Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 1 : de l’atelier à l’écrin

Le 15 juillet, notre exposition « Terre ! Escales mythiques en Méditerranée » ouvrira ses portes au musée d’Histoire de Marseille. Depuis la levée du confinement, l’on s’active pour en assurer le succès, à la Bibliothèque nationale de France (sites François Mitterrand et Richelieu) comme au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF). Dans ce billet nous vous présentons quels soins ont reçu ces dernières semaines les 91 œuvres des collections de la BnF à être du voyage !

Sommaire

  • La restauration des œuvres

– Au centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF)

– Au sein de la BnF

  • Avant l’escale, le voyage : la mise en caisse des œuvres

La restauration des œuvres

Recollés, complétés, repeints, voire consolidés à nouveau… : nombreux sont les vases des collections nationales dont le caractère fragmentaire voire lacunaire a jadis justifié l’intervention de restaurateurs. Si une altération latente, la dégradation des matériaux de restauration ou une retouche abusive peuvent justifier une nouvelle intervention, une vaste gamme de traitements de conservation-restauration s’offre à l’appréciation du restaurateur et du conservateur. Ainsi, compte non tenu des nettoyages, une quinzaine de vases présentés à Marseille ont-ils bénéficié d’une restauration fondamentale, et une douzaine d’une intervention plus modérée. Autant d’actes qui ont enrichi notre connaissance des objets, et parfois modifié considérablement leur apparence. Les interventions menées à leur terme à la levée du confinement en témoignent.

Au Centre de recherche et de restauration des musées de France

Une campagne de restauration d’ampleur, lancée en 2018, se poursuit sur un échantillon significatif de la collection de fragments de vases attiques à figures rouges de la fin de l’archaïsme de la BnF. Julie Abbou (chef des travaux d’art, restaurateur céramique et verre) et Clara Bernard (conservateur du patrimoine, filière archéologie, succédant à Martin Szewczyk) ont tout mis en œuvre pour achever le traitement des quatre pièces suivantes.

© Clara Bernard/C2RMF.

Coupe attribuée au Peintre de la Fonderie (vers 490-480 av. J.-C.)1

Après dérestauration, le groupe de fragments jointifs De Ridder.593+ a reçu un nouveau collage, un comblement de soutien à niveau épousant le contour interne du médaillon et une retouche mouchetée dégradée sans reprise des lignes du dessin. Retrouvez Julie Abbou réalisant la réintégration colorée dans ce portrait filmé qui lui est consacré (vers 08:27).

© S. Oboukhoff/CNRS-BnF.

       © J. Abbou/C2RMF.

Deux coupes attribuées au Peintre de Brygos (vers 490-480 av. J.-C.)2

En immobilisant les fragments constitutifs des coupes lacunaires De Ridder.583+ et 585+, une coque de plâtre interdisait l’accès aux tranches, figeant un état des connaissances et compromettant le test de nouveaux joints. L’extraction mécanique des tessons a été

Radiographie. © E.Lambert/BnF

rendue particulièrement délicate par la découverte de goujons métalliques insérés dans les tranches pour renforcer la liaison entre tessons et comblement : des radiographies les mettent en évidence. Particulièrement instructive, la dérestauration a permis à la restauratrice de mettre en doute le caractère jointif de deux fragments réunis, et de retrouver une fraction du décor sous un débordement de plâtre. Retrouvez ces deux coupes en cours de traitement lors de leur présentation aux Journées du patrimoine 2018 sur le compte twitter de la BnF.

                       De Ridder.583                                           De Ridder.585

      © S. Oboukhoff/CNRS-BnF et © J.Abbou/C2RMF.

Coupe à yeux attribuée au Peintre de Thalie, signée par Chelis potier (vers 520 av. J.-C.)3

La défaillance du collage de la coupe De Ridder.335 et le manque de subtilité de sa réintégration colorée suggéraient d’en entreprendre la restauration fondamentale. Une opération que le nombre considérable des fragments constitutifs a rendue particulièrement ardue. Par le passé, pour atténuer l’imperfection de son collage, un restaurateur avait violemment abrasé les zones de joint dans la vasque : le choix d’une réintégration au tratteggio a permis à la restauratrice d’en atténuer la visibilité, tout en prolongeant l’animation chromatique du vernis noir. Les motifs sont quant à eux complétés sous la forme de plages mouchetées, partout où la prudence le permettait.

                               Avant                                                               Après

© S. Oboukhoff/CNRS-BnF.                                                    © J. Abbou/C2RMF

Dans les ateliers du site François Mitterrand

Canthare attribué au Peintre de Penthésilée (vers 460 av. J.-C.)4

Sur le site de Tolbiac, Véronique Tréluyer a mis la dernière main à la restauration fondamentale d’un canthare attribué au Peintre de Penthésilée (De Ridder.849). Son principal complément moderne, qui prolongeait sans grande vraisemblance le décor antique, est déposé et conservé au titre de document sur l’histoire matérielle de l’objet.

© V. Tréluyer.

Nettoyée et démontée, la pièce a ensuite bénéficié d’un collage plus ajusté (les anses en particulier, sans doute à la suite d’un accident, avaient été recollées sans grand soin) et d’une retouche conforme à la déontologie actuellement en vigueur (un aplat moucheté évocateur du ton de la pâte céramique).

© V. Tréluyer.

Coupe attribuée au Peintre de la Gigantomachie de Paris (vers 480-470 av. J.-C.)5

Un accident survenu postérieurement à la restauration de la coupe éponyme du Peintre de la Gigantomachie de Paris (De Ridder.573) avait donné lieu à un nouveau collage affligé de ressauts et à une retouche désaccordée affectant les figures du décor externe.

© M.-C. Nollinger.

La restauratrice Marie-Christine Nollinger devait dès lors concilier deux exigences : d’une part celle de respecter la restauration ancienne de cette coupe, d’un grand raffinement (témoins, à l’intérieur de la vasque, les cernes repeints mimant les reflets verdâtres du vernis noir, qu’elle a notés) ; d’autre part, celle de remédier au collage imparfait du fragment accidenté et de réaccorder le chromatisme de la retouche.

Un démontage limité à la zone structurellement préoccupante et une mise au ton des lignes de fracture comblées ont ainsi satisfait cette double demande.

© M.-C. Nollinger.

Avant l’escale, le voyage : la mise en caisse des œuvres

Pour voyager en toute sécurité, les vases de terre cuite exigent mille précautions ! Chacun s’est vu fabriquer un écrin bivalve de mousse polyuréthane gainée de Tyvek sur mesures (De Ridder.219) par l’entreprise LP Art, adapté parfois à des morphologies complexes (De Ridder.1245) !

Amphore à col attribuée au Peintre de Diosphos (De Ridder.219)6. © écrin LP Art, photo L. Detrez.

Rhyton cannelé à tête de jeune cerf harnaché, attribué au Main Group (De Ridder.1245)7. © écrin LP Art, photo L. Detrez.

Au C2RMF, Jocelyn Périllat-Mercerot a quant à lui conçu et réalisé avec le plus grand soin les conditionnements des œuvres restaurées dans les ateliers de Flore, et en particulier imaginé cette contre-caisse destinée à faciliter l’extraction de la vaste coupe Coupe à yeux attribuée au peintre de Thalie (De Ridder.335, supra) hors de sa boîte de plastique. Réalisée en polypropylène cannelé, équipé d’un vantail sécurisé par des bandes velcro et muni d’anses textiles rivetées, elle garantit une mise en caisse et un déballage parfaitement sécurisés. Orchestré par Julie Rolland, Clara Bernard et Julie Abbou, l’enlèvement s’est opéré dans les meilleures conditions.

© J. Périllat-Mercerot/C2RMF.

Louise Detrez

Citer ce billet : ldetrez, "Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 1 : de l’atelier à l’écrin", in L’Antiquité à la BnF, 15/07/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/11518, [consulté le 23/10/2020].
  1. Louise Detrez (éd.), Terre ! Escales mythiques en Méditerranée. Trésors de la BnF et collections marseillaises, cat. n° 41. []
  2. Ibid., cat. n° 38 et 39. []
  3. Ibid., cat. n° 54. []
  4. Ibid., cat. n° 49. []
  5. Ibid., cat. n° 13. []
  6. Ibid., cat. n° 98. []
  7. Ibid., cat. n° 21. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.