvent contrefaites2 et les principales collections numismatiques internationales peuvent s’enorgueillir de posséder le plus souvent un unique spécimen authentique. C’est le cas de la Bibliothèque nationale de France, qui possède depuis 1862 un décadrachme athénien de très belle facture.

Acquise à l’occasion du don de la collection d’Honoré d’Albert duc de Luynes, cette monnaie a également l’avantage d’être le tout premier décadrachme athénien découvert, publié et reconnu comme tel. Entre 1826 et 1830, P. O. Bröndsted publie en deux volumes son Voyages dans la Grèce, accompagnés de recherches archéologiques et suivis d’un aperçu sur toutes les entreprises scientifiques qui ont eu lieu en Grèce depuis Pausanias jusqu’à nos jours. L’auteur indique avoir vu dans la collection de Lord Strangford

« une médaille d’argent trouvée vers l’an 1817 auprès de Mégare avec quelques autres semblables »3

Décadrachme de la collection de Lord Strangford reproduit par P. O. Bröndsted.

La découverte d’un nouveau monnayage suscite toujours le doute quant à son authenticité. P. O. Bröndsted affirme cependant que la pièce qu’il décrit ne présente « pas le moindre indice de falsification »4 ; avis qui effectivement ne fut jamais remis en question, notamment en raison d’autres découvertes postérieures. Surtout, il est en fait rare que les faussaires inventent des types monétaires nouveaux. Il est bien plus sage et rémunérateur de copier des monnaies bien attestées.

Or justement, P. O. Bröndsted indique également avoir vu à Londres plusieurs monnaies semblables au décadrachme de Lord Strangford, cette fois-ci parfaitement fausses !

Il est assez saisissant de constater que l’apparition d’un exemplaire inédit si attractif déclencha si rapidement l’intérêt des faussaires, sans doute attirés par l’appétit des collectionneurs. C’est ainsi que les faux décadrachmes athéniens devinrent-ils bien plus communs que les vrais. La BnF conserve d’ailleurs une de ces contrefaçons, léguée en 1902 par un marchand de monnaies5.

Faux décadrachme athénien. BnF, MMA, Hoffmann.72.

Premier découvert, le décadrachme de lord Strangford, ensuite acquis par le duc de Luynes puis donné à la BnF a ainsi longtemps joui d’un certaine renommée, autant du fait de son antériorité que de son authenticité assurée.

Julien OLIVIER

 

Citer ce billet : jolivier, "Le décadrachme d’Athènes de la BnF : un premier de cordée", in L’Antiquité à la BnF, 01/10/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/11900, [consulté le 24/11/2020].
  1. Monnaies de 4 drachmes qui pèsent environ 17,20 g, la chouette au revers est de profil. Voir par exemple BnF, MMA, Armand Valton.354. []
  2. W. Fischer-Bossert, The Athenian decadrachm, New York : American Numismatic Society, 2008. []
  3. P. O. Bröndsted, Voyages dans la Grèce, accompagnés de recherches archéologiques et suivis d’un aperçu sur toutes les entreprises scientifiques qui ont eu lieu en Grèce depuis Pausanias jusqu’à nos jours, tome 2, Paris, 1830, p. 301. []
  4. ibid. []
  5. W. Fröhner, Médailles fausses recueillies par H. Hoffmann pour servir à l’étude de l’authenticité des monnaies antiques, Paris, 1902. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.