Entretien avec Paul Veyne

Paul Veyne à la BnF – conférence du 17 avril 2008

La neuvième édition du prix de la BnF a été remis à Paul Veyne. L’historien de l’Antiquité et philologue nous a accordé un entretien, en partie publié à la page 23 du magazine Chroniques de la BnF n° 80 (septembre-décembre 2017) et en partie sur le carnet de recherches l’Antiquité à la BnF.

Continuer la lecture de Entretien avec Paul Veyne

Cycle de conférences Archéologie de la Guerre Exposition 14-18 Archéologie de la Grande Guerre

La Bibliothèque nationale de France organise entre octobre 2017 et juin 2018 un cycle de conférences consacré aux différents aspects de l’archéologie de la Guerre, toutes périodes confondues. Le cycle s’ouvre par l’exposition Inrap sur l’archéologie de la Grande Guerre, sur le site François Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France et l’intervention de Gilles Prilaux dressant un panorama synthétique de l’apport de ces fouilles. Ces conférences s’insèrent dans la lignée d’une série de manifestations faisant écho aux commémorations des années  1917-1918 dont la bibliothèque est partie prenante :

Continuer la lecture de Cycle de conférences Archéologie de la Guerre Exposition 14-18 Archéologie de la Grande Guerre

Antiquité et cinéma : 1. L’Égypte

Le cinéma s’est très vite emparé de sujets historiques, et pourtant faire revivre des temps lointains n’est pas si aisé. Howard Hawks se plaignait amèrement pendant le tournage de Land of the pharaohs de ne pas savoir comment parlait et pensait un pharaon. La mise en scène du passé ne peut éviter le présent, du point de vue des connaissances archéologiques et historiques ou des préoccupations des artistes et du public.

Les collections  de la BnF contiennent bon nombre de films inspirés par l’Antiquité. A partir du livre d’Hervé Dumont, L’Antiquité au cinéma : vérités, légendes et manipulations, qui recense les films des origines du cinéma à 2009, en voici un bref panorama que nous déclinerons en trois billets de blog.

1er billet : l’Égypte. Par la durée de sa civilisation, ses prestigieux souverains et son architecture monumentale, elle s’est imposée à l’écran dès les débuts du cinéma.

read this article in english: here

Continuer la lecture de Antiquité et cinéma : 1. L’Égypte

Publication de mélanges en l’honneur de Michel Amandry : Rome et les provinces, monnayage et histoire

A gauche, couverture de l’ouvrage ; à droite, Michel Amandry

Les amis, collègues et élèves de Michel Amandry, directeur honoraire du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF (1991-2013) et président de la Société française de Numismatique (depuis 2014) ont souhaité l’honorer samedi 2 septembre 2017 par la remise d’un volume de mélanges intitulé Rome et les provinces, monnayage et histoire.  Dirigé par L. Bricault, A. Burnett, V. Drost et A. Suspène et édité chez Ausonius Editions (collection Numismatica Antiqua, vol. 7), ce gros ouvrage de plus de 450 pages ne contient pas moins de 31 articles qui font écho aux abondants travaux du spécialiste renommé – 19 pages ne suffisent pas à rassembler l’intégralité de sa bibliographie -, qu’il s’agisse de numismatique grecque, romaine, et surtout provinciale romaine.

Collection des monnaies gauloises d’André Breton

Archive : Image du mois BnF septembre 2017

Septembre 2017 Catalogues de la collection des monnaies gauloises d’André Breton

Cahiers d’André Breton (1950-1966), MMA inv. 8-RES MS-56 et 57 (cl. sous droits © CalmelsCohen, 2003 hébergé sur le site Associé Atelier André Breton)

Les surréalistes se sont intéressés de près à la culture celte et l’art gaulois, et cela était plus vrai encore d’André Breton, fondateur et théoricien du mouvement. Son intérêt pour la monnaie celtique en particulier aurait été éveillé en 1954 avec la parution de L’Art gaulois dans les médailles, de Lancelot Lengyel. Dans les années qui suivent et jusqu’à sa mort, Breton rassemble une collection de 145 monnaies celtiques, dont il rédige lui-même dans deux cahiers d’écolier l’inventaire manuscrit illustré de frottages au crayon. Pourquoi un tel goût pour la numismatique gauloise de la part du « Pape du surréalisme » ? S’il étudie sérieusement ce monnayage d’un point de vue numismatique, allant jusqu’à suivre des cours auprès de Colbert de Beaulieu, Breton s’attache surtout, à la faveur des agrandissements photographiques de grande qualité qui illustrent l’ouvrage de Lengyel, aux aspects esthétiques de ces monnaies. Longtemps perçues comme de malhabiles copies de modèles antiques, il entend, à la suite de Lengyel et avant lui d’André Malraux et de Georges Bataille, les réhabiliter comme le fruit de choix esthétiques et iconographiques, qui plus est proches de préoccupations surréalistes : la négation de l’héritage gréco-latin d’une part, et une iconographie du mouvement déployant les formes jusqu’à la limite de l’abstraction.

Les carnets sont aujourd’hui conservés au département des Monnaies, Médailles et Antiques. Ils ont été préemptés à la vente André Breton organisée par Calmels Cohen le 14 avril 2003 du lot 3104. Ils sont visibles dans l’exposition Les Celtes et la monnaie: des Grecs aux Surréalistes, au Musée cantonal d’archéologie et d’histoire de Lausanne jusqu’au 11 novembre 2017.

Citer ce billet : fcodine, "Collection des monnaies gauloises d’André Breton", in L’Antiquité à la BnF, 01/09/2017, http://antiquitebnf.hypotheses.org/1368, [consulté le 18/11/2017].