L’âme et la tôle : les premiers faux de l’histoire monétaire occidentale

Statère, électrum, Phocée, Ionie, fin du VIIe-première moitié du VIe siècle av. J.-C., 16,06 g. Au droit, tête de lion à gauche ; au revers, un carré creux (BnF, MMA, Luynes 2655)

Read this post in English: The Core and the Gilding: the first fake coins in the Western world

Les plus anciennes monnaies frappées dans le monde occidental datent du dernier tiers du VIIe siècle avant J.-C. Elles ont été produites en Asie mineure, dans la partie occidentale de l’actuelle Turquie, où cités grecques et peuples autochtones hellénisés cohabitent. Il s’agit de pastilles de métal estampillées par l’autorité émettrice qui en garantit la valeur, notamment le poids et la quantité de métal précieux qu’elles contiennent. La nouveauté de ces objets réside dans le fait que ces monnaies se comptent, contrairement à l’usage antérieur de peser les métaux. L’autre caractéristique de ces monnaies est qu’elles sont des objets légaux émis par une autorité. Le nom grec de la monnaie est nomisma, un mot qui vient de nomos, la loi. Malgré cette étymologie, il faut constater que les faux ont été inventés en même temps que la monnaie garantie par l’État.

Durant la deuxième moitié du VIe s. avant J.-C., le poète Théognis de Mégare évoque déjà « l’or et l’argent altérés » et la capacité de l’homme avisé à les reconnaître. Plus savoureux, Hérodote rapporte que Polycrate, tyran de Samos dans les années 530-520, aurait fait frapper des monnaies de plomb recouvertes d’or avec lesquelles il aurait payé les Spartiates pour qu’ils interrompent le siège de sa cité. Le département des Monnaies, médailles et antiques conserve deux âmes de plomb qui datent de l’époque archaïque et ont peut-être été recouvertes d’une pellicule d’or.

Âme en plomb d’un statère, Ionie, fin du VIIe-première moitié du VIe siècle av. J.-C., 6,19 g. Au droit, un lion à droite la tête retournée ; au revers, deux rectangles creux (BnF, MMA, M 2619)
Âme en plomb d’un statère, Ionie, fin du VIIe-première moitié du VIe siècle av. J.-C., 6,21 g. Au droit, un personnage masculin un genou à terre à droite ; au revers, deux rectangles creux (BnF, MMA, M 7169)

La BnF possède surtout une belle collection de monnaies archaïques dont un petit ensemble de faux antiques. Grâce à un financement du CNRS, le Centre Ernest-Babelon (CNRS-Université d’Orléans), un laboratoire de physique appliquée aux archéo-matériaux, a pu analyser 82 monnaies archaïques de la collection de la Bibliothèque nationale de France.

Ces toutes premières monnaies sont faites dans un alliage d’or et d’argent appelé électrum. Les plus anciennes sont datées du dernier tiers du VIIe siècle avant J.-C. Dès les origines, il s’agit de productions complexes. En effet, au lieu de choisir des images fixes pour orner les deux faces de ces monnaies, elles appartiennent à la petite catégorie des monnaies dites « à types multiples » : une iconographie très variée figure au droit de la monnaie : cheval, coq, lion, chèvre, motif floral ou géométrique, etc.

Douxième de statère (hémihecté), électrum, Ionie, fin du VIIe-première moitié du VIe siècle av. J.-C., 1,28 g. Au droit, svastika encadrée de croissants ; au revers, un carré creux quadripartite (BnF, MMA, Fonds général 55)

Un ou des carrés creux plus ou moins élaborés ornent le revers. Le système est rendu encore plus complexe par l’existence de plusieurs étalons de référence dont la dénomination supérieure est appelée un statère. Le statère « lydo-milésien » pèse environ 14,30 g, le statère phocaïque 16,50 g et celui de Samos 17,40 g. Dans chacun de ces systèmes, il existe de 4 à 7 divisions du statère. Les plus petites pièces pèsent entre 0,15 g et 0,17 g selon le système. Toute une série d’ateliers a produit ces monnaies, sans qu’on soit toujours capable de les identifier.

Sixième de statère (hecté), étalon phocaïque, électrum, Ionie, fin du VIIe-première moitié du VIe siècle av. J.-C., 2,58 g. Au droit, tête de phoque à gauche ; au revers, un carré creux bipartite (BnF, MMA, M 1816)

 

Statère, étalon samien, électrum, Ionie, fin du VIIe-première moitié du VIe siècle av. J.-C., 17,30 g. Au droit, type indéterminé ; au revers, deux rectangules creux  ornés d’une anguille et d’un ibis (BnF, MMA, L 3975)

Les analyses du programme « Electrum » se sont concentrées sur les monnaies d’étalon lydo-milésien. Leur nom vient du fait qu’il est impossible de déterminer si les premières monnaies de ces séries ont été émises par la cité grecque de Milet ou par le peuple voisin des Lydiens. Les analyses ont déterminé que ces monnaies avaient été fabriquées à partir d’alliages or-argent de composition contrôlée. Il ne s’agit pas d’un alliage qui aurait été découvert à l’état naturel mais bien d’un processus de composition artificielle qui varie selon les séries. C’est le dernier élément de complexité de ces tout premiers monnayages : l’alliage lui-même n’a pas une valeur constante, la part d’or variant de plus de 60 % à environ 40 %. La série qui paraît la plus stable est celle des tiers de statères (trité) attribués à la Lydie, un royaume hellénisé puissant durant la première moitié du VIe siècle. Ces petites monnaies d’environ 4,75 g présentent une composition régulière d’environ 55 % d’or pour 45 % d’argent.

Tiers de statère (trité), étalon lydo-milésien, électrum, Sardes, Lydie, fin du VIIe-première moitié du VIe siècle av. J.-C., 4,68 g. Au droit, tête de lion à droite ; au revers, deux carrés creux (BnF, MMA, Fonds général 21)

Malgré la complexité de ce premier système monétaire, les procédés de fabrication semblent sommaires. Les pastilles de métal sont produites rapidement et vite refroidies avant la frappe.

Les faux antiques

Cinq des 72 monnaies d’étalon lydo-milésien se sont révélées être des faux antiques. Ce sont des monnaies qu’on appelle fourrées : une mince tôle d’électrum recouvre une âme d’argent.

1. Tiers de statère (trité) fourré, Sardes, Lydie, fin du VIIe-première moitié du VIe siècle av. J.-C., 3,88 g. Au droit, tête de lion à droite ; au revers, deux carrés creux (BnF, MMA, M 1155)
2. Tiers de statère (trité) fourré, Milet, Ionie, fin du VIIe-première moitié du VIe siècle av. J.-C., 4,65 g. Au droit, lion accroupi à gauche, la tête retournée ; au revers, deux carrés creux (BnF, MMA, Fonds général 45)
3. Douzième de statère (?) fourré, atelier incertain, Ionie (?), fin du VIIe-première moitié du VIe siècle av. J.-C., 1,02 g. Au droit, tête bridée de cheval à gauche ; au revers, un carré creux (BnF, MMA, Fonds général 145)
4. 1/24e de statère fourré, atelier incertain, Ionie (?), fin du VIIe-première moitié du VIe siècle av. J.-C., 0,27 g. Au droit, tête de chèvre à gauche ; au revers, un cercle creux avec trois points (BnF, MMA, Fonds général 106)
5. Tiers de statère (trité) fourré, atelier incertain, Ionie (?), fin du VIIe-première moitié du VIe siècle av. J.-C., 3,65 g. Au droit, Pégase marchant à gauche ; au revers, deux carrés creux (BnF, MMA, Fonds général 40)

Ces faux ont pu passer pour authentiques dans l’Antiquité car ils possèdent les mêmes types que des monnaies entièrement en électrum. Aujourd’hui, la mince couche d’électrum s’est écaillée, laissant apparaître la couleur grise de l’argent sous la surface. Il est intéressant de noter que le tiers de statère lydien fourré présente sur sa tranche des poinçons de vérification qui sont très fréquents sur les monnaies authentiques.

Le poids des faux est plus faible que celui des monnaies authentiques car la densité de l’argent est inférieure à celle de l’or. Les dorures sont en électrum et possèdent des teneurs en or comprises entre 65 % et 42 % ainsi que du cuivre en proportions significatives, entre 6 % et 13 %. Les concentrations en or des plaquages sont en accord avec celles des monnaies authentiques mais le cuivre est présent en proportion plus importante, probablement pour des raisons techniques ayant trait à la fabrication de ces faux.

1/24e de statère (?) fourré, faux moderne (?), 0,48 g. Au droit, tête de coq à droite ; au revers, un carré creux (BnF, MMA, D 3230)

Cette monnaie fourrée paraît douteuse. En effet, la couverture contient une quantité d’or supérieure à ce que l’on constate pour les autres monnaies et elle a été plaquée sur l’âme d’argent avec un amalgame au mercure, technique inconnue sur les autres faux archaïques. La dorure au moins pourrait être moderne.

Conclusion

Les monnaies fourrées en électrum appartiennent à des dénominations variées, de la petite fraction d’1/48e de statère de 0,27 g au tiers de statère de 3,88 g. Elles ont toutes été fabriquées selon un même mode opératoire qui reste à préciser. Le phénomène n’était donc pas isolé et paraît même avoir été relativement courant. Comment l’interpréter ? Les historiens se sont penchés fréquemment sur la question de la fausse monnaie. Plusieurs explications existent pour expliquer les circonstances de cette production. Le vol des coins, les matrices qui servaient à frapper les monnaies, peut expliquer l’utilisation de types officiels pour produire des faux. Les textes du Moyen Âge témoignent aussi de nombreux cas d’utilisation frauduleuse du matériel de l’atelier monétaire par les ouvriers eux-mêmes pour s’enrichir. De tels cas pourraient aussi bien avoir existé dès l’époque archaïque. Pour d’autres cas de fabrication de faux de très petite taille, donc de valeur relativement faible, il a été proposé une explication technique. Le chef d’atelier reçoit une certaine quantité de métal pour produire un certain nombre de monnaies. Il est possible qu’en fin de production, il se soit trouvé avec une quantité de métal insuffisante pour arriver au volume qui était commandé. Il est alors envisageable que l’atelier ait complété la production en réservant le peu de métal précieux restant pour la tôle de couverture et en utilisant un autre métal, ici l’argent, pour l’intérieur des pièces. Dans ce cas, nous serions en présence de faux d’atelier, monnaies officielles mais qui trompent cependant l’utilisateur sur leur valeur réelle.

Frédérique Duyrat

Pour aller plus loin…

G. Le Rider, La naissance de la monnaie : pratiques monétaires de l’Orient ancien, Paris, 2001

A. Ramage, P. Craddock, King Croesus’ Gold: Excavations at Sardis and the History of Gold Refining. Archaeological Exploration of Sardis Monograph 11, Cambridge, 2000.

White Gold: Revealing the World’s Earliest Coins, International Congress at Israel Museum, Jerusalem,  June 25-26, 2012, à paraître.

3 réflexions au sujet de « L’âme et la tôle : les premiers faux de l’histoire monétaire occidentale »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *