Des codices coptes du 4è siècle d’Akhmim

Archive: image du mois de septembre 2020

septembre 2020: Des codices coptes du 4è siècle d’Akhmim

Passage de l’Apocalypse de Sophonie en copte (U. Bouriant, Les papyrus d’Akhmim, MMAF 1, Paris 1889, texte E, p. 270, l. 34 sqq.), BnF, département des Manuscrits, Copte 135, f. 23r

La Bibliothèque nationale de France conserve quelques exemples de codices (livres) parmi les plus anciens1. Sous la cote Copte 135, sont conservés les deux codices coptes les plus anciens identifiés à ce jour dans les collections de la BnF. Ils sont actuellement datés du 4è siècle2.

Les feuillets de papyrus proviennent d’Akhmim, l’ancienne Panopolis. Ils ont été acquis par Gaston Maspero, directeur du Service des antiquités égyptiennes, lors d’une mission en Haute-Égypte en 1884-18853. Ils ont été enregistrés le 22 janvier 1887 comme un don de Maspero sous le n°2404: « Fragments de papyrus coptes, au nombre de 12, en 5 chemises in-8° » et deux autres furent acquis chez un agent consulaire à Louqsor4. Des éléments de ces archives sont également inventoriés sous la cote Supplément grec 1099, à la BnF, d’autres encore ont été identifiés, comme à l’Institut de papyrologie de la Sorbonne.

À leur découverte, les pages se présentaient comme deux feuillets de papyrus contrecollés, inscrits de textes bibliques en copte, publiés pour la première fois par Urbain Bouriant5. Ces textes contiennent des passages de l’Exode, de la sagesse de Jésus fils de Sirach, des Maccabés, de l’Évangile de Saint Luc et de l’Apocalypse de Sophonie. Les livres furent sans doute constitués et copiés pour la bibliothèque du monastère blanc d’Atripé, sur la rive opposée à Akhmim. Lors de la mise sous verre à la Bibliothèque, les feuillets ont été dédoublés pour laisser apparentes les deux faces, passant de 12 à 24 ff. Augmentée de fragments supplémentaires, la cote Copte 135 réunit actuellement 33 ff. et le Supplément grec 1099, 5 ff.

Face à la rareté du papyrus, les moines coptes ont remployé des rouleaux grecs alors écrits sur un seul côté. Ces derniers sont découpés en feuilles de 36×25 cm et contrecollés deux à deux, sur leur face inscrite, de manière à présenter une page vierge sur le recto et le verso ainsi formés. Les feuilles sont ensuite repliées en cahiers de 25×18 cm et reliées en volume avec renfort de papyrus compressés pour le cartonnage.

Liste d’imposition en grec, de la fin du 2è s., (P. Collart, BIFAO 31, 1931, texte 9, p. 83, sqq.), BnF, département des Manuscrits, Copte 135, f. 3v

Les textes grecs identifiés et republiés par Paul Collart en 19316 sont divers: homélie, passages de l’Iliade, textes d’Hésiode, d’Euripide, liturgie, lettres, documents administratifs… Une partie d’entre eux proviennent des archives du stratège du nome panopolite, dont des parcelles de cadastres datées, permettant de faire remonter cette partie de la documentation grecque au moins à la fin du 2è siècle de notre ère.

Pour aller plus loin

Retrouvez ce document ainsi qu’une sélection de manuscrits chrétiens issus des collections orientales de la Bibliothèque dans l’émission Chrétiens Orientaux diffusée le dimanche 30 août 2020 à 9h30 sur France 2, disponible en replay jusqu’au 23 septembre, « Le trésor des manuscrits orientaux de la BNF (Bibliothèque Nationale de France) : Manuscrits Arméniens, Coptes, Ethiopiens et Syriaques » par Thomas Wallut et Guillaume Juhérian, avec la participation d’Anne Boud’hors (CNRS-IRHT), Françoise Briquel-Chatonnet (CNRS), Vanessa Desclaux (BNF), Laurent Héricher (BNF), Ioanna Rapti (EPHE, PSL), Anaïs Wion (CNRS) et François Pacha Miran (auteur de Le décor de la Bible Syriaque de Paris, Ed Geuthner).

  1. voir l’image du mois consacrée au Supplément Grec 1120, le plus ancien codex conservé avec sa reliure. []
  2. J. Gascou, « Les codices documentaires égyptiens », Les débuts du codex, Bibliologia 9, Turnhout, 1989, p. 82. []
  3. U. Bouriant, Rapport au Ministre de l’Instruction Publique sur une mission dans la Haute-Égypte (1884–1885), MMAF 1/3, Paris 1887, disponible en ligne sur le site de la MOM []
  4. G. Steindorff, Die Apokalypse des Elias, eine unbekannte Apokalypse und Bruchstücke der Sophonias-Apokalypse, Leipzig, 1899, n.5, disponible en ligne sur archive.org. []
  5. U. Bouriant, Les papyrus d’Akhmim, MMAF 1, Paris 1889, disponible en ligne sur le site de la MOM. []
  6. « Les papyrus grecs d’Achmîm à la Bibliothèque nationale de Paris », BIFAO 31, 1931, p. 33-111 disponible en ligne sur le site de l’IFAO. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.