Archives de catégorie : collections

Les Mystères d’Isis ou l’Égypte antique d’après les décorateurs de l’Opéra: sur quelques acquisitions récentes du département de la Musique

ill. 1. Aruéris. Mlle Dubois bergere Egiptiene : [maquette de costume] / [Entourage de Louis-René Boquet]. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 IX-35

Sous l’Ancien Régime, l’Opéra de Paris crée régulièrement des ouvrages lyriques faisant référence à l’Égypte antique. Pour s’en convaincre, il n’est que de citer les œuvres de Lully, Isis (1677) et Phaéton (1683), de Desmarets, Théagène et Cariclée (1695), de Rameau, Les Fêtes de l’Hymen et de l’Amour ou les Dieux d’Égypte (1748) ou encore de Salieri, Les Danaïdes (1784). Les quelques témoignages que nous conservons de ces spectacles nous montrent à l’évidence que les décorateurs et dessinateurs de costumes avaient rarement le souci de l’exactitude historique et qu’ils puisaient leur inspiration dans un folklore et un exotisme mythologiques [ill.1].

Continuer la lecture de Les Mystères d’Isis ou l’Égypte antique d’après les décorateurs de l’Opéra: sur quelques acquisitions récentes du département de la Musique

Costume d’un coryphée pour Agamemnon, spectacle du Théâtre du Soleil

Archive: Image du mois Décembre 2017

Décembre 2017: Costume d’un coryphée pour Agamemnon d’Eschyle

Costume d’un Coryphée, Département des Arts du spectacle COS-2008/0247

Ce costume est celui du rôle d’un coryphée interprété par Nirupama Nityanandan, dans la pièce Agamemnon d’Eschyle créée par le Théâtre du Soleil, mise en scène par Ariane Mnouchkine en 1990. Il est composé de neuf éléments dont un long manteau rouge, une sous robe, une paire de boucles d’oreille en forme de fleurs dorées et une coiffe. Il appartient aux archives que la troupe verse régulièrement depuis 2007 au département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France. Avec ce fonds de costumes, le département a mis en place de nouveaux modes de numérisation depuis 2016 pour les faire entrer dans Gallica.

“Par l’attention portée au choix des tissus et à leur polychromie, souvent superposés pour créer un effet de volume, le costume est un éblouissement visuel pour les yeux des spectateurs. Puisant leur  inspiration en Asie, les costumes du cycle des Atrides, et en particulier celui du Coryphée, participent du voyage entrepris par la troupe du Soleil vers la tragédie antique et la redécouverte d’une des formes essentielles du théâtre”. [source]

Pour en savoir plus, venez assister à la présentation de ce costume: il sera sorti exceptionnellement des magasins à l’occasion de la conférence Richelieu Colbert du mardi 5 décembre (18h15-19h30).

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Costume d’un coryphée pour Agamemnon, spectacle du Théâtre du Soleil", in L’Antiquité à la BnF, 01/12/2017, https://antiquitebnf.hypotheses.org/1583, [consulté le 04/06/2023].

Antiquité et cinéma. 3 : la Grèce et la mythologie

D’une manière générale, l’histoire grecque a beaucoup moins inspiré le cinéma que l’histoire romaine. Au contraire, la mythologie gréco-latine a suscité de nombreuses créations, notamment parce qu’elle permet aux scénaristes, aux décorateurs et aux créateurs d’effets spéciaux de laisser libre cours à leur imagination.

Continuer la lecture de Antiquité et cinéma. 3 : la Grèce et la mythologie

Alabastre avec Eros ailé

Archive: Image du mois Novembre 2017

De Ridder.1063. Vase peint, Italie. Conservé au département des Monnaies, médailles et antiques.

Sur la panse de cet alabastre du IVe s. avant n.E., est figuré Eros nu et ailé. Il est assis sur son manteau rouge (himation) et porte ses cheveux relevés en chignon, ainsi que des bijoux. Le dieu souffle dans une double-flûte (aulos en grec ou tibia en latin). Cet instrument à vent est souvent joué lors de fêtes liées à Dionysos, au cours de rites sociaux (mariage et funérailles) ou lors de compétitions sportives.
Ce objet fait partie d’un legs important effectué par Auguste Oppermann (1808-1877), commandant proche de Napoléon III mais également collectionneur d’antiquités. En 1874, sa collection composée de 162 vases peints, 245 statuettes de terre cuite, 301 bronzes et 11 marbres rejoignit la salle des donateurs du Cabinet des Médailles.

Pour en savoir plus sur le rôle religieux et social de la musique dans l’Antiquité, rendez-vous à l’exposition “Musiques ! Échos de l’Antiquité” qui se tient au Musée Louvre-Lens jusqu’au 15 janvier 2018.

Citer ce billet : Hélène Virenque, "Alabastre avec Eros ailé", in L’Antiquité à la BnF, 01/11/2017, https://antiquitebnf.hypotheses.org/1580, [consulté le 04/06/2023].

Une intaille au gladiateur

Après le billet dédié à la Rome antique au cinéma (Antiquité et cinéma : 2. Rome), nous proposons un nouveau “zoom sur…” consacré à une intaille romaine montée en bague et représentant un gladiateur, figure emblématique des péplums.

Intaille en jaspe rouge montée en bague de bronze (intaille h. 1,6 x l. 1,23 cm ; bague h. 2,7 x l. 3,1cm), IIIe siècle av. J.-C. BnF, MMA, inv. 58.1876 (don du comte de Caylus, 1762)

Continuer la lecture de Une intaille au gladiateur

Antiquity and cinema : 1. Egypt

Cinema has soon dealt with historical events, and yet to retrive distant times is not so easy. During the shooting of Land of the pharaohs, Howard Hawks bitterly complained not to know how a pharaoh used to speak and think. Staging the past cannot avoid to face present matters, such as archaeological and historical knowledges or the concerns of the artists and of the spectators.

The French national Library hold in its collections many films inspired by Antiquity. Here is a brief panorama which we will detail in three blog posts, starting from the book written by Hervé Dumont, L’Antiquité au cinéma : vérités, légendes et manipulations [Antiquity in cinema : truths, legends and manipulations], which lists the films from the origins of this medium until 2009.

1st post : Egypt. By the duration of its civilisation, its prestigious sovereigns and its monumental architecture, Egypt went on screen since the beginning of the cinema.

Lire cet article en français: ici

Continuer la lecture de Antiquity and cinema : 1. Egypt

Bibliothèques d’Orient

Archive: Image du mois Gallica octobre 2017

Octobre 2017 Bibliothèques d’Orient

Obélisque d’Alexandrie dit l’aiguille de Cléopâtre par David Roberts, Centre d’études alexandrines

Fruit de la coopération entre la BnF et huit bibliothèques implantées au Proche-Orient, Bibliothèques d’Orient est un site trilingue (français – arabe – anglais), qui explore les relations, des plus évidentes aux plus controversées, entre la France et la région de l’Irak à l’Arabie Pétrée, de 1798 à 1945.

L’Expédition en Égypte de Bonaparte, le Canal de Suez ou encore Les Mille et Une Nuits et les récits de voyage… Près de 7 000 documents sont présentés dans 7 rubriques thématiques (carrefours, communautés, religions, savoirs, politiques, imaginaires et personnalités) et accompagnés de textes de spécialistes. L’Antiquité y est bien représentée au travers des rubriques archéologie, la Description de l’Égypte et les missions scientifiques, les études orientales, l’histoire de l’Orient ancien, ou enfin à travers la réception de l’Antiquité dans l’Orientalisme. Le projet court sur plusieurs années et le site s’enrichit régulièrement de nouveaux documents.

Quatre inscriptions minéennes (photo d’estampages), École biblique et archéologique française de Jérusalem, 08716-399

Une présentation du site a lieu le 4 octobre 2017 à 17h30 dans la salle 70 sur le site Tolbiac de la Bibliothèque nationale de France, à travers une Rencontre Gallica dédiée à Bibliothèques d’Orient.

La conférence « Fouiller, découvrir, déchiffrer l’Orient au XIXe siècle » aux Rendez-Vous de l’Histoire de Blois le vendredi 6 octobre 2017 à 17h30 dans la Bibliothèque Abbé Grégoire s’appuiera sur les ressources numérisés et éditorialisées pour le projet autour des thématiques de l’archéologie, du déchiffrement des écritures et des études orientales anciennes.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Bibliothèques d’Orient", in L’Antiquité à la BnF, 01/10/2017, https://antiquitebnf.hypotheses.org/1466, [consulté le 04/06/2023].

Antiquité et cinéma : 1. L’Égypte

Le cinéma s’est très vite emparé de sujets historiques, et pourtant faire revivre des temps lointains n’est pas si aisé. Howard Hawks se plaignait amèrement pendant le tournage de Land of the pharaohs de ne pas savoir comment parlait et pensait un pharaon. La mise en scène du passé ne peut éviter le présent, du point de vue des connaissances archéologiques et historiques ou des préoccupations des artistes et du public.

Les collections  de la BnF contiennent bon nombre de films inspirés par l’Antiquité. A partir du livre d’Hervé Dumont, L’Antiquité au cinéma : vérités, légendes et manipulations, qui recense les films des origines du cinéma à 2009, en voici un bref panorama que nous déclinerons en trois billets de blog.

1er billet : l’Égypte. Par la durée de sa civilisation, ses prestigieux souverains et son architecture monumentale, elle s’est imposée à l’écran dès les débuts du cinéma.

read this article in english: here

Continuer la lecture de Antiquité et cinéma : 1. L’Égypte

Collection des monnaies gauloises d’André Breton

Archive : Image du mois BnF septembre 2017

Septembre 2017 Catalogues de la collection des monnaies gauloises d’André Breton

Cahiers d’André Breton (1950-1966), MMA inv. 8-RES MS-56 et 57 (cl. sous droits © CalmelsCohen, 2003 hébergé sur le site Associé Atelier André Breton)

Les surréalistes se sont intéressés de près à la culture celte et l’art gaulois, et cela était plus vrai encore d’André Breton, fondateur et théoricien du mouvement. Son intérêt pour la monnaie celtique en particulier aurait été éveillé en 1954 avec la parution de L’Art gaulois dans les médailles, de Lancelot Lengyel. Dans les années qui suivent et jusqu’à sa mort, Breton rassemble une collection de 145 monnaies celtiques, dont il rédige lui-même dans deux cahiers d’écolier l’inventaire manuscrit illustré de frottages au crayon. Pourquoi un tel goût pour la numismatique gauloise de la part du « Pape du surréalisme » ? S’il étudie sérieusement ce monnayage d’un point de vue numismatique, allant jusqu’à suivre des cours auprès de Colbert de Beaulieu, Breton s’attache surtout, à la faveur des agrandissements photographiques de grande qualité qui illustrent l’ouvrage de Lengyel, aux aspects esthétiques de ces monnaies. Longtemps perçues comme de malhabiles copies de modèles antiques, il entend, à la suite de Lengyel et avant lui d’André Malraux et de Georges Bataille, les réhabiliter comme le fruit de choix esthétiques et iconographiques, qui plus est proches de préoccupations surréalistes : la négation de l’héritage gréco-latin d’une part, et une iconographie du mouvement déployant les formes jusqu’à la limite de l’abstraction.

Les carnets sont aujourd’hui conservés au département des Monnaies, Médailles et Antiques. Ils ont été préemptés à la vente André Breton organisée par Calmels Cohen le 14 avril 2003 du lot 3104. Ils sont visibles dans l’exposition Les Celtes et la monnaie: des Grecs aux Surréalistes, au Musée cantonal d’archéologie et d’histoire de Lausanne jusqu’au 11 novembre 2017.

Citer ce billet : fcodine, "Collection des monnaies gauloises d’André Breton", in L’Antiquité à la BnF, 01/09/2017, https://antiquitebnf.hypotheses.org/1368, [consulté le 04/06/2023].

Don des lettres de l’helléniste Jean Hatzfeld au département des Manuscrits

Jean Hatzfeld à Salonique, 1917-1918, cl. fourni par Sylvie et Michel Dreyfus et publié avec leur aimable autorisation

Grâce à la générosité de ses enfants et petits-enfants, le département des Manuscrits a reçu en don en 2017 la correspondance de l’helléniste Jean Hatzfeld (1880-1947), dont les ouvrages, publiés entre 1919 et 1945, restent des références incontournables pour les études grecques. Le fonds est en cours d’inventaire sur le catalogue des archives et manuscrits de la BnF, en espérant qu’il saura susciter l’intérêt des hellénistes, historiens du monde universitaire ou de l’armée d’Orient.

Continuer la lecture de Don des lettres de l’helléniste Jean Hatzfeld au département des Manuscrits

Statuette de satyre étrusque

Archive : Image du mois BnF août 2017

Août 2017 statuette de satyre

bronze.414

Cette statuette, de l’époque étrusque, nous accompagne en ce mois d’août, synonyme d’otium pour certains et de labor pour d’autres. Reconnaissable à ses oreilles de capridé et à sa queue de cheval ramenée vers l’avant, ce satyre buveur tenait à l’origine un canthare dans la main droite.

Le satyre apparaît dans l’iconographie étrusque dès le VIe s avt JC, participant à des scènes de danses et de fêtes. Il devient par la suite une figure habituelle du décor des vases attiques, aux côtés de Dionysos.

Cette statuette fait partie d’un lot de bronzes antiques ayant appartenu au Vicomte Hippolyte de Janzé et donné en legs à la Bibliothèque nationale en 1865.
Il est actuellement conservé au département des Monnaies, médailles et antiques.

Citer ce billet : Hélène Virenque, "Statuette de satyre étrusque", in L’Antiquité à la BnF, 01/08/2017, https://antiquitebnf.hypotheses.org/1158, [consulté le 04/06/2023].

Dépôt du sarcophage égyptien de la Bibliothèque-musée de l’Opéra au Musée du Louvre

Sarcophage d’Irbastetoudjaennéfou, BMO-17. Cl. RC-A-30270 mis en ligne avec l’aimable autorisation du Département de la Reproduction de la BnF

La fin du mois de mai 2017 a vu le déplacement du sarcophage conservé à la Bibliothèque-musée de l’Opéra au Musée du Louvre. Cet article retrace d’abord l’arrivée de cet objet à l’Opéra. Frédéric Payraudeau, égyptologue, maître de conférences à l’Université Paris  Sorbonne, nous en dira plus sur sa propriétaire. Nous reviendrons enfin sur la collection de sarcophages égyptiens anciennement conservée à la Bibliothèque nationale de France.

Continuer la lecture de Dépôt du sarcophage égyptien de la Bibliothèque-musée de l’Opéra au Musée du Louvre

Exposition : Le luxe dans l’Antiquité, trésors de la Bibliothèque nationale de France

Missorium, “Héraclès et le lion de Némée”, VIe siècle ap. J.-C. (BnF, MMA, inv.56.345)

Le Musée départemental Arles antique et la Bibliothèque nationale de France organisent du 1er juillet 2017 au 21 janvier 2018 une exposition consacrée au luxe romain intitulée : Le luxe dans l’Antiquité, trésors de la Bibliothèque nationale de France.

Centrée sur le trésor de Berthouville (Normandie) – conservé au département des Monnaies, médailles et antiques – cette exposition rassemble d’autres œuvres provenant pour une grande part des fonds de la BnF pour évoquer différentes facettes du luxe romain : vaisselle précieuse, bijoux en or et pierres gravées, décors de demeures.

Cette exposition fait suite à celle conçue par les conservateurs de la BnF et du Getty Museum (Los Angeles), Ancient Luxury and the Roman Silver Treasure from Berthouville (19 novembre 2014-17 août 2015) ; manifestation qui avait aussi été l’occasion d’une restauration complète du trésor par les équipes du musée californien.

Sur le même sujet : Mercure tenant le Caducée (trésor de Berthouville)

 

Phalère d’Aurelius Cervanius, IIIe siècle ap. J.-C.

Archive : Image du mois BnF juillet 2017

Juillet 2017 Phalère d’Aurelius Cervanius, IIIe siècle ap. J.-C.

Phalère d’Aurelius Cervanius, IIIe siècle ap. J.-C. (BnF, MMA, Bronze.1363)

Cette phalère (décoration militaire) en bronze argenté fut offerte à un officier (Aurelius Cervanius) par des soldats issus des légions XX Valeria Victrix (à g.) et II Augusta (à dr.) cantonnées à Chester et à Caerleon (GB). La mention VTERE FELIX (« use-en avec bonheur ») est fréquente sur les bijoux. En haut, le sanglier et le capricorne sont les emblèmes des légions d’origine tandis que les animaux sauvages s’ébattant en bas de l’objet, la référence probable à une chasse d’amphithéâtre offerte par l’officier.

La légion romaine cumulait les fonctions de veille aux frontières, de conquête et de sécurisation avec l’aménagement du territoire (routes, centres de production) et la romanisation des zones annexées (création de colonies de vétérans). La force croissante des ennemis de Rome et le nombre limité des troupes conduisit à créer des unités mobiles faites, comme ici, de détachements (vexillationes) prélevés sur plusieurs légions.

Citer ce billet : Dominique Hollard, "Phalère d’Aurelius Cervanius, IIIe siècle ap. J.-C.", in L’Antiquité à la BnF, 01/07/2017, https://antiquitebnf.hypotheses.org/663, [consulté le 04/06/2023].

Flaubert, Salammbô et le Cabinet des médailles

Salammbô : 5e acte, le forum, mort de Salammbô, estampe / Y. M. [sig.], 1892 (BnF, BMO, ESTAMPES SCENES Salammbo 34)
Dès sa parution en novembre 1862, Salammbô, le « roman carthaginois » de Gustave Flaubert, déclencha une vive polémique. L’incomplétude des connaissances archéologiques et historiques sur Carthage rendait en effet l’exercice périlleux, et le résultat a hérissé tant les tenants du réalisme dans le roman que les antiquaires et archéologues. Pourtant Flaubert réitère à de nombreuses reprises son absence de prétention à l’exactitude scientifique, et le statut de roman de son œuvre. Qui plus est, il prépare Salammbô par des recherches abondantes, notamment au Cabinet des médailles de la Bibliothèque impériale. Continuer la lecture de Flaubert, Salammbô et le Cabinet des médailles