Entretien avec Paul Veyne

Paul Veyne à la BnF – conférence du 17 avril 2008

La neuvième édition du prix de la BnF a été remis à Paul Veyne. L’historien de l’Antiquité et philologue nous a accordé un entretien, en partie publié à la page 23 du magazine Chroniques de la BnF n° 80 (septembre-décembre 2017) et en partie sur le carnet de recherches l’Antiquité à la BnF.

Comment décririez-vous ce que vous avez souhaité apporter dans le domaine de l’Histoire de l’Antiquité ?

Je n’ai fait que participer à un mouvement qui a commencé il y a une cinquantaine d’années. Il y a une cinquantaine d’années, la science historique a été dans tous les domaines, sauf un, bouleversée par l’école des Annales et par l’intrusion de l’exemple des sciences humaines. Un domaine était resté non touché par cette modernisation, c’était l’histoire de l’Antiquité classique parce qu’elle relevait d’une chose sainte qu’on appelait les humanismes. Pour vous donner un exemple, j’ai publié en 1961 un article sur Pétrone, sur le Satyricon, sur Trimalcion, publié dans la revue des Annales et qui a d’ailleurs préparé mon élection au Collège de France, et où le grand historien de l’époque Jacques Le Goff m’a écrit : « Félicitations, tu es le premier qui fait un article d’Antiquité relevant de l’école des Annales et qui ne relève pas de la vieille façon humaniste d’écrire l’histoire. » Mais cette révolution était déjà entamée par des historiens isolés, Jacques Le Goff et [Marcel] Detienne. Donc, la révolution avait commencé il y a soixante ans pour d’autres que moi, je n’ai été que l’un d’eux. Mais la bagarre était de faire entrer ce domaine de l’humanisme classique traditionnel hérité du d’ailleurs remarquable enseignement jésuite, de faire entrer dans la façon moderne d’écrire l’histoire. Mais je ne suis qu’un parmi d’autres, [Jean-Pierre] Vernant, par exemple, ne m’a pas attendu, c’est plutôt le contraire.

Avez-vous ressenti le besoin d’être sur le terrain pour comprendre l’Antiquité  ?

Non, je ne suis pas hélas un homme de terrain, je n’y vois pas, je n’ai pas d’yeux. Ah, si, pour les monuments figurés, bien sûr mais par exemple aller visiter un site, comprendre ? J’y comprends rien, ça m’ennuie les ruines. Je suis archéologiquement nul. La preuve, je racontais dans un petit livre de souvenirs1 mes piteuses tentatives de faire des fouilles, on m’en faisait faire, moi je n’avais pas envie mais enfin il fallait que je fasse des fouilles qui ont été pas catastrophiques mais ridicules, je n’ai pas le sens de ça. J’irai même plus loin – je reprends une phrase de René Char : « je n’ai pas le sens de la troisième dimension »2.

Qu’est-ce qui vous paraît hors de portée de la connaissance ou de la compréhension historique ?

Je ne vois pas quelle limite il peut y avoir à la compréhension, connaître oui, le plus difficile à connaître, c’est l’économie. Et puis il faut avoir de nouvelles idées, il faut bien connaître l’économie en général pour faire de l’économie antique, pour avoir des idées en ce domaine etc. Mais je ne vois pas comment il pourrait y avoir impossibilité à la compréhension humaine, je vois pas quelles limites il peut y avoir à notre capacité de comprendre les choses les plus étranges. Ah, le terrible évidemment, ce n’est pas de ne pas les comprendre, c’est de ne pas les voir. Dire qu’il a fallu que je tombe sur ce texte d’Aristote pour savoir que les Anciens aimaient leurs dieux3. C’est le seul texte antique qui le dit, il fait une demi-ligne, or c’est capital. Ça a changé ma vue de la religion antique.

D’une génération à l’autre de chercheurs en sciences de l’Antiquité, à quelles grandes transformations avez-vous assisté et contribué ?

Oh nous étions quand même plusieurs ! Je vais parler de deux influences, mais je vous parle de choses qui datent des années 1950 : le marxisme – je pense évidemment à Jean-Pierre Vernant -, les sciences humaines et l’ethnologie. L’exemple des sciences humaines, les concepts, les notions introduites par les sciences humaines et les leçons des peuples étranges et de l’ethnologie.

Bref, on a cessé de faire des Latins et des Grecs des gens qui représentaient l’humanisme, étaient eux-mêmes, terminé … et on s’est aperçu que c’étaient des hommes comme les autres, comme d’autres primitifs, comme d’autres peuples ; Il y a eu une désacralisation de l’humanisme. Et l’humanisme maintenait à l’écart un domaine sacré si bien qu’il en résultait une ignorance philosophique, ethnographique, sociologique etc. Les professeurs de grec et de latin étaient comme fades, ils étaient complètement fermés à ces choses-là. C’était un domaine sacré.

Propos recueillis le 24 mai 2017 par Vanessa Desclaux

Sur le même sujet lire: « Le prix de la BnF 2017 décerné à Paul Veyne : l’Antiquité à l’honneur »

  1. Et dans l’éternité je ne m’ennuierai pas : souvenirs, Albin Michel, 2014 []
  2. Paul Veyne est l’auteur de René Char en ses poèmes []
  3. « L’amour des enfants pour leurs parents, comme l’amour des hommes pour les dieux, est celui qu’on ressent pour un être bon et qui nous est supérieur. », Éthique à Nicomaque Livre VIII, 1162a4-9 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *