Don des lettres de l’helléniste Jean Hatzfeld au département des Manuscrits

Jean Hatzfeld à Salonique, 1917-1918, cl. fourni par Sylvie et Michel Dreyfus et publié avec leur aimable autorisation

Grâce à la générosité de ses enfants et petits-enfants, le département des Manuscrits a reçu en don en 2017 la correspondance de l’helléniste Jean Hatzfeld (1880-1947), dont les ouvrages, publiés entre 1919 et 1945, restent des références incontournables pour les études grecques. Le fonds est en cours d’inventaire sur le catalogue des archives et manuscrits de la BnF, en espérant qu’il saura susciter l’intérêt des hellénistes, historiens du monde universitaire ou de l’armée d’Orient.

 « L’enseignement de M. Hatzfeld a toujours été pour moi un souvenir précieux, et continuera de l’être. Il m’est arrivé d’évoquer pour mes élèves ce qu’était cet enseignement si vivant, où éclataient à la fois la malice, l’esprit démocratique et la probité scientifique. »

Jacqueline de Romilly, lettre à Mme Hatzfeld, 5 juin 1947

Les lettres que Jean Hatzfeld envoie à ses différents destinataires témoignent toutes de la même qualité : dans ses commentaires sur ses travaux autant que sur l’actualité, le regard de l’homme, sensible et attentif au monde qui l’entoure, l’emporte sur celui de l’universitaire, figure dans laquelle Jean Hatzfeld, pas encore agrégé, avait déjà beaucoup de mal à se représenter :

« Toujours est-il que nous voilà tous deux de l’autre côté de la liste, et qu’on nous a priés de repasser l’an prochain. C’est un retard, dis-tu ? Je n’en sais rien pour ma part : je suis las de passer des concours et de m’y faire refuser. Et puis, et puis surtout – car il serait enfantin de céder à un moment de mauvaise humeur et de dégoût – je me demande très sérieusement et avec le plus grand calme où tout cela nous mènera. Lorsque je me suis décidé, il y a sept ou huit ans, à suivre la route où je me trouve si profondément engagé aujourd’hui, je croyais aux « intellectuels », et c’est avec une confiance joyeuse que j’ai voulu accepter les disciplines de mes « maîtres », pour devenir un maître à mon tour. Le temps a passé : j’ai vu de plus près ces demi-dieux et j’ai constaté que c’étaient de médiocres mandarins. Ils ont passé brillamment leurs examens universitaires, ils ont compté combien il y avait d’hypallages dans les Satires d’Horace, ils ont épousé leur cuisinière, et voilà une vie ! Très infatués d’eux-mêmes d’ailleurs, pleins d’un mépris naïf pour tout ce qui n’est pas de la maison ; et d’une ignorance réjouissante. La vie, la vie réelle et moderne, c’est-à-dire les hommes et les conditions scientifiques et sociales de leur existence, c’est pour eux un monde très lointain qu’ils ne veulent pas connaître. […] J’ai bien connu quelques esprits supérieurs et larges, un Havet, un Victor Henry ; mais il se trouve justement que ces gens-là ne sont pas des universitaires, qu’ils n’ont pas passé la filière et qu’ils sont d’ailleurs parfaitement inconnus à la majorité de leurs confrères. »

Lettre à Henri Focillon, 1er septembre 1904
(après leur échec à l’agrégation)

Il fit pourtant une belle carrière universitaire : ancien normalien, il obtint finalement son agrégation de grammaire, fut membre de l’École française d’Athènes de 1907 à 1911, d’abord professeur à la Faculté des lettres de Bordeaux, puis à la Sorbonne entre 1928 et 1930, et à l’École pratique des hautes études à partir de 1937.

Lettre d’Henri Focillon annonçant à Jean Hatzfeld sa nomination à la Sorbonne, 23 juin 1928, cl. Département des Manuscrits

Il nous laissa aussi six importants ouvrages sur le monde grec, et l’édition en deux tomes dans la collection des Universités de France (Budé) des Helléniques de Xénophon, tous fruits d’un travail patient et méthodique. Mais il n’est que de considérer les lettres envoyées à ses parents ou à ses condisciples alors qu’il est à l’École française d’Athènes (EFA)1, pour mesurer combien il reste toujours tourné vers le présent et non vers le seul passé. L’étude de l’Antiquité n’occupe d’ailleurs alors, semble-t-il, qu’une partie de ses journées, agréablement remplies par les petits plaisirs et facilités que l’École offre à ses membres :

« D’ailleurs nous  avons à l’École tout ce qu’il faut pour pouvoir nous passer des plaisirs du dehors, à savoir le tennis, du thé et des dominos. […] Vous me direz peut-être qu’il serait d’autre part préférable de nous consacrer tout entier à de savants travaux. Mais nous nous sommes avisés ces jours-ci, d’un commun accord, qu’on ne vivait qu’une seule fois et nous avons décidé de mettre le plus grand nombre de joies permises dans les quelques dizaines d’années qui nous restent encore à vivre, et en particulier dans les quelques mois que nous avons encore à passer en Grèce. »

Lettre à ses parents, 28 décembre 19082

Et même lorsqu’il se consacre plus assidûment au travail, le grec et le monde hellénique ne sont pas sa seule préoccupation :

« Je crois que tu connais mes projets pour l’an prochain : il s’agit de rester à Paris et de préparer l’École d’Athènes ; i.e. de commencer à faire un peu de grec et d’archéologie, sans compter les choses à côté, peut-être plus importantes, telles que l’histoire des religions. »

Lettre à Henri Focillon, 19053

Athènes : l’Acropole, les Propylées et la Tour des Vénitiens par J.-B-L. Gros en 1850, département des Estampes et de la photographie Rés. Eg6-262

Autant lorsqu’il séjourne à Athènes que lors d’autres voyages, quand il s’agit de commenter sa découverte d’un pays et de ses habitants, il revient régulièrement à des considérations qui tissent des liens entre les époques, ou bien s’attarde davantage sur la civilisation qui reste, là, sous ses yeux :

« Elle habite au Phalère, ce qui m’a donné l’occasion de voir la mer : la susdite mer était jaune au bord et plombée au large, avec de gros vilains nuages d’orage par-dessus, au moins l’île d’Égine, menaçante et sinistre, un beau paysage de catastrophe. Il y a en Grèce, et très souvent, des aspects « romantiques » et shakespearico-byronico-wagnériens, que les gens prévenus ne veulent en général pas regarder, parce que, pour eux, la Grèce, c’est le Parthénon, les montagnes de marbre et les ciels sans nuages. Heureusement nous avons aussi autre chose, de même qu’il y a autre chose dans l’histoire grecque que Périclès et Epaminondas : il y a le byzantin, et les croisades et les Francs installés sur l’acropole. Barrès n’a voulu connaître que ce dernier aspect, et, s’il a eu tort d’être exclusif, il a eu bien raison de nous rappeler qu’on pouvait regarder ici autre chose que des colonnes et des frontons. »

Lettre à ses parents, Athènes, 22 novembre 19084

Jean Hatzfeld à Délos, 1913, cl. fourni par Sylvie et Michel Dreyfus et publié avec leur aimable autorisation

Les titres de ses premier et dernier livres apparaissent comme la synthèse de ces préoccupations qui fondent tout son parcours de chercheur. Le premier, résultat des recherches menées dans le cadre de sa thèse – et dont la base essentielle fut le déchiffrement des inscriptions trouvées à Délos – fut  publié en 1919 sous le titre Les Trafiquants italiens dans l’Orient hellénique. Des comptes-rendus très détaillés en furent publiés dans le Journal des savants,5 et dans la Revue des Études anciennes,6. Son dernier livre, La Grèce et son héritage, publié en 1945, a des accents de conclusion d’un parcours à la recherche de ce qui, dans ce monde grec auquel la culture occidentale doit tant, nous reste en partage. Ainsi M. Lacroix écrit-il, dans son compte-rendu de l’ouvrage publié dans L’Antiquité classique7 :

« La civilisation grecque, alors à son apogée, est étudiée sous tous ses aspects. Les jugements sur les hommes et sur les événements s’expriment en des formules heureuses. L’histoire de la Grèce est de plus replacée dans le cadre général de l’histoire de l’humanité. M. Hatzfeld a multiplié les rapprochements avec les autres périodes de l’histoire, et même avec la période la plus récente. Maintes pages de ce livre portent la marque des préoccupations qui agitent le monde moderne. L’auteur nous dit dans sa préface qu’il a été interné par le gouvernement de Vichy dans un camp de concentration. Il a pu sentir tout le prix de cette liberté que les peuples civilisés ont dû si souvent défendre contre la menace des barbares. »

Incendie de Salonique, 1917 par l’Agence Rol, département des Estampes et de la photographie, EI-13 (1065)

Comme tous ceux de sa génération, Jean Hatzfeld a en effet vécu les deux guerres mondiales du XXème siècle8. Mobilisé pour la première, il fut rapidement nommé officier, et envoyé à Salonique en juillet 1916. Les conditions dans lesquelles il passa le conflit le préservèrent donc des plus grandes atrocités du combat. Dans les lettres qu’il envoie très régulièrement à ses parents et à sa femme entre 1914 et 1918, il dit ainsi souvent avoir peu de raisons de se plaindre. Ses obligations militaires ne l’empêchent pas de poursuivre ses découvertes du monde antique, dont il leur rend compte. Mais ces lettres encore une fois nous montrent Jean Hatzfeld tel qu’il fut tout au long de sa vie et de ses recherches : patient, endurant, soucieux d’analyser en permanence les événements, et cherchant le plus possible à comprendre le sens de l’histoire – même s’il est impossible de maîtriser tous les codes pour déchiffrer les manœuvres diplomatiques et stratégiques dont les peuples sont le jouet :

 « Tu me parles, mon cher papa, de la fin de la guerre par l’absurde ; mais dans l’absurde, nous y sommes depuis deux ans et demi, et je ne suis pas sûr que nous n’y soyons pas depuis de longues années auparavant : et la question est de savoir quand l’absurde sera assez fort pour qu’une « minorité agissante » assez puissante puisse dire « non, vraiment, c’est trop bête. »

Lettre à ses parents, 28 août 1916

La famille Hatzfeld à la fin des années 1920: Jean, Georgette et leurs enfants (du plus au moins âgé), Françoise, Olivier, Henri et Claire, cl. fourni par Sylvie et Michel Dreyfus et publié avec leur aimable autorisation

Laurence Le Bras

pour en savoir plus:

  1. Il devint membre l’année LVIII – 1907, sous la direction de Maurice Holleaux, les archives de l’EFA conservent ses mémoires et rapports produits durant ses années de membre scientifique, inventoriés sur Calames, catalogue des archives et manuscrits de l’enseignement supérieur []
  2. Publiée dans H. Lévy-Bruhl, Lettres de Jean Hatzfeld, Senlis, 1952, p. 36-37 []
  3. Publiée dans ibid., p. 17-18 []
  4. Il est fait ici allusion au Voyage de Sparte que Maurice Barrès publie en 1906 et où il s’exclame face à la destruction d’une tour franque sur l’acropole par les archéologues cherchant à réhabiliter l’état antique de l’acropole : « je n’ai pas l’âme grecque; j’ai une âme composite et par là fort capable de comprendre la signification de l’Acropole que vous avez détruite (…). Où est-elle, Athéna ? Cette déesse s’est-elle réfugiée dans vos âmes ? Elle fut un instant du divin dans le monde. Eh bien, pour nous, aujourd’hui, le divin gît dans un sentiment très fort et très clair de l’évolution et de l’écoulement des choses » []
  5. Besnier Maurice. « Le commerce romain dans la Méditerranée orientale [Jean Hatzfeld. Les trafiquants italiens dans l’Orient hellénique] ». In: Journal des savants. 18ᵉ année, Novembre-décembre 1920. pp. 263-274 []
  6. Roussel P. « J. Hatzfeld, Les trafiquants italiens dans l’Orient hellénique, 1919 ». In: Revue des Études Anciennes. Tome 22, 1920, n°2. pp. 138-140 []
  7. Lacroix Léon. « Jean Hatzfeld. La Grèce et son héritage. (Les grandes crises de l’Histoire) ». In: L’antiquité classique, Tome 15, fasc. 1, 1946. pp. 172-174 []
  8. Le département des Estampes et de la photographie conserve un album photographique d’un aviateur français sur le front d’Orient entre 1916 et 1917, numérisé sur Gallica, qui témoigne de scènes de cette guerre []

Une réflexion au sujet de « Don des lettres de l’helléniste Jean Hatzfeld au département des Manuscrits »

  1. Bravo. J’espère qu’un double de ces achives sera déposé à l’Ecole française d’Athènes.
    Hatzfeld était un des meilleurs et ses livres servent toujours de référence.
    R. ETIENNE, ancien directeur de l’Efa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *