Antiquité et cinéma : 2. Rome

La Rome antique, depuis la découverte du site de Pompéi au XVIIIe siècle, est devenue un riche thème d’inspiration pour les artistes du XIXe, notamment pour les peintres, de Jean-Léon Gérôme à Lawrence Alma Tadema. Le cinéma naissant ne pouvait que s’en emparer, ce qu’il fit dès 1896 avec Néron essayant des poisons sur des esclaves, produit par les frères Lumière (n°797) et réalisé par Georges Hatot.

Dans le temple de Moloch, Cabiria, 1914

L’impact de Cabiria, réalisé par Giovanni Pastrone, sorti en 1914 sur les écrans italiens et américains et en 1915 sur les écrans français fut considérable. Giovanni Pastrone invente des techniques comme le travelling, le caractère « kolossal » (comme sont désignés les films à grand spectacle en Italie) éblouit le public, et un personnage secondaire sort de l’ombre pour devenir un héros : Maciste.

L’action se situe pendant la seconde guerre punique, tandis que l’Italie en 1911 est en guerre contre la Turquie pour s’emparer de la Libye. Cabiria réunit tout ce qui donne son importance au genre : le grand spectacle et les innovations techniques qui vont avec, conflit entre civilisation et  barbarie et  mythologie de l’homme fort.

Bartolomeo Pagano incarne l’esclave Masciste (Cabiria, 1914)

Les différentes périodes de l’époque romaine sont toutes représentées à l’écran, avec cependant le poids particulier de celle des empereurs, marquée par quelques figures de dirigeants monstrueux, d’une catastrophe (l’éruption du Vésuve) et par la persécution des chrétiens, prétextes à  de multiples scènes de débauche et de supplices.

Les adaptations littéraires

La BnF conserve  certaines des adaptations des deux célèbres romans, Les derniers jours de Pompéi d’Edward Bulwer-Lytton et Quo vadis ? de Henryk Sienkiewicz couvrant ainsi un siècle de représentation de Rome au cinéma :

Gli ultimi giorni di Pompei, de Mario Caserini (1913), The last days of Pompei, d’Ernest B. Schoedsack et Merian C. Cooper  (avec Basil Rathbone, futur Sherlock Holmes, en Ponce Pilate), Les derniers jours de Pompéi, de Marcel L’Herbier (1948), avec Micheline Presle et Georges Marchal et Gli ultimi giorni di Pompei, de Mario Bonnard et Sergio Leone (1959), avec Steve Reeves.

Quo vadis ?, d’Enrico Guazzoni (1909), Quo vadis ?, de Mervyn Le Roy, avec Peter Ustinov en Néron (1950) et Quo vadis ?, de Jerzy Kawalerowicz (2001).

Les historiens antiques (Tite-Live, Tacite) sont à l’origine de divers scénarios mais l’adaptation la plus étonnante reste sans doute celle du Satyricon de Pétrone par Federico Fellini (1969). N’oublions pas non plus le Spartacus d’Howard Fast, adapté à l’écran par Stanley Kubrick et tous les gladiateurs qui vont suivre. Signalons enfin deux adaptations de Salammbô de Gustave Flaubert : le Salammbô de Pierre Marodon  (1925) et le Salammbô de Sergio Grieco (1960).

Annonce de la sortie du « Salammbô » de P. Marodon dans la revue « Comoedia », 23 octobre 1925. BnF, Gallica

Les personnages historiques revus par le cinéma

Néron est un personnage de cinéma dès 1896. Parmi ses nombreuses apparitions à l’écran, en voici quelques-unes : il brûle Rome dans Nerone (Nero or the fall of Rome), d’Arrigo Frusta et Luigi Maggi (1909).

Alberto Capozzi interprète Néron dans « Nerone » (1909)

Charles Laughton interprète un mémorable Néron et Claudette Colbert une non moins remarquable Poppée dans The sign of the cross, de Cecil B. De Mille (d’après la pièce de Wilson Barrett, 1932).

Charles Laughton (Néron) et Claudette Colbert (Poppée) dans « Le signe de la croix » (1932)

Il est l’objet de 2 comédies italiennes, OK Nerone, de Mario Soldati (1951).

Gino Cervi interprète Néron et Silvana Pampanini Poppée (« OK Néron », 1951)

Et Mio figlio Nerone (Les week-ends de Néron), de Steno (1956)

Alberto Sordi (Néron), Vittorio de Sica (Sénèque) et Brigitte Bardot (Poppée) dans « Les week-ends de Néron » (1956)

Parmi les monstres, Caligula et Messaline sont bien représentés, Messaline en particulier dans les classiques Messalina, de Carmine Gallone (1951), Messalina, venere imperatrice, de Vittorio Cottafavi (1959). Le film qui a fait scandale et va lancer le péplum érotique et le péplum porno est Caligula, de Tinto Brass (1977-1979). Dans la même veine on peut voir Messalina, Messalina !, de Bruno Corbucci (1977), Caligola …la storia mai raccontata (Caligula, la véritable histoire), réalisé par Joe d’Amato sous le pseudonyme de David Hills (1982), Caligula et Messaline, d’Anthony Pass (1981), ou Bacanales romanas, de Jacob Most, alias Jaime J. Puig (1982).

Hervé Dumont relève plus d’une centaine de films consacrés à Cléopâtre, et à ses liaisons avec César et Marc-Antoine. En dehors des très connus Cleopatra, de Cecil B. De Mille (avec Claudette Colbert, 1934), et Cleopatra, de Joseph Mankiewicz (avec Elizabeth Taylor, 1960-1963), on peut découvrir un dessin animé, Astérix et Cléopâtre, de René Goscinny et Albert Uderzo, avec les voix de Roger Carel, Jacques Morel et Micheline Dax (Cléopâtre) et la version d’Alain Chabat avec Gérard Depardieu et Christian Clavier, Astérix & Obelix : mission Cléopâtre, Caesar and Cleopatra (César et Cléopâtre) de Gabriel Pascal (d’après la pièce de George Bernard Shaw, avec Vivian Leigh, Claude Rains et Stewart Granger, 1945), Due notti con Cleopatra (Deux nuits avec Cléopâtre), de Mario Mattoli (1953), Le legioni di Cleopatra (Les légions de Cléopâtre), de Vittorio Cottafavi (1959), Una regina per Cesare (Une reine pour César), de Victor Tourjanski (avec Pascale Petit, Gordon Scott-César et Akim Tamiroff-Pompée) ou encore la Cléopâtre  de Franc Roddam (1999). Signalons enfin un film égyptien qui lui a été consacré en 1943, Kliyûbâtrâh, d’Ibrahim Lâmâ.

Alberto Sordi et Sofia Loren dans « Deux nuits avec Cléopâtre » (1953)

Quant à Jules César, on le retrouve grâce à la pièce de William Shakespeare : dans la captation d’un spectacle mis en scène en 2000 à Lyon, Jules César, réalisation de Bernard Vasseur et mise en scène de Claude Lulé, et dans deux adaptations anglaises : Julius Caesar, de Stuart Burge (avec John Gielgud-Jules César, Jason Robards-Brutus, Charlton Heston-Marc-Antoine, 1970), Julius Caesar, d‘Herbert Wise (1979) et une américaine : Julius Caesar, de Joseph Mankiewicz (avec Louis Calhern-César, James Mason-Brutus et Marlon Brando-Marc-Antoine, 1953). Cette dernière version inspire d’ailleurs Roland Barthes qui, dans ses Mythologies, évoque ainsi les Romains au cinéma :

Dans le Jules César de Mankiewicz, tous les personnages ont une frange de cheveux sur le front. Les uns l’ont frisée, d’autres filiforme, d’autres huppée, d’autres huilée, tous l’ont bien peignée, et les chauves ne sont pas admis, bien que l’Histoire romaine en ait fourni un bon nombre.

Jules César est aussi le héros en 1962 d’un péplum, Giulio Cesare, il conquistatore delle Gallie (Jules César conquérant de la Gaule), d’Amerigo Anton, avec un acteur de western américain, Cameron Mitchell (Jules César), une vamp de films noirs, Dominique Wilms (la reine Astrid), et un acteur italien appelé à tourner dans les westerns de Sergio Leone, Rick Bataglia (Vercingétorix).

Les épopées nationales

L’empire romain s’est étendu tout autour de la Méditerranée et jusqu’aux îles britanniques et sa représentation au cinéma  touche à l’histoire de nombreux pays.  Son utilisation à des fins politiques est patente dans un certain nombre de films.

Grand admirateur de Cabiria, Mussolini ordonne la réalisation d’un nouveau « kolossal » à la gloire du fascisme et de ses conquêtes, Scipione l’Africano qui sera réalisé par Carmine Gallone (1937) mais sera un échec commercial.

Annibale Ninchi dans « Scipione l’Africano » (1937)

À l’inverse, Dacii (Les Guerriers), de Sergiu Nicolaescu réalisé en 1966 dans la Roumanie de Nicolae Ceaucescu prône l’indépendance vis-à-vis de l’empire, visant ainsi l’URSS et sa volonté hégémonique sur toute l’Europe de l’Est.

Comme pour l’Égypte ancienne, Hollywood adapte des récits inspirés par la Bible pour parler de Rome. Le film emblématique est bien sûr Ben-Hur, le roman de Wallace Lewis, dans la version muette de Fred Niblo,  avec Ramon Novarro tout comme dans celle de William Wyler, avec Charlton Heston,  visibles toutes les 2 dans cette édition. La Bible servira de surcroît à l’appui des valeurs capitalistes contre celles du communisme au moment de la guerre froide.

L’Europe et tout particulièrement l’Italie a donc exploité cette veine de l’histoire nationale dans les années cinquante et soixante dans des co-productions, tournées en décors naturels en Espagne ou en Yougoslavie.

Les résistances locales sont donné naissance à des héros dont l’histoire s’est emparée. L’Espagne produit en 2010-2012 la série Hispania, la leyenda, partie 1 et 2 et en  2012 la série Imperium : poder de vida o muerte, toutes les deux situées au temps de Galba. Pour ce qui concerne la Grande-Bretagne, il existe une curieuse version de l’histoire de Boadicée sous le titre de The Viking queen (La reine des Vikings), réalisée en 1966 par Don Chaffey pour la Hammer, et le récit d’une défaite romaine, The eagle (L’aigle de la neuvième légion), de Kevin MacDonald (2011).

Le documentaire à base de reconstitutions en costumes n’est pas en reste : en 2001, The lost legions of Varus (La bataille d’Arminius), de Tony Bulley pour Granada Television, en 2002 Varusschlacht und Gotensaga (La bataille de Varus et la saga des Goths), de Christian Feyerabend, Christian Twente et Nina Koshofer pour la ZDF et Arte, en 2008-2009 Kampf um Germanien : die Schlacht imTeutoburger Wald (Débâcle en Germanie : les légions perdues de Rome) de Christian Twente.

Vercingétorix, icône nationale française mise en lumière au 19e siècle,  est rapidement devenu un personnage de grand spectacle, comme en témoigne l’affiche de la pantomime mise en scène par Victorin Jasset à l’hippodrome de Montmartre en 1900 . Il sera incarné par  Christophe Lambert en 2000 dans le film éponyme de Jacques Dorfmann. Le documentaire, en lien avec les découvertes archéologiques, va peu à peu désacraliser le mythe, notamment dans le Vercingétorix de Jérôme Prieur (2005).

La vie quotidienne

La télévision française a été très fière de présenter Le dernier Gaulois, de Samuel Tilman (2015), dont l’action se situe avant et pendant la guerre des Gaules, et qui alterne prises de vues réelles et reconstitution en images de synthèse. Elle avait auparavant proposé Brûlez Rome ! (Urite Romam !) de Robert Kechichian (2005) sur une brigade de vigiles pendant l’incendie de Rome en 64 apr. J. C., avec des dialogues en latin.

« Brûlez Rome ! » (2005)

La tentative de la série Rome conçue par Bruno Heller, John Milius et William J. MacDonald (2005-2007) de recréer le plus fidèlement possible la vie quotidienne dans la ville à travers l’histoire de deux soldats à l’époque troublée de la fin de la République a connu un large succès public.

L’ampleur du corpus de films consacrés à Rome et à son empire est considérable, des origines avec El rapto de las Sabinas, un péplum mexicain signé Alberto Gout (1962) à l’antiquité tardive. Ce billet ne peut couvrir  toute l’étendue du sujet, il est surtout là pour donner l’envie de chercher dans les fonds de la bibliothèque.

Bibliographie

Laurent Aknin, Le péplum, Paris : Armand Colin, 2009

Claude Aziza, Le péplum, un mauvais genre, Paris : Klincksieck, 2009

Hervé Dumont, L’antiquité au cinéma : vérité, légendes et manipulations, Nouveau monde : Cinémathèque suisse, 2009

Florent Fourcart, Le péplum italien : grandeur et décadence de l’antiquité populaire, Paris : éditions Imho, 2012

Hélène Lafont-Couturier (dir.), Péplum : l’Antiquité spectacle, Lyon : Rhône le département, Musées gallo-romains Saint-Romain-en-Gal/Vienne [et] Lyon-Fourvière : Fage, 2012

Liens

Le site Péplums : images de l’antiquité, cinéma et BD de Michel Eloy : http://www.peplums.info/

Icronos : festival international du film d’archéologie http://icronos.fr/

Festival du film archéologique d’Amiens  https://www.associationciras.fr/2016/02/16/le-13%C3%A8-fetival-du-film-d-arch%C3%A9ologie-d-amiens/

Festival du film international d’archéologie de Nyon (Suisse) : http://www.mrn.ch/fr/festival/liens-utiles/

Fédération européenne des festivals du film d’archéologie et de patrimoine : http://www.fedarcine.com/

Exposition

« Goscinny et le cinéma », La Cinémathèque française (Paris), 4 octobre 2017-4 mars 2018.

Citer ce billet : Brigitte Loret, "Antiquité et cinéma : 2. Rome", in L’Antiquité à la BnF, 12/10/2017, http://antiquitebnf.hypotheses.org/1187, [consulté le 10/12/2017].

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *