Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 2/2: gants, socles et vitrines

Déballage, constats d’état, soclage, disposition et sécurisation… la première quinzaine du mois de juillet a été marquée au musée d’Histoire de Marseille par l’installation de l’exposition « Terre ! ». La scénographie tout en sobriété et en élégance conçue par Pascale Linderme (l’Agence privée) et fabriquée avec soin par l’entreprise Culbuto, qui transforme la salle d’exposition et colonise le hall du musée, est fin prête : il n’y manque que les vases…

Paris-Marseille

L’ouverture des caissons, groupés en fonction notamment de leur distribution dans le parcours de l’exposition dans des caisses collectives équipées d’amortisseurs, s’effectue progressivement, au rythme de l’établissement des constats d’état. Ouf : aucun dommage lié au transport n’est à déplorer !

D’autres convoyeurs ont fait escale à Marseille : Muriel Garsson, directrice du musée d’Archéologie méditerranéenne de Marseille, Lucien-François Gantès et Stéphane Abellon, archéologues, accueillis par Xavier Corré et Dominique Saiani.

Venu avec sa « récolte » d’ombellifères méditerranéennes glanée sur les sites du Jardin botanique de Paris dont il est le conservateur, Régis Crisnaire a quant à lui supervisé l’installation des planches de l’herbier Thiébaut (Jardin des Sciences de Dijon) et monté son originale « chimère » de silphion, une évocation par citation d’espèces voisines du précieux végétal que représenterait la coupe d’Arcésilas

Un duo à la fabrication des socles

Monnaies, coupes, pièces instables, livres précieux : pas moins d’une soixantaine d’œuvres nécessitent la fabrication d’un montage sur mesures. Marie-Laure Duteil et Christophe Olivi (l’atelier Duo) s’en sont chargés avec autant de célérité que d’adresse. Quatre coupes fragmentaires ont en particulier représenté un véritable défi !

Après l’évaluation des hauteurs de présentation, le contrôle de la distance relative des objets et l’ajustement de l’orientation des pièces avec le concours de l’entreprise LP Art, on traque les poussières, parfois imaginaires.

La médiation écrite : un abondant appareil… à adapter !

N’oublions pas la pose des cartels, avant la fermeture des vitrines… car ils prennent place au plus près de l’œuvre qu’ils concernent, sous des cloches le plus souvent individuelles.

Pour les plus jeunes (et les plus curieux !) un lutrin illustré décrypte les iconographies majeures. Les amateurs reconnaîtront les planches (retravaillées par les soins d’Anne Habermacher et Eric Dernoncourt) de célèbres recueils gravés parus au XIXe siècle… Ils remplacent avantageusement les vidéos annotées des vases en rotation que l’on avait imaginées initialement.

Clin d’œil aux supports de l’écriture en Grèce ancienne, des « ostraca » divertissent les enfants d’une information amusante…

…tandis que des « diptyques » revisités (leur charnière originelle s’est astucieusement muée en pivot pour dissimuler la réponse à la question qui timbre la « tablette » supérieure) attirent leur attention sur des détails riches de sens. Pour satisfaire aux règles sanitaires en vigueur, leurs trois disques superposables sont désormais fixes et présentés « en éclaté ».

Bibliothèque oblige : un salon de lecture familial dont la bibliographie a été confiée au Centre National de la littérature pour la Jeunesse et à Joffrey Nogrette (stagiaire) devait ouvrir l’exposition. Les mesures de lutte contre la diffusion de l’épidémie de Covid-19 imposent bien entendu d’en différer l’installation.

© L’Agence privée

Voyage dans les trois espaces de l’exposition

Voici les vases installés, les capots scellés et l’éclairage finalisé par Jean-François Salieri secondé par Jean-Claude Rosa et son équipe : explorons enfin l’exposition magnifiquement mise en scène par Pascale Linderme !

Marseille antique, Marseille antiquaire

Si des cargaisons de vases antiques sont importées à Massalia dans l’Antiquité, la céramique grecque n’est pas oubliée des antiquaires provençaux puis des édiles marseillais pour occuper aujourd’hui une part notable du patrimoine municipal.

Quoique les vases soient représentés dans le Cabinet du roi, les enrichissements successifs du Cabinet des médailles – au XIXe siècle tout particulièrement – lui valent de se classer aujourd’hui au second rang des collections nationales !

Évasion dans les vases

Manipulés au banquet, ces vases attiques historiés soutiennent l’évasion métaphorique des banqueteurs au gré d’une mer « vineuse », une image que les peintres se sont appropriée avec bonheur…

Escales mythiques

Le vase est enfin pour les Modernes le support évident de l’imagerie du voyage mythologique. Sillonnez les îlots thématiques consacrés aux Argonautes, à Thésée, Ulysse ou Héraclès et découvrez à chacune de vos escales une « surprise » témoignant de l’intérêt historique, documentaire, culturel ou artistique de la céramique grecque.

Si la coupe d’Arcésilas, au cœur de cette salle, vous convie à un véritable voyage en Méditerranée, votre exploration, débutée à Marseille, s’y achève également, son mythe de fondation s’articulant autour… d’une coupe.

Bon voyage !

Un grand merci à : Aïssa, Ann, Bruno, Célia, David, Dominique, Geoffroy, Jordan, Pascale, Tina, Vincent, Xavier et les autres…

Louise Detrez

Pour aller plus loin

Citer ce billet : ldetrez, "Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 2/2: gants, socles et vitrines", in L’Antiquité à la BnF, 21/08/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/11765, [consulté le 23/10/2020].

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.