Les tessères romaines en plomb de la BnF

Read this post in English: Roman lead token in the BnF

Les tessères grecques et romaines constituent probablement un des types d’objets antiques les moins bien étudiés.  Ces jetons en bronze, en plomb et en argile furent en usage à Athènes pendant les périodes classique et hellénistique, ainsi que sur l’ensemble du pourtour méditerranéen à partir de l’époque hellénistique. Pendant la période impériale romaine, des tessères (principalement en plomb) continuèrent à être utilisées par différents groupes dans tout l’Empire. Ces objets ont récemment fait l’objet d’un vaste programme de recherche européen dans le cadre du projet Token Communities in the Ancient Mediterranean Project (financé par l’European Research Council (ERC), programme Horizon 2020 de l’Union Européenne, n° 678042)1.

C’est dans le cadre de ce projet que nous avons étudié les fonds de tessères romaines conservées à la Bibliothèque nationale de France (BnF) durant l’été 2019. La numérisation récente des collections nous donne l’occasion de présenter ces objets et ce qu’ils nous apprennent des Romains de l’Antiquité.

La BnF conserve d’importantes collections de tessères antiques. L’une d’elle est la collection Récamier, publiée par P. Dissard en 1905, et qui contient pas moins de 4700 exemplaires2. Ces tessères sont en cours d’étude par Denise Wilding3. La majorité des pièces de cette collection provient de Lyon, l’ancienne Lugdunum. Elles furent découvertes dans la Saône durant le XIXe siècle, le long des deux kilomètres qui séparent la Montée de l’Observance et l’école vétérinaire au nord, à un point équidistant entre les ponts Tilsitt et Saint-Georges au sud.

Les tessères de Lyon sont généralement de petites dimensions (le plus souvent environ 10 mm de diamètre, parfois à peine 5 mm) et unifaces (décorés sur une seule face). Beaucoup sont ornés de motifs décoratifs et de lettres qui correspondent probablement à des noms d’individus abrégés. L’abréviation des anthroponymes romains aux deux ou trois premières lettres est entre autres également attestée sur les timbres amphoriques, les graffitis et les affiches électorales4. Les spécimens catalogués sous le numéro Récamier 834 constituent un bon exemple de ce type d’objet (à chaque numéro du catalogue peut correspondre plusieurs spécimens). La tessère porte la légende C · A · V entre deux palmes ; les exemplaires de ce type mesurent entre 8 et 12 mm de diamètre.

Figure 1: Face A :  C·A·V entre deux palmes. Face B : non décorée (BnF, MMA, Recamier 834.23)

Le fonds publié en 1900 par M. Rostovtzeff et M. Prou en 1900 forme une autre section importante des collections de tessères en plomb5. Une grande partie de ces objets provient de Rome et fut donnée à la BnF par Michael Rostovtzeff en 1897. L’historien russe a beaucoup travaillé sur ces collections, notamment à l’occasion de la publication en 1903 d’un catalogue très complet des tessères de Rome6.

Les tessères de plomb produites à Rome et à Ostie diffèrent de celles trouvées à Lyon. De la production locale de ces pièces par diverses communautés à travers la Méditerranée ont découlé des techniques, des styles et des décors  en général propres à chaque région. À Rome et à Ostie, les tessères étaient, pour la plupart, décorées des deux côtés et coulées dans des moules en marbre7. La BnF conserve deux moitiés de moules à tessères provenant de la collection Froehner (Figure 2)8.

Figure 2 : Moule pour cinq jetons triangulaires de c. 15-17×20-21 mm, tous portant le même décor: R / VB. Le canal de coulée central et les branches sont visibles. Les trous pour les rivets sont placés en haut à gauche et en bas à droite. Provient de Rome, en marbre palombino (BnF, MMA, Froehner IV, 127)
Trouvé à Rome en 1883, le moule était destiné à produire des tessères triangulaires portant la légende RVB sur une face9. Sans l’autre moitié du moule, nous ne pouvons pas savoir ce qui figurait de l’autre côté; aucun spécimen de tessère avec la légende RVB n’est connu. Bien que la plupart des jetons de Rome et d’Ostie soient circulaires, on en connaît aussi des triangulaires et des quadrangulaires, comme les pièces en forme de tabula ansata, une sorte de tablette avec des poignées en queue d’aronde. Cette diversité n’est en rien surprenante: les découvertes de moules à jetons (et de déchets de coulée de plomb) sur plusieurs sites de Rome et d’Ostie révèlent que les tessères de la capitale étaient fabriquées par un grand nombre de groupes différents.
Figure 3: Tessère romaine en plomb. Face A : NERO CAESAR, tête de Néron tournée vers la droite. Face B : CLAVD AVGVSTA, tête de Claudia Augusta tournée vers la droite. 18 mm, 2.92 g (BnF, MMA, Prou-Rostovtzeff, 32)

Certaines tessères de Rome font référence à la famille impériale (Figure 3)10. La face A montre et nomme l’empereur Néron, l’autre représente sa fille, Claudia Augusta. Comme dans le monnayage provincial, les jetons décrivent un plus grand nombre de membres de la famille impériale que la monnaie impériale officielle. Il est probable que, en particulier au premier siècle de notre ère, certaines tessères aient pu être utilisées pendant les fêtes impériales et pour faciliter les distributions impériales ; un type mentionne d’ailleurs spécifiquement une distribution des libéralités de l’empereur Claude11. Des tessères faisant référence à la famille impériale ont également été produites par d’autres groupes, probablement à l’occasion de fêtes liées à l’empereur.

Figure 4: Tessère romaine en plomb. Face A: HAD / AVG. Face B: PPF. 19 mm, 3.76 g (BnF, MMA, Prou-Rostovtseff no. 33g)

Par exemple, la tessère de la figure 4 évoque les vœux propitiatoires (feliciter) en faveur de l’empereur Hadrien Auguste, père de son pays (Had(riano) Aug(usto) p(atri) p(atriae) f(eliciter)). Des messages similaires prennent place sur les tessères romaines en bronze (souvent appelés « spintriennes » dans les études actuelles). Lexemplaire de la BnF côté AF 16985 en constitue un bon exemple. On y voit la tête d’Auguste accompagnée de la légende FEL (fel(iciter)) en-dessous et le numéro VII dans une couronne au revers12.

Figure 5: Tessère romaine en bronze. Droit : tête laurée d’Auguste, FEL en-dessous, le tout cerclé. Revers : VII inscrit dans un grènetis, lui-même dans une couronne de feuillage. 22 mm, 4.11 g (BnF, MMA, AF 16985)

D’autres jetons en plomb de la ville de Rome forment des vœux au bénéfice de la personnification du peuple romain, le Genius Populi Romani13. Ces types de représentation ont sans aucun doute entretenu une identité civique romaine parmi les utilisateurs de ces objets, servant à communiquer et à renforcer un sentiment d’appartenance, de la même  manière que le faisait la monnaie provinciale émise par de nombreuses cités de l’Empire romain14. Des évocations similaires sont également identifiables sur les tessères produites dans le port de Rome, Ostie. Ici, plusieurs jetons portent des images qui font référence à la nature maritime de la colonie. La figure 6, par exemple, montre le phare d’Ostie, avec les lettres P et T de part et d’autre; M. Rostovtzeff a suggéré que cela pourrait se référer à Portus (Portus Traiani), le nouveau port construit sous Trajan. Sur l’autre face figure une représentation du dieu maritime Neptune.

Figure 6: Tessère romaine en plomb. Face A : phare à trois niveaux allumé ; P à gauche, T à droite. Face B : Neptune tenant un trident dans la main droite chevauchant un bige d’hippocampes ; au-dessus, une étoile. 14×12 mm, 3.07 g (BnF, MMA, Prou-Rostovtseff, 98)

De nombreux individus ou groupes ont créé des tessères à Rome et à Ostie. Des associations de jeunesse peuvent être identifiées grâce aux légendes comme celle de la figure 7, qui porte l’inscription IVVEN d’un côté et un sanglier avec l’inscription VERV de l’autre. M. Rostovtzeff a émis l’hypothèse que cette légende pourrait être comprise comme Juven(es) Veru(lani), allusion à une association de jeunes à Verulae (bien qu’aucune tessère de ce type ne soit signalé dans cette zone). Néanmoins, la pièce fait bien référence à la jeunesse romaine, aux iuvenes, et le sanglier évoque probablement la chasse, l’une des nombreuses activités organisées par ces groupes. D’autres associations romaines (collegia) ont également produit des tessères, par exemple celles trouvées dans les Terme di Cisiarii d’Ostie, les bains de l’association des cochers qui transportaient les gens entre Ostie et Rome15.

Figure 7: Tessère romaine en plomb. Face A: IVVEN. Face B: sanglier à droite ; VERV au-dessus. 18 mm, 3.79 g (BnF, MMA, Prou-Rostovtzeff, 94a)

Des individus peuvent parfois être nommés sur ces tessères, y compris des femmes. L’exemplaire ci-dessous (Figure 8) fait référence à une femme appelée Hortensia Sperata, c’est l’un des nombreux types qui portent son nom16.

Figure 8: Tessère romaine en plomb. face A: HORTESPER. Face B: Palme dans une couronne. 20 mm, 4.13 g (BnF, MMA, Prou-Rostovtzeff, 422a)

Le lien qu’entretiennent certaines tessères avec les fêtes romaines des Saturnales est particulièrement évident. Cette fête, organisée en décembre en l’honneur du dieu Saturne, se caractérisait par des cadeaux et une atmosphère de carnaval, tout comme les célébrations de Noël d’aujourd’hui. Plusieurs tessères en plomb portent le cri scandé lors de ce festival, Io Saturnalia Io (Figure 9). Ces objets doivent avoir été utilisés lors de ces festivités, peut-être pour faciliter les distributions ou les banquets17. La palme et la couronne font aussi pleinement partie du répertoire iconographique de ces fêtes. 

Fig. 9: Tessère romaine en plomb. Face A : palme se terminant en crochet, IO à gauche, SAT IO à droite. Face B: couronne. 19 mm, 4.47 g (BnF, MMA, Prou-Rostovtzeff, 101)

Le catalogue de M. Rostovtzeff et M. Prou contient aussi des tessères romaines d’Égypte, avec également des exemplaires donnés par Ambroise Baudry et Giovanni Dattari18. Les tessères en plomb d’Égypte semblent être frappées plutôt que coulées. Elles comportent à la fois des images gréco-romaines classiques et d’autres à fortes connotations égyptiennes. L’exemplaire de la figure 10  montre un coq d’un côté et une mangouste égyptienne de l’autre. Ici encore, ces objets semblent être produits localement, plusieurs portant le nom de colonies (par exemple Memphis, Oxyrhynchos)19.

Figure 10: Tessère égyptienne en plomb.  Droit : mangouste égyptienne assise à gauche. Revers : coq à droite. 18 mm, 5.45 g (BnF, MMA, Prou-Rostovtzeff, 689)

La personnification du Nil, qui apparaît comme un dieu masculin portant des roseaux, une corne d’abondance ou des épis de céréales, tous signes de prospérité, est une image populaire sur les tessère de cette région (Figure 11). Nilus est également présent sur la monnaie de la province romaine d’Égypte, support qui était une source d’inspiration fréquente pour la conception de tessères (cela constitue d’ailleurs un indice important de l’attention portée à l’iconographie de ces monnaies en circulation dans le monde romain)20.

Figure 11: Tessère égyptienne en plomb. Droit : Nilus allongé à gauche, tenant une corne d’abondance dans la main gauche et des roseaux dans la main droite ; grènetis. Revers : Dikaiosyne debout à gauche coiffée du modius, une corne d’abondance dans la main gauche, un balance à céréales dans la main droite ; grènetis. 22 mm, 4.19 g (BnF, MMA, Prou-Rostovtzeff, 764k)

La BnF possède également des tessères grecques et romaines données par Wilhelm Froehner, et des exemplaires de Syrie rapportés par Henri Seyrig.

Lorsqu’on analyse le corpus de tessères du monde antique dans son ensemble, ces objets paraissent constituer des indices particulièrement révélateurs de nombreux aspects des sociétés du pourtour méditerranéen: les cultures locales, l’idéologie, l’identité, l’iconographie, certains types d’événements et les groupes ou associations en activité. Les tessères ont connu une grande diversité d’usages en différentes situations, facilitant les interactions, les échanges et les distributions au sein des communautés. Cette même pluralité s’observe pour les jetons de notre monde moderne : jetons de casier, jetons électroniques pour les transactions par carte à puce, jetons de dépôt (Pfand) sur les marchés allemand de bière ou encore les crypto-monnaies tel le Bitcoin. Comme la monnaie, l’utilisation d’un jeton établit une relation entre le donateur et le destinataire, instituant des liens sociaux et construisant des communautés. Enfin ces objets utilisent souvent des légendes qui nous apparaissent difficiles à déchiffrer (par exemple, les jetons RVB fabriqués à partir du moule illustré en figure 2). Cela était sans doute destiné à établir une distinction entre ceux appartenant à une communauté – ceux qui ont accès aux jetons et aux « privilèges » qu’ils confèrent, ceux également qui comprennent la signification des types et des inscriptions – et le reste de la société, les « extérieurs » à la communauté. Ces premières conclusions ne font que mettre en avant tout ce qu’il reste à découvrir de ces objets et ce qu’ils pourraient nous dire sur la vie quotidienne au sein de l’Empire romain.

Clare Rowan

Citer ce billet : crowan, "Les tessères romaines en plomb de la BnF", in L’Antiquité à la BnF, 06/04/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/11006, [consulté le 28/05/2020].
  1. Pour en savoir plus sur ce projet, consultez le site Internet. []
  2. P. Dissard (1905). Collection Récamier : Catalogue des plombs antiques (sceaux, tessères, monnaies et objets divers). Paris, Rollin et Feuardent. []
  3. D. Wilding (à paraître, 2020), Tokens and Communities in the Roman Provinces: An Exploration of Egypt, Gaul and Britain. (PhD thesis, University of Warwick, UK). []
  4. Voir, par exemple, R.R. Benefiel (2010). ‘Dialogues of ancient graffiti in the House of Maius Castricius in Pompeii’, American Journal of Archaeology 114: 59-101. []
  5. M. Rostovtzeff, M. Prou (1900). Catalogue des plombs de l’antiquité, du moyen âge et des temps modernes conservés au département des médailles et antiques de la Bibliothèque nationale. Paris, Rollin et Feuardent. []
  6. M. Rostovtzeff (1903). Tesserarum urbis romae et suburbi. St. Petersburg. Le commentaire est publié dans M. Rostovtzeff (1903). Римскія свинцовыя тессеры.  С.-Петербургъ. Une partie du texte a été traduite en allemand dans M. Rostowzew (1905). Römische Bleitesserae. Ein Beitrag zur Sozial- und Wirtschaftsgeschichte der römischen Kaiserzeit.  Leipzig, Dieterich’sche Verlagsbuchhandlung. []
  7. C. Rowan (2019). ‘Lead token moulds from Rome and Ostia’, in Tokens: Culture, Connections, Communities, éd. N. Crisà, M. Gkikaki et C. Rowan. London, Royal Numismatic Society: 95-110. []
  8. BnF, MMA, Froehner IV, 127 et BnF, MMA, Froehner V, 201. Les découvertes des deux moitiés d’un même moule sont extrêmement rares. []
  9. Voir les Cahiers Froehner vol. 4, p. 127 (BnF, MMA, Rés. ms. 40009 FRO 8° (4)), CIL XV.2 p. 996. Pour plus d’informations sur cet objet, voir Token Communities in the Ancient Mediterranean web portal. []
  10. Voir Token Communities in the Ancient Mediterranean web portal. []
  11. EX LIBERALITATE TI CLAVD CAE AVG, n° 10 dans M. Rostovtzeff (1903). Tesserarum urbis romae et suburbi. St. Petersbourg. Voir également Token Communities in the Ancient Mediterranean web portal. []
  12. Sur les « spintriennes », voir T. Buttrey (1973). ‘The spintriae as a historical source’, Numismatic Chronicle 13: 52-63 et mon article à paraître dans la Numismatic Chronicle 2020. []
  13. Par exemple, TURS 1574 (Prou-Rostovtzeff 361b et 361c) présente la légende G(enius) P(opuli) R(omani) d’un côté et le mot feliciter de l’autre. []
  14. C. Howgego, V. Heuchert et A. Burnett (éd.) (2005). Coinage and Identity in the Roman Provinces. Oxford, Oxford University Press; site du the Roman Provincial Coinage project. []
  15. E. Spagnoli (2017). ‘Un nucleo di piombi ‘monetiformi’ da Ostia, Terme dei Cisiarii (II.II.3): problematiche interpretative e quadro di circolazione. Per un contributo di storia economica e di archeologia della produzione tra II e III secolo d.C.’, Annali dell’Instituto Italiano di Numismatica 63: 179-234. []
  16. C. Rowan (2019). ‘Hortensia Sperata, Token Issuer in Rome or Ostia’, Coins at Warwick Blog (1/10/19). []
  17. Les tessères de Palmyre servaient de tickets pour les banquets privés. Voir R. Raja (2015). ‘Staging « private » religion in Roman « public » Palmyra. The role of the religious dining tickets (banqueting tesserae)’, dans Public and Private in Ancient Mediterranean Law and Religion, éd. C. Ando et J. Rüpke. Berlin, de Gruyter: 165-186. Sur les acclamations sur ces objets, voir A. Burnett (2016). ‘Zela, acclamations, Caracalla – and Parthia?’ Bulletin of the Institute of Classical Studies 59: 72-110. []
  18. Les monnaies et tessères de la collection Dattari ont été publiées dans G. Dattari (1901). Numi Augg. Alexandrini. Catalogo della collezione G. Dattari. Cairo, Arnaldo Forni Editore. []
  19. Voir la note 18 et J.G. Milne (1971). Catalogue of Alexandrian Coins. Oxford, Oxford University Press pour une liste des types. []
  20. Voir par exemple le type RPC III, n° 4134 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.