Quart de dinar d’or kouchane du 2è s. avec représentation de Bouddha

Archive: image du mois avril 2020

Avril 2020: Quart de dinar d’or kouchan du 2è s. avec représentation de Bouddha

Revers de la monnaie kouchane de Kanishka I au type du Bouddha, dpt des Monnaies, médailles et antiques L 545 (IV-23), diam.: 19 mm; 1,97 grammes

Cette monnaie montre au revers Bouddha debout sous la forme d’une statue de culte gandharienne, moustachue, la tête nimbée, accompagnée de la légende grecque ΒΟΔΔΟ pour transcrire « Bouddha ».

Il accomplit le geste de l’abhaya-mudrā, signe de protection divine, garantie de salut et donc source de réconfort pour le fidèle. Il est flanqué à droite d’un autel, symbole qui se retrouve sur les monnaies de Kanishka I. Le troisième roi de l’empire kouchan [ou kuṣān], qui s’étendait alors à son maximum de l’Asie centrale jusqu’au nord de l’Inde , est figuré au droit de la monnaie :

Droit de la monnaie kouchane de Kanishka I au type du Bouddha, dpt des Monnaies, médailles et antiques L 545 (IV-23), diam.: 19 mm; 1,97 grammes

Selon Gérard Fussman, l’iconographie du Gandhara, tout comme la présence de Kanishka I seraient révélatrices du lieu de frappe, sans doute à localiser à Purusapura (actuelle Peshawar), ville fondée par ce roi. Les premières représentations du Bouddha remonteraient à la fin du Ier s. av. n. è. ou au début du Ier s. apr. n. è. La monnaie émise vers le milieu du IIè s. apr. n. è. appartiendrait ainsi aux plus anciens témoignages.

Cette pièce rejoint le petit nombre des monnaies kouchanes au type du Bouddha. Sous Kanishka I, il s’agit de la seule divinité bouddhique représentée parmi les 18 types de revers connus. En 1982, lorsque G. Fussman publie son article dans la Revue numismatique, ce document constitue un exemple unique de quart de dinar (ou quart de statère) avec cette iconographie pour ce règne alors qu’il existait par ailleurs seulement deux dinars (ou statères, équivalant à 7,98 gr) identifiés. En 2005, le nombre de dinars connus se montait à quatre (source CNG).

G. Fussman démontre également que les gravures du droit et du revers ne sont pas liées, elles ne sont pas le fait du même artiste. En revanche les revers de Bouddha sur les dinars et le quart de dinar ont été conçus par la même main.

Les presque 900 monnaies kouchanes du département des Monnaies, médailles et antiques ont été numérisées et viennent d’être mises en ligne sur Gallica. Elles témoignent de l’aspect multi-ethnique de cet empire lié à la Route de la Soie, par les représentations sur leur revers de divinités grecques, romaines, iraniennes, hindouistes et bouddhiques.

Ce texte reprend en très grande partie l’article de Gérard Fussman, «Monnaie d’or de Kaniska inédite, au type du Buddha», Revue numismatique, 6e série – Tome 24, 1982, p. 155-169 en ligne sur Persée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.