Parution de Trésors monétaires XXIX : Le trésor monétaire romain de Saint-Germain-lès-Arpajon, un dépôt géant du IIIe siècle après J.-C.

Plus d’une décennie après sa découverte en 2008, le trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon (Essonne) fait l’objet d’une publication exhaustive dans le 29e volume de la série Trésors monétaires, éditée par la BnF. Ce dépôt monétaire de taille hors norme se compose de 33 858 monnaies romaines en alliage cuivreux qui représentent une masse totale avoisinant les 100 kg. C’est la première fois en France qu’un trésor d’une telle ampleur est intégralement publié1. Plusieurs dépôts du même type, plus imposants encore, ont été publiés en Angleterre dans les années 1980 (trésors de Cunetio et de Normanby). Ces études restent des références pour ce qui est du classement des émissions monétaires du IIIe siècle de notre ère. Mais, plusieurs décennies plus tard, l’approche archéologique des dépôts monétaires a évolué. L’étude du trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon en rend compte puisqu’elle comprend, outre l’habituelle étude numismatique, un volet archéologique développé.

Cette publication est l’aboutissement d’un travail pluridisciplinaire au long cours qui a associé numismates et archéologues et qui a été conjointement coordonné par le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF et le Service régional de l’archéologie d’Île-de-France. L’ensemble de l’équipe2 est restée mobilisée sur ce projet tout de long de l’aventure. Ceci mérite d’être souligné car l’étude d’un trésor monétaire d’une telle ampleur requiert de la persévérance.

Une découverte exceptionnelle

L’histoire commence par un coup de pioche. Au cours de travaux de terrassement dans un jardin privé, des ouvriers ont éventré une céramique de laquelle a jailli une grande quantité de rondelles de métal oxydées qui ont alors été recueillies dans des seaux.

Les monnaies de la première céramique ramassées par les inventeurs (Christian Piozzoli, SRA IdF).

Comme il se doit, la découverte a été immédiatement déclarée auprès de la Mairie, qui a transmis l’information au Service régional de l’archéologie d’Île-de-France. Celui-ci a engagé sans tarder une opération archéologique sur le site qui a conduit à la découverte d’une seconde céramique enfouie à quelques centimètres de la première.

Les deux céramiques en place dans la berme (Christian Piozzoli, SRA IdF).

C’est par miracle que ces deux vases ont été épargnés, dans cette bande de terre, par les travaux d’aménagement du lotissement qui ont eu lieu dans les années 1990. La céramique découverte par les archéologues a même pu être prélevée en bloc pour être ensuite fouillée en laboratoire.

La seconde céramique en cours de démontage (© Bruno Foucray, CNRS – IRAMAT-CEB).

Lors de cette « micro-fouille » en laboratoire, les monnaies ont été prélevées couche après couche, comme cela se fait habituellement pour les urnes cinéraires, dans le but d’observer d’éventuelles phases de remplissage. Le trésor a ensuite été déposé au département des Monnaies, médailles et antiques, où les quelque 34 000 monnaies ont été nettoyées, avant d’être confiées pour étude à plusieurs numismates qui ont patiemment identifié, décrit et pesé chaque pièce.

Le numismate face aux trésors géants tel Sisyphe et son rocher ?

Admettons-le, ce type de travail est plutôt fastidieux, voire pénible ! Certes, pour un numismate, recevoir des sacs remplis de monnaies dans lesquels il peut espérer découvrir des pépites est une perspective alléchante. Mais l’excitation laisse vite place à la lassitude. Car ce n’est pas tous les jours qu’un trésor livre une monnaie susceptible de faire les gros titres en révélant, par exemple, l’existence d’un empereur jusqu’alors inconnu comme l’usurpateur gaulois Domitianus. Ce ne fut malheureusement pas le cas cette fois-ci, même si le trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon a livré un nombre important de monnaies rares ou « inédites »3. Parmi ces raretés, on citera par exemple un denier de Victorin, connu jusqu’alors dans le monde à deux exemplaires issus de la même paire de coins.

Rare denier de Victorin (© Vincent Drost, BnF).

Déjà, dans la seconde moitié du XIXe siècle, Gustave Vallier, historien dauphinois et pionnier dans le domaine de l’étude des trésors monétaires, notait avec dépit, après avoir successivement étudié deux dépôts du IIIe siècle découverts aux Fins d’Annecy, que

« Malheureusement, rien – si ce n’est l’ordre substitué à la confusion, – n’est venu rémunérer les instants passés à ce long classement : aucune pièce nouvelle n’a surgi de ce chaos »4.

Longtemps, on n’a d’ailleurs même pas pris la peine d’examiner ce type de trésors. En témoigne cette réponse du Cabinet des médailles au ministre de l’Intérieur qui lui soumet, en 1821, un petit échantillon provenant d’un énorme ensemble :

« Les six médailles (…) sont des plus communes ; elles ne présentent d’ailleurs aucun intérêt, et n’ont aucune valeur. Comme il est probable qu’on aura choisi les plus belles, pour donner une idée avantageuse de la découverte qu’on vient de faire, je soupçonne que le reste est dans un très mauvais état, et ne mérite pas les frais du transport à Paris. Il ne serait toutefois pas impossible que dans une masse de 120 à 140 livres [60 à 70 kg] pesant de médailles, il ne puisse se trouver quelques pièces intéressantes ; mais j’en doute, vu l’époque où le dépôt paraît avoir été fait ».

Brouillon anonyme [1821], BnF, département des Manuscrits, cote Archives modernes 477 (2).

Un ensemble plus atypique qu’il y paraît

Ce commentaire est le reflet d’une époque révolue où les trésors étaient considérés pour les raretés qu’ils étaient susceptibles de livrer. Mais il est aujourd’hui évident qu’un trésor vaut d’abord en tant qu’objet archéologique et qu’il doit par conséquent être considéré dans sa globalité. Mais pourquoi donc se donner tant de mal à étudier dans le détail de gigantesques trésors ? C’est d’ailleurs le sujet d’un colloque qui s’est tenu récemment en Italie5. Avec le trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon, nous disposions d’un ensemble complet qui a pu être fouillé, cas de figure qui n’est malheureusement pas si fréquent. Il eut été dommage de ne pas en profiter pour l’étudier de la manière la plus approfondie possible. Le trésor se compose pour l’essentiel de petites monnaies en alliage cuivreux contenant une faible proportion d’argent appelées « antoniniens ». Celles-ci ont, pour la plupart, été frappées au cours de la période dite de l’« Empire gaulois » (260-274), au cours de laquelle des usurpateurs prirent le pouvoir en Gaule aux dépens des empereurs de Rome. La monnaie la plus récente du trésor a été émise à Lyon en 281, à la fin règne de Probus (276-282).

Aurelianus de Probus daté de 281 (© Ludovic Trommenschlager, EPHE).

C’est donc peu après cette date que le trésor a été enfoui, dans un contexte d’instabilité politique (usurpations, invasions barbares et autres révoltes populaires) et économique (inflation, réformes monétaires). Cette époque troublée en Gaule romaine est particulièrement riche et dépôts monétaires. Le trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon était donc, a priori, assez classique dans sa composition, si ce n’est sa taille hors norme.

Mais les spécificités du trésor sont apparues au fil de l’étude. Les observations archéologiques, combinées aux analyses numismatiques, ont permis de mettre en évidence le fait que nous étions en présence de deux trésors en un, de deux ensembles distincts, légèrement décalés dans le temps, qui ont été réunis au moment de leur enfouissement. Si la présence de sacs à l’intérieur de la céramique fouillée en laboratoire n’a pas pu être mise en évidence, il existe incontestablement une différence de composition entre les lots situés en partie haute et en partie basse du contenant. La composition de l’ensemble situé dans la partie inférieure est d’ailleurs très similaire à ce qui s’observe dans la céramique découverte par les terrassiers. Seule une étude approfondie, combinant archéologie et numismatique, était en mesure de le démontrer. Sans cela, le trésor aurait été considéré comme un ensemble unique et nous en aurions eu une image biaisée. Ceci démontre tout l’intérêt d’étudier ces gigantesques trésors monétaires de manière approfondie. Seule la mise en série d’ensembles représentatifs permettra de mieux cerner les raisons pour lesquelles tant de trésors furent enfouis – et non récupérés – à la fin du IIIe siècle de notre ère dans les provinces nord-occidentales de l’Empire.

Vincent DROST

Pour aller plus loin, les trésors monétaires à la BnF

Billets

Ressources

Ouvrages et programme de recherche BnF

Citer ce billet : vdrost, "Parution de Trésors monétaires XXIX : Le trésor monétaire romain de Saint-Germain-lès-Arpajon, un dépôt géant du IIIe siècle après J.-C.", in L’Antiquité à la BnF, 18/09/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/11854, [consulté le 23/10/2020].

 

  1. Certains trésors français volumineux ont toutefois été publiés de manière exemplaire. On citera notamment les publications consacrées aux trésors d’Éauze (D. Schaad (dir.), Le trésor d’Éauze. Bijoux et monnaies du IIIe siècle après J.-C., Toulouse, 1992) ou de Luxeuil (D. Gricourt, La Chapelle-lès-Luxeuil (Haute-Saône), 15 518 nummi constantiniens, Trésors monétaires XVIII, Paris, 2000). []
  2. Ont participé à l’étude : Vincent Drost (BnF), Bruno Foucray (CNRS), Dominique Hollard (BnF), Florence Moret-Auger (Inrap), Francine N’Diaye (BnF), Fabien Pilon (CNRS), Christian Piozzoli (SRA IdF), Véronique Pissot (Inrap) et Ludovic Trommenschlager (EPHE/Université de Lille). []
  3. On appelle inédit un exemplaire présentant une variante non répertoriée dans les ouvrages de référence. []
  4. G. Vallier, « Le Nouveau trésor des Fins d’Annecy, lettre à M. Louis Revon, conservateur de la bibliothèque et du musée d’Annecy », Revue savoisienne, 12, 1871, p. 19. []
  5. Colloque Too big to study? Troppo grandi da studiare ?, Trieste, 18-19 mai 2018. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.