Francesco Salvolini : le disciple controversé de Champollion

Durant l’été 1830, un jeune italien passionné de langues orientales et fasciné par l’Égypte ancienne, Francesco Salvolini (1809-1838), arriva à Paris pour poursuivre ses études avec Jean-François Champollion.

Portrait de Francesco Salvolini © Pinacoteca Comunale di Faenza.

Avant de s’aventurer au-delà des Alpes, Salvolini avait passé quelques jours à Turin, où, en 1824, le premier Musée Égyptien du monde avait ouvert au public, à la suite de l’achat par le roi Charles-Félix de Savoie, de la collection d’antiquités de Bernardino Drovetti, consul général de France en Égypte. Les objets, exposés dans le même palais historique où siège l’Académie des Sciences – qui avait encouragé leur acquisition –  commencèrent à être étudiés par des membres de cette prestigieuse institution, qui devint bientôt une référence pour les savants de toute l’Europe intéressés par cette nouvelle discipline qu’était l’égyptologie. Certains de ces académiciens accueillirent Salvolini lors de son court séjour turinois : le philologue Amedeo Peyron, le chevalier Cesare Saluzzo et surtout le secrétaire de l’Académie, l’abbé Costanzo Gazzera, qui devint le grand protecteur de Salvolini. Une grande amitié se développa entre eux, comme en témoignent les nombreuses lettres qu’ils ont échangées pendant sept ans (1830-1837)1

Statue de J.-Fr. Champollion au Collège de France. Annuaire. Société d’histoire et d’archéologie de Colmar, 1979. © BnF, Gallica.

À Paris, Salvolini se présenta à Champollion muni des recommandations de Gazzera et Peyron qui, depuis des années, étaient en contact avec le savant français. Les académiciens s’étaient liés avec Champollion depuis son séjour de plusieurs mois à Turin, entre 1824 et 1825. Il avait alors  étudié les monuments du musée afin de mettre à l’épreuve sa théorie sur le déchiffrement des hiéroglyphes, exposée dans sa Lettre à  Monsieur Dacier publiée en 1822. La lettre que Peyron écrivit à Champollion pour introduire le jeune italien, datée du 23 juillet 1830, est conservée à la BnF (Mss NAF 20357) et décrit Salvolini ainsi :

Faentino di molte speranze, che dotto di cofto, di sanscrito, vorrebbe iniziarsi nei misteri egiziani, epperò si reca a Parigi per conoscere voi, gran Mistagogo, ed approfittare dei vostri lumi. A nulla gli giovò la sua residenza in Bologna, poiché il Mezzofanti oltre all’essere un mero Dizionario bipede non è cortese d’insegnamento; studiò di per se con mirabile pazienza, e spera maggior cortesia in Parigi.
[Faentin prometteur qui, sachant le copte, le sanscrit, voudrait s’initier aux mystères égyptiens, et à cette fin se rend à Paris pour faire votre connaissance, vous le grand Mystagogue, et pour profiter de vos lumières. Rester à Bologne ne lui a servi à rien, puisque Mezzofanti, en outre d’être un simple dictionnaire bipède, n’est pas d’un enseignement profitable. Il a étudié par lui-même avec une patience admirable et espère un meilleur accueil à Paris.]

Salvolini n’a pu cependant profiter que très peu des enseignements donnés par celui qu’il appelle le gran maestro. Champollion, titulaire de la chaire d’archéologie du Collège de France depuis mars 1831, mourut prématurément le 4 mars 1832, en laissant Salvolini, qui avait suivi sa maladie, profondément inquiet des conséquences de cette perte irréparable. Dans une de ses lettres à Gazzera, datée du 28 mars 1832, Salvolini se demandait qui aurait pu poursuivre les recherches de son maître :

Persona non vi ha in Francia che possa rimpiazzare né seguire e longinque le pedate del gran maestro.
[Il n’y a personne en France qui puisse remplacer ni suivre de loin les pas du gran maestro.]

Dans le même temps, Gazzera, lui aussi choqué par le décès soudain de Champollion, incita, dans une missive du 18 mars 1832, le jeune italien à continuer les études du savant français :

Caro Salvolini tocca a lei a subentrare in parte nelle sue idee e continuare la pubblicazione delli suoi immensi materiali portati d’Egitto .
[Cher Salvolini à vous de succéder en partie à ses idées et de continuer la publication de son matériel immense rapporté d’Égypte.]

Et dans une lettre écrite début 1833, Gazzera ajoutait que Salvolini :

è il solo in grado di far progredire gli studi Egizi aperti dall’Immortale nostro Champollion. Badi bene, mio caro Salvolini, io credo fermamente ch’ella sia il solo in Europa in grado, continuando lo studio su tali monumenti, di compire quanto avrebbe fatto lo stesso Champollion, se avesse prolongata la vita sua.
[est le seul capable de faire progresser les études égyptiennes ouvertes par notre Immortel Champollion. Sachez bien, mon cher Salvolini, je crois fermement que vous êtes le seul en Europe capable, en poursuivant l’étude de ces monuments, d’accomplir ce qu’aurait lui-même fait Champollion, si sa vie avait été plus longue.]

Peyron était du même avis et il considérait Salvolini comme unico erede del sapere del dotto Francese [unique héritier de la connaissance du docte français]2

Salvolini, encouragé par ses amis turinois, poursuivit donc les travaux scientifiques de son maître sur plusieurs thèmes, parmi lesquels les inscriptions de la stèle de Rosette et de l’obélisque de Louxor – aujourd’hui Place de la Concorde à Paris – ainsi que le Livre des Morts et le Canon Royal du Musée Égyptien de Turin. Cette activité de recherche très intense fit naître de graves accusations de plagiat à son encontre. Comme Salvolini l’écrit dans sa lettre adressée à Gazzera le 14 janvier 1833, Jacques-Joseph Champollion Figeac, frère aîné de Jean-François, lui reprochait de publier sous son propre nom certains papiers du maître. Salvolini dénonça cette accusation comme une calomnie, en défiant Champollion Figeac de prouver la véracité de ses allégations. Dans cette affaire, Gazzera soutint et défendit avec détermination Salvolini, par exemple le 21 janvier 1833:

Ella segue le pedate del Maestro, e non ne usurpa i lavori. Che se i scolari, morto il Maestro, non potessero nulla pubblicare senza incorrere la taccia di plagiario, nessuno più vorrebbe mettersi sotto la disciplina altrui, e ciò sarebbe danno delle scienze gravissimo.
[Vous suivez les traces du Maître, et n’en usurpez pas les travaux. Car si les élèves, le Maître étant mort, ne pouvaient rien publier sans encourir l’accusation de plagiat, personne ne voudrait se placer sous la discipline d’autrui, et cela aurait des effets très graves pour la science.]

De fait, certains aspects de cette histoire du plagiat ne sont pas très clairs. Si, d’une part, Salvolini écrivait, dans une lettre adressée à Gazzera le 12 octobre 1832, qu’il avait reçu de la part de Champollion, avant sa mort, une grande quantité de matériel (abbondante messe di materiali), ce qui pourrait signifier que son maître lui avait confié des documents à étudier, en revanche, d’une autre part, certains manuscrits et publications de Salvolini semblent être des copies exactes des travaux en cours de Champollion.

Au cours de mes recherches, j’ai pu constater notamment qu’au manuscrit sur le Livre des Morts de Iouefankh (Turin C. 1791), rédigé par Champollion à Turin entre juillet et août 1825, intitulé Table analytique du Grand Rituel Funéraire avec les titres de chaque chapitre (Mss NAF 20309), correspond une copie fidèle faite par Salvolini en 1833, portant exactement le même titre, conservée aux Archives Nationales de Turin (Fondo Salvolini, mazzo 12). Dans ce travail, Salvolini a parfois répété les mêmes erreurs de transcription faites par Champollion (preuve d’une copie directe du manuscrit de son maître), mais il a également apporté des corrections par rapport au document de celui-ci, ce qui montre qu’il a dû collationner les textes. Mais sur la base de quelle source ? En 1833, Salvolini n’avait pas encore eu l’occasion d’aller à Turin pour étudier les objets du musée, parmi lesquels le Livre des Morts en question.  Ce n’est qu’en 1834 qu’il a passé environ deux mois dans cette cité du Piémont.

En outre, la BnF conserve un autre manuscrit de Champollion relatif au même papyrus de Iouefankh. Il s’agit des Litanies du dieu Osiris, c’est-à-dire une liste des « noms d’Osiris en tous les lieux dans lesquels il désire être », constituant la formule 142 du Livre des Morts. Sur la première page du cahier in-folio, Champollion avait noté la date de rédaction de ce document : le 9 octobre 1824, à Turin sans doute (Mss NAF 20309). Dans ce cas aussi, Salvolini a copié fidèlement le manuscrit de son maître, comme cela avait déjà était dénoncé par Champollion Figeac en 1842. La reproduction faite par le jeune italien est conservée également à la BnF (Mss NAF 20453).

L’accusation de plagiat de Champollion Figeac contre Salvolini porte aussi sur un autre document : le papyrus de Pétèmenoph/Padiimenipet, fils de Cléopâtre. Champollion avait copié le texte hiératique de ce Livre des Respirations, conservé à la BnF (Égyptien 152), en donnant la transcription en hiéroglyphes, la lecture en copte et la traduction en français (Mss NAF 20309). En effet, une copie précise de ce travail, ayant le même titre et la même structure (texte hiératique, transcription en hiéroglyphes, lecture en copte et traduction en français), fut rédigée par Salvolini (Mss NAF 20452), mais dans ce cas le jeune italien a bien indiqué qu’il s’agissait de la copie d’un manuscrit de son maître.

Au-delà de l’existence des copies réalisées (à son nom) à partir des études de Champollion, un autre élément a contribué fortement à alimenter les soupçons de plagiat envers Salvolini. En effet, à la mort de Champollion, lorsque son frère commença à dresser un état des manuscrits conservés dans le cabinet du savant, certains papiers manquaient. Quelques années plus tard, en 1840, une partie de ces papiers portés disparus furent récupérés par Charles Lenormant après le décès de Salvolini, dans sa maison parisienne, mais d’autres ne furent jamais retrouvés.

J.-J. Champollion Figeac, Notice sur les manuscrits autographes de Champollion le jeune…, Paris, 1942. BnF, Département Littérature et Art, Q-4924 ©  BnF, Gallica

Dans un long article paru en 18423, Champollion Figeac accuse ouvertement Salvolini du vol des manuscrits, qui aurait eu lieu dix ans auparavant, en 1832, pendant la maladie de son frère. D’après Champollion Figeac, le jeune italien aurait soustrait les manuscrits de Champollion pour pouvoir publier, sous son propre nom, certains ouvrages (Analyse grammaticale ; Campagne de Rhamsès le Grand ; Lettres sur les principales expressions qui servent à la notion des dates sur les monuments de l’ancienne Égypte d’après l’inscription de Rosette), en utilisant les recherches linguistiques du maître.

Toutefois, un certain nombre de points restent à éclaircir dans cet acte d’accusation. Michel Dewachter qui a essayé de mieux comprendre « l’affaire Salvolini », dans un article paru en 19884 a fait le point sur la question, en publiant certains documents encore inconnus. À propos des « papiers Salvolini », il écrit : Enfin, on gardera présent à l’esprit que, selon Figeac, tous les manuscrits dérobés par Salvolini ne furent pas récupérés en 1840. […] [C]ertains des manuscrits manquants ou d’autres, sous forme de copie partielle ou de traduction italienne, figuraient peut-être encore aussi dans les liasses dédaignées par Lenormant ?

Les manuscrits de Champollion retrouvés par Lenormant furent achetés par la Bibliothèque Royale de Paris en 1840, venant s’ajouter au premier lot des papiers du savant, provenant de son cabinet et entrés à la Bibliothèque en 1833 (Mss NAF 20303-20390). En 1840, une partie des « papiers Salvolini », récupérés auprès des héritiers dans la maison parisienne de l’italien, rejoignirent les collections de la Bibliothèque (Mss NAF 20450-20454), alors que de nombreux manuscrits de Salvolini sont aujourd’hui conservés en Italie : à la Bibliothèque de Faenza, sa ville natale, et aux Archives Nationales de Turin.

La quantité des documents autographes qu’on peut attribuer à Salvolini est impressionnante : il s’agit de milliers de feuilles de notes, dessins, copies, relevés qui montrent son extraordinaire implication dans la recherche, malgré une santé assez fragile.

Concernant le lot Salvolini de la BnF, les 5 volumes de manuscrits qui le composent (Mss NAF 20450-20454) contiennent des documents de différents types, qui peuvent être classés ainsi :

  • copies de dessins et d’inscriptions hiéroglyphiques, hiératiques, démotiques et coptes, attestés sur papyrus, stèles, statues, sarcophages, etc. conservés dans plusieurs musées européens : Musée du Louvre, Musée Égyptien de Turin, Musées de Leyde, Berlin, Francfort, Vatican, Naples ;
  • études d’objets : obélisque de Benevento, papyrus de la collection Sallier ;
  • analyses grammaticales sur la langue de l’Égypte ancienne ;
  • notes prises probablement pendant les cours donnés par Champollion au Collège de France ;
  • dessins (parfois aquarellés) de papyrus et d’autres monuments égyptiens ;
  • manuscrits préparatoires de certaines publications sur lesquelles il était en train de travailler.
Papyrus mythologique de Tanytamon. BnF, Département des Manuscrits, Egyptien 170. © BnF, Gallica

Parmi tous ces documents, certains sont particulièrement intéressants :

  • la copie du papyrus funéraire de Khonsoumès, conservé à la BnF (Égyptien 154) ;
  • les feuilles donnant la description, la transcription de certaines formules et la reproduction de la scène de la « pesée du cœur » du papyrus de la dame Tanytamon, conservé à la BnF (Égyptien 170-173) ;
  • les descriptions et les détails aquarellés de quelques Livres des Morts du Louvre : papyrus de Nebqed (Louvre N. 3068) ; papyrus d’Amenemsaf (Louvre N. 3292) ;
  • les copies de certains détails du sarcophage de la chanteuse d’Amon, Tamoutnéfret (Louvre N. 2631) ;
  • le dessin, avec inscriptions, de la statue colossale de Séty II (Louvre A 24) ;
  • la copie du papyrus hiératique dit de Sensaos, appartenant à la sœur de Pétèmenoph/Padiimenipet (propriétaire du Livre des Respirations, BnF Égyptien 152), que Salvolini a réalisée à Leyde en mars 1834 (T33) ;
  • les aquarelles reproduisant des détails de deux fameux papyrus du Musée Égyptien de Turin : le papyrus de la tombe de Ramsès IV (C. 1885) et le papyrus des mines (C. 1879 +1969+1899) ;
  • la copie de l’inscription du bellissimo sarcofago du grand majordome de la divine adoratrice Ibi (Musée Égyptien de Turin C. 2202).

D’autres découvertes pourront être faites en analysant davantage le très riche lot des « papiers Salvolini » conservés à la BnF et en mettant en relation les manuscrits parisiens avec ceux des Archives Nationales de Turin. Mon travail en cours sur les relations scientifiques entre Paris et Turin réservera sans doute encore des surprises sur la personnalité ambiguë et le travail scientifique du jeune élève italien de Champollion.

 

Citer ce billet : Silvia Einaudi, "Francesco Salvolini : le disciple controversé de Champollion", in L’Antiquité à la BnF, 30/03/2017, http://antiquitebnf.hypotheses.org/349, [consulté le 20/08/2017].

  1. S. Einaudi, Torino e Parigi agli albori dell’Egittologia. Il carteggio tra Francesco Salvolini e Costanzo Gazzera, Accademia delle Scienze di Torino – I Libri dell’Accademia 11, Florence, 2015. []
  2. Archives de l’Académie des Sciences de Turin, cart. 16364. []
  3. J.-J. Champollion Figeac, Notice sur les manuscrits autographes de Champollion Le Jeune, perdus en l’année 1832, et retrouvés en 1840, Paris, 1842. []
  4. M. Dewachter, « Le paradoxe des « papiers Salvolini » de la Bibliothèque nationale (MSS NAF 20450-20454) et la question des manuscrits des frères Champollion », Revue d’Égyptologie 39, Paris, 1988, p. 215-227. []

Une réflexion au sujet de « Francesco Salvolini : le disciple controversé de Champollion »

  1. Merci pour ce passionnant article, bon courage pour votre travail sur les relations franco-italiennes qui, je n’en doute pas, sera d’un très grand intérêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *