Eurêka et l’Antiquité@la BnF: Les Rendez-vous de l’Histoire de Blois 2017

Pour la saison 2017, les Rendez-vous de l’Histoire de Blois se réunissent autour d’Eurêka – Inventer, découvrir, innover. La BnF présentera ses recherches et projets autour de l’Antiquité à travers deux Cartes Blanches :

  1. Fouiller, découvrir, déchiffrer l’Orient au XIXe siècle
  2. La monnaie en Méditerranée antique : une invention ancienne à la lumière des innovations modernes

Les articles en hiéroglyphes, hiératique et en copte, manuscrit de la grammaire égyptienne  de J.-Fr. Champollion, département des manuscrits, NAF 20320
1. Fouiller, découvrir, déchiffrer l’Orient au XIXe siècle
vendredi 6 octobre 17h30-18h30
Vanessa Desclaux,  chargée de collections en Archéologie, Préhistoire et Histoire ancienne du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme et Hélène Virenque, chargée de collections en lettres classiques du département Littérature et Art présenteront l’aventure du déchiffrement des écritures de l’Orient ancien au courant du XIXe siècle et comment celle-ci s’est appuyée sur les découvertes archéologiques, la constitution de collections et la création des premiers musées et finalement l’expansion des grandes institutions scientifiques qui œuvrent à l’étude de l’Orient ancien.
lieu: Bibliothèque Abbé Grégoire, fonds patrimonial
Baalbek, petit temple, photographie de Joseph Philibert Girault de Prangey, département Estampes et photographie, EST RESERVE EG2-803

Résumé: Entre émulation scientifique et enjeux diplomatiques, le XIXe s. marque un tournant dans le déchiffrement des écritures de l’Orient ancien : égyptien, phénicien, cunéiforme se dévoilent progressivement grâce aux découvertes archéologiques.
Cette conférence évoquera la création d’une école de philologie française au cours du XIXe s. Aboutissement de recherches et de collectes des voyageurs et de l’école orientaliste des siècles précédents, le déchiffrement des écritures oubliées de l’Orient ancien connurent une accélération grâce aux premières fouilles archéologiques et expéditions épigraphiques. La récolte d’inscriptions nourrit l’étude des savants à travers l’Europe qui se livrent une concurrence stimulante. Les échanges sont parfois féroces et les grandes revues scientifiques qui naissent alors s’en font l’écho.
Cette grande aventure à la redécouverte des écrits des hommes du passé a pour toile de fond un Orient en profond bouleversement, de la campagne d’Égypte à l’effondrement de l’Empire ottoman et la Première Guerre mondiale. Les riches collections de la Bibliothèque nationale de France témoignent de cette effervescence intellectuelle et diplomatique. Notre intervention sera aussi l’occasion de présenter le site « Bibliothèques d’Orient » inauguré en septembre 2017, réalisé par la Bibliothèque nationale en coopération avec sept bibliothèques patrimoniales majeures (la BO, le CeAlex, l’EBAF, l’IDEO, l’IFAO, l’IFEA et l’IFPO).

en savoir plus ici

Monnaies du Trésor de Lattaquié (Syrie), 1759, département des monnaies, médailles et antiques

2. La monnaie en Méditerranée antique : une invention ancienne à la lumière des innovations modernes
samedi 7 octobre 14h30-16h
Julien Olivier chargé des collections de monnaies grecques du département des Monnaies, médailles et antiques est invité à participer à une table ronde pour une carte blanche au CeTHIS-Université François Rabelais de Tours
lieu: Préfecture, petit salon

Statère de Crotone, département des monnaies, médailles et antiques, Luynes 727

Résumé: On date communément l’invention de la monnaie du VIIe siècle avant n. è, en Asie Mineure. Encore parle-t-on dans ce cas de la monnaie frappée. Si l’on considère l’invention comme la faculté de « créer le premier, en faisant preuve d’ingéniosité, ce qui n’existait pas encore et dont personne n’avait eu l’idée » (Larousse, 2017), ne devrait-on pas parler de l’invention des monnaies (qu’on ne saurait confondre avec les devises) ? Dans ce cas, quand et à qui attribuer cette invention ? Invention ne signifie pas non plus innovation, à savoir l’« introduction de quelque chose de nouveau dans un domaine particulier » (Larousse, 2017). Les sociétés antiques restent largement non monétaires, et les rythmes d’introduction de la monnaie frappée différent d’un point à l’autre de la Méditerranée de l’époque. Il en va de même pour les autres types de monnaies : l’utilisation du bronze dans le monde grec du Ve siècle pour produire de la monnaie frappée est à l’origine (invention ? innovation ?) de la monnaie fiduciaire, qui fit son introduction de manière décalée dans les autres espaces méditerranéens antiques.
Les conditions d’invention et d’innovation de la monnaie métallique, fiduciaire ou non, se trouvent précisément au cœur de plusieurs projets de recherches portés par des acteurs scientifiques majeurs de la région Centre-Val de Loire : le projet AVREVS sur la naissance du monnayage d’or romain (porté par Arnaud Suspène – Université d’Orléans), le projet KOINON sur l’apport des données monétaires à la compréhension des structures fédérales de Grèce à l’époque hellénistique (porté par Catherine Grandjean – Université François-Rabelais de Tours) et le projet ATMOCE sur le fonctionnement de l’atelier monétaire de Cenabum à la Tène III (porté Sylvia Nieto-Pelletier – IRAMAT, CNRS-université d’Orléans). Cherchant à comprendre certains mécanismes antiques d’invention et d’innovation monétaires, ces différents projets ligériens font appel, pour être menés à bien, aux innovations techniques les plus modernes : hautement pluridisciplinaires et impliquant de grandes institutions comme le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF ou différents Cabinets numismatiques allemands, ces trois projets recourent tous aux méthodes d’analyses aux méthodes d’analyses les plus poussées pour connaître la composition métallique des monnaies étudiées.
Cette table ronde propose donc d’éclairer, autour d’un plateau représentatif de cette interdisciplinarité (historiens, numismates, archéomètre, conservateur) et de cette pluralité d’aires géographiques (mondes celtique, grec et romain antiques), différents cas d’inventions monétaires à la lumière des innovations techniques actuelles.
en savoir plus ici

Statère de Nagidos, département des monnaies, médailles et antiques, Luynes 2782

La BnF participe à de nombreuses manifestations à l’occasion des RVH ; Pour retrouver les présentations concernant la période médiévale, moderne et contemporaine, c’est sur le carnet L’Histoire à la BnF.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *