Alabastres royaux d’époque achéménide

Suite à la domination de l’Égypte par les Achéménides aux 6e-4e siècles av. J.-C. (sous la 27e dynastie perse, puis pendant la 31e dans la chronologie pharaonique), une forme de vase de prototype égyptien devient particulièrement prisée à travers l’Empire perse s’étendant de l’Indus à la mer Égée et la première cataracte du Nil (Fig. 1). Désigné sous l’appellation « alabastre »1 et bien répandu en Égypte et au Proche-Orient aux époques pré-perses, ce type de récipient constitue l’un des symboles les plus connus du luxe de la cour achéménide. L’apanage de la Couronne, la production et la diffusion à grande échelle de ces vases égypto-perses témoignent de l’importance de l’Égypte dans la composition du pouvoir politico-économique perse.

Fig. 1 – Carte de l’Empire achéménide et la répartition des alabastres à inscription royale, (© Sépideh Qahéri, fond de carte d’après Achemenet)

Description et provenances

Dépassant rarement les 40 cm de hauteur, les alabastres d’époque perse, présentent en général un profil oblongue ou piriforme muni d’un col étroit ou évasé, avec deux tenons flanquant les côtés de la panse. Ces vases sont majoritairement taillés dans différentes variétés d’« albâtre » égyptien (albâtre-calcite)2 et il est reconnu qu’ils ont été fabriqués dans des ateliers royaux en Égypte pour être transférés à la cour centrale perse. Toutefois, en l’absence d’analyses minéralogiques et étant donné la difficulté de la localisation des carrières et des traces d’ateliers de manufacture, la détermination de l’origine exacte des roches employées reste problématique. De même, faute d’indices probants et en dépit d’études techniques sur le matériel, notre connaissance des modes de production ou des artisans impliqués dans la sculpture de ces récipients reste limitée. L’utilisation du calcaire et de pierres dures ou plus rarement de matières vitreuses est également attestée pour la fabrication de ce type de vaisselle royale à l’époque achéménide.

Ces vases d’apparat sont en général marqués par le nom du souverain régnant et les règnes concernés se rapportent à Darius Ier (- 522-486), à Xerxès Ier (- 486-466) et au roi Artaxerxès (Ier – 466-424, et peut-être aussi II ou III)3. Les titulatures y sont gravées suivant un ordonnancement uniformisé et il est communément admis que sous Darius Ier les noms royaux étaient inscrits en égyptien, puis, à partir du règne de Xerxès Ier, en quadrilingue (trois langues officielles de l’Empire : vieux-perse, élamite et babylonien, suivies de l’égyptien) (voir ci-dessous Inscriptions). Ce marquage multilingue des titulatures sur les alabastres, mais aussi sur d’autres catégories de la vaisselle de cour achéménide, peut être considéré comme une forme d’affirmation du pouvoir royal sur l’ensemble de l’Empire perse.

Fig. 2 – Alabastre inscrit au nom du roi Xerxès Ier
BnF, dpt des Monnaies, médailles et antiques, inv. 65.4695

 

 

 

 

 

 

 

 

La majorité des alabastres royaux d’époque perse ont été découverts dans des zones extérieures à l’Égypte. Seuls de rares exemplaires sont dits « d’origine égyptienne » sans que l’on puisse pour autant préciser leur provenance archéologique exacte. L’alabastre du Département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France (BnF) (inv.65.4695) fait partie de ce groupe (Fig. 2). Ce vase, qui par son parfait état de conservation est l’un des plus beaux spécimens connus, aurait été trouvé en Égypte d’après la description du compte de Caylus au 18e siècle.

Les plus importants ensembles proviennent des sites du centre de l’Empire perse et plus particulièrement de la résidence achéménide de Suse au sud-ouest de l’actuel Iran. De nombreux débris de vases en albâtre ont été mis au jour tout au long des diverses phases d’exploration archéologique de cette cité. L’état fragmentaire des pièces est sans doute dû au pillage du site après la conquête d’Alexandre et l’effondrement du pouvoir perse.

Dès les premières fouilles menées à Suse notamment par l’explorateur britannique William Kennett Loftus entre 1851 et 1852, la haute colline de l’« Acropole » située au sud-ouest du palais de Darius Ier, a livré un nombre considérable de ces objets. Dans sa description de 1857, Loftus précisa que la quantité des pièces repérées était tellement importante que rien qu’un petit groupe d’entre elles pouvait remplir facilement une brouette4:

Decidedly the most interesting objects obtained at this locality (i.e. Acropole) were a collection of broken alabaster vases, some of which must have been of large dimensions. A pile of these, sufficient to have filled a wheelbarrow, were gathered together, and I spent several hours in examining them separately

Une petite sélection de ces fragments découverts par Loftus se trouve actuellement au British Museum. À partir de 1884 et jusqu’en 1979, les fouilles effectuées par les missions françaises à Suse ont permis la découverte de nombreux autres débris répartis sur différents secteurs du site et plus particulièrement sur la colline de l’« Acropole » (Fig. 3).

Fig. 3 – Exemples de fragments d’alabastres royaux d’époque perse provenant des fouilles de Jacques de Morgan (1897-1912) à Suse (dessins J. de Morgan, MDP 1, 1900, fig. 314 ; MDP 8, 1905, fig. 69)

Cette concentration d’alabastres ainsi que la découverte d’autres fragments de vaisselle royale et d’objets de valeur dans cette zone, pourraient témoigner de l’emplacement des magasins royaux sur l’« Acropole ». De ce fait, la conservation et la gestion des alabastres royaux devaient relever du département des trésors de la résidence. Ce rapprochement est d’autant plus probable qu’à Persépolis, presque la totalité de la vaisselle royale, dont les productions en albâtre, proviennent du bâtiment de la Trésorerie.

Ainsi, les alabastres de Suse, aujourd’hui conservés, pour une grande partie, dans des collections iraniennes et également au musée du Louvre, représentent le groupe le plus important, à la fois en termes de nombre et d’informations, pour l’étude de ce type de vaisselle à l’époque perse5.

La découverte d’alabastres égypto-perses est également attribuée à d’autres centres royaux ou satrapiques achéménides en Babylonie et en Syrie. Différentes régions de l’Empire perse, en Mésopotamie (Uruk, Séleucie du Tigre), Asie centrale (Orsk) et Asie mineure (Halicarnasse) ont également fourni des récipients semblables (Fig. 1)6. Contrairement au premier groupe, ces derniers relèvent de contextes cultuel ou funéraire non-royaux. Outre les pièces issues de fouilles, on connaît également un petit nombre de ces vases repérés dans le marché de l’art et dont la provenance demeure inconnue.

Inscriptions

Partiellement étudiés, en particulier par Georges Posener en 1936 dans son recueil La Première domination perse en Égypte, deux grands types d’inscriptions peuvent être distingués pour les alabastres royaux d’époque achéménide7:

Fig. 4 – Étiquette égyptienne type A-1 au nom du roi Darius Ier sur le vase en albâtre du Louvre, Sb 515 (dessin J. de Morgan, MDP 7, 1905, fig. 47)

 

Type « A » Dans ce type, attesté uniquement pour les deux règnes de Darius Ier et de Xerxès Ier, la titulature égyptienne apparaît dans une formule développée suivie de l’indication de l’an du règne. Les années mentionnées correspondent à la fin du règne de Darius Ier (ans 31, 33, 34 et 36) et au début de celui de Xerxès Ier (ans 2 et 5). L’alabastre complet de la fondation Gandur daté de l’an 33 du règne de Darius est un des exemples caractéristiques de ce groupe.

Sous ce type A et suivant les modèles pharaoniques, le nom du souverain est entouré d’un cartouche, et, l’inscription hiéroglyphique, en principe orientée de droite à gauche, est disposée en colonne. La colonne du texte est toujours enfermée dans un cadre surmonté du signe de ciel (Fig. 4).

 

  • Type A-1 (Darius Ier et Xerxès Ier)
Fig. 5 – Alabastre de Paris, Louvre Sb 561, avec la titulature multilingue type A-2 de Xerxès Ier (© dessin Cécile Verdellet, Achemenet/Louvre DAO)

Titre égyptien :

« Roi de Haute et de Basse Égypte, Maître des Deux Terres, (Darius/Xerxès)|, vivant éternellement + année du règne »

De rares exemples montrent que sous Xerxès Ier, la titulature égyptienne, agencée aussi bien en colonne qu’en bande horizontale8, pouvait être complétée par le titre perse du roi en trilingue (Fig. 5).

  • Type A-2 (Xerxès Ier)

Titre perse trilingue vieux-perse, élamite et babylonien :

« Xerxès, Grand Roi »

Titre égyptien :

« Roi de Haute et de Basse Égypte, Maître des Deux Terres, (Xerxès)|, vivant éternellement + année du règne »

Cette composition multilingue se rencontre sur au moins un vase en albâtre daté du règne de Darius Ier (Jérusalem, BLMJ 1979) où l’étiquette égyptienne est accompagnée du titre cunéiforme. Cependant dans ce cas, les deux inscriptions sont séparées. Le titre égyptien apparaît seul sur un côté de la panse, alors que le titre perse trilingue occupe le côté opposé. Cette disposition différente et non groupée des titulatures, incite à penser que l’inscription cunéiforme puisse être ici un ajout postérieur9.

Type « B » – Ce type, le plus fréquent, est connu pour les règnes de Xerxès Ier et d’Artaxerxès, avec un nombre beaucoup plus important des exemplaires inscrits au nom de Xerxès Ier. Dans ce type, la titulature est toujours quadrilingue avec une formulation courte et sans mention de l’année du règne. À la différence du type A, l’inscription hiéroglyphique dans cette formule ne renvoie pas à une titulature égyptienne traditionnelle mais plutôt à la traduction du titre perse des rois achéménides (Grand Roi). Cette évolution des titres royaux, de monolingue à multilingue, sous une forme égyptienne puis perse, est parfois interprétée comme une conséquence des changements politiques survenus en Égypte à partir du règne de Xerxès Ier10.

Fig. 6 – Titulature type B-1 de Xerxès Ier sur l’alabastre du British Museum, ANE 132114, provenant du mausolée d’Halicarnasse (dessin A. Searight et alii, Assyrian Stone Vessels, 2008, no 269)

Les inscriptions gravées se trouvent en principe sur le haut de la panse, au milieu de l’espace situé entre les deux tenons. Dans les modèles du type B aussi, le nom royal est inscrit dans un cartouche et les signes hiéroglyphiques, orientés de droite à gauche, sont généralement disposés en colonne. La colonne du titre peut être entourée ou non d’un rectangle surmonté du signe de ciel. Les trois versions cunéiformes de la titulature se placent habituellement en tête au-dessus du texte hiéroglyphique. Encadrées ou non, celles-ci sont très souvent agencées sur trois lignes superposées, avec ou sans ligne de séparation (Fig. 6).

  • Type B-1 (Xerxès Ier et Artaxerxès)

Titre perse trilingue vieux-perse, élamite et babylonien :

« Xerxès, Grand Roi »

Titre (traduit en) égyptien :

« (Xerxès/Artaxerxès)|, Grand Roi/Pharaon »

Fig. 7 – Titulature multilingue type B-1 de Xerxès Ier sur l’alabastre du Cabinet des Médailles et Antiques de la BnF (inv.65.4695) ; inscription reproduite dans Georges Legrain, Inventaire III, fol. 824, Rés. Ms. 47007 PAR BN Fo, 1894-1896, photographie de travail V. Desclaux

Occasionnellement on rencontre une discordance entre les titulatures égyptienne et perse11 ou des anomalies dans l’écriture des signes cunéiformes et aussi dans la disposition des titulatures du type B. Par exemple, l’inscription cunéiforme peut être placée non pas sur trois lignes mais sur une seule bande horizontale avec un débordement anormal. Ce mode d’agencement quelque peu inhabituel peut être clairement observé dans le texte de l’alabastre du Département des Monnaies, médailles et antiques (inv.65.4695). Sur ce récipient, en conformité dans sa forme avec les alabastres du type B de Xerxès Ier, les trois versions cunéiformes de la titulature s’étalent sur une ligne continue sans séparation, mais la fin de la troisième version (babylonien) en excès est reportée sur une ligne inférieure, comme si l’espace nécessaire pour la gravure de l’ensemble des signes avait été mal calculé à l’origine (Fig. 7).

Fig. 8 – Inscription type B-2 au nom d’Artaxerxès sur le fragment du musée de Téhéran, MNI inv. 165/2165 (© dessin Maria Daghmechi, MNI)

Sous le type B des inscriptions, il existe également une forme plus abrégée du titre royal qui n’est attestée qu’au nom d’Artaxerxès (Fig. 8).

  • Type B-2 (Artaxerxès)

Titre perse trilingue vieux-perse, élamite et babylonien :

« Artaxerxès, Roi »

Titre (traduit en) égyptien :

« (Artaxerxès)|, Roi/Pharaon »

Les différences apparentes dans la qualité et le rendu des signes dans bien des cas laissent penser que l’exécution des inscriptions ne relevaient pas toujours d’une seule main. On peut suggérer qu’au moins deux groupes de sculpteurs pouvaient intervenir distinctement pour la gravure des signes d’une part hiéroglyphiques et d’autre part cunéiformes.

Fig. 9 – Traces du pigment noir visibles à l’intérieur des signes gravés sur l’alabastre d’un roi Artaxerxès au Musée Reza Abbasi à Téhéran, inv. 53 (© Cl. Neda Tehrani, Musée Reza-Abbasi)

Enfin, les résidus d’un pigment coloré (en général noir) à l’intérieur des signes gravés sur certains alabastres d’époque perse montrent que les inscriptions étaient à l’origine peintes (Fig. 9). Les traces d’autres substances colorées constatées parfois sur la surface extérieure de ces récipients ou par-dessus des vignettes hiéroglyphiques semblent être liées à des usages postérieurs ou des manipulations modernes. 

Fonctions  

Fig. 10 – Relief du palais de Darius Ier à Persépolis montrant un serviteur royal tenant un alabastre
(d’après E.F. Schmidt, OIP 68, 1953, pl. 149)

Conformément à leurs fonctions aux époques antérieures, les alabastres achéménides, en particulier ceux de petite et moyenne tailles, étaient destinés à contenir des substances huileuses et aromatiques précieuses. Certains modèles devaient en outre faire partie intégrante de la vie palatine achéménide, comme en témoignent les reliefs des palais de Persépolis (Fig. 10)12. Les récipients de plus grande taille et ceux portant les indications de l’année du règne des souverains achéménides (ci‑dessus type A) ou mentionnant la contenance en mesures égyptienne ou perse inscrite en hiéroglyphique ou démotique13, servaient vraisemblablement pour l’envoi régulier, vers la Perse, de ces matières de valeur mais aussi d’autres produits égyptiens dont la nature restent indéterminée14.

En raison de leur matériau recherché, de leur facture soignée et de leurs contenus précieux, les alabastres achéménides étaient de véritables biens de luxe. Leur étiquetage royal ainsi que leur dépôt en plein cœur de l’Empire attestent que la fabrication, l’usage et la (re)distribution de ces vases d’apparat relevaient du monopole du pouvoir en place15. D’autre part, la dispersion socio-spatiale des alabastres à travers l’Empire montre que ces récipients pouvaient être donnés par les souverains perses en guise de récompense à certains de leurs sujets favoris. Ainsi, les alabastres royaux constituaient un des moyens de rétribution sociale définis par la cour perse. En conséquence, leur concession par le souverain régnant procurait à ces objets une nouvelle valeur comme gage du prestige et de l’influence parmi les élites16. Cette utilisation des vases en albâtre en tant qu’outils d’expression du pouvoir s’inscrit également dans la continuité des pratiques pharaoniques largement connues en Égypte dès l’Ancien Empire17.

(village perse-achéménide) à Suse, Téhéran, MNI, 445/2445 (© Cl. Neda Tehrani, MNI)
Fig. 11 – Petit alabastre anépigraphe provenant d’une installation domestique

En dehors de ces récipients portant les marques de la propriété royale, un nombre relativement important d’alabastres anépigraphes en « albâtre » ou en diverses autres roches, mais aussi des modèles imités en céramique ou en métal sont attestés parmi les découvertes archéologiques des sites perses (Fig. 11). À la différence des spécimens royaux, l’acquisition et l’usage de ces vases peuvent être associés aux contextes privés et probablement dans le cadre des échanges commerciaux.

Citer ce billet : Sépideh Qahéri, "Alabastres royaux d’époque achéménide", in L’Antiquité à la BnF, 04/05/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/11185, [consulté le 23/10/2020].
  1. Pour ce type de vaisselle et son appellation (alabastre ; alabastron­, alabastra), voir G. Pierrat-Bonnefois, « L’alabastre, un vase à parfum d’origine égyptienne ? », Dossiers d’Archéologie 337, 2010, p. 34-38 ; A. Squitieri, Stone Vessels in the Near East during the Iron Age and the Persian Period (c. 1200-330 BCE) (Archaeopress Ancient Near Eastern Archaeology 2), Oxford, 2017, p. 82-83. []
  2. Sur l’albâtre-calcite (CaCO3) voir T. De Putter, C. Karlshausen, Les pierres utilisées dans la sculpture et l’architecture de l’Egypte pharaonique (Connaissance de l’Égypte ancienne 4), Bruxelles, 1992, p. 43-46. []
  3. M. Wasmuth, « Political Memory in the Achaemenid Empire: The Integration of Egyptian Kingship into Persian Royal Display », dans J. M. Silverman, C. Waerzeggers (éd.), Political Memory in and after the Persian Empire (Ancient Near East Monographs 13), Atlanta, 2015, p. 218-220. []
  4. W.K. Loftus, Travels and Researches in Chaldaea and Susiana. With an Account of Excavations at Warka, the « Erech » of Nimrod, and Shúsh, « Shushan the Palace » of Esther, Londres, 1857, p. 409. []
  5. Les exemplaires du Louvre, majoritairement inédits, sont en cours d’étude par l’auteure en collaboration avec le département des Antiquités orientales de ce musée. Pour les pièces conservées en Iran se reporter à S. Qahéri, Objets égyptiens et égyptisants d’époque achéménide conservés en Iran (Persika 20), sous-presse, no Cat. C1.1-C1.46. []
  6. J.G. Westenholz, M.W. Stolper, « A Stone Jar with Inscriptions of Darius I in Four Languages », ARTA 2002.005, p. 6-7. À cette liste on peut éventuellement ajouter un alabastre au nom d’Artaxerxès dont le lieu de provenance semble être le site d’Aï Khanoum en Bactriane : R. Schmitt, « Eine weitere Alabaster-Vase mit Artaxerxes-Inschrift », Archäologische Mitteilungen aus Iran und Turan 32, 2001, p. 191-193. []
  7. G. Posener, La Première Domination perse en Égypte. Recueil d’inscriptions hiéroglyphiques (Bibliothèque d’étude 11), Le Caire 1936, p. 137-151 ; S. Qahéri, « Fragments de vaisselle inscrite en égyptien conservés au Musée national d’Iran (Iran-e-Bastan)-Téhéran », BIFAO 112, 2012, p. 322-326 []
  8. L’agencement de la titulature égyptienne sur une ligne en-dessous de l’inscription cunéiforme n’est connue que par un seul exemple conservé au musée du Louvre (Sb 4115) : G. Posener, op. cit., 1936, p. 142, no 48. []
  9. Quoi qu’il en soit, cette inscription peut être rapprochée d’un autre fragment de vase en albâtre au Louvre (Sb 605) mentionnant la titulature de Darius Ier en cunéiforme trilingue ou encore d’un alabastre de l’ancienne collection de Georges Michaélidis portant son nom en caractères cunéiformes à l’intérieur d’un cartouche : G. Michaélidis, « Quelques objets inédits d’époque perse », Annales du Service des Antiquités de l’Égypte 43, 1943, p. 93-94, fig. 27-28. Par ailleurs, les inscriptions multilingues des stèles du Canal de Darius Ier en Égypte (comme celles de sa célèbre statue égyptienne) montrent que la combinaison de l’égyptien avec les trois langues officielles de l’Empire était déjà bien établie sous le règne de ce roi. []
  10. J. G. Westenholz, M. W. Stolper, op. cit., 2002, p. 8-10. []
  11. Cf. R. Schmitt, op. cit., 2001, p. 196, no 3 et 197-199. []
  12. E. F. Schmidt, Persepolis I. Structures, Reliefs, Inscriptions (Oriental Institute Publications 68), Chicago (Ill.), 1953, pl. 148-150 et 174. []
  13. Un fragment récemment repéré au musée de Téhéran montre que la capacité (ou le contenu) de ces récipients pouvait être indiquée aussi en araméen. Cf. S. Qahéri, K. Trehuedic, « Premier alabastron d’époque perse à inscription araméenne (MNI 218/9) », ARTA 2017.002, 10 p. []
  14. S. Qahéri, op. cit., 2012, p. 330-331 ; I. Shaw, « Inscribed Stone Vessels as Symbols of the Egypto-Achaemenid Economic Encounter », dans A. Hudecz, M. Petrik (éd.), Commerce and Economy in Ancient Egypt (British Archaeological Reports. International Series 2131), Oxford, 2010, p. 113-117. []
  15. Compte tenu également du fait que cette forme de vase n’est pas représentée sur les reliefs du palais d’Apadana (salle d’audience) à Persépolis parmi les vases rapportés en « tribut » par les délégations des pays soumis à l’Empire. Pour ces représentations, voir Calmeyer, « Die Gefässe auf den Gabenbringer-Relief in Persepolis », Archäologische Mitteilungen aus Iran 26, 1993, p. 147-160. []
  16. H. Sancisi-Weerdenburg, « Gifts in the Persian Empire », dans P. Briant, Cl. Herrenschmidt (éd.), Le tribut dans l’Empire perse (Travaux de l’Institut d’études iraniennes de l’Université de la Sorbonne nouvelle 13), Paris, 1989, p. 134; 142, n. 14. []
  17. C. Mazé, « Entre luxe et prestige : les vases en pierre en Égypte ancienne au IIIe millénaire av. n.è. Construction, transmission et réadaptation des signes du pouvoir dans la société égyptienne », dans F. Hurlet, I. Rivoal, I. Sidéra (dir.), Le Prestige. Autour des formes de la différenciation sociale (Colloques MAE 10), Paris, 2014, p. 121-136 ; R.T. Sparks, « Egyptian Stone Vessels and the Politics of Exchange (2617-1070 BC) », dans R. Matthews et C. Roemer (éd.), Ancient Perspectives on Egypt, Londres, 2003, p. 39-56. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.