Deux lingots d’or romains découverts à Crasna (Roumanie) en 1887

En amont de la frappe monétaire il existe une série d’étapes, tant techniques qu’administratives, sans lesquelles les espèces ne pourraient pas être produites. L’un de ces moments est l’affinage du métal, pour mettre ce dernier en conformité avec les normes exigées par l’autorité émettrice. Ce sont des témoins, fort rares, de cette phase pourtant essentielle antérieure à la production des monnaies que nous souhaitons évoquer ici, en l’occurrence des lingots estampés en or raffiné, qui constitue la matière première tant pour la fabrication monétaire que pour l’orfèvrerie officielle. Ceux-ci constituent un type de documentation exceptionnel, d’une haute valeur informative.

Découvert en 1887 à Crasna, en Transylvanie, les deux lingots conservés à la BnF appartiennent à un ensemble de barres d’or (vingt-trois morceaux issus de quinze lingots brisés et quatre intacts1) d’une masse totale d’environ 6,5 kg d’or (soit 20 livres romaines). Ces objets sont liés à l’atelier impérial balkanique de Sirmium (aujourd’hui Stremska Mitrovica en Serbie), très probablement datés des années 379-380 apr. J.-C., selon les indications qu’ils comportent.

Lingot découvert à Crasna en 1887. Or estampé, 472 g, 19,3 cm. BnF, MMA, Inv. 56.343 = reg. L.3451 (Achat à Félix Feuardent en 1893). Face lisse.

En effet, ces lingots en forme de réglettes portent chacun plusieurs estampilles nous fournissant des informations précieuses pour comprendre leur nature et leur destination. Ils sont en premier lieu liés aux réformes mises en œuvre entre 365 et 368 apr. J.-C. par les empereurs Valentinien (364-375) et Valens (364-378) afin d’affiner les métaux précieux (or et argent) utilisés pour frapper le numéraire officiel et fabriquer les objets relevant de la toreutique impériale.

L’or devait être hautement purifié (980 millièmes) pour être employé dans la production monétaire. Les estampilles portant des noms qui apparaissent sur les lingots sont des marques probatoires apposées par des personnages occupant des fonctions officielles afin de garantir la qualité du métal.

L’une d’elles indique : Lucianus obr(iza) i(usta) signavit, « Lucianus a estampillé [cet or] purifié comme requis », le terme obryzum signifiant un métal qui a été testé, éprouvé au creuset.

La seconde : F(lavius) Flavianus pro(bavit ou bator), sign(avit) ad digma, « Flavius Flavianus a testé et estampillé [à partir d’un échantillon]. »

Lingot découvert à Crasna en 1887. Or estampé, 472 g, 19,3 cm. BnF, MMA, Inv. 56.343 = reg. L.3451 (Achat à Félix Feuardent en 1893). Détail.

Un autre poinçon représente une femme assise à gauche sur un trône : sur sa tête une couronne tourelée ; dans sa main droite, une palme ; dans la gauche, une corne d’abondance (ci-dessous, à gauche) : à l’exergue, l’inscription SIRM(ium). Ce personnage est une tyché (ou Fortuna), incarnation humanisée de la divinité tutélaire attachée à la prospérité d’une cité, ici la ville de Sirmium.

Lingot découvert à Crasna en 1887. Or estampé, 372 g, L.17 cm. BnF, MMA, Inv. 56.342 = reg. L.3450 (Achat à Félix Feuardent en 1893). Détails.

Un dernier poinçon porte trois bustes coiffés de diadèmes et vus de face, avec la mention DDD NNN (Dominorum nostrorum : « [or] de nos empereurs [littéralement Nos Seigneurs]) » (ci-dessus, à droite). Le triplement des lettres correspond à l’existence d’un collège impérial composé de trois souverains régnants qui sont figurés par leurs effigies. La figuration d’un buste plus petit signale la présence, parmi eux, d’un empereur d’âge encore infantile.

Les estampilles portent en outre de petits signes : palme, étoile, chrisme (monogramme du Christ), qui sont également visibles sur les monnaies de Sirmium et dont on peut penser qu’ils sont ici les marques personnelles (« différents monétaires ») des responsables de l’atelier dont font partie les personnages cités plus haut.

La conjonction du lieu (Sirmium) et d’un collège de trois empereurs – dont un enfant – permet de préciser la date de fabrication des lingots. En effet, l’or n’était à cette époque monnayé dans un atelier impérial hors d’une grande capitale (Rome, Constantinople) qu’en présence d’un ou plusieurs empereurs. Or, l’examen des séjours impériaux à Sirmium permet de restreindre aux années 379-380, alors que régnaient conjointement Gratien (né en 359, empereur depuis 367), son jeune frère Valentinien II (né en 371, associé au pouvoir en 375) et Théodose (né en 347 et élevé par Gratien à la pourpre impériale en janvier 379).

Théodose le Jeune, fraîchement nommé empereur après le désastre de la bataille d’Andrinople (9 août 378) qui vit la mort de l’empereur Valens et la destruction d’une grande partie de son armée, mena en 379-380 des campagnes militaires contre les Goths dans les Balkans. En 380, il rencontra Gratien précisément à Sirmium. C’est donc à cette période que furent, selon toute vraisemblance, confectionnés ces lingots destinés aux monnayeurs et aux orfèvres de l’atelier impérial.

Deux lingots découverts à Crasna en 1887. Or estampé, 372 g et 472 g, L.17 cm et 19,3 cm. BnF, MMA, Inv. 56.342 et 343 = reg. L.3450-3451 (Achat à Félix Feuardent en 1893).

Leur masse enfin est à considérer. De même que l’ensemble auxquelles ils appartenaient avait un poids significatif, de même est-on en droit de penser que ces deux barres de métal fin ont été ajustées. L’une pèse 472 g, soit un peu moins d’une livre et demie (la livre romaine faisant presque 325 g), l’autre, celle portant les bustes, 372 g. Ces poids ne tombent pas juste pour un compte en livre. Toutefois, en divisant la masse de chacune des barres par le poids unitaire d’un solidus (la monnaie d’or créée par Constantin I en 310 et frappée très massivement à partir de 364), soit 4,54 g, on constate que la plus lourde correspond précisément à 104 solidi et la plus légère à 82 solidi.

Dominique HOLLARD

  1. D’autres lingots similaires ont été également trouvés dans la même région, voir : F. Baratte, « Lingots d’or et d’argent en rapport avec l’atelier de Sirmium » dans Sirmium VIII. Etudes de numismatique danubienne. Trésors, lingots, imitations, monnaies de fouilles. IVe au XIIe siècle, 1978, p. 105 et suivantes. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.