Journées européennes de l’archéologie 19-21 juin 2020

Les 19-21 juin se sont tenues les Journées européennes de l’archéologie en version numérique via la plateforme Archeorama, dans le contexte particulier du confinement #CultureChezNous.

Reconstitutions en 3D, reportages, visites virtuelles ou événements, toutes les activités numériques vous sont proposées pour vous faire découvrir l’archéologie1

Le site permet ainsi encore aujourd’hui un tour d’horizon de ressources disponibles en ligne pour les partenaires de cette édition, les ressources pouvant émarger à plusieurs catégories:

  • offre numérique – application mobile (3 résultats)
  • offre numérique – collection numérique (44 résultats)
  • offre numérique – jeux (48 résultats)
  • offre numérique – live (15 résultats)
  • offre numérique – ressource à télécharger (21 résultats)
  • offre numérique – vidéo et podcast en ligne (190 résultats)
  • offre numérique – visite virtuelle (81 résultats)
  • offre numérique – autre (51 résultats)

Pour l’occasion, le compte Twitter de Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, @GallicaBnF, avait concocté une sélection #Archeorama #JEA2020 en 18 tweets parmi les ressources numériques de la BnF. Retour sur ces journées enrichies de tous les liens:

[Tombeau dit « delle Bighe »: dessin] / h. L [Henri Labrouste], 1829, dpt Estampes et photographie, FOL-VZ-1030 (9), cahiers de notes épigraphiques de Gaston Maspero, dpt des manuscrits, NAF 11711

Des archéologues sur Gallica

À partir des portraits de la Société de géographie numérisés et des collections de la BnF, @GallicaBnF proposait de redécouvrir trois figures de l’archéologie du 19è siècle.

Le duc de Luynes, Jane Dieulafoy et Jacques de Morgan, dpt Monnaies, médailles et antiques, inv.55.627 et Société de Géographie, SG PORTRAIT-1458, 2061

Après de premières tentatives de fouilles en Grande-Grèce, notamment à Métaponte (Italie), le duc de Luynes devient surtout un mécène et collectionneur hors pair qui fit don de ses collections d’antiques à la BnF en 1862. Au rang de ses recherches les plus connues figurent les enquêtes expérimentales sur les techniques de fabrication antiques et ses études d’iconographie des vases et des monnaies. Il finança de nombreuses publications et promut de nouvelles méthodes photographiques appliquées à l’archéologie, qu’il éprouva lors d’un voyage en Orient.

Menant des fouilles à Persépolis, Suse et Babylone, Jane Dieulafoy figure parmi les premières femmes françaises archéologues. Son journal de fouilles à Suse est numérisé sur Gallica.

L’orientaliste et inventeur de la Préhistoire en Égypte, Jacques de Morgan, dont une partie des riches collections de monnaies et d’objets, comme des coupes d’Irak inscrites en mandéen, des archives sont aujourd’hui conservées à la BnF.

Des objets issus des fouilles de Pompéi

Quelques jours avant l’ouverture de l’Exposition Pompéi au Grand Palais, et en parallèle du cycle de documentaires de ARTE disponible en replay, il est possible de s’immerger dans les ruines romaines en feuilletant le bel album de photographies colorisées daté des années 1870.

Parmi les trouvailles marquantes de la ville ensevelie sous les cendres du Vésuve, des bronzes antiques retrouvés et conservés dans un état exceptionnel. Ces derniers furent largement copiés et diffusés durant le 19è siècle. La BnF conserve également une statuette grecque d’une vache modifiée pour en faire une fontaine, l’eau jaillissait de son museau.

Un vase à garum donne l’occasion de redécouvrir cet ingrédient favori de la cuisine antique illustré dans un article sur Gallica. Produit en usine, des fouilles en Tunisie (article Openedition) ou à Plomarc’h Pella en Bretagne (Inrap) permettent de revenir sur sa fabrication.

De facture modeste, une tasse romaine donnée par Hortense Cornu en 1872, reflète un quotidien antique retrouvé souvent associé à Pompéi et aux fouilles archéologiques. Les séries documentaires de l’Inrap « Pompéi, sur les traces des Romains » et « Sur nos traces » mettent en scène les découvertes pour rendre compte de ce qu’il est possible ou non de reconstituer.

Des programmes de recherche autour des collections

Trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon

Les recueils de Jean-Baptiste Muret, dessinateur du Cabinet des Médailles de 1830 à 1866, sont au cœur du projet Digital Muret mené par l’INHA et la BnF : il s’agit d’un projet collaboratif où chacun peut aider à identifier les artefacts et leur localisation actuelle.

Ce projet bénéficie notamment d’un précédent, l’enquête et l’identification des objets du Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines du Comte de Caylus (1692-1765), publié entre 1752 et 1767. L’édition numérique et commentée de la publication est le résultat d’une collaboration entre l’INHA, la BnF et le laboratoire ANHIMA.

Trésor de Berthouville, trésor monétaire : le terme « trésor » qui désigne un ensemble d’objets volontairement rassemblé avant d’être enfoui constitue la ligne éditoriale de la série Trésors monétaires. Le projet évolue pour devenir le programme de recherche Trouvailles monétaires.

Enseigner, montrer, publier et conserver

Fouilles préhistoriques dans les Pyrénées-Atlantiques par H. Barthety, Archives et bibliothèques Pau Béarn Pyrénées, Ms65 sur Gallica

Héritier des collections royales, le Cabinet des médailles, aujourd’hui département des Monnaies, médailles et antiques a connu de profondes transformations. Refondé en 1795, le Muséum des Antiques sert le projet édifiant voulu par la Révolution française en devenant le premier musée public de collections nationales, classiques mais aussi orientales et égyptologiques. Il fut aussi le lieu des premiers cours publics d’archéologie, autour de la personne d’Aubin-Louis Millin.

Les collections archéologiques de la BnF sont engagées et sollicitées dans plusieurs projets d’exposition pour cette année 2020. L’exposition Wisigoths, Rois de Toulouse au musée Saint-Raymond, musée d’Archéologie de Toulouse permet entre autres d’admirer une reproduction de l’anneau sigillaire du roi franc Childéric, volé en 1831. L’original fut trouvé en 1653 par un maçon à Tournai parmi les objets composant le trésor de la tombe du père de Clovis.
L’exposition Terre! Escales en Méditerranée ouvre le 15 juillet au musée d’histoire de Marseille. Elle donne lieu à des prêts, nombreux et exceptionnels, pour un tour de Méditerranée où les vases grecs nous conduisent d’un papyrus égyptien à des monnaies de Cyrénaïque.

Une opération de numérisation ciblée en 2018-2019 continue d’enrichir la bibliothèque numérique Gallica avec les premières publications françaises consacrées à la Préhistoire. L‘archéologie préhistorique par J. de Baye (1880), La France préhistorique d’après les sépultures et les monuments par Émile Cartailhac (1889) sont notamment disponibles en ligne. Cette discipline récente, née au 19è siècle avec des figures fondatrices comme Jacques Boucher de Perthes, est en effet bien représentée dans les fonds de la BnF et dans ses sélections de libre-accès en salle J et L.

C’est enfin grâce aux projets de coopération que les collections numériques sur Gallica s’enrichissent des documents inédits et d’archives archéologiques, comme les registres de fouilles de Médamoud de l’IFAO (Le Caire), les plans et dessins de Carl von Haller von Hallerstein de la BNUS (Strasbourg), les plaques de verre de l’EBAF (Jérusalem) ou encore le manuscrit des fouilles préhistoriques dans les Pyrénées-Atlantiques par Hilarion Barthety de la Bibliothèque Pireneas (Pau).

De nombreux partenaires ont choisi la bibliothèque pour mettre en ligne un patrimoine désormais disponible à tous.

 
Et beaucoup d’autres découvertes encore en creusant dans les collections et dans Gallica! Partagez-les en rejoignant la communauté des Gallicanautes, en les diffusant sur les réseaux sociaux, dans les commentaires de ce carnet de recherche ou en participant aux programmes collaboratifs.
 
Pour aller plus loin
« Ressources en ligne sur l’Antiquité #confinement Printemps 2020« , in L’Antiquité à la BnF, 08/04/2020.
 
Citer ce billet : Antiquité BnF, "Journées européennes de l’archéologie 19-21 juin 2020", in L’Antiquité à la BnF, 29/06/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/11448, [consulté le 24/09/2020].

  1. extrait du site https://journees-archeologie.fr/. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.