L’enseignement de l’archéologie au 19e siècle : Aubin-Louis Millin à la Bibliothèque nationale

En 1795, le savant naturaliste Aubin-Louis Millin (1759-1818) succède à l’abbé Jean-Jacques Barthélémy (1716-1795) à la charge de « garde des médailles du Cabinet des médailles »1. Cette année a également été décidée la création d’un Muséum des Antiques, dont la fondation entraîne la création d’un poste de conservateur ayant la charge de mettre en valeur les collections du département et de donner des leçons sur ces objets et les thématiques qu’ils mobilisent.

Portrait d’Aubin-Louis Millin, membre de l’Institut. RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau)

Continuer la lecture de L’enseignement de l’archéologie au 19e siècle : Aubin-Louis Millin à la Bibliothèque nationale

  1. Cette étude est issue d’une thèse de doctorat, en cours de publication : Élise Lehoux, « La mise en images, en livres et en savoirs de la mythologie classique : France Allemagne (1720-1850) », sous la direction de François Lissarrague, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2015, 2 vol. []

Don des lettres de l’helléniste Jean Hatzfeld au département des Manuscrits

Jean Hatzfeld à Salonique, 1917-1918, cl. fourni par Sylvie et Michel Dreyfus et publié avec leur aimable autorisation

Grâce à la générosité de ses enfants et petits-enfants, le département des Manuscrits a reçu en don en 2017 la correspondance de l’helléniste Jean Hatzfeld (1880-1947), dont les ouvrages, publiés entre 1919 et 1945, restent des références incontournables pour les études grecques. Le fonds est en cours d’inventaire sur le catalogue des archives et manuscrits de la BnF, en espérant qu’il saura susciter l’intérêt des hellénistes, historiens du monde universitaire ou de l’armée d’Orient.

Continuer la lecture de Don des lettres de l’helléniste Jean Hatzfeld au département des Manuscrits

Statuette de satyre étrusque

Archive : Image du mois BnF août 2017

Août 2017 statuette de satyre

bronze.414

Cette statuette, de l’époque étrusque, nous accompagne en ce mois d’août, synonyme d’otium pour certains et de labor pour d’autres. Reconnaissable à ses oreilles de capridé et à sa queue de cheval ramenée vers l’avant, ce satyre buveur tenait à l’origine un canthare dans la main droite.

Le satyre apparaît dans l’iconographie étrusque dès le VIe s avt JC, participant à des scènes de danses et de fêtes. Il devient par la suite une figure habituelle du décor des vases attiques, aux côtés de Dionysos.

Cette statuette fait partie d’un lot de bronzes antiques ayant appartenu au Vicomte Hippolyte de Janzé et donné en legs à la Bibliothèque nationale en 1865.
Il est actuellement conservé au département des Monnaies, médailles et antiques.

Citer ce billet : Hélène Virenque, "Statuette de satyre étrusque", in L’Antiquité à la BnF, 01/08/2017, http://antiquitebnf.hypotheses.org/1158, [consulté le 25/02/2018].

Colloque : Le luxe en Gaule

Patère de Rennes, H. 4 cm, D. 25 cm, Poids 1.315 g, vers 210 ap. J.-C. (BnF, MMA, inv.56.94)

Parallèlement à l’exposition Le luxe dans l’Antiquité, trésors de la Bibliothèque nationale de France, Le musée départemental Arles antique, la BnF et l’IRAMAT Centre Ernest-Babelon (UMR 5060, CNRS-université d’Orléans) organisent un colloque intitulé Le Luxe en Gaule qui se tiendra à Arles les 16 et 17 octobre 2017. Continuer la lecture de Colloque : Le luxe en Gaule

Dépôt du sarcophage égyptien de la Bibliothèque-musée de l’Opéra au Musée du Louvre

Sarcophage d’Irbastetoudjaennéfou, BMO-17. Cl. RC-A-30270 mis en ligne avec l’aimable autorisation du Département de la Reproduction de la BnF

La fin du mois de mai 2017 a vu le déplacement du sarcophage conservé à la Bibliothèque-musée de l’Opéra au Musée du Louvre. Cet article retrace d’abord l’arrivée de cet objet à l’Opéra. Frédéric Payraudeau, égyptologue, maître de conférences à l’Université Paris  Sorbonne, nous en dira plus sur sa propriétaire. Nous reviendrons enfin sur la collection de sarcophages égyptiens anciennement conservée à la Bibliothèque nationale de France.

Continuer la lecture de Dépôt du sarcophage égyptien de la Bibliothèque-musée de l’Opéra au Musée du Louvre

Exposition : Le luxe dans l’Antiquité, trésors de la Bibliothèque nationale de France

Missorium, « Héraclès et le lion de Némée », VIe siècle ap. J.-C. (BnF, MMA, inv.56.345)

Le Musée départemental Arles antique et la Bibliothèque nationale de France organisent du 1er juillet 2017 au 21 janvier 2018 une exposition consacrée au luxe romain intitulée : Le luxe dans l’Antiquité, trésors de la Bibliothèque nationale de France.

Centrée sur le trésor de Berthouville (Normandie) – conservé au département des Monnaies, médailles et antiques – cette exposition rassemble d’autres œuvres provenant pour une grande part des fonds de la BnF pour évoquer différentes facettes du luxe romain : vaisselle précieuse, bijoux en or et pierres gravées, décors de demeures.

Cette exposition fait suite à celle conçue par les conservateurs de la BnF et du Getty Museum (Los Angeles), Ancient Luxury and the Roman Silver Treasure from Berthouville (19 novembre 2014-17 août 2015) ; manifestation qui avait aussi été l’occasion d’une restauration complète du trésor par les équipes du musée californien.

Sur le même sujet : Mercure tenant le Caducée (trésor de Berthouville)

 

Phalère d’Aurelius Cervanius, IIIe siècle ap. J.-C.

Archive : Image du mois BnF juillet 2017

Juillet 2017 Phalère d’Aurelius Cervanius, IIIe siècle ap. J.-C.

Phalère d’Aurelius Cervanius, IIIe siècle ap. J.-C. (BnF, MMA, Bronze.1363)

Cette phalère (décoration militaire) en bronze argenté fut offerte à un officier (Aurelius Cervanius) par des soldats issus des légions XX Valeria Victrix (à g.) et II Augusta (à dr.) cantonnées à Chester et à Caerleon (GB). La mention VTERE FELIX (« use-en avec bonheur ») est fréquente sur les bijoux. En haut, le sanglier et le capricorne sont les emblèmes des légions d’origine tandis que les animaux sauvages s’ébattant en bas de l’objet, la référence probable à une chasse d’amphithéâtre offerte par l’officier.

La légion romaine cumulait les fonctions de veille aux frontières, de conquête et de sécurisation avec l’aménagement du territoire (routes, centres de production) et la romanisation des zones annexées (création de colonies de vétérans). La force croissante des ennemis de Rome et le nombre limité des troupes conduisit à créer des unités mobiles faites, comme ici, de détachements (vexillationes) prélevés sur plusieurs légions.

Flaubert, Salammbô et le Cabinet des médailles

Salammbô : 5e acte, le forum, mort de Salammbô, estampe / Y. M. [sig.], 1892 (BnF, BMO, ESTAMPES SCENES Salammbo 34)
Dès sa parution en novembre 1862, Salammbô, le « roman carthaginois » de Gustave Flaubert, déclencha une vive polémique. L’incomplétude des connaissances archéologiques et historiques sur Carthage rendait en effet l’exercice périlleux, et le résultat a hérissé tant les tenants du réalisme dans le roman que les antiquaires et archéologues. Pourtant Flaubert réitère à de nombreuses reprises son absence de prétention à l’exactitude scientifique, et le statut de roman de son œuvre. Qui plus est, il prépare Salammbô par des recherches abondantes, notamment au Cabinet des médailles de la Bibliothèque impériale. Continuer la lecture de Flaubert, Salammbô et le Cabinet des médailles

Journée d’étude : « L’Orient à l’épreuve de la Grande Guerre. Autour d’Une enquête aux pays du Levant de Maurice Barrès »

Maurice Barrès à Baalbek, 1914, exposition Maurice Barrès : 1862-1923, Bibliothèque nationale de France, 1962, cliché n° 363

« L’Orient à l’épreuve de la Grande Guerre. Autour d’Une enquête aux pays du Levant de Maurice Barrès » se tiendra le mercredi 21 juin 2017, 9h30 – 18h, au Collège de France, 11, place Marcelin-Berthelot, 75005 Paris, Salle 4.

Présentation et programme

Continuer la lecture de Journée d’étude : « L’Orient à l’épreuve de la Grande Guerre. Autour d’Une enquête aux pays du Levant de Maurice Barrès »

Mercure tenant le caducée

Archive: Image du mois BnF Juin 2017
Juin 2017 Mercure tenant le caducée

MMA inv.56.1

Mercure, le dieu préféré des Gaulois selon Jules César, est ici bien identifiable à sa pose et à son grand caducée,  malgré l’absence du pétase qui devait le coiffer et de la bourse qu’il tenait à la main. Cette grande statuette a été trouvée en 1830 à Berthouville en Normandie, dans une cachette soigneusement aménagée vers le 3e siècle dans un sanctuaire consacré à Mercure Canetonnensis, avec une soixantaine de pièces de vaisselle d’argent, ex-voto luxueux ou modestes. Elle est un des très rares exemplaires subsistants de la statuaire d’argent.
Le trésor de Berthouville, restauré de 2011 à 2014 par le Getty Museum à Los Angeles, forme le cœur de l’exposition Le luxe dans l’antiquité, trésors de la Bibliothèque nationale de France, au Musée départemental-Arles antique du 1er juillet 2017 au 21 janvier 2018. Décors de marbre, statuaire de bronze, bijoux, pierres gravées et monnaies complètent cette réflexion sur le luxe romain.
Deux catalogues, l’un  en français, l’autre en anglais sont disponibles.

Zoom sur… un tétradrachme ptolémaïque fourré

Note du comité éditorial

Le récent billet consacré aux premières fausses monnaies de l’histoire monétaire occidentale est l’occasion pour nous d’inaugurer la rubrique « Zoom sur…« . Ces textes courts sont destinés à mettre en avant un ou plusieurs documents de la BnF en contrepoint des billets long mensuels. L’objectif est double. Bien entendu il s’agit d’abord de mettre en avant la diversité des fonds de la BnF, mais c’est aussi une occasion d’explorer d’autres facettes du thème développé dans le billet long, voire d’aborder plus en détail certains aspects évoqués.

Tétradrachme attribué à Paphos (Chypre) sous le règne de Ptolémée VI Philometor daté de l’an 163/2 av. J.-C., 13,51 g, 26 mm, 12 h. Au droit, tête de Ptolémée I diadémée à droite ; au revers, ΠΤΟΛΕΜΑΙΟΥ ΒΑΣIΛΕΩΣ (« du roi Ptolémée »), aigle perché sur un foudre à gauche, L IΘ (« an 19 ») dans le champ gauche, ΠA dans le champ droit (BnF, MMA, Fonds général 180)

Continuer la lecture de Zoom sur… un tétradrachme ptolémaïque fourré

Conférence 7 juin 18h30 «La fabrique d’une cité grecque: l’exemple d’Euromos (Carie, Turquie)»

Euromos, temple de Zeus. Cl. Sarah MurrayCC BY-SA 2.0

7 juin à 18h30 : Conférence: « La fabrique d’une cité grecque: l’exemple d’Euromos (Carie, Turquie) » par M. Francis Prost, Professeur d’Archéologie classique Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, UMR 7041 – Archéologies et Sciences de l’Antiquité

Continuer la lecture de Conférence 7 juin 18h30 «La fabrique d’une cité grecque: l’exemple d’Euromos (Carie, Turquie)»

The Core and the Gilding: the First Fake Coins in the Western World

Stater, electrum, Phocaea, Ionia, end 7th-mid 6th BC, 16,06g. Obverse, lion head left ; reverse, incuse square (BnF, MMA, Luynes 2655)

Lire ce billet en français : L’âme et la tôle : les premiers faux de l’histoire monétaire occidentale

The earliest coins struck in the Western world date from the last third of the 7th century BC. They were produced in Asia Minor, in the western part of present-day Turkey, where Greek cities and Hellenized indigenous peoples cohabited. These are metal pellets stamped by the issuing authority to guarantee their value, in particular the weight and quantity of precious metal they contain. The novelty of these objects lies in the fact that these coins can be counted, in contrast to the prior practice of weighing metals. The other characteristic of these currencies is that they are legal objects issued by an authority. The Greek name of the currency is nomisma, a word that comes from nomos, ‘law’. In spite of this etymology, it must be noted that forgeries were invented at the same time as the coins guaranteed by the State. Continuer la lecture de The Core and the Gilding: the First Fake Coins in the Western World

L’âme et la tôle : les premiers faux de l’histoire monétaire occidentale

Statère, électrum, Phocée, Ionie, fin du VIIe-première moitié du VIe siècle av. J.-C., 16,06 g. Au droit, tête de lion à gauche ; au revers, un carré creux (BnF, MMA, Luynes 2655)

Read this post in English: The Core and the Gilding: the first fake coins in the Western world

Les plus anciennes monnaies frappées dans le monde occidental datent du dernier tiers du VIIe siècle avant J.-C. Elles ont été produites en Asie mineure, dans la partie occidentale de l’actuelle Turquie, où cités grecques et peuples autochtones hellénisés cohabitent. Il s’agit de pastilles de métal estampillées par l’autorité émettrice qui en garantit la valeur, notamment le poids et la quantité de métal précieux qu’elles contiennent. La nouveauté de ces objets réside dans le fait que ces monnaies se comptent, contrairement à l’usage antérieur de peser les métaux. L’autre caractéristique de ces monnaies est qu’elles sont des objets légaux émis par une autorité. Le nom grec de la monnaie est nomisma, un mot qui vient de nomos, la loi. Malgré cette étymologie, il faut constater que les faux ont été inventés en même temps que la monnaie garantie par l’État. Continuer la lecture de L’âme et la tôle : les premiers faux de l’histoire monétaire occidentale

Recherches, collections, ressources sur l'Antiquité à la Bibliothèque nationale de France