Une carte de tarot à enseignes latines de Venise représentant des monnaies arméniennes

Carte de neuf deniers, tiré d’un jeux de tarot à enseignes latines peint par Marcolongo, Venise, 1803-1804 (BnF, EST, RESERVE KH-167 (5,173-176)-BOITE ECU)

La Bibliothèque nationale de France conserve un étonnant jeu de cartes vénitien, peint à la gouache à Venise par un certain Marcolongo. Ce jeu de tarot à enseignes latines comporte notamment un ensemble de treize cartes de deniers reproduisant des monnaies anciennes couvrant plus d’un millénaire et demi, depuis le IIIe siècle avant notre ère jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

Si les pièces les plus récentes – d’époque moderne – sont toutes vénitiennes, les exemplaires les plus nombreux ont tous à voir avec l’histoire des Arméniens de l’Antiquité au Moyen-Age. Aussi reconnaît-on les monnaies de nombreux souverains dontTigrane le Grand, la reine Erato ou encore Levon Ier ; soit les principaux représentants des grands dynastiques arméniennes : Artaxiade, Parthe, Roupénide, etc. Ce tropisme arménien est encore confirmé par la date inscrite sur le 4 de coupe : 1253, date du calendrier arménien qui correspond à la fin de l’année 1803 et au début de 1804 du calendrier grégorien.

Reproduction du bronze d’Arsamès fils de Samos d’après J. Pellerin, Lettres de l’auteur des «Recueils de médailles de rois, de peuples et de villes », imprimés en huit volumes depuis 1762 jusqu’en 1767 Paris, 1770, lettre 2, p. 146, pl. I.

Un des nombreux intérêts de ce jeu de cartes réside dans la reproduction précise de monnaies qui peuvent aujourd’hui être identifiées. Sur la carte de 9 deniers peuvent être reconnus par exemple un bronze d’Arsamès fils de Samos que Marcolongo a sans doute recopié d’après les publication de Joseph Pellerin en 1762 puis 1770 (ci-dessus). Il en va de même pour le bronze aux portraits de Tigrane IV et Erato, également publié dès 1794 (ci-dessous). Il apparaît donc que le concepteur de ces cartes si originales n’a pas seulement décidé de représenter des lots de monnaies prises au hasard, mais bien des pièces qu’il a sélectionné, regroupé notamment par le biais de recherches bibliographiques pointues. Ces deux monnaies ont aujourd’hui intégrées les collections de la BnF.

Bronze aux portraits de Tigrane IV et Érato, vers 2 av. J.-C.-1 apr. J.-C. (?), Arménie, Artaxata (BnF, MMA, Babelon 30)

Étrange destin que celui de ce jeu de cartes vénitien et de ces monnaies arméniennes, à l’origine distants de plusieurs siècles et de milliers de kilomètres, mais qui se côtoient à présent dans les magasins de la Bibliothèque nationale de France.

Julien OLIVIER

Pour aller plus loin :

Ce jeu de cartes fait l’objet d’un article par J. Olivier, J. Jambu dans le numéro 60 de la Revue de la BnF : « Deniers », drachmes et ducats. Un tarot arménien produit à Venise au début du XIXe siècle (p. 124-135).

Citer ce billet : jolivier, "Une carte de tarot à enseignes latines de Venise représentant des monnaies arméniennes", in L’Antiquité à la BnF, 01/03/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/10692, [consulté le 24/11/2020].

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.