Antiquité et cinéma : 1. L’Égypte

Le cinéma s’est très vite emparé de sujets historiques, et pourtant faire revivre des temps lointains n’est pas si aisé. Howard Hawks se plaignait amèrement pendant le tournage de Land of the pharaohs de ne pas savoir comment parlait et pensait un pharaon. La mise en scène du passé ne peut éviter le présent, du point de vue des connaissances archéologiques et historiques ou des préoccupations des artistes et du public.

Les collections  de la BnF contiennent bon nombre de films inspirés par l’Antiquité. A partir du livre d’Hervé Dumont, L’Antiquité au cinéma : vérités, légendes et manipulations, qui recense les films des origines du cinéma à 2009, en voici un bref panorama que nous déclinerons en trois billets de blog.

1er billet : l’Égypte. Par la durée de sa civilisation, ses prestigieux souverains et son architecture monumentale, elle s’est imposée à l’écran dès les débuts du cinéma.

read this article in english: here

L’Égypte reconstituée

Du côté du cinéma documentaire, la palette est vaste qui va des théories les plus extravagantes liées à l’ésotérisme aux techniques scientifiques les plus pointues. De nombreux thèmes reviennent régulièrement : le sphinx, les pyramides, les rituels liés à la mort, les hiéroglyphes tandis que quelques souverains ont acquis un statut de « vedettes » pour le documentaire historique : Toutankhamon, Néfertiti, Ramsès II et  Cléopâtre.

Notons que le premier long métrage totalement produit en Égypte est un documentaire, Fî bilâd Toutankhamon [Au pays de Toutankhamon], réalisé en 1923 par Victor Rosito, et photographié par Mohamed Bayoumi. Il relate la découverte de la tombe de Toutankhamon, rejouée par des acteurs.

Moyen de diffusion des connaissances, le cinéma permet à des organismes comme le CNRS ou à des chaînes de télévision comme Arte, la BBC ou Discovery Channel de tenir le grand public au courant des découvertes archéologiques. C’est le cas pour les fouilles réalisées à Saqqara par Christiane Ziegler et son équipe (Les trésors enfouis de Saqqara, de Frédéric Wilner, 2004), à Alexandrie par Jean-Yves Empereur (La septième merveille du monde : le phare d’Alexandrie, par Andrew Snell et  Thierry Ragobert, 1996), ou encore le portrait de Jean-Philippe Lauer, Jean-Philippe Lauer, voyage à Saqqara réalisé par Nick Quinn (1996).

Jean-Philippe Lauer, voyage à Saqqara, de Nick Quinn

Documentaire et fiction sont parfois très liés. Il est intéressant de voir comment un artiste comme Jacques Brissot, épaulé par Pierre Schaeffer, utilise les photos des monuments, la musique, le texte et des images de la campagne égyptienne de la fin des années 1950, dans Egypte, ô Egypte  (3 épisodes tournés de 1959 à 1962 : Un présent du fleuve, Dans ce jardin atroce, Formules pour l’au-delà), comment Roberto Rossellini parle de la civilisation égyptienne dans  La lotta dell’uomo per la sua sopravvivenza : 2 : la civilità que nasce da un fiume (un document produit par la RAI en 1970, rare et malheureusement visible seulement sur YouTube et sans sous-titres) ou encore comment Jonathan Stamp raconte la construction de la grande pyramide de Gizeh à travers un personnage, Nakht, dans Pyramid : beyond imagination (Pyramide, produit par la BBC en 2002).

L’Égypte fantasmée

En dehors de vues documentaires sur les pyramides, Georges Méliès est sans doute le tout premier réalisateur à évoquer l‘Égypte antique dans Le monstre de 1903, qu’on peut voir dans le 2e DVD du coffret Georges Méliès : le premier magicien du cinéma, 1896-1913.

Georges Méliès, le Monstre, 1903

Les momies et la légende de leurs malédictions, dues aux mésaventures de quelques archéologues, sont à l’origine d’un bon nombre de films d’horreur, à commencer en 1932 par Karl Freund (The mummy avec Boris Karloff en Imhotep), jusqu’à Stephen Sommers (The Mummy, 1999, et ses suites), en passant par The mummy  de Terence Fisher (La malédiction des pharaons, 1959, avec Christopher Lee dans le rôle de la momie).

Boris Karloff dans « La Momie ». Ciné-Comoedia, 14 décembre 1933. BnF, Gallica

Peu de réalisateurs égyptiens ont évoqué l’Antiquité dans leurs films. Ce fut toutefois le cas de Shady Abdel Salam, qui évoque les pillages de tombes dans la région de Louxor à la fin du 19e siècle, lorsque Gaston Maspero était directeur du service des antiquités, dans Al-mummia (La momie, appelé aussi La nuit où l’on compte les années, 1969) et de Al-Fellah el fasih (Le paysan éloquent, 1970), un court métrage de 20 minutes qui s’inspire d’un conte égyptien du Moyen Empire. Il n’a jamais pu réaliser son grand projet, Akhénaton. Youssef Chahine, quant à lui, est l’auteur d’une fiction télévisée, Al-mohajer, dont le personnage principal, issu d’une tribu pauvre est recueilli par un notable égyptien (L’émigré, 1994, coproduction égypto-française).

L’Égypte ancienne vue par Hollywood apparaît à travers des épisodes bibliques, à commencer par The ten commandments (Les dix commandements, de Cecil B. De Mille, qui en a tourné deux versions, en 1923 et en 1954, visibles toutes deux dans ce coffret). La Bible est en effet pour les producteurs le moyen d’intéresser le grand public américain à l’histoire antique, bien loin des traditions des pays des émigrés venus d’Europe du Nord.

Les dix commandements, de Cecil B. De Mille (1923)

Étrangement, deux des romans les plus célèbres  inspirés par l’Égypte antique n’ont été adaptés qu’une fois au cinéma : Le roman de la momie, de Théophile Gautier a été porté à l’écran par Albert Capellani en 1911. Sinoué l’Egyptien, de Mika Waltari, l’a été en 1954 par Michael Curtiz (The Egyptian). Quant au roman d’Agatha Christie, La mort n’est pas une fin (Death comes as the end), dont l’action prend place à l’époque pharaonique, il devrait l’être seulement en 2017 pour la BBC.

Arrivent enfin les pharaons : Land of the pharaohs, d’Howard Hawks (La terre des pharaons, 1955) et Farao, de Jerzy Kawalerowicz (Pharaon, 1966, d’après Boleslaw Prus). La construction des pyramides et les moyens colossaux mis en œuvre, l’exotisme des costumes et des paysages, tout est fait pour que le spectateur soit fasciné par le spectacle, tandis que l‘influence des prêtres et la sacralisation du pouvoir permet un discours politique.

Le cinéma aime également les beautés fatales. Si Néfertiti  est apparue dans quelques films, par exemple, Nefertite regina del  Nilo, de Fernando Cerchio (Néfertiti reine du Nil, 1961) ou encore Néfertiti, la fille du soleil , de Guy Gille (1994), la reine incontestée est bien Cléopâtre, dont le destin est lié à l’histoire de Rome. Nous la retrouverons donc dans un prochain billet.

Bibliographie :

Hervé Dumont, L’antiquité au cinéma : vérité, légendes et manipulations, Nouveau monde : Cinémathèque suisse, 2009.

Magda Youssef (dir.), Égypte, 100 ans de cinéma, Éditions Plume : Institut du monde arabe, 1995.

Yvonne Vosmann, Ägyptenrezeption im Mumienfilm : The Mummy 1932 und Remakes, Harrassowitz Verlag, 2016.

Juan J. Alonso, Enrique Á. Mastache, Jorge Alonso Menéndez, El antiguo Egipto en el cine, T&B, 2010.

Exposition :

« Goscinny et le cinéma« , Cinémathèque française (Paris), 4 octobre 2017-4 mars 2018.

Citer ce billet : Brigitte Loret, "Antiquité et cinéma : 1. L’Égypte", in L’Antiquité à la BnF, 15/09/2017, http://antiquitebnf.hypotheses.org/1147, [consulté le 12/12/2017].

Une réflexion sur « Antiquité et cinéma : 1. L’Égypte »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *