Zoom sur… un tétradrachme ptolémaïque fourré

Note du comité éditorial

Le récent billet consacré aux premières fausses monnaies de l’histoire monétaire occidentale est l’occasion pour nous d’inaugurer la rubrique « Zoom sur…« . Ces textes courts sont destinés à mettre en avant un ou plusieurs documents de la BnF en contrepoint des billets long mensuels. L’objectif est double. Bien entendu il s’agit d’abord de mettre en avant la diversité des fonds de la BnF, mais c’est aussi une occasion d’explorer d’autres facettes du thème développé dans le billet long, voire d’aborder plus en détail certains aspects évoqués.

Tétradrachme attribué à Paphos (Chypre) sous le règne de Ptolémée VI Philometor daté de l’an 163/2 av. J.-C., 13,51 g, 26 mm, 12 h. Au droit, tête de Ptolémée I diadémée à droite ; au revers, ΠΤΟΛΕΜΑΙΟΥ ΒΑΣIΛΕΩΣ (« du roi Ptolémée »), aigle perché sur un foudre à gauche, L IΘ (« an 19 ») dans le champ gauche, ΠA dans le champ droit (BnF, MMA, Fonds général 180)

Ce tétradrachme ptolémaïque  est signalé pour la première fois  dans les collections de la BnF sous le numéro 180 dans l’Inventaire des monnaies antiques d’Égypte, rédigé entre le 1 octobre 1885 et le 31 janvier 1887 par Maurice Prou (BnF, MMA, MS. 20). La pièce est publiée à Athènes en 1904 par Ioannes N. Svoronos dans son monumental Τα νομίσματα του κράτους των Πτολεμαίων (« Les monnaies du royaume des Ptolémées ») sous le numéro 1322α (pl. XLIV, 19). L’auteur attribue cet exemplaire – qu’il considère comme unique – au règne de Ptolémée V Epiphane en l’atelier de Paphos, à Chypre. L’année 19 aurait correspondu à l’an 186 av. J.-C. Les travaux ultérieurs ont montré que cet exemplaire ne pouvait dater que du règne de Ptolémée VI Philometor, soit de l’année 163/2 av. J.-C.

Dans le cadre de ma thèse de doctorat, j’eus l’occasion de soumettre un grand nombre de monnaies d’or et d’argent ptolémaïques de la BnF à l’analyse élémentaire par LA-ICP-MS  au laboratoire IRAMAT-CEB (UMR 5060, CNRS-Université d’Orléans). Les résultats sont obtenus grâce à des micro-prélèvements invisibles à l’œil nu (entre 20 et 80 μm de diamètre). Un outil de contrôle permet de suivre en direct la progression de l’ablation laser. Les profils de concentration montrent les divers enrichissements de surfaces ou perturbations au sein de l’objet. L’hétérogénéité de l’alliage de la monnaie analysée, notamment entre la surface et le cœur, est ainsi révélée.

Profil de concentration de la monnaie Fonds général 180

A ce titre, la monnaie Fonds général 180 a suscité la surprise. Durant les 145 premières secondes de l’analyse, le profil est conforme aux attentes : l’argent (ligne noire) est évalué aux alentours de 97-98 % avec pour complément essentiellement du cuivre (ligne bleu foncé) ; c’est la composition habituelle des monnaies  ptolémaïques de l’époque. Vers 145 secondes, on observe une brusque chute de la teneur en argent compensée par une augmentation comparable des valeurs du cuivre ; les courbes se croisent peut avant 200 secondes d’ablation. L’augmentation, certes bien moindre, de la teneur en étain (ligne bleu clair) semble indiquer que l’âme, le cœur de la monnaie, est composée de bronze. Ça ne fait aucun doute, ce tétradrachme est fourré, c’est un faux antique.

Bien entendu, ce n’est pas la première monnaie fourrée que l’on découvre dans les fonds de la BnF. Ce qui frappe cependant, c’est que rien à part l’analyse élémentaire n’a permis de détecter cette spécificité. On peut d’ailleurs ajouter qu’une analyse de surface, par exemple par spectrométrie de fluorescence X, n’aurait probablement rien décelé d’anormal.

La plupart des monnaies que nous considérons comme fourrées le sont visiblement, soit parce que l’argenture a disparu plus ou moins complètement (Populonia, ci-dessous), soit car la pièce fut entaillée pour être testée (Athènes, ci-dessous).

Monnaies d’argent fourrée de 20 unités de Populonia (Étrurie), IVe siècle – IIIe siècle avant J. – C., 8,74 g, 19 mm. Au droit, tête de Gorgone de face ; au-dessous, X ; motif informe (BnF, MMA, coll. de Luynes, 5)
Imitation d’un tétradrachme d’Athènes, fourré, Ve siècle av. J.-C., 17,18 g. Au droit, tête d’Athéna casquée à droite ; au revers, ΑΘE , chouette à droite, la tête de face, dans le champ gauche, une branche d’olivier et un croissant (BnF, MMA, Fonds général 336)

Assez épaisse, l’argenture de notre tétradrachme ptolémaïque est demeurée intacte. Et bien que d’un style légèrement dissonant en comparaison de la plupart des tétradrachmes chypriotes contemporains, cette pièce a toujours été considérée comme parfaitement officielle : le poids un peu faible n’est pas anormal, la typologie, la légende et les marques de contrôle sont cohérentes et surtout l’alliage semblait fait de bon argent.

Aussi,  sans doute les fausses monnaies sont-elles plus nombreuses que nous le suspectons. Ce constat renforce encore le lien consubstantiel entre la monnaie et la permanente tentation de la fausse monnaie. A travers cet exemple, il est finalement assez réjouissant de constater que certains faussaires antiques parviennent à nous tromper encore vingt-trois siècles après leur mort, certains y verront peut-être une sorte de reconnaissance posthume.

Julien Olivier

Sur le même thème :

Sur la collection des monnaies ptolémaïques de la BnF :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *